Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant II (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE II

 

CHUTE DE TROIE - MISSION D'ÉNÉE

Énée quitte Troie (2, 559-804)

 

Vénus persuade Énée de quitter Troie (2, 559-633)

Énée, après avoir vu le cadavre de Priam et constaté que ses compagnons de lutte renoncent à vivre, se met à penser à ses proches. C'est alors qu'il croit apercevoir Hélène, qui se cachait près du temple de Vesta et redoutait à la fois les Grecs et les Troyens. La pensée qu'Hélène pourrait être sauvée suscite chez Énée un grand désir de vengeance (2, 559-587).

Mais soudain Vénus apparaît et apaise la colère de son fils. Elle lui rappelle son devoir envers elle et ses proches, et lui démontre que les responsables de la ruine de Troie ne sont ni Hélène, ni Pâris, mais bien la volonté conjuguée de plusieurs dieux (Neptune, Junon, Pallas, Jupiter). Avant de disparaître, elle lui conseille de fuir, en l'assurant de son soutien jusqu'à ce qu'il rejoigne le pays de ses pères (2, 588-621).

Énée, rendu à l'évidence par la vision des dieux en action et le désastre, s'enfuit du terrain des combats, grâce à une intervention divine (2, 622-633).

At me tum primum saeuus circumstetit horror.

Alors, pour la première fois, l'horreur cruelle m'enveloppe.

Obstipui ; subiit cari genitoris imago,

ut regem aequaeuum crudeli uolnere uidi

uitam exhalantem ; subiit deserta Creusa,

et direpta domus, et parui casus Iuli.

Respicio, et quae sit me circum copia lustro.

J'étais stupéfié ; l'image de mon père aimé surgit en moi,

quand je vis le roi, du même âge que lui, cruellement blessé

et rendant son dernier soupir ; je vis Créuse laissée seule,

notre demeure pillée et  l'infortune de mon petit Iule.

Je me retourne et je regarde quelle troupe m'entoure.

2, 560

Deseruere omnes defessi, et corpora saltu

ad terram misere aut ignibus aegra dedere.

Iamque adeo super unus eram, cum limina Vestae

seruantem et tacitam secreta in sede latentem

Tyndarida aspicio : dant clara incendia lucem

Tous m'ont abandonné, épuisés ; d'un saut, ils se sont jetés,

dans le vide ou ont livré aux flammes leurs corps éprouvés.

Je me trouvais donc seul, lorsque près du seuil de Vesta,

j'aperçus la Tyndaride, silencieuse, se cachant, assise en retrait.

Les incendies m'offraient leur claire lueur, tandis que j'errais,

2, 565

erranti passimque oculos per cuncta ferenti.

Illa sibi infestos euersa ob Pergama Teucros

et poenas Danaum et deserti coniugis iras

praemetuens, Troiae et patriae communis Erinys,

abdiderat sese atque aris inuisa sedebat.

 portant mes regards un peu partout autour de moi.

Cette créature redoutait, une fois Pergame détruite,

l'hostilité des Troyens, le châtiment des Danaens, et les fureurs

d'un époux trahi ; Érinye, aussi funeste à Troie qu'à sa patrie,

elle s'était cachée et se tenait assise, invisible, près des autels.

2, 570

Exarsere ignes animo ; subit ira cadentem

ulcisci patriam et sceleratas sumere poenas.

ʻ Scilicet haec Spartam incolumis patriasque Mycenas

aspiciet, partoque ibit regina triumpho,

coniugiumque, domumque, patres, natosque uidebit,

Un feu ardent m'embrasa ; la colère me poussait

à venger ma patrie en ruine et à châtier ce crime.

ʻ Cette femme reverra sans doute Sparte et la Mycènes de ses pères,

en toute impunité ; elle rentrera en reine, honorée d'un triomphe !

Elle reverra son époux, sa maison, ses parents et ses enfants,

2, 575

Iliadum turba et Phrygiis comitata ministris ?

Occiderit ferro Priamus, Troia arserit igni ?

Dardanium totiens sudarit sanguine litus ?

Non ita : namque etsi nullum memorabile nomen

feminea in poena est, nec habet uictoria laudem,

entourée d'une foule de Troyens et de servantes phrygiennes !

Priam sera mort par le fer ! Et Troie consumée dans les flammes !

Et tant de fois le sang aura suinté sur le rivage de Dardanie !

Non, cela ne sera pas ! Car, même s'il n'y a nul titre de gloire

à châtier une femme, et si cette victoire n'est pas honorable,

2, 580

extinxisse nefas tamen et sumpsisse merentis

laudabor poenas, animumque explesse iuuabit

ultricis flammae, et cineres satiasse meorum. ʼ

 

Talia iactabam, et furiata mente ferebar  :

cum mihi se, non ante oculis tam clara, uidendam

on me louera pourtant d'avoir exterminé ce monstre et puni

qui le méritait ; il me sera doux aussi d'avoir assouvi mon coeur

dans le feu de la vengeance et apaisé les cendres des miens ʼ.

 

Agitant ces pensées, j'étais transporté d'une folle fureur,

lorsque s'offrit à moi la vision de ma vénérable mère, brillante

2, 585

obtulit et pura per noctem in luce refulsit

alma parens, confessa deam, qualisque uideri

caelicolis et quanta solet, dextraque prehensum

continuit, roseoque haec insuper addidit ore :

ʻ Nate, quis indomitas tantus dolor excitat iras?

à mes yeux comme jamais ; dans la nuit, elle resplendissait

dans une pure lumière ; elle se révélait déesse, belle et grande,

telle qu'elle apparaît aux dieux du ciel. Elle me saisit la main,

me retient et de sa bouche de rose ajoute ces paroles :

ʻ Mon fils, quelle douleur si grande excite cette colère sans frein ?

2, 590

Quid furis, aut quonam nostri tibi cura recessit?

Non prius aspicies, ubi fessum aetate parentem

liqueris Anchisen ; superet coniunxne Creusa,

Ascaniusque puer? Quos omnes undique Graiae

circum errant acies, et, ni mea cura resistat,

Pourquoi cette fureur ? Où donc s'en est allé ton amour pour moi ?

N'iras-tu pas plutôt voir où tu as laissé ton père Anchise,

épuisé par l'âge ? Et Créuse, ton épouse, et ton petit Ascagne,

sont-ils toujours en vie ? De toutes parts, autour d'eux,

rôdent les troupes grecques et, si je ne veillais à les défendre,

2, 595

iam flammae tulerint inimicus et hauserit ensis.

Non tibi Tyndaridis facies inuisa Lacaenae

culpatusue Paris : diuom inclementia, diuom,

has euertit opes sternitque a culmine Troiam.

Aspice – namque omnem, quae nunc obducta tuenti

déjà les flammes les auraient emporté et l'épée ennemie passés par .

Non, je t'assure, les coupables ne sont ni  la Tyndaride de Laconie

à l'odieuse beauté, ni Pâris : c'est la défaveur des dieux, oui, des dieux,

qui renverse ce royaume et précipite Troie du sommet de sa grandeur.

Regarde car, le nuage qui en ce moment arrête tes regards,

2, 600

mortalis hebetat uisus tibi et umida circum

caligat, nubem eripiam ; tu ne qua parentis

iussa time, neu praeceptis parere recusa : –

hic, ubi disiectas moles auolsaque saxis

saxa uides mixtoque undantem puluere fumum.

affaiblit ta vue de mortel et englobe tout dans une obscurité humide

je vais le dissiper entièrement ; et toi, ne crains aucun des ordres

de ta mère et ne refuse pas d'obéir à ses directives

tu vois ici cette masse ébranlée, ces pierres arrachées

à d'autres pierres et cette colonne de  fumée  mêlée de poussière.

2, 605

Neptunus muros magnoque emota tridenti

fundamenta quatit, totamque a sedibus urbem

eruit ; hic Iuno Scaeas saeuissima portas

prima tenet, sociumque furens a nauibus agmen

ferro accincta uocat.

C'est Neptune qui de son énorme trident déplace la muraille,

en ébranle les fondements et arrache la ville entière de ses bases.

Ici,  la très cruelle Junon occupe au premier rang les Portes Scées,

et, pleine de fureur, ceinte de son épée, elle appelle ses alliés,

que leur troupe sorte des navires.

2, 610

Iam summas arces Tritonia, respice, Pallas

insedit, nimbo effulgens et Gorgone saeua.

Ipse pater Danais animos uiresque secundas

sufficit, ipse deos in Dardana suscitat arma.

Eripe, nate, fugam, finemque impone labori.

Maintenant, regarde, en haut de la citadelle Pallas la Tritonienne

est assise, toute nimbée de lumière et arborant la cruelle Gorgone.

Jupiter lui-même assure aux Danaens du courage et des forces salutaires,

il pousse lui-même les dieux contre les armes des Dardaniens.

Prends la fuite, mon fils, et mets un terme à ton épreuve.

2, 615

Nusquam abero, et tutum patrio te limine sistam.ʼ

Dixerat, et spissis noctis se condidit umbris.

 

Adparent dirae facies inimicaque Troiae

numina magna deum.

Tum uero omne mihi uisum considere in ignis

Je serai partout avec toi et t'établirai en sûreté au palais paternel

Ayant fini de parler, elle s'évanouit dans les ombres épaisses de la nuit.

 

Apparaissent alors des faces redoutables et, hostiles à Troie,

les puissances souveraines des dieux.

Alors j'ai vraiment vu qu'Ilion tout entière était en flammes,

2, 620

Ilium et ex imo uerti Neptunia Troia ;

ac ueluti summis antiquam in montibus ornum

cum ferro accisam crebrisque bipennibus instant

eruere agricolae certatim, illa usque minatur

et tremefacta comam concusso uertice nutat,

que la Troie de Neptune s'écroulait de fond en comble.

Ainsi, au sommet des monts, un frêne vénérable, entaillé à la cognée

et que à coups redoublés des paysans  s'acharnent à abattre,

reste menaçant, puis se met à trembler et agite son feuillage,

quand sa cime est secouée, jusqu'à ce que peu à peu vaincu

2, 625

uolneribus donec paulatim euicta, supremum

congemuit, traxitque iugis auolsa ruinam.

Descendo, ac ducente deo flammam inter et hostis

expedior ; dant tela locum, flammaeque recedunt.

par ses blessures, il émet un ultime gémissement

et, arraché du sommet, il entraîne sa masse effondrée.

 Je descends de la citadelle, et, guidé par un dieu, je traverse

le feu et les ennemis ; les traits me livrent passage et les flammes s'écartent.

2, 630

 

Anchise consent à fuir avec Énée (2, 634-704)

Énée, décidé à fuir avec les siens, cherche d'abord son père Anchise qui refuse de l'accompagner, prétextant sa vieillesse, sa faiblesse, et surtout la malédiction divine dont il est l'objet (2, 634-650).

En dépit des pleurs et de l'insistance d'Énée, Anchise reste inflexible ; Énée refuse de partir sans lui et veut reprendre le combat, résolu à lutter jusqu'à la mort (2, 651-672).

Créuse cherchait à le retenir, quand un prodige sous la forme d'une flamme se manifesta sur la tête de Iule. Ce signe est interprété comme positif par Anchise, qui demande à Jupiter une confirmation.
Aussitôt une étoile brillante parcourt le ciel, indiquant la direction de l'Ida. Anchise qui voit dans ce prodige une réponse décisive, se montre dès lors très pressé de partir avec Énée (2, 673-704).

Atque ubi iam patriae peruentum ad limina sedis

Dès que j'arrivai au seuil de la demeure paternelle,

antiquasque domos, genitor, quem tollere in altos

optabam primum montis primumque petebam,

abnegat excisa uitam producere Troia

exsiliumque pati. ʻ Vos O, quibus integer aeui

sanguis, ʼ ait ʻ solidaeque suo stant robore uires,

dans notre antique maison, mon père – je souhaitais avant tout

l'emmener  dans la montagne et commençai par le chercher – ,

refuse de survivre au désastre de Troie et de subir l'exil.

ʻ Vous ʼ, dit-il, ʻ votre sang n'est pas altéré par les ans,

vos forces ont gardé leur vigueur intacte ;

2, 635

uos agitate fugam :

me si caelicolae uoluissent ducere uitam,

has mihi seruassent sedes. Satis una superque

uidimus exscidia et captae superauimus urbi.

Sic O, sic positum adfati discedite corpus.

vous, envisagez de fuir.

Pour moi, si les dieux du ciel avaient voulu que je vive,

ils auraient sauvé ma maison. C'est assez, plus qu'assez,

d'avoir une fois vu  ce désastre et survécu à la prise de la ville.

Me voici ainsi, le corps gisant, dites-lui adieu et  partez.

2, 640

Ipse manu mortem inueniam ; miserebitur hostis

exuuiasque petet ; facilis iactura sepulcri.

Iam pridem inuisus diuis et inutilis annos

demoror, ex quo me diuom pater atque hominum rex

fulminis adflauit uentis et contigit igni. ʼ

Je trouverai la mort, arme à la main ; je ferai pitié à un ennemi

qui voudra mes dépouilles. Renoncer à une sépulture est facile.

Depuis longtemps, honni des dieux je traîne une vie inutile,

depuis que Jupiter, père des dieux et roi des hommes,

a dirigé sur moi les vents de sa foudre et m'a touché de son feuʼ.

2, 645

Talia perstabat memorans, fixusque manebat.

 

Nos contra effusi lacrimis, coniunxque Creusa

Ascaniusque omnisque domus, ne uertere secum

cuncta pater fatoque urguenti incumbere uellet.

Abnegat, inceptoque et sedibus haeret in isdem.

Il persistait à évoquer ces souvenirs et restait inflexible.

 

Nous, face à lui, fondons en larmes, mon épouse Créuse et Ascagne

et toute la maison, suppliant notre père de ne pas accepter de voir

tout sombrer avec lui, ni d'alourdir encore un destin si accablant.

Il refuse et s'accroche à sa décision de rester à la même place.

2, 650

Rursus in arma feror, mortemque miserrimus opto :

nam quod consilium aut quae iam fortuna dabatur?

ʻ Mene efferre pedem, genitor, te posse relicto

sperasti, tantumque nefas patrio excidit ore ?

Si nihil ex tanta Superis placet urbe relinqui,

À nouveau, je suis porté à combattre et, désespéré, je veux mourir.

En effet que décider ? Que m'offrait désormais la fortune ?

ʻ Moi, pouvoir m'en aller en t'abandonnant, père, as-tu espéré cela ?

Et un ordre aussi sacrilège peut-il sortir de la bouche d'un père ?

S'il plaît aux dieux que rien ne subsiste d'une si grande ville,

2, 655

 et sedet hoc animo, perituraeque addere Troiae

teque tuosque iuuat, patet isti ianua leto,

iamque aderit multo Priami de sanguine Pyrrhus,

natum ante ora patris, patrem qui obtruncat ad aras.

Hoc erat, alma parens, quod me per tela, per ignis

et si tel est ton état d'esprit, s'il te plaît d'ajouter à la perte de Troie

ta propre perte et celle des tiens, la porte est ouverte à ce trépas ;

bientôt, Pyrrhus sera là, tout souillé du sang de Priam,

lui qui égorge le fils sous les yeux du père, et le père près des autels.

C'était pour cela, Mère sacrée,  que tu m'arrachas aux traits et au feu,

2, 660

eripis, ut mediis hostem in penetralibus, utque

Ascanium patremque meum iuxtaque Creusam

alterum in alterius mactatos sanguine cernam?

Arma, uiri, ferte arma ; uocat lux ultima uictos.

Reddite me Danais ; sinite instaurata reuisam

pour que j'aperçoive mon ennemi au coeur de notre demeure,

pour que je vois Ascagne et mon père, en présence de Créuse, 

 massacrés et baignant l'un et l'autre dans leur sang mélangé ?

Mes armes, amis, apportez mes armes ; leur dernier jour appelle les vaincus.

Rendez-moi aux Danaens ; laissez-moi reprendre un nouveau combat.

2, 665

proelia : Numquam omnes hodie moriemur inulti.ʼ

Hinc ferro accingor rursus clipeoque sinistram

insertabam aptans, meque extra tecta ferebam.

Ecce autem complexa pedes in limine coniunx

haerebat, paruumque patri tendebat Iulum :

Non, aujourd'hui, nous ne mourrons pas tous sans vengeance ʼ.

Alors, à nouveau reprenant  mon arme, je glissais mon bras gauche

sous mon bouclier enle fixant et je  m'élançais hors de la maison.

Mais voilà que sur le seuil mon épouse, m'enlaçait les pieds,

s'accrochait et tendait le petit Iule à son père :

2, 670

ʻ Si periturus abis, et nos rape in omnia tecum ;

sin aliquam expertus sumptis spem ponis in armis,

hanc primum tutare domum. Cui paruus Iulus,

cui pater et coniunx quondam tua dicta relinquor? ʼ

Talia uociferans gemitu tectum omne replebat,

ʻ Si tu t'en vas pour mourir, emmène-nous partager tous tes dangers ;

mais si tu juges bon de placer quelqu' espoir dans les armes,

veille d'abord à protéger  notre maison. À qui nous abandonnes-tu,

ton petit Iule, et ton père, et moi qui naguère passait pour ton épouse ? ʼ

En criant cela, elle emplissait toute la demeure de ses gémissements,

2, 675

cum subitum dictuque oritur mirabile monstrum.

Namque manus inter maestorumque ora parentum

ecce leuis summo de uertice uisus Iuli

fundere lumen apex, tactuque innoxia mollis

lambere flamma comas et circum tempora pasci.

quand se manifesta un prodige soudain, étonnant à décrire.

Car, tandis qu'il se trouvait dans les bras de ses parents abattus,

voici que l'on vit apparaître sur la tête de Iule une faible lumière,

une aigrette dont la flamme, inoffensive, paraissaît le toucher,

lécher sa souple chevelure, s'attarder sur son front.

2, 680

Nos pauidi trepidare metu, crinemque flagrantem

excutere et sanctos restinguere fontibus ignis.

At pater Anchises oculos ad sidera laetus

extulit, et caelo palmas cum uoce tetendit :

ʻ Iuppiter omnipotens, precibus si flecteris ullis,

Atterrés, tremblants de peur, nous secouons les cheveux embrasés,

et avec de l'eau nous éteignons ces flammes sacrées.

Mais mon père Anchise, plein de joie, leva les yeux

vers les astres et tendit les mains vers le ciel en criant :

ʻ Jupiter tout-puissant, si des prières peuvent te fléchir,

2, 685

aspice nos ; hoc tantum, et, si pietate meremur,

da deinde auxilium, pater, atque haec omina firma.ʼ

Vix ea fatus erat senior, subitoque fragore

intonuit laeuum, et de caelo lapsa per umbras

stella facem ducens multa cum luce cucurrit.

regarde-nous ; et, accorde-nous, si notre piété le mérite,

 ce seul appui, ô père, et confirme tous ces présages. ʼ

Le vieillard avait à peine prononcé ces paroles que, sur la gauche,

le tonnerre retentit soudain à grand fracas ; une étoile glissa du ciel,

traversa les ténèbres, traînant un flambeau d'une grande clarté.

2, 690

Illam, summa super labentem culmina tecti,

cernimus Idaea claram se condere silua

signantemque uias ; tum longo limite sulcus

dat lucem, et late circum loca sulphure fumant.

Hic uero uictus genitor se tollit ad auras,

Nous la voyons glisser par-dessus le toit, éclatante,

puis disparaître, dans la forêt de l'Ida, traçant une route.

Elle laisse derrière elle un long sillon de lumière,

et ses abords répandent au loin une fumée de soufre.

Alors mon père, convaincu, se lève, tourné vers le ciel,

2, 695

adfaturque deos et sanctum sidus adorat.

ʻ Iam iam nulla mora est ; sequor et qua ducitis adsum.

Di patrii, seruate domum, seruate nepotem.

Vestrum hoc augurium, uestroque in numine Troia est.

Cedo equidem, nec, nate, tibi comes ire recuso. ʼ

puis s'adresse aux dieux et adore l'astre sacré :ʻ Désormais,

plus de retard ; je vous suis et où que vous alliez, je suis avec vous.

Dieux de ma patrie, sauvez ma maison, sauvez mon petit-fils ;

Ce présage vient de vous ; Troie est sous votre puissance.

Je cède donc, mon fils, et je ne refuse plus de partir avec toi ʼ.

2, 700

 

Un départ retardé par Créuse (2, 705-804)

Énée organise les modalités du départ : il se chargera lui-même d'Anchise et de Iule ; Créuse marchera derrière eux ; le point de ralliement des fugitifs sera le temple de Cérès. Ensuite, une fois confiés à Anchise les objets sacrés et les Pénates de Troie, tous se mettent en route comme prévu, dans l'obscurité et dans la peur (2, 705-729).

En cours de route, le groupe croit entendre un bruit de pas, qu'Anchise interprète comme étant celui d'ennemis lancés à leur poursuite. Troublé, Énée poursuit sa fuite par des chemins inconnus ; au point de ralliement, il s'aperçoit de la disparition inexpliquée de Créuse (2, 730-744).

Malgré les risques, il part à la recherche de sa femme. Faisant le trajet en sens inverse, il se retrouve à Troie
 ; ce qui l'amène à décrire la progression du désastre, en particulier dans sa demeure en proie à un incendie ; il revoit le palais et la citadelle et le temple de Junon, où les occupants ont rassemblé le butin et les captives (2, 745-770).

Créuse lui apparaît enfin, lui rappelle la volonté des destins et lui assure qu'il atteindra l'Italie, après bien des épreuves
 ; elle se dit heureuse d'échapper à la servitude, pour suivre désormais la mère des dieux, puis elle disparaît. Énée rejoint ses compagnons, dont le nombre s'est multiplié durant son absence, et à la tête de la troupe, il quitte la ville dès le lever du jour, pour gagner les montagnes (2, 771-804).

Dixerat ille ; et iam per moenia clarior ignis

auditur, propiusque aestus incendia uoluunt.

ʻ Ergo age, care pater, ceruici imponere nostrae ;

ipse subibo umeris, nec me labor iste grauabit :

quo res cumque cadent, unum et commune periclum,

Il a fini de parler, et déjà on entend distinctement le crépitement du feu

sur les remparts, et les incendies qui s'approchent, roulant leurs vagues.

ʻ Viens donc, père bien-aimé, prends place sur ma nuque,

moi, je te supporterai sur mes épaules et tu ne me pèseras pas ;

quoi qu'il advienne, un seul et même péril ou un seul salut

2,705

una salus ambobus erit. Mihi paruus Iulus

sit comes, et longe seruet uestigia coniunx :

uos, famuli, quae dicam, animis aduertite uestris.

Est urbe egressis tumulus templumque uetustum

desertae Cereris, iuxtaque antiqua cupressus

nous attendra tous les deux. Le petit Iule m'accompagnera

et ma femme suivra nos pas, à quelque distance.

Vous, mes amis, prêtez attention à ce que je vais dire.

À la sortie de la ville, à l'écart il y a le tertre et l'ancien temple,

dédié à Cérès, et, tout près de là, un antique cyprès

2, 710

religione patrum multos seruata per annos.

Hanc ex diuerso sedem ueniemus in unam.

Tu, genitor, cape sacra manu patriosque Penatis ;

me, bello e tanto digressum et caede recenti,

attrectare nefas, donec me flumine uiuo

sauvegardé depuis bien des années par la piété de nos pères ;

nous rejoindrons tous ce point par des routes diverses.

Toi, père, tiens en main les objets sacrés et les Pénates de notre patrie ;

pour moi, qui sors à peine d'une guerre si terrible et de ce carnage,

ce serait sacrilège de les toucher, avant de m'être purifié

2, 715

abluero. ʼ

Haec fatus, latos umeros subiectaque colla

ueste super fuluique insternor pelle leonis,

succedoque oneri ; dextrae se paruus Iulus

implicuit sequiturque patrem non passibus aequis ;

dans l'eau courante d'une rivière. ʼ

Cela dit, inclinant la nuque, j'étends sur mes fortes épaules

en guise de couverture la peau fauve d'un lion,

et me charge de mon fardeau. Le petit Iule, à droite de son père,

a mis sa main dans la sienne et le suit de ses petits pas d'enfant.

2, 720

pone subit coniunx : ferimur per opaca locorum ;

et me, quem dudum non ulla iniecta mouebant

tela neque aduerso glomerati ex agmine Grai,

nunc omnes terrent aurae, sonus excitat omnis

suspensum et pariter comitique onerique timentem.

 

Derrière marche mon épouse. Nous traversons des endroits obscurs

et moi, qui naguère ne m'émouvais ni de traits lancés contre moi,

ni d'un groupe de Grecs surgissant d'un bataillon hostile,

maintenant, un souffle me terrifie, un bruit me tient en éveil, m'angoisse,

et j'ai peur pour mon petit compagnon et aussi pour celui que je porte.

 

2, 725

Iamque propinquabam portis, omnemque uidebar

euasisse uiam, subito cum creber ad auris

uisus adesse pedum sonitus, genitorque per umbram

prospiciens ; ʻ Nate, exclamat, fuge nate, propinquant.

Ardentis clipeos atque aera micantia cerno. ʼ

Et déjà j'étais près des portes, me croyant au bout de la route,

lorsque soudain un bruit répété de pas sembla frapper

nos oreilles, et mon père, scrutant l'obscurité, s'écria :

ʻ Mon fils, sauve-toi, mon fils, ils approchent.

Je distingue l'éclat des boucliers et des armes qui brillent  ʼ.

2, 730

Hic mihi nescio quod trepido male numen amicum

confusam eripuit mentem. Namque auia cursu

dum sequor, et nota excedo regione uiarum,

heu, misero coniunx fatone erepta Creusa

substitit, errauitne uia, seu lassa resedit,

Alors, je ne sais quelle divinité malveillante me fait trembler,

m'enlève toute clairvoyance. Car, pendant que j'avançais

par des chemins inconnus et hors des routes familières,

ma femme Créuse hélas a disparu : fut-elle arrachée par un triste sort ,

s'est-elle égarée en chemin ? s'est-elle arrêtée d'épuisement ?

2, 735

incertum ; nec post oculis est reddita nostris.

Nec prius amissam respexi animumque reflexi,

quam tumulum antiquae Cereris sedemque sacratam

uenimus ; hic demum collectis omnibus una

defuit, et comites natumque uirumque fefellit.

 

on ne sait ; mais dès cet instant, nos yeux ne l'ont plus revue.

Je ne me m'étais pas retourné et n'avais pas pensé à la disparue

avant notre arrivée au tertre et au temple sacré de l'antique Cérès.

Quand finalement tous se retrouvèrent là, elle seule manquait,

ayant trompé l'attente de ses compagnons, de son fils, de son mari.

2, 740

Quem non incusaui amens hominumque deorumque,

aut quid in euersa uidi crudelius urbe?

Ascanium Anchisenque patrem Teucrosque Penatis

commendo sociis et curua ualle recondo ;

ipse urbem repeto et cingor fulgentibus armis.

Dans mon égarement, qui n'ai-je pas accusé, des hommes et des dieux ?

Ou qu'ai-je vu de plus cruel dans notre cité anéantie ?

Je confie  Ascagne, mon père Anchise et les Pénates de Troie

à mes compagnons et les dissimule au creux d'un vallon.

Moi, je regagne la ville, revêtu de mes armes luisantes.

2, 745

Stat casus renouare omnis, omnemque reuerti

per Troiam, et rursus caput obiectare periclis.

Principio muros obscuraque limina portae,

qua gressum extuleram, repeto, et uestigia retro

obseruata sequor per noctem et lumine lustro.

Je décide d'affronter à nouveau tous les hasards, de retraverser

Troie tout entière, d'exposer une fois encore ma vie aux dangers.

D'abord je gagne les murailles et l'entrée obscure de la porte

par où j'étais sorti ; je retourne sur nos pas, et dans la nuit

je repère et je suis nos traces, parcourant tout de mes yeux :

2, 750

Horror ubique animo, simul ipsa silentia terrent.

Inde domum, si forte pedem, si forte tulisset,

me refero : inruerant Danai, et tectum omne tenebant.

Ilicet ignis edax summa ad fastigia uento

uoluitur ; exsuperant flammae, furit aestus ad auras.

partout je sens l'horreur, et en même temps un silence terrifiant !

Alors, je cours à notre demeure, au cas où Créuse s'y serait rendue ;

les Danaens avaient envahi et occupaient toute la maison.

Aussitôt, un feu dévorant attisé par le vent gagne le faîte du toit ;

les flammes s'élèvent et leur tourbillon furieux monte dans les airs.

2, 755

Procedo et Priami sedes arcemque reuiso.

Et iam porticibus uacuis Iunonis asylo

custodes lecti Phoenix et dirus Vlixes

praedam adseruabant. Huc undique Troia gaza

incensis erepta adytis, mensaeque deorum,

Je poursuis et vais revoir le palais de Priam et la citadelle.

Déjà, sous les portiques déserts de l'asile de Junon,

des gardiens choisis, Phoenix et le cruel Ulysse,

surveillent le butin. De partout c'est ici que convergent

les trésors de Troie, arrachés aux sanctuaires incendiés,

2, 760

crateresque auro solidi, captiuaque uestis

congeritur ; pueri et pauidae longo ordine matres

stant circum.

Ausus quin etiam uoces iactare per umbram

impleui clamore uias, maestusque Creusam

des tables d'offrande aux dieux, de solides cratères d'or,

des étoffes dérobées ; une longue file d'enfants

et de mères apeurées se tiennent debout tout autour.

J'ai même eu l'audace de lancer des appels dans l'obscurité,

j'ai rempli les rues de mes cris ; et dans mon accablement,

2, 765

nequiquam ingeminans iterumque iterumque uocaui.

 

Quaerenti et tectis urbis sine fine furenti

infelix simulacrum atque ipsius umbra Creusae

uisa mihi ante oculos et nota maior imago.

Obstipui, steteruntque comae et uox faucibus haesit.

gémissant en vain, j'ai appelé Créuse, inlassablement.

 

Je la cherchais, parcourant sans fin les quartiers de la ville,

quand un simulacre douloureux, l'ombre même de Créuse,

se présenta à mes yeux ; elle paraissait plus grande que nature.

Je restai stupéfait, j'avais les cheveux dressés, la voix étranglée.

2, 770

Tum sic adfari et curas his demere dictis :

ʻ Quid tantum insano iuuat indulgere dolori,

O dulcis coniunx ? Non haec sine numine diuom

eueniunt ; nec te hinc comitem asportare Creusam

fas, aut ille sinit superi regnator Olympi.

Alors, elle me parla, et par ses paroles apaisa mes inquiétudes :

ʻ À quoi bon tant te complaire dans une douleur insensée,

mon  époux bien-aimé ? Ce n'est pas sans le vouloir des dieux

que ces choses arrivent ; et que tu emmènes Créuse avec toi

 est impossible ; le roi du haut Olympe ne le permet pas.

2, 775

Longa tibi exsilia, et uastum maris aequor arandum,

et terram Hesperiam uenies, ubi Lydius arua

inter opima uirum leni fluit agmine Thybris :

illic res laetae regnumque et regia coniunx

parta tibi. Lacrimas dilectae pelle Creusae.

Un long exil t'attend ; tu devras sillonner la mer immense ;

tu parviendras en terre d'Hespérie, où de son cours paisible

s'écoule le Thybris lydien, dans de riches campagnes.

Là, la prospérité, un royaume et une épouse royale

te sont réservés ; renonce à pleurer sur ta chère Créuse.

2, 780

Non ego Myrmidonum sedes Dolopumue superbas

aspiciam, aut Graiis seruitum matribus ibo,

Dardanis, et diuae Veneris nurus.

Sed me magna deum genetrix his detinet oris :

iamque uale, et nati serua communis amorem. ʼ

Non, les demeures orgueilleuses des Myrmidons et des Dolopes

je n'aurai pas à les voir, et je ne servirai pas des matrones grecques,

moi qui suis issue de Dardanus et bru de la divine Vénus.

Car la grande mère des dieux me retient sur ces rivages.

Et maintenant, adieu ; conserve ton amour à notre enfant ʼ.

2, 785

Haec ubi dicta dedit, lacrimantem et multa uolentem

dicere deseruit, tenuisque recessit in auras.

Ter conatus ibi collo dare bracchia circum :

ter frustra comprensa manus effugit imago,

par leuibus uentis uolucrique simillima somno.

Après ces paroles, elle me quitta, moi qui  pleurais et voulais

lui dire tant de choses, mais elle se retira dans l'air léger.

Trois fois je tentai d'entourer son cou de mes bras,

trois fois je saisis en vain son image qui m'échappa des mains,

semblable aux brises légères, toute pareille à un songe fugitif.

2, 790

 Sic demum socios consumpta nocte reuiso.

Atque hic ingentem comitum adfluxisse nouorum

inuenio admirans numerum, matresque uirosque,

collectam exsilio pubem, miserabile uolgus.

Vndique conuenere, animis opibusque parati,

Alors seulement, la nuit étant passée, je vais revoir mes compagnons.

Là, je découvre des nouveaux venus qui ont afflué en masse ;

je m'étonne de leur nombre : des matrones et des époux,

des gens rassemblés pour l'exil, foule pitoyable.

Venus de partout avec leur courage et leurs biens, ils étaient prêts

2, 795

in quascumque uelim pelago deducere terras.

Iamque iugis summae surgebat Lucifer Idae

ducebatque diem, Danaique obsessa tenebant

limina portarum, nec spes opis ulla dabatur ;

cessi, et sublato montes genitore petiui.

à prendre la mer vers n'importe quelle terre où je voudrais les mener.

Déjà sur les crêtes du haut Ida se levait Lucifer,

qui amenait le jour avec lui ; les Danaens tenaient assiégées

les portes de la ville, et aucun espoir de secours ne s'offrait.

Je cédai aux événements, soulevai mon père et gagnai les montagnes.

2, 800

Page suivante


Notes  (2, 559-804) 

mon père (2, 560). Anchise. Cfr 1, 617, et 2, 299-300.

Créuse (2, 562). Fille de Priam et d'Hécube, elle est l'épouse d'Énée. Son sort après la prise de Troie varie selon les traditions ; certains auteurs en font une captive, d'autres la rangent parmi les Troyens qui purent fuir la ville. Virgile propose une autre version encore : Créuse ne quitte pas Troie avec Énée (cfr 2, 730-795) ; le héros pourra ainsi être libre pour son aventure avec Didon et pour épouser Lavinia en Italie.

Iule (2, 563). Le fils d'Énée et de Créuse s'appelait Ascagne ou Iule (cfr 1, 267-268).

Tyndaride (2, 567-570). Il s'agit d'Hélène, dont le rapt par Pâris avait provoqué la guerre de Troie. Elle était née des amours de Jupiter avec Léda, l'épouse de Tyndare, d'où le terme de « Tyndaride ». Cfr 1, 650-653.

Vesta (2, 567). Pour Vesta, qui avait son temple à Troie, comme elle l'eut à Rome, cfr 1, 292, et 2, 296.

Les vers 567-588, qui rapportent la rencontre avec Hélène, sont absents de certains manuscrits : ils auraient été retirés par les éditeurs de Virgile, Tusca et Varius. Servius toutefois, le commentateur de Virgile, les considérait comme authentiques.

cette créature redoutait (2, 571). Hélène avait fait le malheur tant des Grecs que des Troyens et avait abandonné son époux Ménélas ; elle avait donc des raisons de redouter leurs diverses réactions.

Érinye (2, 573). Sur les Érynies, cfr 2, 337-338. Ici le terme, qui désigne Hélène, évoque un être maléfique, plutôt qu'une déesse de la vengeance.

autels (2, 574). Les autels où elle avait trouvé refuge, comme le faisaient souvent les suppliants dans l'antiquité. Cfr 2, 403n.

Cette femme... (2, 577-587). Ce monologue intérieur d'Énée pourrait être inspiré de celui de Pylade qui, chez Euripide (Oreste, 1132-1152), se demande lui aussi s'il va tuer Hélène.

Sparte et la Mycènes de ses pères (2, 577). Ménélas, le mari d'Hélène, était roi de Sparte ; quant à Mycènes, patrie d'Agamemnon, elle désigne ici la Grèce en général.

ses enfants (2, 579). En fait, à l'époque de la guerre de Troie, la légende n'attribue à Hélène et à Ménélas qu'une fille, nommée Hermione, qui sera la fiancée ou l'épouse d'Oreste, avant d'être promise à Néoptolème / Pyrrhus.

la vision de ma mère (2, 589-591). Nouvelle manifestation de merveilleux. Tant chez Homère que chez Virgile, les dieux apparaissent aux mortels. On se souviendra en 1, 314-409, de Vénus se présentant à Énée sous les traits d'une simple chasseresse, avant de se révéler à lui dans tout l'éclat de sa nature divine.

Laconie (2, 601). Sparte, la patrie d'Hélène, se trouvait en Laconie.

Neptune (2, 610). Cfr 1, 124. Neptune, le Poséidon grec, participe ici à la destruction de la ville. Pour expliquer son opposition à Troie, il faut remonter à la construction de la ville à l'époque du roi Laomédon (par exemple Homère, Iliade, 21, 441-460). À la demande du roi, Poséidon avait participé, avec Apollon et Éaque, à la construction des murs, mais une fois le travail terminé, le roi avait refusé de payer le salaire convenu. D'où la rancune tenace du dieu à l'égard des Troyens : malgré quelques hésitations, Poséidon interviendra régulièrement pendant la Guerre de Troie en faveur des Grecs. Mais son hostilité était en fait dirigée contre les descendants directs de Laomédon, c'est-à-dire Priam et les Priamides ; elle ne s'appliquait pas à Anchise ni à ses descendants. Ainsi lorsqu'Achille est sur le point de tuer Énée, c'est Poséidon qui sauve le héros (Iliade, 20,273-352). On a vu aussi (1, 124-156) Poséidon calmer la tempête suscitée par Junon et qui risquait d'anéantir la flotte troyenne.

Junon (2, 612). Son hostilité aux Troyens est bien connue, et se manifeste dans toute l'Énéide, jusqu'à son revirement à la fin du chant 12. Cfr notamment 1, 4.

les Portes Scées (2, 612). Ce sont des portes de la ville de Troie, très souvent citées dans l'Iliade. C'est par exemple de là qu'Hélène décrit les héros grecs à Priam et à son entourage (Iliade, 3, 146-149) ; c'est là qu'auront lieu les adieux célèbres d'Hector et d'Andromaque (Iliade, 6, 393).

Pallas la Tritonienne (2, 615). Cfr 2, 171 et 11, 483. Son temple à Troie s'élevait sur la citadelle.

Gorgone (2, 616). Dans la mythologie, les Gorgones étaient trois monstres (Méduse, Euryalé et Sthéno) habitant dans l'extrême Occident, la Gorgone par excellence étant Méduse, la seule mortelle des trois. Athéna, offensée par Méduse, avait non seulement transformé en serpents la magnifique chevelure qu'elle portait ; elle avait également donné à ses yeux le pouvoir de transformer en pierre tous ceux qu'elle regardait. Persée réussira à lui couper la tête qu'il emportera dans ses expéditions, s'en servant pour pétrifier ses ennemis. Il en fit don plus tard à Pallas Athéna qui la plaça sur son bouclier (l'égide) pour obtenir le même effet. Cfr aussi 6, 289 ; 7, 341 ; 8, 354n ; 8, 435n.

au palais paternel (2, 620). Vénus s'engage à permettre à Énée de rejoindre la maison d'Anchise dans la ville assiégée, mais on peut y voir aussi d'autres allusions. Vénus aidera Énée à s'établir en Italie, « la terre de ses pères », c'est-à-dire de ses lointains ancêtres, en l'occurrence Dardanus (cfr 1, 380) ; à plus long terme encore, on n'oubliera pas qu'Énée descendait de Jupiter (cfr aussi 1, 380) et qu'il était destiné à monter au ciel (cfr 1, 257-260).

faces redoutables (2, 623-624). Celles des dieux acharnés à la ruine de Troie. L'évocation pourrait avoir été inspirée par la description d'Homère (Iliade, 20, 54-74) montrant les dieux s'affrontant dans les champs troyens.

Troie de Neptune (2, 625). Puisque Neptune, on vient de le voir (2, 610), avait aidé Laomédon à construire les murs de Troie.

ainsi, au sommet des monts (2, 626-631). Des comparaisons de ce type se retrouvent chez Homère (Iliade, 4, 482-487), chez Apollonius de Rhodes (Argonautiques, 4, 1682-1686) et chez Catulle (64,105-109).

je descends (2, 632). Énée descend de la citadelle.

arme en main (2, 645). Anchise n'est pas lâche, mais plutôt désespéré. Il veut trouver la mort en se battant.

renoncer à une sépulture (2, 646). Comme le note M. Rat, « cette réflexion d'Anchise est en désaccord avec les idées des Anciens, qui croyaient que, quand un homme n'avait pas reçu de sépulture, son âme, pendant cent ans, errait aux bords du Styx (cfr 6, 329). Mais Anchise est désespéré ; en outre, il veut décider son fils à le laisser. Au reste, du temps de Virgile, le respect de la sépulture n'était pas aussi répandu : 'Je ne me soucie pas de ma tombe, écrivait Mécène, la nature ensevelit ceux qu'on a délaissés'  ».

honni des dieux (2, 647-649). Sur Anchise, voir 1, 617. L'épisode de la rencontre d'Anchise et de Vénus est raconté en détail dans L'Hymne homérique à Aphrodite. Après s'être unie au héros, Vénus, en lui révélant son identité, lui avait annoncé qu'elle lui donnerait un fils, mais lui avait recommandé de ne pas révéler le secret de la naissance divine de son fils, pour éviter la colère de Zeus-Jupiter. Plus tard Anchise, sous l'emprise de la boisson, s'était vanté de ses amours avec la déesse ; il en fut puni par Zeus, qui le foudroya, le rendant boiteux ou aveugle, selon les versions.

Pyrrhus (2, 662-663). Cfr 2, 263n. et surtout le passage relatant la mort de Politès et de Priam (2, 526-558).

mon épouse... (2, 673-678). Ce passage où Créuse tend le petit Iule à son père ne manque pas d'évoquer, malgré de nombreuses différences, le célèbre passage des adieux d'Hector et Andromaque (Homère, Iliade, 6, 369-502).

un prodige soudain... (2, 680-684). Cfr aussi 7, 73, où une flamme apparue sur la tête de Lavinia est le signe d'un grand destin. De même, dans la description du bouclier d'Énée (8, 680-681) une aigrette de feu entoure la tête d'Octave-Auguste. Un prodige comparable est rapporté à propos de Servius Tullius, qui fut ainsi désigné pour succéder à Tarquin l'Ancien (Tite-Live, 1, 39, 1).

Anchise (2, 687). Anchise, dès ce moment, va se présenter comme un interprète des prodiges, une sorte de prophète, qui d'ailleurs se trompera à diverses reprises, mais qui contribuera toujours à pousser Énée à poursuivre sa route.

sur la gauche (2, 692). La gauche est, en matière augurale, le côté favorable.

la forêt de l'Ida (2, 696). La forêt du mont Ida de Phrygie, proche de Troie, vers où iront se réfugier Énée et les fugitifs avant de quitter le pays (2, 801-804), avec des bateaux fabriqués avec les arbres d'une forêt consacrée à Cybèle, ce qui inspirera l'épisode de leur métamorphose en nymphes marines (9, 107-122).

traçant une route (2, 696). De même, chez Apollonius de Rhodes, c'est à l'aide d'un sillon lumineux que Junon indique aux Argonautes la voie à suivre (Argonautiques, 4, 294ss.).

soufre (2, 698). Le soufre serait, selon Servius, « l'odeur du feu divin ».

sauvez ma maison (2, 702). Ce vers peut se comprendre comme une annonce de la renaissance de Troie en Italie. La maison d'Anchise ne disparaîtra pas.

ma femme suivra nos pas (2, 711). « On s'est étonné, note A. Bellesort (Virgile. Énéide, I, p. 63, n. 2) qu'Énée ne s'occupât pas davantage de sa femme et la laissât ainsi derrière lui. Peut-être s'en étonnerait-on moins, si l'on songeait que nous sommes en Orient ». Pour J. Perret (Virgile. Énéide, I, p. 65, n.1), Énée aurait agi de la sorte pour que Créuse puisse surveiller les arrières, ce qui paraît une curieuse explication. Ne serait-ce pas surtout pour rendre plus plausible l'épisode de sa disparition ?

Cérès (2, 713-714). Cérès, assimilée à la Déméter des Grecs, est la Terre Mère ou la désse des moissons.

à l'écart (2, 713). La traduction de l'adjectif latin deserta, qui porte sur Cérès, n'est pas facile. Le temple, situé en dehors des murs, aurait-il été « abandonné » depuis le siège de Troie ? Ou bien s'agirait-il d'un coin « désert, peu fréquenté », ce qui conviendrait bien comme lieu de rassemblement (cfr J. Perret, Virgile. Énéide, I, p. 66, n. 1, à qui nous avons repris la traduction « à l'écart »).

les objets sacrés, les Pénates (2, 717). Cfr 1, 6  ; 1, 67 ; 2, 293.

sacrilège (2, 719-720). Avoir répandu le sang lors des combats constitue pour Énée une souillure. Il devrait se purifier avant de toucher des objets sacrés (cfr 2, 168).

j'étends sur mes fortes épaules... (2, 721-725). Il existe plusieurs représentations figurées de la fuite d'Énée, qu'il s'agisse de statuettes, de vases, de lampes, de pierres gravées, de peintures ou de monnaies. Voir, par exemple, la synthèse, déjà ancienne, de S. Fuchs, Die Bildgeschichte der Flucht des Aeneas (mit 32 Abbildungen), dans ANRW, Berlin, New York, I, 4, 1973, p. 615-632.

un bruit répété de pas... (2, 731). S'agit-il d'une hallucination ? Ou du bruit provoqué par ceux qui ont enlevé Créuse, et qu'Anchise prend pour des poursuivants ennemis.

Cérès (2, 742). C'était le point de ralliement convenu (cfr 2, 713-714).

l'asile de Junon (2, 761). Le temple de Junon est présenté ici comme un lieu d'asile, ce qui était courant pour les temples dans l'antiquité. Mais ce droit d'asile n'était pas toujours respecté. Cfr le sort de Cassandre arrachée au sanctuaire de Minerve en 2, 404.

Phoenix (2, 762). Phoenix était le précepteur d'Achille. Fils d'Amyntor, ce Phoenix, en dispute avec son père, s'était réfugié auprès de Pélée, qui l'avait fait roi des Dolopes et précepteur de son fils Achille. Phoenix accompagna Achille à Troie et intervient à diverses reprises en tant que son conseiller. Après la mort d'Achille, il fit partie avec Ulysse de la délégation qui alla chercher Néoptolème. En citant Phoenix dans ce contexte, Virgile évoque donc en fait Achille. En joignant au nom de Phoenix celui d'Ulysse, Virgile évoque les deux guerriers grecs les plus acharnés contre Troie.

tables d'offrande (2, 765). Il s'agissait de tables en or, en argent ou en marbre, sur lesquelles on disposait des offrandes et qu'on rencontrait par exemple à l'intérieur des temples devant les statues des dieux.

étoffes (2, 765). Vêtements mais aussi tapis, tentures, etc.

plus grande que nature (2, 773). Les apparitions ont souvent des dimensions plus grandes que nature (cfr par exemple Décius chez Tite-Live, 8, 9 ; Romulus chez Ovide, Fastes, 2, 503). Cfr ce qui concerne Didon en 4, 654. Il en sera de même pour la Sibylle de Cumes entrant en transe sous le souffle d'Apollon (cfr 6, 49).

Je restai stupéfait... (2, 774). Ce vers sera repris en 3, 48.

Alors, elle me parla... (2, 775). Ce vers sera repris en 3, 153 et en 8, 35. Le discours de Créuse est une prophétie, prédisant les pérégrinations d'Énée, son installation en Italie et son union avec Lavinie, mais aussi des paroles de consolation très douces et très attendrissantes.

le roi du haut Olympe (2, 779). Jupiter.

long exil (2, 780). Les pérégrinations d'Énée dureront 7 ans.

Hespérie (2, 781). C'est-à-dire l'Italie (cfr 1, 530).

Thybris lydien (2, 781). C'est le Tibre, généralement appelé Thybris dans l'Énéide. Ce fleuve, qui baigne la ville de Rome, est qualifié de lydien parce qu'il a sa source en Étrurie, que la légende considère comme une fondation de Lydiens (cfr 8, 479 et 9, 11).

une épouse royale (2, 783). Il s'agit de Lavinie, la fille de Latinus et d'Amata. Ces personnages jouent un rôle de premier plan dans les derniers chants de l'Énéide, à partir du chant 7.

Myrmidons... Dolopes (2, 786-787). Deux peuples de Thessalie, venus combattre à Troie sous les ordres d'Achille et réputés pour leur vaillance (cfr 2, 7).

issue de Dardanus et bru de la divine Vénus (2, 787). Fille de Priam, Créuse remonte à Dardanus (cfr 1, 38n.) ; épouse d'Énée, elle pouvait se prétendre la bru de Vénus.

la grande mère des dieux (2, 788). Cybèle, adorée sur le Bérécynte, un des sommets de l'Ida phrygien (d'où l'épiclèse de Bérécyntienne qui lui est parfois donnée). Grande déesse mère d'Anatolie, cette divinité orientale avait été introduite à Rome à l'époque des guerres puniques, en 204 avant Jésus-Christ. Quelques années plus tard (en -191), elle avait reçu sur le Palatin un temple, qui fut restauré beaucoup plus tard par Auguste. Elle était accompagnée d'un parèdre et amant, Attis, dont le culte, suspect aux yeux des Romains, ne fut réellement libéré qu'avec l'empereur Claude. L'intérêt d'Auguste pour cette divinité pourrait expliquer l'importance que Virgile lui donne dans l'Énéide : ici à propos de Créuse ; en 3, 111-113, où sont présentés quelques aspects de son culte et où Anchise lui attribue une origine crétoise ; en 7, 139, où Cybèle figure parmi les divinités invoquées par Énée ; puis plus loin dans le livre 9, notamment à propos de la métamorphose des vaisseaux d'Énée en nymphes marines (9, 80-83 ; 9, 109n et 9, 618n). Elle apparaît aussi en 10, 220 (sous le nom de Cybebe) ; et en 11, 768. On trouvera des renseignements sur le culte de Cybèle chez Catulle, 63 ; Lucrèce, 2, 598-643 ; Ovide, Fastes, 4, 179-372.

Trois fois je tentai... (2, 792-794). Ces trois vers seront repris en 6, 700-702. L'influence homérique est probable. On songera à l'épisode célèbre de l'Odyssée (11, 204-208), où Ulysse veut serrer dans ses bras sa mère Anticlée évoquée des enfers.

sur les crêtes du haut Ida (2, 801). Cfr 2, 696.

Lucifer (2, 801). C'est l'étoile du matin, opposée à Vesper, l'étoile du Soir (ou du Berger). Cfr 1, 374.


Énéide - Chant II (Plan) - Page précédente - Page suivante

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)