Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant V (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE V

 

ESCALE EN SICILE. JEUX FUNÈBRES

Tir à l'arc et carrousel troyen (485-603)

 

Déroulement du concours (5, 485-518) 

Énée propose aux amateurs un concours de tir à l'arc, dont la cible est une colombe attachée à un mât. Les concurrents se présentent : ce sont trois jeunes gens et le vieil Aceste ; l'ordre de passage est tiré au sort (5, 485-499).

Le premier, Hippocoon, rate la cible et plante sa flèche dans le mât. Le second, Mnesthée, tranche le fil retenant la colombe, qui s'échappe dans les airs ; le troisième, Eurytion, la transperce en plein ciel . Que reste-t-il à Aceste, qui occupe la quatrième place ? (5, 500-518)

Protinus Aeneas celeri certare sagitta

inuitat qui forte uelint et praemia dicit,

ingentique manu malum de naue Seresti

erigit et uolucrem traiecto in fune columbam,

quo tendant ferrum, malo suspendit ab alto.

Sans attendre, Énée invite ceux qui le voudraient

à un concours de tir à l'arc et en annonce les prix.

De sa main puissante il dresse un mât venant du navire de Séreste,

et sur une corde tendue il suspend  tout en haut du mât

une agile colombe que les flêches auront à prendre pour cible.

5, 485

Conuenere uiri deiectamque aerea sortem

accepit galea, et primus clamore secundo

Hyrtacidae ante omnis exit locus Hippocoontis ;

quem modo nauali Mnestheus certamine uictor

consequitur, uiridi Mnestheus euinctus oliua.

Les concurrents se sont rassemblés ; on a jeté les sorts

dans un casque de bronze. Parmi les applaudissements,

le  premier nom à sortir est celui d'Hippocoon, l'Hyrtacide ;

il est suivi de Mnesthée, le récent vainqueur des régates,

Mnesthée portant sa couronne  de vert olivier.

 5, 490

Tertius Eurytion, tuus, o clarissime, frater,

Pandare, qui quondam iussus confundere foedus

in medios telum torsisti primus Achiuos.

Extremus galeaque ima subsedit Acestes,

ausus et ipse manu iuuenum temptare laborem.

 

Le troisième est Eurytion, ton frère, ô très illustre Pandare,

toi qui jadis, sur ordre divin, a rompu les accords,

et qui le premier a lancé un javelot au milieu des Achéens.

Le dernier nom resté au fond du casque était celui d'Aceste,

qui osa éprouver son bras dans un excercice pour des hommes jeunes.

5, 495

Tum ualidis flexos incuruant uiribus arcus

pro se quisque uiri et depromunt tela pharetris,

primaque per caelum neruo stridente sagitta

Hyrtacidae iuuenis uolucris diuerberat auras,

et uenit aduersique infigitur arbore mali.

Alors, chacun pour soi, les hommes  de toutes leurs forces

courbent leurs arcs souples, et retirent des traits de leurs carquois.

Et  la première flèche dans le ciel, celle du jeune Hyrtacide

fait vibrer la corde, fend  les airs légers et, arrivée au but,

elle va se ficher dans le tronc du mât qui lui fait face.

5, 500

Intremuit malus micuitque exterrita pennis

ales, et ingenti sonuerunt omnia plausu.

Post acer Mnestheus adducto constitit arcu

alta petens, pariterque oculos telumque tetendit.

Ast ipsam miserandus auem contingere ferro

Le mât a tremblé, l'oiseau épouvanté a gonflé ses plumes

et  les alentours ont retenti de battements d'ailes démesurés.

Ensuite, le fougueux Mnesthée, l'arc bandé, a pris position,

regardant vers le haut, les yeux aussi tendus que son trait.

Mais malchanceux il ne réussit pas à atteindre de sa flèche

5, 505

non ualuit ; nodos et uincula linea rupit

quis innexa pedem malo pendebat ab alto ;

illa Notos atque atra uolans in nubila fugit.

Tum rapidus, iamdudum arcu contenta parato

tela tenens, fratrem Eurytion in uota uocauit,

l'oiseau lui-même ; il trancha les noeuds et la corde de lin

qui le tenaient attaché par la patte en haut du mât ;

la colombe s'envola et s'enfuit vers le vent et les sombres nuages.

Alors, très vite, tenant depuis un moment déjà son arc bandé

et ses flèches prêtes, Eurytion implora son frère de ses voeux ;

5, 510

iam uacuo laetam caelo speculatus et alis

plaudentem nigra figit sub nube columbam.

decidit exanimis uitamque reliquit in astris

aetheriis fixamque refert delapsa sagittam.

il avait déjà observé la colombe qui joyeusement dans le ciel dégagé

battait des ailes et il la transperça, à son passage sous un sombre nuage.

Elle tomba inanimée, ayant laissé sa  vie parmi les astres de l'éther

et ramena, dans sa chute la flèche qui l'avait transpercée.

5, 515

 

Triomphe 'prodigieux' d'Aceste (5, 519-544)

Le dernier concurrent, Aceste, n'ayant plus de cible, lança cependant une flèche dans le ciel, flèche qui s'enflamma et disparut comme une comète. Énée interpréta cet événement comme un heureux présage et, proclamant Aceste vainqueur, distribua les différents prix (5, 519-544).

Amissa solus palma superabat Acestes,

Seul restait le vénérable Aceste, qui avait perdu la palme ;

qui tamen aerias telum contendit in auras

ostentans artemque pater arcumque sonantem.

Hic oculis subitum obicitur magnoque futurum

augurio monstrum ; docuit post exitus ingens

seraque terrifici cecinerunt omina uates.

pourtant il lança sa flèche dans les souffles de l'air,

faisant montre ainsi  de son habileté à faire sonner son arc.

Alors, les regards virent un prodige soudain qui allait être

un important augure ; par après un événement immense le démontra,

et ces signes les poètes les ont chanté bien tard.

5, 520

Namque uolans liquidis in nubibus arsit harundo

signauitque uiam flammis tenuisque recessit

consumpta in uentos, caelo ceu saepe refixa

transcurrunt crinemque uolantia sidera ducunt.

Attonitis haesere animis superosque precati

Or donc, volant dans les nuages humides, la flèche prit feu

et traça une route de flammes, puis ténue, elle se consuma

et disparut dans les airs : souvent des étoiles ainsi se détachent

et traversent le ciel, laissant dans leur vol traîner leur chevelure.

Tous restèrent figés, étourdis, et tant Trinacriens que Teucères

5, 525

Trinacrii Teucrique uiri, nec maximus omen

abnuit Aeneas, sed laetum amplexus Acesten

muneribus cumulat magnis ac talia fatur :

« Sume, pater, nam te uoluit rex magnus Olympi

talibus auspiciis exsortem ducere honores.

invoquèrent les dieux du ciel. Ce présage, le grand Énée

ne le refusa pas : il embrassa un Aceste tout heureux,

le combla de riches présents et lui tint ce discours :

« Accepte, père ; car par ces auspices, le grand roi de l'Olympe

a voulu que toi, bien qu'exclu par le sort, tu remportes les honneurs.

5, 530

Ipsius Anchisae longaeui hoc munus habebis,

cratera impressum signis, quem Thracius olim

Anchisae genitori in magno munere Cisseus

ferre sui dederat monimentum et pignus amoris. »

Sic fatus cingit uiridanti tempora lauro

Tu détiendras ce présent qui vient du vieil Anchise en personne,

un cratère incrusté de reliefs, que jadis Cissée de Thrace

avait, en insigne hommage, offert à mon père Anchise,

pour qu'il l'emportât comme souvenir et en gage d'affection. »

Cela dit, il lui ceignit les tempes de vert laurier,

5, 535

et primum ante omnis uictorem appellat Acesten.

Nec bonus Eurytion praelato inuidit honori,

quamuis solus auem caelo deiecit ab alto.

Proximus ingreditur donis qui uincula rupit,

extremus uolucri qui fixit harundine malum.

et proclama Aceste vainqueur, premier avant tous les autres.

Le bon Eurytion ne lui envia pas l'honneur de cette préséance,

même si lui seul avait fait tomber l'oiseau du haut du ciel.

S'avance ensuite vers les prix celui qui a brisé le lacet

et en dernier lieu, celui qui a planté dans le mât sa flèche ailée.

5, 540

 

Carrousel troyen (5, 545-603)

Les jeux se terminent par une parade équestre menée par les jeunes Troyens, et notamment Iule. Les enfants, richement parés et armés, défilent sur leurs montures, sous les regards attendris de leurs parents, au milieu de l'admiration générale. Ils sont répartis en trois groupes, dirigés respectivement par un certain Priam, par Atys et par Iule-Ascagne (5, 545-576).

Au signal donné, la parade commence ; elle consiste en manoeuvres compliquées et en une bataille simulée, comparées pour leur complexité à un labyrinthe, et pour la grâce aux évolutions des dauphins (5, 577-595).

Cette cérémonie qui clôture les jeux en l'honneur d'Anchise, préfigure une cérémonie que Iule introduira à Albe-la-Longue et qui se prolongera à Rome (5, 596-603).

 At pater Aeneas nondum certamine misso

custodem ad sese comitemque impubis Iuli

Epytiden uocat, et fidam sic fatur ad aurem :

« Vade age et Ascanio, si iam puerile paratum

agmen habet secum cursusque instruxit equorum,

Mais, dès avant la fin de la compétition, le vénérable Énée

appelle près de lui le gouverneur et compagnon du jeune Iule,

le fidèle Épytidès ; il lui glisse ces mots à l'oreille :

« Allons, va et dis à Ascagne, que si sa troupe d'enfants est prête

et les chevaux ont été disposés pour la parade,

5, 545

ducat auo turmas et sese ostendat in armis

dic » ait. Ipse omnem longo decedere circo

infusum populum et campos iubet esse patentis.

Incedunt pueri pariterque ante ora parentum

frenatis lucent in equis, quos omnis euntis

qu'il amène ses escadrons à son aïeul et se présente lui-même

avec ses  armes.» Il ordonne  à toute la foule éparse de s'écarter

sur toute la longueur de la piste et de laisser le champ dégagé.

Les enfants s'avancent et sous les regards de leurs parents,

tous brillent pareillement, tenant leurs chevaux en bride et, à leur passage,

5, 550

Trinacriae mirata fremit Troiaeque iuuentus.

Omnibus in morem tonsa coma pressa corona ;

cornea bina ferunt praefixa hastilia ferro,

pars leuis umero pharetras ; it pectore summo

flexilis obtorti per collum circulus auri.

toute la jeunesse de Trinacrie et de Troie murmure son admiration.

Tous, selon la coutume, ont leur chevelure serrée par une couronne bien taillée ;

chacun tient deux javelots de cornouiller garnis d'une pointe de fer ;

certains ont sur l'épaule un carquois brillant ; sur le haut du torse,

un souple collier d'or torsadé s'enroule autour de leur cou.

5, 555

Tres equitum numero turmae ternique uagantur

ductores ; pueri bis seni quemque secuti

agmine partito fulgent paribusque magistris.

una acies iuuenum, ducit quam paruus ouantem

nomen aui referens Priamus, tua clara, Polite,

Ils évoluent en trois groupes de cavaliers, avec leurs trois chefs,

qui sont suivis chacun par douze enfants resplendissants,

qui défilent sur deux colonnes avec leurs instructeurs.

Un des groupes d'enfants est fier d'avoir pour chef

le jeune Priam, qui porte le nom de son aïeul : c'est,  ô Politès,

5, 560

progenies, auctura Italos ; quem Thracius albis

portat equus bicolor maculis, uestigia primi

alba pedis frontemque ostentans arduus albam.

Alter Atys, genus unde Atii duxere Latini,

paruus Atys pueroque puer dilectus Iulo.

ton illustre rejeton, destiné à accroître le nombre des Italiens ;

il monte un cheval thrace, de deux couleurs, arborant fièrement

les taches blanches sur ses pattes et sur son front haut dressé.

L'autre chef est Atys, d'où les Atii Latins  tirent leur race,

le petit Atys, jeune enfant cher au jeune enfant Iule.

5, 565

extremus formaque ante omnis pulcher Iulus

Sidonio est inuectus equo, quem candida Dido

esse sui dederat monimentum et pignus amoris.

cetera Trinacriis pubes senioris Acestae

fertur equis.

Le dernier, éclipsant tous les autres en beauté, est le charmant Iule ;

il monte un cheval de Sidon, que l'éclatante Didon

lui avait offert en souvenir d'elle et en gage de tendresse.

Les autres enfants montent des chevaux Trinacriens,

appartenant au vieil Aceste.

5, 570

Excipiunt plausu pauidos gaudentque tuentes

Dardanidae, ueterumque agnoscunt ora parentum.

 

Postquam omnem laeti consessum oculosque suorum

lustrauere in equis, signum clamore paratis

Epytides longe dedit insonuitque flagello.

Les Dardaniens accueillent avec des vivats les enfants intimidés

et à les regarder se plaisent à reconnaître les traits de vieux parents.

 

Après qu'ils eurent défilé joyeux sur leurs montures

sous les yeux  de l'assistance et de leurs proches, Épytidès

les voyant prêts, cria de loin le signal et fit claquer son fouet.

5, 575

Olli discurrere pares atque agmina terni

diductis soluere choris, rursusque uocati

conuertere uias infestaque tela tulere.

Inde alios ineunt cursus aliosque recursus

aduersi spatiis, alternosque orbibus orbis

Les trois groupes en courant se sont séparés par paires , et ont réparti

leurs colonnes en deux files distinctes ; puis rappelés à nouveau,

ils ont fait une conversion et se sont fait face, armes levées.

Ensuite, ils se lancent dans d'autres courses et  retours en arrière,

se faisant face à distance et puis, entremêlant leurs évolutions,

5, 580

impediunt pugnaeque cient simulacra sub armis ;

et nunc terga fuga nudant, nunc spicula uertunt

infensi, facta pariter nunc pace feruntur.

Vt quondam Creta fertur Labyrinthus in alta

parietibus textum caecis iter ancipitemque

ils se livrent, avec leurs armes, à des simulacres de combats :

tantôt ils fuient, découvrant leurs dos, tantôt, ils retournent leurs javelots,

passés à l'offensive ; tantôt,  ils évoluent côte à côte. la paix conclue.

On raconte qu'autrefois, dans la Crète montagneuse, le Labyrinthe

abritait dans ses parois aveugles un parcours enchevêtré,

5, 585

mille uiis habuisse dolum, qua signa sequendi

frangeret indeprensus et inremeabilis error ;

haud alio Teucrum nati uestigia cursu

impediunt texuntque fugas et proelia ludo,

delphinum similes qui per maria umida nando

aux mille chemins trompeurs et incertains, où tout signe de piste

disparaissait irrémédiablement suite à la moindre erreur.

C'est ainsi que les enfants des Teucères brouillent les traces

dans leurs courses, mêlant par jeu  les fuites et les combats,

semblables à des dauphins qui, nageant dans les mers limpides,

5, 590

Carpathium Libycumque secant.

 

Hunc morem cursus atque haec certamina primus

Ascanius, Longam muris cum cingeret Albam,

rettulit et priscos docuit celebrare Latinos,

quo puer ipse modo, secum quo Troia pubes ;

fendent les mers de Carpathos et de Libye [en se jouant des flots].

 

Ce genre de parade, ces compétitions, Ascagne fut le le premier

à les reproduire lorsqu'il entoura  Albe-la-Longue de murailles ;

il apprit aux Vieux Latins à les célébrer, comme lui l'avait fait,

quand il était enfant, et avec lui la jeunesse de Troie.

5, 595

Albani docuere suos ; hinc maxima porro

accepit Roma et patrium seruauit honorem ;

Troiaque nunc pueri, Troianum dicitur agmen.

Hac celebrata tenus sancto certamina patri.

Les Albains l'enseignèrent à leurs enfants ; de là, plus tard,

la puissante Rome recueillit et maintint cet honorable rite ancestral :

de nos jours on parle des enfants de Troie et de leur troupe troyenne.

Voilà comment  furent célébrés les jeux en l'honneur d'un père vénéré.

5, 600

 Page suivante


 Notes (5, 485-603)

tir à l'arc (5, 486ss). L'épreuve correspondante se trouve chez Homère, Iliade, 23, 850-883.

Séreste (5, 487). Compagnon d'Énée, maintes fois cité (1, 611 ; 4, 288 ; 9, 171 ; 9, 779 ; 10, 541-2 ; 12, 549 et 12, 561).

Hippocoon, l'Hyrtacide (5, 492). Inconnu par ailleurs, il est sans doute inventé par Virgile, qui le considère peut-être comme un frère de Nisus, présenté comme fils d'Hyrtacus (9, 406).

Mnesthée (5, 493-494). Compagnon d'Énée (5, 116 notamment), il est arrivé deuxième lors des régates (5, 232-243). Le détail de sa couronne d'olivier ne figure pas tel quel dans le récit de la course. Mnesthée intervient souvent comme homme de confiance d'Énée dans les chants 9, 10 et 12 de l'Énéide (passim).

Eurytion... (5, 495-497). Eurytion, qui n'apparaît que dans l'épreuve du tir à l'arc, a vraisemblablement été imaginé par Virgile, qui en fait le frère de Pandare.

Pandare (5, 495-497). Fils de Lycaon et chef des Lyciens de Troade, Pandare, lui, est un héros homérique, qui passait pour un habile archer (Iliade, 2, 827 ; 5, 95ss.). C'est lui qui, sur ordre d'Athéna, fit rompre le traité conclu entre Pâris et Ménélas en blessant ce dernier (Iliade, 4, 86-147). Pandare sera tué par Diomède (Iliade, 5, 166-296). Le récit virgilien fait état d'un Troyen du même nom, qui intervient avec Bitias comme gardien des portes du camp au chant 9 (9, 672-755 ; cfr aussi 11, 396).

Aceste (5, 498). Le vieux roi dont il est abondamment question dans le chant 5.

Hyrtacide (5, 503). Il s'agit d'Hippocoon (5, 492).

son frère (5, 513-514). Eurytion invoque son frère Pandare, habile archer, mort des mains de Diomède (cfr 5, 495).

parmi les astres de l'éther (5, 517). C'est-à-dire « en plein ciel ».

cet événement (5, 523-524). Les modernes ont beaucoup discuté sur l'interprétation à donner à ces vers, sans d'ailleurs s'accorder sur la nature exacte de l'événement dont il est question. On a parlé de l'incendie de la flotte d'Énée, des guerres puniques, de l'apparition de la comète de 44 avant Jésus-Christ, et de l'apothéose de César. Mais le lecteur renonce difficilement à l'idée que le présage concerne Aceste lui-même. Faudrait-il dès lors envisager la fondation de Ségeste et l'importance historique de cette ville ? C'est possible. En tout cas le passage est obscur. Selon P. Veyne, Virgile, L'Énéide, p. 161, n. 1, le présage en question concernerait la victoire d'Octave-Auguste à Actium.  Voir aussi la note de J. Perret, au vers Én., V, 523, de son édition des Belles Lettres, (qui pense aussi à la victoire d'Actium.

ne le refusa pas (5, 531). Dans la mentalité religieuse romaine, l'homme peut accepter ou refuser un présage. Énée l'accepte et le considère comme favorable. Cfr l'attitude d'Anchise lors du prodige qui s'offre aux Troyens après la chute de Troie en 2, 679ss ; cfr aussi les paroles de Tolumnius en 12, 260 lors du prodige suscité par Juturne (un aigle contraint par les oiseaux qu'il pourchassait de lâcher sa proie et de s'enfuir).

Cissée de Thrace (5, 536). Roi de Thrace, Cissée est, dans certaines versions légendaires et notamment pour Virgile (7, 320 ; 10, 705), le père de Hécube, épouse de Priam.

carrousel troyen (545-603). Le « carrousel troyen » (lusus Troiae) clôture les jeux. Il ne s'agit plus d'une épreuve, mais d'une sorte de parade équestre, dans laquelle des enfants, richement parés et armés, défilent sous les regards de leurs parents, se livrant à des manoeuvres compliquées et à une bataille simulée. L'origine exacte de ce carrousel est inconnue et l'étymologie même de Troiae dans l'expression prête à discussion. On a suggéré d'y voir un vieux terme signifiant « mouvement, danse » (cfr les verbes archaïques amptruare, redamptruare), qui n'aurait rien à voir avec la ville de Troie. Ce n'est que plus tard qu'on aurait associé abusivement le lusus Troiae et la patrie d'Énée. Quoi qu'il en soit, nous connaissons l'existence de ce carrousel troyen à l'époque de Sylla, de César et d'Auguste.Ce dernier en fit une institution régulière, à laquelle participaient des enfants de noble origine (Suétone, Auguste, 43). Ce que livre ici Virgile semble bien un écho de manifestations contemporaines.

Épytidès (5, 547). Homère (Iliade, 17, 323) connaît un certain Périphas, fils d'Épytos. Chez Virgile, cet Épitydès n'intervient que dans cet épisode, tandis qu'un Épytos apparaît parmi les premiers Troyens à soutenir Énée lors du sac de la ville (cfr 2, 340). Serait-ce son fils ? (question oiseuse!!!)

bien taillée (5, 556). De manière à ce qu'aucune feuille ne dépasse les autres (M. Rat). Cfr 5, 774.

trois groupes (5, 560-562). Chacun des trois chefs est suivi de 12 enfants, répartis en deux colonnes. Il y a donc au total 36 enfants, plus les 3 chefs.

le jeune Priam (5, 563). Ce petit-fils du roi Priam porte le même nom que son grand-père. Ce n'est pas inhabituel (cfr le cas de Eumède en 12, 348).

Politès (5, 564). Père du jeune Priam, Politès était un des fils du roi Priam. Sa mort, sous les coups de Pyrrhus, est racontée en 2, 526-532. Elle précède immédiatement celle de Priam.

destiné à accroître... (5, 565). Selon Caton (Origines, fr. II, 24) et Servius (Énéide, 1, 2), Politès aurait fondé la ville de Politorium en Italie. La présente formulation donne à certains modernes l'impression que Virgile en attribuait plutôt la fondation au fils de Politès.

cheval thrace (5, 566-567). Les chevaux thraces étaient renommés : Hésiode par exemple (Travaux, 507) parle de la Thrace « nourricière de chevaux ». Cfr aussi 9, 49.

Atys... (5, 568-569). Le nom d'Atys n'apparaît que dans ce passage. Il est certainement destiné à flatter la gens Atia, à laquelle appartenait Atia, la mère d'Auguste. Cette Atia était fille de la soeur de Jules César, Julie, et de M. Atius Balbus. L'amitié des deux enfants préfigure l'union des familles des Iulii et des Atii. On a déjà relevé les préoccupations généalogiques de Virgile visant à donner de lontains ancêtres à certaines familles romaines (cfr le récit des régates et les vers 5, 116-123, pour des rapprochements du même type).

offert en souvenir (5, 572). Ce vers est repris en partie de 5, 538.

Les trois groupes se sont séparés... (5, 580-587). Il n'est pas facile de se représenter les manoeuvres avec précision. Nous transcrivons ci-après les explications du commentaire de R. D. Williams (The Aeneid of Virgil. Books 1-6, 1972, p. 436). Les garçons avancent en une longue double colonne jusqu'au centre, et au commandement, la colonne de droite se dirige vers la droite, et celle de gauche vers la gauche. Les deux phrases qui suivent expliquent le même mouvement : chacun des groupes rompt sa colonne quand les files se séparent. Ensuite, sur un autre commandement, ils opèrent un mouvement tournant, se font face et chargent. Les chefs vraisemblablement restent au centre, si bien qu'à la fin de la charge, les colonnes peuvent se reformer comme avant.

montagneuse (5, 588). La Crète est traversée par une chaîne de montagnes, dont les sommets dépassent 2000 mètres. Le mont Ida culmine à plus de 2400 mètres. Il a déjà été question plus haut (cfr 3, 104ss) de cette île où les Troyens avaient fait escale.

Labyrinthe (5, 588-591). D'après la légende, le roi Minos aurait fait construire à Cnossos, par Dédale, un labyrinthe pour y enfermer le Minotaure, qui sévit jusqu'au moment où le monstre fut terrassé par Thésée, lequel ne put sortir du piège que grâce au fil d'Ariane. Cette histoire célèbre, racontée notamment par Ovide (Mét., 8, 152-173) et par Catulle, 64, sera évoquée plus loin (6, 20-30).

les mers de Carpathos et de Libye (5, 595). La mer de Carpathos, près de l'île du même nom (aujourd'hui Scarpento), entre Rhodes et la Crète. La mer (ou golfe) de Libye s'étendait de la pointe de Cyrène à Carthage, et englobait les deux Syrtes, dont il a souvent été question (par exemple 1, 111).

[en se jouant des flots] (5, 595). Certains éditeurs considèrent ces mots comme interpolés, parce que ils ne figurent pas dans deux des manuscrits les plus anciens de l'Énéide.

Albe-la-Longue (5, 597). Dans la tradition canonique, Énée fonde Lavinium, et son fils Ascagne, trente ans après, fonde Albe-la-Longue (cfr par exemple 1, 271).

des enfants de Troie (5, 600-602). Sous Sylla, puis à partir de César, furent célébrés à Rome des jeux équestres, appelés tantôt Troia (Suétone, César, 39), tantôt Troianus ludus ou Troiae ludus (Suétone, Auguste, 43), tantôt Troiae ludicrum (Tacite, Annales, 11, 11). Virgile a sans doute ajouté ce carrousel troyen aux jeux funèbres en l'honneur d'Anchise, parce qu'Auguste aimait beaucoup ce divertissement. Mais rien ne permet de dire que c'est Virgile qui aurait imaginé pour eux une étiologie troyenne. Elle lui était probablement antérieure.


Énéide - Chant V (Plan) - Page précédente - Page suivante

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)