Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant X (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE X

 

COMBATS - MORTS DE PALLAS,  LAUSUS ET MÉZENCE

Geste et mort de Pallas (10, 362-509)

 

Pallas stimule les Arcadiens (10, 362-438)

Le jeune Pallas, apercevant la déroute de ses Arcadiens, les exhorte et leur rend courage. (10, 362-379)

Les stimulant par sa conduite valeureuse, il va s'illustrer en abattant successivement toute une série d'ennemis dans des combats acharnés. (10, 380-425).

Dans le camp adverse, le jeune Lausus, fils de Mézence, s'illustre tout autant, sans que son destin lui réserve d'affronter directement Pallas. (10, 426-438)

At parte ex alia, qua saxa rotantia late

impulerat torrens arbustaque diruta ripis,

Arcadas insuetos acies inferre pedestris

Mais ailleurs, là où un torrent avait marqué un large espace

avec des pierres roulées et des buissons arrachés à ses rives,

les Arcadiens, peu accoutumés aux combats d'infanterie,

ut uidit Pallas Latio dare terga sequaci

aspera quis natura loci dimittere quando

suasit equos, unum quod rebus restat egenis,

nunc prece, nunc dictis uirtutem accendit amaris :

« Quo fugitis, socii ? Per uos et fortia facta,

tournaient le dos à leurs poursuivants latins ; dès que Pallas les vit,

contraints par le sol impraticable à abandonner leurs chevaux,

il fit la seule chose à faire en ces circonstances extrêmes

et, alternant prières et propos amers, il ranima leur courage :

« Où fuyez-vous, mes amis ? Par vous et vos hauts faits,

10, 365

per ducis Euandri nomen deuictaque bella

Opemque meam, patriae quae nunc subit aemula laudi,

fidite ne pedibus. Ferro rumpenda per hostis

est uia. Qua globus ille uirum densissimus urget,

hac uos et Pallanta ducem patria alta reposcit.

au nom de notre chef Évandre et de ses guerres victorieuses,

par mon espoir de rivaliser désormais avec la gloire de mon père,

ne comptez pas sur vos jambes. C'est le fer qui frayera notre route

à travers l'ennemi. C'est là où leur troupe serrée nous presse

que notre altière patrie, nous réclame, vous et Pallas, votre chef.

10, 370

Numina nulla premunt, mortali urgemur ab hoste

mortales, totidem nobis animaeque manusque.

Ecce, maris magna claudit nos obice pontus,

deest iam terra fugae : pelagus Troiamne petemus ? »

 

Haec ait et medius densos prorumpit in hostis.

Aucune divinité ne nous presse, mais un ennemi humain nous menacent

 des hommes ; tout autant qu'eux, nous avons des coeurs et des bras.

Voyez : l'immensité nous enferme en sa grande barrière marine,

pas de terre où fuir désormais : choisirons-nous la mer ou les Troyens ? »

 

Cela dit, il se rua au milieu d'un groupe serré d'ennemis.

10, 375

Obuius huic primum, fatis adductus iniquis,

fit Lagus. Hunc, magno uellit dum pondere saxum,

intorto figit telo, discrimina costis

per medium qua spina dabat, hastamque receptat

ossibus haerentem. Quem non super occupat Hisbo,

Le premier qu'il rencontra fut Lagus, victime d'un injuste destin.

Il était en train d'arracher un roc d'un poids énorme,

quand Pallas lance un trait qui le transperce par le milieu,

à la jointure de l'épine dorsale et des côtes, puis il récupère la pique

fichée dans ses os. Hisbon qui l'espérait pourtant, ne surprend pas 

10, 380

ille quidem hoc sperans : nam Pallas ante ruentem,

dum furit, incautum crudeli morte sodalis

excipit atque ensem tumido in pulmone recondit.

Hinc Sthenium petit et Rhoeti de gente uetusta

Anchemolum, thalamos ausum incestare nouercae.

Pallas penché sur le cadavre : car celui-ci, tandis qu'Hisbon

est furieux de la mort cruelle de son compagnon, déjà l'attend

et enfonce son glaive dans sa poitrine gonflée de rage.

De là, il assaille Sthénius et le rejeton de l'antique tribu de Rhétus,

Anchémolus, qui avait osé souiller d'un inceste la couche de sa marâtre.

10, 385

Vos etiam, gemini, Rutulis cecidistis in agris,

Daucia, Laride Thymberque, simillima proles,

indiscreta suis gratusque parentibus error ;

at nunc dura dedit uobis discrimina Pallas :

nam tibi, Thymbre, caput Euandrius abstulit ensis ;

Vous aussi, les jumeaux, vous êtes tombés aux champs des Rutules,

Laridès et Thymber, enfants si ressemblants nés de Daucus,

impossibles à distinguer, et source de confusion pour vos parents ;

mais Pallas, lui, vient de faire entre vous une cruelle distinction.

Car toi, Thymber, tu as eu la tête arrachée par l'épée d'Évandre,

10, 390

 te decisa suum, Laride, dextera quaerit

semianimesque micant digiti ferrumque retractant.

Arcadas accensos monitu et praeclara tuentis

facta uiri mixtus dolor et pudor armat in hostis.

Tum Pallas biiugis fugientem Rhoetea praeter

et toi, Laridès, ta main droite tranchée te cherche comme son maître,

et tes doigts à demi morts s'agitent et se serrent sur ton arme.

Les Arcadiens, excités par la harangue de Pallas, voient ses exploits,

et leur dépit mêlé de honte les arme contre l'ennemi.

Alors Pallas transperça Rhétée, qui fuyait devant lui sur son char.

10, 395

traicit. Hoc spatium tantumque morae fuit Ilo ;

Ilo namque procul ualidam direxerat hastam,

quam medius Rhoeteus intercipit, optime Teuthra,

te fugiens fratremque Tyren, curruque uolutus

caedit semianimis Rutulorum calcibus arua.

Cela laissa à Ilus un certain recul et quelque répit :

En effet Pallas de loin avait dirigé contre lui une forte pique

que Rhétée prit de plein fouet au passage, en fuyant, vaillant Teuthras,

devant toi et ton frère Tyrès, avant de rouler à bas de son char,

à demi mort, et de frapper de ses talons les champs des Rutules.

10, 400

Ac uelut optato uentis aestate coortis

dispersa immittit siluis incendia pastor,

correptis subito mediis extenditur una

horrida per latos acies Volcania campos ;

ille sedens uictor flammas despectat ouantis :

Lorsque, durant l'été tant attendu, les vents se lèvent,

le berger allume en divers points des incendies dans les bois,

subitement, gagnant les zones médianes, le feu s'étend en un instant,

dans l'immensité des champs telle une effroyable colonne de Vulcain,

et le berger vainqueur contemple assis  le triomphe des flammes.

10, 405

 non aliter socium uirtus coit omnis in unum

teque iuuat, Palla. Sed bellis acer Halaesus

tendit in aduersos seque in sua conligit arma.

Hic mactat Ladona Pheretaque Demodocumque,

Strymonio dextram fulgenti deripit ense

C'est ainsi que la valeur de tous tes compagnons se concentre

 en un seul front et cela te rassure, Pallas. Mais le belliqueux Halésus,

 fonce sur ses adversaires et se protège derrière ses armes.

Il sacrifie Ladon, Phérès et Démodocus ; de son épée éclatante,

il arrache la main droite que Strymonius, avait portée contre sa gorge ;

10, 410

elatam in iugulum, saxo ferit ora Thoantis

ossaque dispersit cerebro permixta cruento.

Fata canens siluis genitor celarat Halaesum :

ut senior leto canentia lumina soluit,

iniecere manum Parcae telisque sacrarunt

 d'une pierre il frappe Thoas en plein visage et disperse

les os de son crâne mêlés à de sanglants lambeaux de cervelle.

Son père, chantre des destins, avait caché Halésus dans la forêt ;

dès que la mort eut fermé les yeux du vieillard chenu,

les Parques mirent la main sur son fils, le vouant aux traits d'Évandre.

10, 415

Euandri. Quem sic Pallas petit ante precatus :

« Da nunc, Thybri pater, ferro, quod missile libro,

fortunam atque uiam duri per pectus Halaesi.

Haec arma exuuiasque uiri tua quercus habebit. »

Audiit illa deus : dum texit Imaona Halaesus,

Pallas se dirigea vers lui, après avoir fait cette prière :

« Ô vénérable Thybris, accorde maintenant à ce fer que je lance

de trouver sa fortune et sa voie à travers la poitrine du cruel Halésus.

Ces armes et les dépouilles du guerrier honoreront ton chêne ».

Le dieu entendit ces paroles ; Halésus, tout en couvrant Imaon,

10, 420

 Arcadio infelix telo dat pectus inermum.

 

At non caede uiri tanta perterrita Lausus,

pars ingens belli, sinit agmina : primus Abantem

oppositum interimit, pugnae nodumque moramque.

Sternitur Arcadiae proles, sternuntur Etrusci

offre, l'infortuné, sa poitrine désarmée au trait de l'Arcadien.

 

Mais Lausus, cheville importante de cette guerre,

ne laisse pas la mort d'un si grand guerrier effrayer les troupes.

Il supprime d'abord juste devant lui Abas, noeud et frein de la bataille.

Les fils d'Arcadie  sont jetés à terre, à terre les Étrusques,

10, 425

et uos, O Grais imperdita corpora, Teucri.

Agmina concurrunt ducibusque et uiribus aequis.

Extremi addensent acies nec turba moueri

tela manusque sinit. Hinc Pallas instat et urget,

hinc contra Lausus, nec multum discrepat aetas :

et vous aussi, Troyens, qui avez échappé aux Grecs.

Les armées s'affrontent, avec des chefs égaux, des forces égales ;

les troupes qui étaient espacées se resserrent, et la foule dense empêche

le mouvement des armes et des bras.  Ici, Pallas charge et menace ;

en face, c'est Lausus ; leur âge ne les distingue guère

10, 430

egregii forma, sed quis Fortuna negarat

in patriam reditus. Ipsos concurrere passus

haud tamen inter se magni regnator Olympi :

mox illos sua fata manent maiore sub hoste.

ni leur grande beauté, eux à qui  la Fortune avait refusé

le retour dans leur patrie. Pourtant, le souverain du grand Olympe

n'a pas permis que ces jeunes gens s'affrontent l'un l'autre :

bientôt leur destin les attend, sous les coups d'un ennemi plus grand.

10, 435

 

Pallas tué par Turnus (10, 439-509)

Turnus, se substituant à Lausus sur le conseil de Juturne, défie en combat singulier Pallas, lequel est résolu à faire face avec bravoure. (10, 439-456)

Ce dernier invoque l'aide d'Hercule, à qui Jupiter fait comprendre que le destin a fixé pour chacun le jour de la mort, et que ce qui importe c'est la vertu, susceptible de donner la notoriété. (10, 457-473)

Pallas en dépit de sa vaillance est tué par un Turnus très arrogant, qui lui enlève son baudrier, en consentant toutefois à rendre aux siens le cadavre du jeune héros. (10, 474-509)

Interea soror alma monet succedere Lauso

Cependant la soeur divine de Turnus lui  conseille de de relever

Turnum, qui uolucri curru medium secat agmen.

Vt uidit socios : « Tempus desistere pugnae ;

solus ego in Pallanta feror, soli mihi Pallas

debetur ; cuperem ipse parens spectator adesset. »

Haec ait, et socii cesserunt aequore iusso.

 Lausus ; sur son char rapide, il fend les rangs de son armée.

Dès qu'il voit ses compagnons : « Il est temps de quitter le combat ;

moi seul je vais  affronter Pallas ; c'est à moi seul que revient Pallas ;

je souhaiterais que son père même fût là pour voir ce spectacle ».

Ainsi dit-il et, sur son ordre ses compagnons s'éloignèrent du champ .

10, 440

 At Rutulum abscessu iuuenis tum iussa superba

miratus stupet in Turno corpusque per ingens

lumina uoluit obitque truci procul omnia uisu

talibus et dictis it contra dicta tyranni :

« Aut spoliis ego iam raptis laudabor opimis

Alors, suite au  retrait des Rutules, le jeune Pallas, étonné de l'insolence

de ces ordres, reste stupéfait devant Turnus ; il parcourt du regard

le corps du géant, observe tout de loin, d'un oeil farouche ;

puis il s'avance et, aux paroles du tyran, il oppose ces paroles :

« Bientôt, on me louera, pour avoir arraché les dépouilles opimes

10, 445

aut leto insigni : sorti pater aequus utrique est.

Tolle minas. » Fatus medium procedit in aequor.

Frigidus Arcadibus coit in praecordia sanguis.

Desiluit Turnus biiugis, pedes apparat ire

comminus ; utque leo, specula cum uidit ab alta

ou pour être mort noblement : mon père est préparé à ces deux issues.

Cesse tes menaces ». Sur ces paroles, il s'avance au centre du terrain.

Les Arcadiens sentent leur sang se glacer dans leurs veines.

Turnus a sauté de son char, prêt à aller à pied pour un combat,

au corps à corps. Lorsqu'un lion, du haut de son repaire,

10, 450

stare procul campis meditantem in proelia taurum,

aduolat : haud alia est Turni uenientis imago.

 

Hunc ubi contiguum missae fore credidit hastae,

ire prior Pallas, siqua fors adiuuet ausum

uiribus imparibus, magnumque ita ad aethera fatur :

voit se dresser au loin dans la plaine un taureau prêt au combat,

il s'élance ; telle est bien l'image que suggère l'arrivée de Turnus.

 

Dès qu'il le crut à portée d'un jet de pique, Pallas aussitôt se lance,

espérant que la fortune, vu la disparité des forces, le secondera

dans son audace, et tourné vers l'immensité de l'éther, il prie ainsi :

10, 455

« Per patris hospitium et mensas, quas aduena adisti,

te precor, Alcide, coeptis ingentibus adsis.

Cernat semineci sibi me rapere arma cruenta

uictoremque ferant morientia lumina Turni. »

Audiit Alcides iuuenem magnumque sub imo

« Au nom de l'hospitalité de mon père et des tables que, étranger,

tu approchas, Alcide, je t'en supplie, soutiens mon projet démesuré.

Que Turnus expirant me voie lui enlever ses armes sanglantes,

que ses regards mourants emportent l'image de son vainqueur ».

Alcide entendit le jeune homme, et au fond de son coeur,

10, 460

corde premit gemitum lacrimasque effundit inanis.

Tum Genitor natum dictis adfatur amicis :

« Stat sua cuique dies, breue et inreparabile tempus

omnibus est uitae : sed famam extendere factis,

hoc uirtutis opus. Troiae sub moenibus altis

réprima un profond gémissement, puis fondit en larmes vaines.

Alors le père des dieux adresse à son fils des paroles bienveillantes :

« Il est un jour fixé pour chacun ; pour tous, le temps de la vie

est bref et irréparable ; mais étendre sa renommée par des exploits,

telle est l'oeuvre de la vertu. Sous les hautes murailles de Troie,

10, 465

tot nati cecidere deum ; quin occidit una

Sarpedon, mea progenies. Etiam sua Turnum

fata uocant, metasque dati peruenit ad aeui. »

Sic ait atque oculos Rutulorum reicit aruis.

 

At Pallas magnis emittit uiribus hastam

tant de fils de dieux sont tombés ; bien plus avec eux est tombé

Sarpédon, mon propre fils ; Turnus aussi, son destin l'appelle

et il est parvenu aux limites de la vie qui lui a été accordée. »

Il parla ainsi, et détourna ses regards des champs des Rutules.

 

Cependant Pallas  de toutes ses forces lance une pique

10, 470

uaginaque caua fulgentem deripit ensem.

Illa uolans umeri surgunt qua tegmina summa

incidit atque uiam clipei molita per oras

tandem etiam magno strinxit de corpore Turni.

Hic Turnus ferro praefixum robur acuto

et du creux de son fourreau dégaine une épée flamboyante.

La pique vole, frappe l'endroit où le bouclier de Turnus protège

le haut de son épaule, se fraie un chemin à travers le bord du bouclier,

mais finalement s'écarte du corps du géant, qu'elle ne fait qu'effleurer.

Alors Turnus balance longuement une arme de bois dur

10, 475

in Pallanta diu librans iacit atque ita fatur :

« Adspice, num mage sit nostrum penetrabile telum. »

Dixerat ; at clipeum, tot ferri terga, tot aeris,

quem pellis totiens obeat circumdata tauri,

uibranti cuspis medium transuerberat ictu

munie d'une pointe de fer acéré, puis la lance contre Pallas en disant :

« Vois donc si mon trait ne s'enfonce pas mieux que le tien ».

Il avait parlé. Et toutes les couches de fer et de bronze du bouclier,

toutes les peaux de taureau qui le recouvrent et l'entourent,

sont transpercées en plein milieu par cette pointe vibrante,

10, 480

loricaeque moras et pectus perforat ingens.

Ille rapit calidum frustra de uolnere telum :

una eademque uia sanguis animusque sequuntur.

Corruit in uolnus, sonitum super arma dedere

et terram hostilem moriens petit ore cruento.

que ne retarde pas la cuirasse et qui perfore la large poitrine.

Pallas en vain arrache de sa blessure le trait tout chaud :

son sang et sa vie en même temps le suivent par la même voie.

Il s'écroule sur sa blessure, ses armes résonnent au-dessus de lui ,

et, en mourant,  de sa bouche en sang il va mordre la terre ennemie.

10, 485

Quem Turnus super adsistens,

« Arcades, haec » inquit « memores mea dicta referte

Euandro ; qualem meruit, Pallanta remitto.

Quisquis honos tumuli, quidquid solamen humandi est,

largior. Haud illi stabunt Aeneia paruo

Et Turnus, debout près de lui, d'ajouter :

« Arcadiens, souvenez-vous, et rapportez à Évandre

ce que je vais dire : je lui renvoie Pallas, dans l'état qu'il a mérité.

L'hommage d'un tombeau, la consolation d'une sépulture de son choix,

je les lui accorde généreusement. Son hospitalité à Énée

10, 490

hospitia. » Et laeuo pressit pede talia fatus

exanimem, rapiens immania pondera baltei

impressumque nefas, una sub nocte iugali

caesa manus iuuenum foede thalamique cruenti,

quae Clonus Eurytides multo caelauerat auro ;

lui aura coûté assez cher ». Et, sur ce, il pressa du pied gauche

 le corps sans vie, le dépouillant de son pesant baudrier, marqué

d'une scène funeste : au cours d'une seule nuit de noces

le massacre honteux de tant de jeunes hommes et leurs lits en sang,

scène qu'avait ciselée Clonus, le fils d'Éurytus dans de l'or massif.

10, 495

quo nunc Turnus ouat spolio gaudetque potitus.

Nescia mens hominum fati sortisque futurae

et seruare modum, rebus sublata secundis !

Turno tempus erit, magno cum optauerit emptum

intactum Pallanta et cum spolia ista diemque

Maintenant, Turnus triomphe et se réjouit de la prise de ce butin.

L'esprit humain ignore le destin et son sort futur,

il ne sait pas garder la mesure, quand le succès le grise !

Pour Turnus le jour viendra où il souhaitera avoir laissé vivant

Pallas enlevé à grand prix, et où il maudira ces dépouilles et ce jour.

10, 500

oderit. At socii multo gemitu lacrimisque

impositum scuto referunt Pallanta frequentes.

O dolor atque decus magnum rediture parenti

haec te prima dies bello dedit, haec eadem aufert,

cum tamen ingentis Rutulorum linquis aceruos.

Alors  au milieu des larmes et des gémissements, en foule

ses compagnons exposent Pallas sur son bouclier et  le ramènent.

Ô toi qui vas retourner à ton père, quelle douleur et quelle gloire !

ce premier jour t'a donné à la guerre, et ce même jour t'emporte,

tandis que tu laisses des monceaux de Rutules massacrés !

10, 505

Page suivante


Notes (10, 362-509)

Lagus... Hisbon (10, 380-387). Ces deux guerriers rutules ne sont cités qu'ici ; ils portent un nom d'origine grecque.

Sthénius (10, 388). Sthénius est un Rutule portant un nom grec et n'apparaissant qu'ici dans l'Énéide.

Rhétus... Anchémolus (10, 388-389). Servius raconte qu'Anchémolus, fuyant la colère de son père Rhétus, roi des Marrubiens (chez les Marses) et descendant du dieu marin Phorcus (cfr 10, 328), s'était réfugié chez Daunus, père de Turnus. Anchémolus avait dû s'enfuir lorsque Rhétus s'était rendu compte que son fils avait été l'amant de Caspéria, sa belle-mère.

Laridès... Thymber... Daucus (10, 390-396). Ces trois noms qui désignent des alliés des Rutules ne sont pas cités ailleurs dans l'Énéide.

Rhétée (10, 399). Rhétée porte le nom d'un cap de la Troade. Il n'est cité qu'ici. Ce n'est pas le même personnage que le Rhétus, guerrier rutule mort sous les coups d'Euryale (9, 344-345), ni que le Rhétus, père d'Anchémolus, dont il vient d'être question en 10, 388.

Ilus (10, 400-401). Ce Rutule ne doit pas être confondu avec des guerriers troyens de même nom, cités en 1, 268 et en 6, 650.

Teuthras et Tyrès (10, 402-403). Deux Arcadiens, des frères, portant des noms d'origine grecque et qui ne sont cités qu'ici.

Halésus (10, 411-425). Halésus va mourir sous les coups de Pallas. Sur le personnage, voir 10, 352. L'inspiration homérique est évidente dans ces récits de combats épiques, tout comme le comportement du père devin de Halésus cachant son fils dans les bois peut avoir été inspiré de l'Iliade, 2, 831-833, où nous lisons que le devin Mérope avait caché son fils pour l'empêcher de partir vers son destin.

Ladon, Phérès et Démodocus (10, 413). Ces Troyens ne sont cités qu'ici.

Strymonius (10, 414). Le nom de ce guerrier renvoie à 10, 265, qui mentionnait les grues du Strymon.

Thoas (10, 415). Un Troyen qui n'est cité qu'ici. Un Grec du même nom apparaissait en 2, 262, parmi les guerriers dissimulés dans le ventre du Cheval de Troie.

Évandre (10, 419-420). Pallas se servait donc d'armes qui appartenaient à son père.

Thybris (10, 421). Le Tibre divinisé est invoqué ici par Pallas.

honoreront ton chêne (10, 423). Allusion à la cérémonie, racontée par Tite-Live en 1, 10, 5, au cours de laquelle Romulus déposa sur le Capitole, au pied d'un chêne sacré, les dépouilles du roi des Céniniens qu'il venait de tuer en combat singulier. Ce geste passe pour l'acte fondateur du rituel romain des dépouilles opimes (spolia opima). On verra aussi en 11, 5-11, le cérémonial d'offrande des dépouilles de Mézence auquel procède Énée et qui implique aussi un chêne. Sur les dépouilles opimes, cfr 6, 859 ; 6, 841.

Imaon (10, 424). De nouveau un guerrier troyen qui n'est cité qu'ici. Halésus utilise son propre bouclier pour protéger Imaon, et s'expose ainsi au trait de Pallas.

Lausus (10, 426). Première intervention de Lausus, le fils de Mézence, présenté dans le Catalogue des Italiens en 7, 649-654, sous un jour d'ailleurs très positif, qui n'est nulle part démenti dans le reste du chant où il intervient souvent (passim 10, 426-902). Ici précisément il intervient comme un chef de guerre efficace, décimant les ennemis.

Abas (10, 426-427). Un Étrusque, déjà cité en 10, 170, et qu'il ne faut pas confondre avec un guerrier troyen qui intervient en 1, 121.

un ennemi plus grand (10, 438). Pallas et Lausus tomberont respectivement sous les coups des guerriers prestigieux que sont Turnus et Énée.

sa soeur divine (10, 439). C'est Juturne, qui joue un très grand rôle dans le chant 12, et qui apparaît ici dans le récit, sans toutefois être nommément citée. Juturne était une antique déesse du Latium, qui présidait aux sources et aux eaux courantes. Elle semble avoir été d'abord vénérée à Lavinium avant de passer à Rome, où son nom fut donné à une source au bas du Palatin et où un temple lui fut consacré en – 78 au Champ de Mars. Sa fête, les Iuturnalia, était célébrée le 13 janvier. Virgile a fait de ce personnage divin la soeur de Turnus, simplement à cause du rapprochement des noms (Turnus / Iu-turnus).

tyran (10, 448). Comme le précise Servius, le terme tyran est utilisé dans le sens de roi arrogant (rex superbus).

les dépouilles opimes (10, 449). Cfr ce qui vient d'être dit en 10, 423n et surtout 6, 859 ; 6, 841.

Lorsqu'un lion (10, 454). Comparaison homérique, provenant peut-être de Iliade, 16, 823-826.

Alcide (10, 461). Pallas adresse donc sa prière à Hercule, qui avait été accueilli par Évandre (voir????).

son fils (10, 466). Hercule était effectivement le fils d'Alcmène et de Jupiter, lequel avait pris les traits d'Amphitryon pour approcher la farouche Alcmène.

étendre sa renommée par des exploits, etc. (10, 468-469). « Ces vers, note J. Perret (Virgile. Énéide, III, 1980, p. 61), introduisent une perspective qui modifie profondément le pessimisme du modèle homérique (Iliade, 16, 433-457). Si l'excellence de l'homme (uirtus), si sa vie consiste à agir (factis, opus), la mort de l'homme ne saurait être un terme : par leurs effets, la valeur d'exemple (fama), les actes vaillamment posés vont en effet prolonger (extendere) longtemps son influence propre. En ceux qu'on appelle, à tort, les survivants, l'individu continue à vivre, aussi vivant qu'eux, aussi vraiment vivant (agissant) qu'il fut naguère. [...] C'est l'affirmation d'Ennius en son épitaphe : uolito uiuus per ora uirum. En Odyssée, 8, 579-580, l'idée est toute différente. »

tant de fils de dieux (10, 470). On en compte effectivement plusieurs : outre Sarpédon (cfr 1, 99-100), nommément cité ici, il y eut ainsi Achille, fils de Thétis, tué par Pâris (Homère, Iliade, 22, 358-360 : prédiction d'Hector) ; Cycnus, fils de Neptune, tué par Achille (Ovide, Mét., 12, 71-145) ; Memnon, fils de l'Aurore, tué par Achille (Ovide, Mét., 13, 578-580). Pour ce passage, on se reportera au dialogue entre Héra et Zeus, en Iliade, 16, 440-457, et en particulier à ce que dit Héra : « Ils sont nombreux, les fils d'Immortels, à combattre autour de la grande ville de Priam » (trad. P. Mazon).

Sarpédon (10, 471). Il était le fils de Jupiter et fut tué par Patrocle. Le récit de sa mort et des combats autour de son cadavre occupe une partie du chant 16 de l'Iliade (419-683). Dans ce texte d'Homère (16, 433-438), Zeus se demande ce qu'il va faire : laisser s'accomplir le destin ou intervenir pour sauver Sarpédon.

il détourna ses regards des champs des Rutules (10, 473). Ayant laissé mourir son propre fils à Troie, Jupiter ne pouvait pas intervenir ici en faveur de Pallas. Il détourne les yeux. Sa réaction dans l'Iliade (16, 479-481) avait été différente : « Il répandit sur le sol une averse de sang, pour rendre hommage au fils que va lui tuer Patrocle, en Troade fertile, loin de sa patrie » (trad. P. Mazon).

baudrier (10, 496). Cette prise du baudrier de Pallas par Turnus est un élément important du récit, puisque Énée ne se contint plus quand il l'aperçut sur Turnus en 12, 940-952. Pour le baudrier comme pièce d'armement, voir 9, 359.

une scène funeste (10, 497-499). C'est le crime des Danaïdes. On donne ce nom aux cinquante filles de Danaos qui, la nuit de leurs noces avec les cinquante fils d'Aegyptos, tuèrent leurs époux sur l'ordre formel de leur père, toutes sauf une, Hypermnestre qui épargna le sien, Lyncée. Pour ce meurtre, elles furent condamnées dans le Tartare à remplir d'eau un tonneau sans fond. Pour comprendre cette vengeance, il faut savoir que Danaos avait dû fuir son pays, la Libye, par peur de son frère Aegyptos et de ses cinquante fils. Exilé avec ses filles à Argos, il vit arriver dans cette ville ses cinquante neveux qui lui demandèrent d'oublier les anciennes querelles et lui proposèrent, en signe de réconciliation, d'épouser ses cinquante filles. Danaos, qui ne croyait pas à leur bonne foi, fit semblant d'accepter, tout en méditant une vengeance définitive qui ferait disparaître toute cette branche de la famille. D'où cet ordre terrible qu'il donna à ses filles pour leur nuit de noces. Ajoutons que Lyncée, le seul rescapé, resta marié à Hypermnestre, se réconcilia avec son beau-père à qui il succéda sur le trône d'Argos et eut comme fils, Abas, père d'Acrisius et donc ancêtre de Turnus (cfr 7, 372).

Clonus, fils d'Eurytus (10, 499). Un artiste, vraisemblablement imaginé par Virgile, comme le Lycaon de Cnosse, cité en 9, 304, censé avoir fabriqué l'épée offerte par Iule à Euryale.

il haïra ces dépouilles et cette journée (10, 504). La vue du baudrier sur les épaules de Turnus attisera la rancoeur d'Énée qui, pourtant sur le point d'épargner son ennemi, l'immolera pour venger Pallas (12, 940-952).


Énéide - Chant X (Plan) - Page précédente - Page suivante 

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)