Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant V (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE V

 

ESCALE EN SICILE. JEUX FUNÈBRES

Régates (5, 114-285)

 

Préliminaires (5, 114-150)

Quatre trirèmes (la « Pristis » dirigée par Mnesthée ; la « Chimère », par Gyas ; le « Centaure », par Sergeste ; la « Scylla », par Cloanthe) participent à la course. Le parcours est défini par Énée ; les emplacements sont tirés au sort ; les équipages sont en place (5, 114-135).

Au signal donné, tous partent en ramant avec ardeur, comme des biges lors d'une course de chars, suscitant les applaudissements des spectateurs (5, 136-150).

Prima pares ineunt grauibus certamina remis

Les premières épreuves voient quatre navires de même catégorie

quattuor ex omni delectae classe carinae.

Velocem Mnestheus agit acri remige Pristim,

mox Italus Mnestheus, genus a quo nomine Memmi,

ingentemque Gyas ingenti mole Chimaeram,

urbis opus, triplici pubes quam Dardana uersu

choisis parmi toute la flotte s'avancer avec leurs lourdes rames.

Mnesthée commande la rapide « Pristis » et ses ardents rameurs,

Mnesthée, qui, Italien bientôt, donnera son nom à la famille de Memmius ;

Gyas dirige l'énorme « Chimère », à la masse énorme aussi,

vraie ville flottante, qu'actionnent sur leur triple banc

5, 115

impellunt, terno consurgunt ordine remi ;

Sergestusque, domus tenet a quo Sergia nomen,

Centauro inuehitur magna, Scyllaque Cloanthus

caerulea, genus unde tibi, Romane Cluenti.

Est procul in pelago saxum spumantia contra

,de jeunes Dardaniens ; sur trois rangs les rames se soulèvent ;

Sergeste, de qui la famille Sergia tient son nom,

se déplace sur le grand « Centaure », et sur la « Scylla » bleue

navigue Cloanthe, auteur de ta maison, ô Romain Cluentius.

Loin au large, face au rivage écumant, on voit un rocher

5, 120

litora, quod tumidis summersum tunditur olim

fluctibus, hiberni condunt ubi sidera Cori ;

tranquillo silet immotaque attollitur unda

campus et apricis statio gratissima mergis.

Hic uiridem Aeneas frondenti ex ilice metam

que parfois les flots gonflés viennent battre et recouvrir,

lorsque les bises hivernales dissimulent les constellations.

Par temps calme, c'est le silence ; vraie terrasse, il émerge

de l'onde immobile, séjour très cher aux plongeons amis du soleil.

Là, le sage Énée dresse une borne verte, faite d'une yeuse feuillue,

5, 125

constituit signum nautis pater, unde reuerti

scirent et longos ubi circumflectere cursus.

tum loca sorte legunt ipsique in puppibus auro

ductores longe effulgent ostroque decori ;

cetera populea uelatur fronde iuuentus

signal destiné à indiquer aux marins d'où  revenir

et où  tourner en infléchissant leurs longues courses.

Ensuite le sort désigne les emplacements de départ. Sur les poupes,

parés d'or et de pourpre, les capitaines resplendissent au loin.

Le reste des jeunes gens, couverts de feuillage de peuplier,

5, 130

nudatosque umeros oleo perfusa nitescit.

 

Considunt transtris, intentaque bracchia remis ;

intenti exspectant signum, exsultantiaque haurit

corda pauor pulsans laudumque arrecta cupido.

Inde ubi clara dedit sonitum tuba, finibus omnes,

sont tout luisants, avec leurs épaules nues baignées d'huile.

 

Installés sur les bancs, ils ont les bras tendus sur les rames ;

tendus, ils attendent le signal,  la peur qui les frappe épuise

leurs coeurs haletants, de même que leur désir exacerbé de gloire.

Dès que la trompette a donné son éclatant signal, tous aussitôt

5, 135

haud mora, prosiluere suis ; ferit aethera clamor

nauticus, adductis spumant freta uersa lacertis.

Infindunt pariter sulcos, totumque dehiscit

conuulsum remis rostrisque tridentibus aequor.

Non tam praecipites biiugo certamine campum

bondissent de leurs lignes ; les cris des marins frappent l'éther ;

les bras agités retournent les flots qui se couvrent d'écume.

Des sillons égaux se creusent, et toute la plaine marine s'entrouve,

déchirée par les rames et les éperons à trois dents.

Dans une course, les biges ne sont pas si ardents à se précipiter,

5, 140

corripuere ruuntque effusi carcere currus,

nec sic immissis aurigae undantia lora

concussere iugis pronique in uerbera pendent.

Tum plausu fremituque uirum studiisque fauentum

consonat omne nemus, uocemque inclusa uolutant

quand, sortis des carcères, ils ont gagné la plaine et s'y ruent,

et une fois lancés les atellages, les cochers n'agitent pas ainsi les rènes

flottantes, et ne se pendent pas, tête en avant, à leurs fouets.

Alors toute la forêt résonne des applaudissements bruyants de tous,

et des passions des supporters ; l'anse du rivage répercute les voix ;

5, 145

litora, pulsati colles clamore resultant.

les collines renvoient l'écho des clameurs qui les frappent.

5, 150

 

Premières phases de la course (5, 151-224)

Gyas (la « Chimère ») prend la tête, suivi de près par Cloanthe (la « Scylla »), Mnesthée (la « Pristis ») et Sergeste (le « Centaure ») rivalisant pour la troisième place. Parvenu le premier à hauteur du rocher à contourner, Gyas ordonne à son pilote Ménétès de serrer la borne au plus près ; le pilote, par prudence, n'obéit pas, ce qui permet à Cloanthe de passer en tête, en se frayant un passage entre le rocher et la « Chimère ». De dépit, Gyas jette à l'eau son pilote Ménétès, qui parvient à se hisser sur le rocher, au grand amusement des marins (5, 151-182).

Sergeste et Mnesthée espèrent la seconde place ; Sergeste a d'abord l'avantage, mais Mnesthée harangue ses hommes, qui tous rament avec ardeur (5, 183-200).

Sergeste s'est trop approché du rocher et va s'y échouer, brisant ses rames, ce qui permet à Mnesthée de remporter la seconde place, laissant derrière lui Sergeste bloqué sur son rocher, et Gyas qui navigue sans pilote (5, 201-224).

Effugit ante alios primisque elabitur undis

turbam inter fremitumque Gyas ; quem deinde Cloanthus

consequitur, melior remis, sed pondere pinus

tarda tenet. post hos aequo discrimine Pristis

Avant les autres, Gyas s'échappe et est le premier à glisser

sur les vagues, en présence d'une foule frémissante ; Cloanthe,

meilleur à la rame, le suit ; mais, à cause de son poids,

le bateau prend du retard. Derrière eux, à distance égale,

Centaurusque locum tendunt superare priorem ;

et nunc Pristis habet, nunc uictam praeterit ingens

Centaurus, nunc una ambae iunctisque feruntur

frontibus et longa sulcant uada salsa carina.

Iamque propinquabant scopulo metamque tenebant,

la « Pristis » et le « Centaure » cherchent chacun à se dépasser ;

tantôt la « Pristis » est en tête ; tantôt l'imposant « Centaure » l'emporte

et la double ; tantôt tous deux ensemble avancent de front,

et de leurs longues carènes sillonnent les ondes salées.

Déjà ils étaient proches du rocher et touchaient la borne,

5, 155

cum princeps medioque Gyas in gurgite uictor

rectorem nauis compellat uoce Menoeten :

« Quo tantum mihi dexter abis ? Huc derige cursum ;

litus ama et laeua stringat sine palmula cautes ;

altum alii teneant » dixit ; sed caeca Menoetes

quand Gyas, en tête et vainqueur à la mi-course,

appelle à haute voix Ménétès, le pilote de son navire :

« Où t'éloignes-tu, tellement à droite ? Serre de ce côté ;

longe le bord, et laisse les rames frôler les rochers à gauche ;

que les autres prennent le large », dit-il ; mais Ménétès,

5, 160

saxa timens proram pelagi detorquet ad undas.

« Quo diuersus abis ? » iterum « pete saxa, Menoete ! »

Cum clamore Gyas reuocabat, et ecce Cloanthum

respicit instantem tergo et propiora tenentem.

Ille inter nauemque Gyae scopulosque sonantis

redoutant d'invisibles écueils, fait virer sa proue vers la mer.

« Où t'écartes-tu de ce côté ? » Puis : « Va vers les rochers, Ménétès ! »

lui criait Gyas en le rappelant ; et voici qu'il se retourne

et voit dans son dos, tout proche, Cloanthe qui le presse.

Ce dernier se faufile entre le bateau de Gyas et les rochers sonores,

5, 165

radit iter laeuum interior subitoque priorem

praeterit et metis tenet aequora tuta relictis.

Tum uero exarsit iuueni dolor ossibus ingens

nec lacrimis caruere genae, segnemque Menoeten

oblitus decorisque sui sociumque salutis

par la gauche, à l'intérieur ; brusquement il dépasse le premier

et gagne les eaux sûres, laissant la borne derrière lui.

Une souffrance infinie brûle le jeune homme jusqu'aux os ;

des larmes lui mouillent les joues ; oublieux de sa dignité

et du salut de ses compagnons, il pousse l'indolent Ménétès

5, 170

in mare praecipitem puppi deturbat ab alta ;

ipse gubernaclo rector subit, ipse magister

hortaturque uiros clauumque ad litora torquet.

At grauis ut fundo uix tandem redditus imo est,

iam senior madidaque fluens in ueste Menoetes

du haut de la poupe, et le précipite tête en avant dans la mer.

Lui, le capitaine, prend la place du pilote ; il est le maître,

exhorte les hommes et dirige la barre vers le rivage.

Et, lorsque Ménétès est enfin sorti de l'eau, accablé,

âgé déjà, et ruisselant dans ses vêtements mouillés,

5, 175

summa petit scopuli siccaque in rupe resedit.

Illum et labentem Teucri et risere natantem

et salsos rident reuomentem pectore fluctus.

 

Hic laeta extremis spes est accensa duobus,

Sergesto Mnestheique, Gyan superare morantem.

il gagne le sommet de l'écueil et au sec s'assied  sur le rocher.

Les Teucères ont ri, lorsqu'ils l'ont vu glisser et nager,

et ils rient à voir sa poitrine recracher des flots d'eau salée.

 

Alors, les deux derniers, Sergeste et Mnesthée voient naître

un heureux espoir de l'emporter sur Gyas, qui s'attarde.

5, 180

Sergestus capit ante locum scopuloque propinquat,

nec tota tamen ille prior praeeunte carina ;

parte prior, partim rostro premit aemula Pristis.

At media socios incedens naue per ipsos

hortatur Mnestheus : « Nunc, nunc insurgite remis,

Sergeste prend la tête et s'approche du rocher,

il est premier mais sans que son bateau soit entièrement devant ;

premier en partie, sa rivale, « la Pristis » le serre partiellement de son éperon.

Alors, s'avançant du milieu du bateau parmi ses compagnons,

Mnesthée les encourage : « Allons, allons pressez sur les rames,

5, 185

 Hectorei socii, Troiae quos sorte suprema

delegi comites ; nunc illas promite uiris,

nunc animos, quibus in Gaetulis Syrtibus usi

Ionioque mari Maleaeque sequacibus undis.

non iam prima peto Mnestheus neque uincere certo

compagnons d'Hector, vous que, lors du jour suprême de Troie,

j'ai choisis pour me suivre; c'est le moment de faire éclater

ces forces, ce courage, qui vous ont servis dans les Syrtes gétules,

et sur la mer Ionienne et parmi les flots tumultueux du cap Malée.

Moi Mnesthée je renonce au premier prix et  ne lutte plus pour la victoire,

5, 190

quamquam o...! Sed superent quibus hoc, Neptune, dedisti !

Extremos pudeat rediisse : hoc uincite, ciues,

et prohibete nefas. » Olli certamine summo

procumbunt : uastis tremit ictibus aerea puppis

subtrahiturque solum, tum creber anhelitus artus

quoique...! Ô Neptune, qu'emportent la palme ceux à qui tu l'as donnée !

Ce serait une honte d'être les derniers : remportez au moins cette victoire,

mes amis, empêchez ce déshonneur ». Les hommes dans un effort ultime

se penchent sur les rames : la poupe d'airain tremble et le sol se dérobe

sous leurs énormes battements ; une respiration haletante secoue les corps

5, 195

aridaque ora quatit, sudor fluit undique riuis.

 

Attulit ipse uiris optatum casus honorem :

namque furens animi dum proram ad saxa suburget

interior spatioque subit Sergestus iniquo,

infelix saxis in procurrentibus haesit.

et dessèche les bouches et de partout, ruissellent des flots de sueur.

 

Le hasard même leur apporta précisément l'honneur souhaité.

Car tandis que, dans sa fougue, il pressait sa proue vers le rocher,

se faufilant et s'avançant à l'intérieur du passage dangereux,

l'infortuné Sergeste alla s'échouer sur les rocs en saillie.

5, 200

Concussae cautes et acuto in murice remi

obnixi crepuere inlisaque prora pependit.

Consurgunt nautae et magno clamore morantur

ferratasque trudes et acuta cuspide contos

expediunt fractosque legunt in gurgite remos.

Le récif a été ébranlé et les rames, au contact des arêtes du rocher,

ont volé en éclat, et la proue défoncée est restée suspendue.

Les matelots se dressent, et poussant des cris, tentent de se dégager ;

ils saisissent des piques de fer et des épieux garnis de pointes

et recueillent dans le gouffre leurs rames brisées.

5, 205

At laetus Mnestheus successuque acrior ipso

agmine remorum celeri uentisque uocatis

prona petit maria et pelago decurrit aperto.

Qualis spelunca subito commota columba,

cui domus et dulces latebroso in pumice nidi,

Quant à l'heureux Mnesthée, plus fougueux après son succès,

grâce à sa troupe de rapides rameurs, et les vents qu'il a invoqués,

il gagne des zones calmes et file sur la mer qui s'ouvre à lui.

On dirait une colombe subitement chassée de la caverne

où, au creux d'une pierre, elle a fait sa demeure et son nid douillet,

5, 210

fertur in arua uolans plausumque exterrita pennis

dat tecto ingentem, mox aere lapsa quieto

radit iter liquidum celeris neque commouet alas :

sic Mnestheus, sic ipsa fuga secat ultima Pristis

aequora, sic illam fert impetus ipse uolantem.

et qui prend son envol vers les champs ; effrayée, dans son abri,

elle bat vigoureusement des ailes, mais bientôt, dans l'air paisible

elle glisse, effleure sa route transparente, sans plus agiter ses ailes rapides.

Ainsi, Mnesthée, ainsi la « Pristis »  fend dans sa fuite les flots

les derniers à parcourir, entraînée dans son vol par son élan même.

5, 215

Et primum in scopulo luctantem deserit alto

Sergestum breuibusque uadis frustraque uocantem

auxilia et fractis discentem currere remis.

inde Gyan ipsamque ingenti mole Chimaeram

consequitur ; cedit, quoniam spoliata magistro est.

D'abord elle laisse derrière elle Sergeste, qui se débat

en haut du récif , qui sur ses  bas-fonds appelle vainement à l'aide,

et s'essaye à faire la course avec des débris de rames.

Puis elle rejoint Gyas et l'imposante « Chimère »

qui cède devant elle, puisque privée de son pilote.

5, 220

 

Fin de la course et remise des prix (5, 225-285)

Mnesthée, encouragé par les spectateurs, est très près de gagner la première place, mais Cloanthe adresse aux dieux de la mer des prières et des voeux, ce qui lui vaut la victoire (5, 227-243).

Cloanthe, proclamé vainqueur, est gratifié d'une couronne de laurier ; les trois premiers équipages reçoivent chacun trois jeunes taureaux, du vin et un talent d'argent ; et des récompenses particulières sont attribuées aux trois capitaines : Cloanthe reçoit une chlamyde d'or, ornée d'une broderie évoquant le rapt de Ganymède ; Mnesthée la cuirasse de Démoléos, que lui avait arrachée Énée à Troie ; Gyas deux bassins de bronze et des vases d'argent (5, 244-267).

Sergeste, parvenu enfin à ramener son équipage et son navire au port, reçoit lui aussi une récompense : l'esclave Pholoé et ses deux enfants nouveau-nés (5, 268-285).

Solus iamque ipso superest in fine Cloanthus,

quem petit et summis adnixus uiribus urget.

Tum uero ingeminat clamor cunctique sequentem

instigant studiis, resonatque fragoribus aether.

Hi proprium decus et partum indignantur honorem

Désormais, à la fin du parcours, Cloanthe reste seul en tête ;

Mnesthée veut le rejoindre et le serre  de toutes ses forces.

Alors les cris redoublent et tous encouragent le poursuivant

de leurs voeux, tandis que l'éther retentit de bruits fracassants.

Les uns s'indignent à l'idée de ne pas obtenir la palme qui leur revient,

5, 225

ni teneant, uitamque uolunt pro laude pacisci ;

hos successus alit : possunt, quia posse uidentur.

Et fors aequatis cepissent praemia rostris,

ni palmas ponto tendens utrasque Cloanthus

fudissetque preces diuosque in uota uocasset :

la gloire déjà conquise ; et pour cet honneur, ils risqueraient leur vie.

L'idée du succès nourrit les autres : ils peuvent, puisque ils croient pouvoir.

Et peut-être les deux l'auraient emporté, leurs proues sur une même ligne,

si Cloanthe, les deux mains tendues vers le large, ne s'était répandu

en prières et n'avait invoqué les dieux en faisant des voeux :

5, 230

« Di, quibus imperium est pelagi, quorum aequora curro,

uobis laetus ego hoc candentem in litore taurum

constituam ante aras uoti reus, extaque salsos

proiciam in fluctus et uina liquentia fundam. »

Dixit, eumque imis sub fluctibus audiit omnis

« Dieux qui détenez l'empire de la mer, maîtres des flots que je parcours,

je serai heureux de consacrer en votre honneur sur ce rivage

, un taureau blanc, pour m'acquitter de mon voeu devant vos autels ;

je jetterai ses entrailles dans l'onde salée, et ferai des libations de vin pur. »

Il a parlé, et dans les profondeurs des flots, tous l'ont entendu :

5, 235

Nereidum Phorcique chorus Panopeaque uirgo,

et pater ipse manu magna Portunus euntem

impulit : illa Noto citius uolucrique sagitta

ad terram fugit et portu se condidit alto.

 

Tum satus Anchisa cunctis ex more uocatis

le choeur des Néréides et de Phorcus, et la vierge Panopée ;

le vénérable Portunus lui-même de sa main puissante poussa

le navire : plus rapide que le Notus et qu'une flèche ailée,

le navire a volé vers le rivage et s'est enfoncé dans le port.

 

Alors, le fils d'Anchise convoque tous les concurrents,

5, 240

uictorem magna praeconis uoce Cloanthum

declarat uiridique aduelat tempora lauro,

muneraque in nauis ternos optare iuuencos

uinaque et argenti magnum dat ferre talentum.

ipsis praecipuos ductoribus addit honores :

selon la coutume ; par la voix puissante du héraut il proclame

Cloanthe vainqueur et lui couronne le front de vert laurier ;

il accorde aussi à chaque équipage trois jeunes taureaux

à choisir, du vin et un grand talent d'argent à emporter.

Aux capitaines il ajoute encore des honneurs particuliers :

5, 245

uictori chlamydem auratam, quam plurima circum

purpura maeandro duplici Meliboea cucurrit.

Intextusque puer frondosa regius Ida

uelocis iaculo ceruos cursuque fatigat

acer, anhelanti similis, quem praepes ab Ida

au vainqueur, une chlamyde d'or, ornée d'un double méandre

de pourpre mélibéenne, qui l'entoure de sa large bordure.

Tissée dans la toile, une image représente dans l'Ida feuillu

le jeune prince qui en courant force de son épieu des cerfs rapides ;

il est ardent, comme haletant ; rapide, le porte-foudre de Jupiter,

5, 250

sublimem pedibus rapuit Iouis armiger uncis ;

longaeui palmas nequiquam ad sidera tendunt

custodes, saeuitque canum latratus in auras.

At qui deinde locum tenuit uirtute secundum,

leuibus huic hamis consertam auroque trilicem

l'a enlevé de l'Ida  et l'a emporté au ciel dans ses serres crochues ;

les vieillards qui le gardent tendent en vain les mains vers les astres,

et les aboiements des chiens rageurs s'élèvent dans les airs.

Puis celui qui, par sa valeur, a conquis la seconde place,

reçoit une triple cotte de mailles polies entrelacées d'or,

5, 255

loricam, quam Demoleo detraxerat ipse

uictor apud rapidum Simoenta sub Ilio alto,

donat habere, uiro decus et tutamen in armis.

Vix illam famuli Phegeus Sagarisque ferebant

multiplicem conixi umeris ; indutus at olim

qu' Énée avait arrachée à Démoléos, quand il l'avait vaincu

près du rapide Simoïs, au pied de la fière Ilion ;

 il la donne, parure pour le guerrier et protection sous les armes.

Ses serviteurs Phégée et Sagaris, avaient du mal, à eux deux,  à porter

sur leurs épaules cette cuirasse aux multiples mailles, revêtue pourtant

5, 260

Demoleos cursu palantis Troas agebat.

tertia dona facit geminos ex aere lebetas

cymbiaque argento perfecta atque aspera signis.

 

Iamque adeo donati omnes opibusque superbi

puniceis ibant euincti tempora taenis,

jadis par Démoléos, qui poursuivait  les Troyens en débandade.

Le troisième prix est constitué de deux bassins de bronze,

de vases d'argent parfaitement travaillés, avec des  figures en relief.

 

Et déjà tous les vainqueurs primés, fiers de leurs richesses,

s'avançaient, le front ceint de bandeaux de pourpre,

5, 265

cum saeuo e scopulo multa uix arte reuulsus

amissis remis atque ordine debilis uno

inrisam sine honore ratem Sergestus agebat.

Qualis saepe uiae deprensus in aggere serpens,

aerea quem obliquum rota transiit aut grauis ictu

quand, ayant réussi à force d'habileté,  à s'arracher au cruel rocher,

affaibli par la perte de ses rames et d'un rang de rameurs,

Sergeste s'avança sans honneur, ramenant son bateau sous les quolibets.

Il était comme un serpent, découvert parfois au bord d'une route,

quand une roue de bronze a roulé sur lui, ou quand un passant

5, 270

seminecem liquit saxo lacerumque uiator ;

nequiquam longos fugiens dat corpore tortus

parte ferox ardensque oculis et sibila colla

arduus attollens ; pars uulnere clauda retentat

nexantem nodis seque in sua membra plicantem :

d'un coup violent l'a laissé à demi-mort, déchiré par une pierre ;

le serpent cherche à fuir, tord en vain son corps en longs replis, 

encore féroce en partie, avec ses yeux ardents et son cou

que en sifflant il dresse bien haut ; la partie blessée le retient

tandis qu'il  se contorsionne et se replie sur ses anneaux.

5, 275

tali remigio nauis se tarda mouebat ;

uela facit tamen et uelis subit ostia plenis.

Sergestum Aeneas promisso munere donat

seruatam ob nauem laetus sociosque reductos.

Olli serua datur operum haud ignara Mineruae,

C'est avec un équipage ainsi affaibli que le navire s'avançait lentement ;

cependant Sergeste hisse les voiles et, vent en poupe, entre au port.

Énée gratifie Sergeste de la récompense promise, heureux de voir

le bateau sauvé et ses compagnons ramenés à bon port..

On lui donne une esclave, habile aux travaux de Minerve,

5, 280

Cressa genus, Pholoe, geminique sub ubere nati.

d'origine crétoise, Pholoé, et des jumeaux qu'elle allaite encore.

5, 285

Page suivante


 Notes (5, 114-285)

premières épreuves (5, 114). Dans sa description des jeux, Virgile s'est inspiré des jeux funèbres en l'honneur de Patrocle au chant 23 de l'Iliade d'Homère. Mais le nombre des jeux ainsi que le ton général sont très différents. Ainsi par exemple Virgile a remplacé par une course de bateaux la course de chars qui chez Homère ouvrait les compétitions. Cela s'explique peut-être par l'importance qu'avait la navigation pour les compagnons d'Énée, qui avaient passé de longues années en mer. En tout cas, les régates ne faisaient pas normalement partie des jeux, sinon peut-être (et ce serait significatif) dans le cas des jeux d'Auguste à Actium, les Actiaca [à vérifier].

de même catégorie (5, 114). Comme on le verra, les navires n'ont pas tous les mêmes dimensions, mais ils ont tous le même nombre de bancs de rameurs. Ce sont des trirèmes, courantes chez les Romains, mais anachroniques à l'époque d'Énée. Selon Thucydide en effet (I, 13), elles auraient été inventées au VIIIe siècle avant Jésus-Christ.

Mnesthée (5, 116). Cité pour la première fois en 4, 288, ce compagnon d'Énée, un homme de confiance, interviendra souvent dans la suite (chants 5, 9, 10 et 12). Au chant 5, il participe non seulement aux régates, mais aussi au concours de tir à l'arc 5, 493, par exemple.

Pristis (5, 116). Les navires étaient désignés par le nom de l'animal fabuleux représenté sur leur proue (cfr aussi l'exemple du « Centaure » en 10, 195 -197, et du « Triton » d'Aulestès en 10, 207-212). Le terme « Pristis », assez vague, désigne un gros cétacé. Certains traducteurs le rendent par "« Baleine », « Scie » (sorte de squale), voire « Léviathan ».

Memmius (5, 117). À l'époque de Virgile, nombre de familles romaines prétendaient descendre de familles troyennes. Des érudits comme Varron et Hygin avaient rédigé des traités intitulés de familiis Troianis. Les Memmii, rapprochant leur nom de memini correspondant au grec memnesthai, pouvaient facilement, étant donné la fantaisie des étymologies antiques, se raccrocher à Mnesthée. Le plus illustre représentant de la gens Memmia fut le propréteur de Bithynie, Memmius, protecteur de Catulle et dédicataire du de rerum natura de Lucrèce.

Gyas (5, 118). Déjà cité en 1, 222 et en 1, 612, il joue un grand rôle dans le livre 5, et reparaîtra en 12, 460. Si Virgile ne lui attribue pas de descendance, Servius (Énéide, 5, 117) en fait l'ancêtre de la gens Gegania.

Chimère (5, 118). Monstre fabuleux, la Chimère avait, chez Homère (Iliade, 6, 179-182), une tête de lion, un corps de chèvre et une queue de serpent. On retrouvera son nom en 6, 288 et en 7, 786.

Sergeste... (5, 121). Sergeste, déjà cité en 1, 510 et en 4, 288, interviendra encore en 12, 561. La famille Sergia est connue notamment par Catilina et sa fameuse conjuration.

Centaure (5, 122). Les Centaures sont des êtres fabuleux mi-hommes, mi-chevaux (6, 286 ; 7, 675). Un bateau du même nom apparaît en 10, 195.

Scylla (5, 122). Il a été question à plusieurs reprises de ce monstre redoutable au chant 3 (en 3, 420 ; 3, 424 ; 3, 432 ; 3, 685). Il sera également mentionné en 7, 302.

Cloanthe... Cluentius (5, 122-123). Sur Cloanthe, cfr 1, 222 ; 1, 510 et 1, 612. Les Cluentii ne sont pas une famille romaine particulièrement illustre : un de leurs membres a été défendu par Cicéron (dans le Pro Cluentio).

les bises (5, 126). Virgile emploie le terme Cori (Cauri), qui sont des vents de nord-ouest porteurs de tempêtes (Pline, Histoire Naturelle, 18, 338).

les emplacements (5, 132). Les emplacements des bateaux sont tirés au sort, comme dans le modèle homérique (Iliade, 23, 352 ss), on tire au sort la position des chars.

peuplier (5, 134). Le peuplier est un arbre consacré à Hercule, patron des athlètes (cfr 8, 276).

carcères (5, 145). En latin carceres. Il s'agit des emplacements d'où les chars vont s'élancer au signal donné.

Ménétès (5, 161). C'est le pilote de Gyas. Il n'interviendra que dans les régates (5, 161-189). Un autre Ménétès, Arcadien et non plus Troyen, est cité en 12, 517.

ont ri (5, 181). Passage peut-être inspiré de Homère (Iliade, 23, 784), où les Grecs, lors de la course à pied, rient d'Ajax qui avait glissé dans la bouse.

compagnons d'Hector... (5, 188-197). La harangue de Mnesthée est une variante du discours d'Antiloque à ses chevaux chez Homère (Iliade, 23, 402-416). L'allusion aux compagnons d'Hector est probablement destinée à stimuler les hommes par une allusion flatteuse à un héros prestigieux.

Syrtes gétules (5, 192-193). Dans les deux vers qui suivent, Mnesthée évoque, en ordre chronologique inverse, les difficultés rencontrées par les Troyens avant leur arrivée à Carthage. Pour les Syrtes gétules, cfr 5, 51, avec les références.

mer Ionienne (5, 193) C'est la tempête dans la mer Ionienne, après le départ de Crète (cf 3, 192-208).

cap Malée (5, 193). Le Cap Malée, aujourd'hui cap Malia, à l'extrémité sud du Péloponnèse, était redouté des navigateurs.

remportez au moins (5, 196). La palme nous échappe ; mais il nous faut éviter le déshonneur d'être les derniers. Déjà cela sera une victoire.

poupe d'airain (5, 198). Comme le signale J. Perret (Virgile. Énéide, II, Paris, 1982, p. 11, n. 1), c'est normalement la proue qui est renforcée par du bronze (l'éperon) ; le mot « poupe » désigne ici l'ensemble du bateau.

On dirait une colombe... (5, 213-219). La comparaison entre le mouvement d'un navire et le vol d'un oiseau (épervier, faucon) se trouve chez Homère (Odyssée, 13, 86) et chez Apollonius de Rhodes (2, 932-935). L'originalité de Virgile serait entre autres d'avoir choisi la colombe, oiseau plus pacifique, consacré à Vénus et particulièrement vénéré par la gens Memmia (cfr J. Perret, Virgile. Énéide, II, Paris, 1982, p. 12, n. 1).

privée de son pilote (5, 224). Le pilote Ménétès a été jeté à l'eau par Gyas (cfr 5, 172ss).

Dieux qui détenez l'empire de la mer (5, 235-243). Cfr chez Homère (Iliade, 23, 768-770) la prière d'Ulysse à Athéna, lorsqu'il talonne de près Ajax lors de la course à pied.

je jetterai ses entrailles (5, 238). Le texte latin parle des exta, c'est-à-dire de la fressure. Dans le sacrifice romain, c'est la part du dieu qui est généralement mise à la broche ou cuite dans une marmite. Jeter ces exta à la mer est un rituel curieux, que Virgile a peut-être imaginé de toutes pièces, étant donné qu'il s'agissait d'un sacrifice aux dieux de la mer. Une partie des vers 5, 237-238 est reprise en 5, 775-776.

Néréides (5, 240). Les cinquante filles de Nérée et Doris (cfr 3, 74), étaient les nymphes bienfaisantes de la mer, dont elles habitaient le fond avec leur père. Certaines étaient célèbres : Amphitrite, Galatée, Thétis.

Phorcus (5, 240). Frère de Nérée et, comme lui, ancien dieu de la mer. On lui attribue parfois la paternité du monstre marin Scylla et celle des Gorgones. Il sera encore cité en 5, 824.

Panopée (5, 240). Une des Néréides. Elle aussi sera encore citée en 5, 824, en même temps que Thétis et Mélité.

Portunus (5, 241). Ou Portumnus, une des plus anciennes divinités romaines, présidant aux ports et aux portes. Virgile lui attribue le rôle décisif dans la victoire de Cloanthe. Une autre énumération de divinités de la mer se rencontrera en 5, 822-826.

Notus (5, 242). Au sens propre, le Notus (ou Auster) est un vent du sud. Ici, le terme désigne le vent en général. Cfr par exemple 1, 85.

talent d'argent (5, 248). Sur cette unité de poids qu'est le talent, cfr 5, 112 et 9, 265.

chlamyde d'or (5, 250). La chlamyde, comme vêtement, a été présentée en 3, 484, où la note signale d'autres mentions de chlamyde dans l'Énéide.

mélibéenne (5, 251). Mélibée, ville de Thessalie, était renommée pour sa pourpre. C'est de cette ville que Philoctète aurait été chassé (cfr 3, 401).

le jeune prince... (5, 252-257). La broderie évoque la légende de Ganymède, ce jeune prince/berger troyen, fils de Tros, que Jupiter, épris de sa beauté, avait fait enlever par un aigle et emmener dans l'Olympe, où il lui servit d'échanson et aussi (c'est explicite dans des versions plus récentes du récit) d'amant. Dans ce nouvel exemple d'ekphrasis, la représentation se développe en deux scènes : la chasse et l'enlèvement proprement dit.

Ida (5, 253). La forêt du mont Ida surplombait Troie (cfr 2, 696 et 2, 801).

porte-foudre (5, 254). Le texte latin dit « celui qui porte les armes » (armiger), mais le foudre est l'arme de Jupiter. L'aigle est ainsi le porte-foudre de Jupiter (cfr 9, 563).

cotte de mailles (5, 259). Une cuirasse du même genre a été offerte en cadeau aux Troyens par Hélénus (cfr 3, 467).

Démoléos (5, 260). Héros grec, inconnu par ailleurs.

Simoïs (5, 260). Le Simoïs est une rivière torrentueuse de Troade, qui descend du mont Ida et se jette dans le Scamandre (cfr 1, 100).

Phégée et Sagaris (5, 263). Ces personnages, au nom emprunté au répertoire grec, interviendront comme combattants dans la suite du récit : Phégée en 9, 765 et 12, 371 ; Sagaris en 9, 575.

travaux de Minerve (5, 284). Minerve est le nom de la divinité latine généralement assimilée à Pallas-Athéna. Elle patronne les travaux féminins, comme le tissage et le filage de la laine. Cfr 7, 805 et 8, 409.

Pholoé (5, 285). Inconnue par ailleurs.


Énéide - Chant V (Plan) - Page précédente - Page suivante

 Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)