Bibliotheca Classica Selecta - Traductions françaises : Sur la BCS - Ailleurs sur la Toile

Métamorphoses d'Ovide : Avant-Propos - Notices - Livre X (Plan) - Hypertexte louvaniste - Iconographie ovidienne - Page précédente - Page suivante


OVIDE, MÉTAMORPHOSES, LIVRE X

[Trad. et notes de A.-M. Boxus et J. Poucet, Bruxelles, 2008]

 

Chants d'Orphée (II) : Myrrha, mère d'Adonis (10, 298-518)

 

La passion incestueuse de Myrrha pour son père Cinyras (10, 298-367)

Cinyras, descendant de Pygmalion, va se trouver au centre d'une histoire d'amour annoncée d'emblée comme abominable et inspirée par les Furies : la passion incestueuse de Myrrha pour son père Cinyras. (10, 298-318)

Myrrha, dans un monologue intérieur, demande d'abord aux dieux de l'écarter d'un sacrilège, justifie sa passion en évoquant le règne animal, qui est dispensé de ce genre d'interdits propres aux humains, déplore de n'être pas née là où ces unions sont permises, et rejette enfin tous les arguments que suggère la raison, tels le salut dans la fuite, la menace du déshonneur et du remords, le sens moral de son père. (10, 319-355)

Par ailleurs, impatient de la voir mariée, Cinyras interroge sa fille sur le genre de mari qu'elle souhaite et, sans percevoir l'ambiguïté de sa réponse, l'en félicite, quand il l'entend répondre : « quelqu'un comme toi ». (10, 356-367)

10, 298 Editus hac ille est, qui si sine prole fuisset,

inter felices Cinyras potuisset haberi.
 
De cette Paphos naquit l'illustre Cinyras, qui aurait pu compter,

parmi les gens heureux, s'il était resté sans descendance.
 
10, 300 Dira canam ; procul hinc natae, procul este parentes ;

aut, mea si uestras mulcebunt carmina mentes,

desit in hac mihi parte fides, nec credite factum ;

uel, si credetis, facti quoque credite poenam.

Si tamen admissum sinit hoc natura uideri,
 

Je vais chanter une histoire terrible ; filles, éloignez-vous,

pères, écartez-vous. Si mes chants charment vos coeurs,

n'ajoutez pas foi à ce récit, ne croyez pas que cela est arrivé ;

ou, si vous croyez à ce forfait, croyez aussi à son châtiment.

Si pourtant la nature permet qu'un tel crime voie le jour,
 

10, 305 gentibus Ismariis et nostro gratulor orbi,

gratulor huic terrae, quod abest regionibus illis,

quae tantum genuere nefas ; sit diues amomo

cinnamaque costumque suum sudataque ligno

tura ferat floresque alios Panchaia tellus,
 
je félicite les peuples de l'Ismarus et le monde qui est le nôtre,

je félicite cette terre où je vis, d'être si loin des régions qui ont engendré

une telle ignominie. Qu'elle soit riche en amome, qu'elle produise

cinname et costus, et l'encens suintant des arbres, que la terre

de Panchaïe produise d'autres fleurs, qu'importe, pourvu qu'elle donne
 
10, 310

dum ferat et myrrham : tanti noua non fuit arbor.

Ipse negat nocuisse tibi sua tela Cupido,

Myrrha, facesque suas a crimine uindicat isto.

Stipite te Stygio tumidisque adflauit echidnis

e tribus una soror ; scelus est odisse parentem ;
 

aussi la myrrhe. Ce nouvel arbre ne valait pas si cher.

Cupidon en personne prétend que ses traits ne t'ont pas nui,

Myrrha, et il défend ses torches contre toute accusation à ton sujet.

C'est avec un brandon du Styx et ses vipères enflées de venin

qu'une des trois soeurs a soufflé sur toi. Haïr son père est un crime ;
.
10, 315 hic amor est odio maius scelus. Vndique lecti

te cupiunt proceres totoque Oriente iuuenta

ad thalami certamen adest ; ex omnibus unum

elige, Myrrha, uirum, dum ne sit in omnibus unus.


Illa quidem sentit foedoque repugnat amori
 
l'aimer de la sorte est un crime pire que la haine. De partout,

des nobles d'élite te recherchent, et la jeunesse de tout l'Orient

est prête à combattre pour ta main ; choisis-en un seul parmi tous,

Myrrhra, pourvu qu'il ne soit pas le seul parmi tous à t'être interdit.


Elle sent en fait que son amour est honteux et y répugne :
 
10, 320 et secum : “ Quo mente feror ? quid molior ?  ” inquit.

“ Di, precor, et pietas sacrataque iura parentum,

hoc prohibete nefas scelerique resistite nostro,

si tamen hoc scelus est. Sed enim damnare negatur

hanc Venerem pietas ; coeunt animalia nullo
 
“ Quelle pensée m'emporte ? Quel est mon but ? ”, se dit-elle,

“ Dieux, je vous en prie, et vous, piété et droits sacrés des parents,

empêchez ce sacrilège, et opposez de la résistance à notre crime,

si on peut appeler cela un crime. En effet, on affirme que la piété

ne condamne pas cet amour. Les autres vivants s'accouplent
 
10, 325 cetera delicto, nec habetur turpe iuuencae

ferre patrem tergo, fit equo sua filia coniunx,

quasque creauit init pecudes caper, ipsaque, cuius

semine concepta est, ex illo concipit ales.

Felices, quibus ista licent ! Humana malignas
 
sans commettre de délit ; ce n'est pas honteux pour une génisse

de porter son père sur son dos ; le cheval fait de sa fille une épouse,

le bouc s'unit aux chèvres dont il est le père et, de la semence

dont il a lui-même été conçu, l'oiseau conçoit à son tour.

Heureux ceux qui ont cette liberté ! La prudence humaine
 
10, 330 cura dedit leges et quod natura remittit

inuida iura negant. Gentes tamen esse feruntur,

in quibus et nato genetrix et nata parenti

iungitur et pietas geminato crescit amore.

Me miseram, quod non nasci mihi contigit illic
 
a institué des lois méchantes, et ce qu'admet la nature,

d'odieux décrets l'interdisent. On cite pourtant des peuples

où une mère s'unit à son fils, une fille à son père,

tandis que la piété filiale redouble, accrue par l'amour.

Malheur à moi, qui n'ai pas eu la chance de naître là,
 
10, 335 fortunaque loci laedor ! Quid in ista reuoluor ?

Spes interdictae, discedite ! Dignus amari

ille, sed ut pater, est. Ergo, si filia magni

non essem Cinyrae, Cinyrae concumbere possem ;

nunc, quia iam meus est, non est meus ipsaque damno
 

victime du hasard du lieu ! Pourquoi revenir à ces pensées ?

Espoirs interdits, éloignez-vous ! Lui est bien digne d'être aimé,

mais comme un père. Si donc je n'étais pas la fille

du grand Cinyras, je pourrais coucher avec Cinyras ;

maintenant qu'il est à moi déjà, il n'est pas à moi,
 

10, 340 est mihi proximitas ; aliena potentior essem.

Ire libet procul hinc patriaeque relinquere fines,

dum scelus effugiam ; retinet malus ardor amantem,

ut praesens spectem Cinyran tangamque loquarque

osculaque admoueam, si nil conceditur ultra.
 
et notre parenté même me condamne ; étrangère, j'aurais plus d'atouts.

Je puis m'éloigner d'ici, quitter le territoire de ma patrie,

pour échapper à la faute ; ma passion néfaste me retient, je l'aime,

je veux être là pour contempler Cinyras, le toucher, lui parler,

lui donner des baisers, si rien de plus ne m'est permis.
 
10, 345 Vltra autem spectare aliquid potes, inpia uirgo ?

Et quot confundas et iura et nomina, sentis ?

Tune eris et matris paelex et adultera patris ?

Tune soror nati genetrixque uocabere fratris ?

Nec metues atro crinitas angue sorores,
 
Mais peux-tu envisager d'aller plus loin, fille impie ?

Et ne sens-tu pas combien de règles et de titres tu confonds ?

Vas-tu devenir la rivale de ta mère et la maîtresse de ton père ?

On dira que tu es la soeur de ton enfant et la mère de ton frère ?

Ne crains-tu pas les soeurs à la chevelure de noirs serpents,
 
10, 350 quas facibus saeuis oculos atque ora petentes

noxia corda uident ? At tu, dum corpore non es

passa nefas, animo ne concipe neue potentis

concubitu uetito naturae pollue foedus !

Velle puta, res ipsa uetat ; pius ille memorque
 
celles que les âmes coupables voient menacer de torches cruelles

leurs yeux et leurs visages ? Mais tant que ton corps ne s'est permis

aucune infamie, ne sois pas infâme en pensée, et ne souille pas

par une union interdite les conventions de la puissante nature !

Pense vouloir cela : la réalité même te l'interdit. Lui respecte la piété
 
10, 355

moris. Et o ! Vellem similis furor esset in illo ! ”


Dixerat ; at Cinyras, quem copia digna procorum,

quid faciat, dubitare facit, scitatur ab ipsa,

nominibus dictis, cuius uelit esse mariti.

Illa silet primo ; patriisque in uultibus haerens
 

et la morale. Oh! que je voudrais voir en lui folie semblable à la mienne !”


Elle avait fini. Cinyras, qu'une foule considérable de prétendants

faisait hésiter sur le choix à faire, interroge sa fille,

cite des noms, pour savoir qui elle souhaite pour époux.

D'abord elle se tait ; fixant ses regards sur le visage paternel,
 
10, 360 aestuat et tepido suffundit lumina rore.

Virginei Cinyras haec credens esse timoris,

flere uetat siccatque genas atque oscula iungit.

Myrrha datis nimium gaudet ; consultaque qualem

optet habere uirum : “ similem tibi  ” dixit ; at ille
 

elle brûle de passion et a les yeux inondés d'une tiède rosée.

Cinyras, croyant que c'est un effet de la timidité de la jeune fille,

lui défend de pleurer, lui sèche les joues, tout en l'embrassant.

Myrrha est trop heureuse de ces baisers donnés. Il lui demande

quel genre d'époux elle souhaite et elle dit : “ quelqu'un comme toi  ”.
 

10, 365 non intellectam uocem conlaudat et “esto

tam pia semper ” ait. Pietatis nomine dicto

demisit uultus sceleris sibi conscia uirgo.
 

Lui alors, d'applaudir à cette réponse qu'il ne comprend pas, et de dire :

“Garde toujours une telle piété filiale”. À l'énoncé du mot ‘ piété ’,

la jeune fille baissa les yeux, consciente de son crime.
 

 Myrrha et sa nourrice (10, 368-430)

Myrrhra, en proie à ses hésitations, décide de se pendre. Sa fidèle nourrice, qui l'a entendue prononcer un ultime adieu, l'empêche de passer à l'acte, et cherche vainement à percer son secret. (10, 368-390)

Compatissante, elle tente de deviner le mobile (accès de folie, mauvais sort) du geste désespéré de Myrrha, et s'engage à l'aider en recourant à la magie. Pour la rassurer, elle lui rappelle l'aide qu'elle peut attendre de ses parents. À la réaction de la jeune fille, la nourrice devine que Myrrha souffre d'un amour secret et, à force d'habileté, apprend l'horrible vérité. Incapable de détourner la malheureuse du suicide au cas où elle devrait renoncer à l'amour de son père, la nourrice, préférant garder Myrrha vivante, promet solennellement de l'aider à réaliser son but. (10, 391-430)

  Noctis erat medium curasque et corpora somnus

soluerat ; at uirgo Cinyreia peruigil igni
 
C'était le milieu de la nuit. Le sommeil avait dissipé les soucis

et détendu les corps ; mais la fille de Cinyras reste éveillée,
 
10, 370 carpitur indomito furiosaque uota retractat

et modo desperat, modo uult temptare ; pudetque

et cupit et, quid agat, non inuenit ; utque securi

saucia trabs ingens, ubi plaga nouissima restat,

quo cadat, in dubio est omnique a parte timetur ;
 
en proie à un feu indomptable, et elle ressasse ses voeux fous.

Tantôt elle désespère, tantôt elle veut tenter d'agir ; pleine de honte,

pleine de désir, elle ne sait que faire. Ainsi, lorsque un tronc énorme,

blessé par la cognée, attend le coup ultime, on se demande

où il tombera et de tous les côtés on redoute sa chute,
 
10, 375 sic animus uario labefactus uulnere nutat

huc leuis atque illuc momentaque sumit utroque,

nec modus aut requies, nisi mors, reperitur amoris.

Mors placet. Erigitur laqueoque innectere fauces

destinat et zona summo de poste reuincta :
 
ainsi vu les coups qui l'ont ébranlé, l'esprit léger de Myrrhra

vacille d'un côté puis de l'autre, et penche dans les deux sens,

ne trouvant que la mort comme frein ou répit à son amour.

Elle choisit de mourir. Elle se lève, décide d'attacher un lacet

autour de son cou et, après avoir fixé sa ceinture en haut de la porte :
 
10, 380 “ Care, uale, Cinyra, causamque intellege mortis ! ”

dixit et aptabat pallenti uincula collo.

Murmura uerborum fidas nutricis ad aures

peruenisse ferunt, limen seruantis alumnae.

Surgit anus reseratque fores ; mortisque paratae
 
“ Adieu, Cinyras bien-aimé ; comprends pourquoi je meurs ! ”,

dit-elle, tout en ajustant la corde à son cou devenu blême.

On raconte que le murmure de ces paroles parvint aux oreilles

de sa fidèle nourrice, qui gardait le seuil de sa protégée.

La vieille se lève et ouvre la porte. Dès qu'elle voit les éléments
 
10, 385 instrumenta uidens, spatio conclamat eodem

seque ferit scinditque sinus ereptaque collo

uincula dilaniat ; tum denique flere uacauit,

tum dare complexus laqueique requirere causam.

Muta silet uirgo terramque inmota tuetur
 
d'une mort préparée, au même instant elle pousse un cri,

se frappe, déchire son corsage, enlève la corde du cou

et la met en pièces. Finalement, quand elle s'arrêta de pleurer,

elle étreignit Myrrha et lui demanda la raison de ce lacet.

La jeune fille se tait, muette, immobile ; elle fixe le sol,
 
10, 390 et deprensa dolet tardae conamina mortis.


Instat anus canosque suos et inania nudans

ubera, per cunas alimentaque prima precatur,

ut sibi committat, quicquid dolet. Illa rogantem

auersata gemit ; certa est exquirere nutrix
 
et déplore de voir ses efforts surpris et sa mort ainsi retardée.


La vieille insiste, dénude ses cheveux blancs et ses seins arides,

puis, au nom de ses premières têtées dans son berceau, elle prie Myrrhra

de lui confier sa peine, quelle qu'elle soit. À ces questions,

Myrrha gémit et se détourne ; la nourrice, décidée à savoir la vérité,
 
10, 395 nec solam spondere fidem : “  Dic ” inquit “ opemque

me sine ferre tibi ; non est mea pigra senectus.

Seu furor est, habeo quae carmine sanet et herbis ;

siue aliquis nocuit, magico lustrabere ritu ;

ira deum siue est, sacris placabilis ira.

ne se borne pas à promettre sa fidélité : “ Parle ”, dit-elle,

“ laisse-moi t'aider ; la vieillesse ne m'a pas réduite à l'inaction.

Si c'est un coup de folie, je connais une femme qui te guérira

avec herbes et incantations ; si on t'a nui, un rite magique te purifiera ;

si les dieux sont en colère, des sacrifices apaiseront leur colère.
 

10, 400 Quid rear ulterius ? Certe fortuna domusque

sospes et in cursu est ; uiuunt genetrixque paterque. ”


Myrrha, patre audito suspiria duxit ab imo

pectore ; nec nutrix etiamnum concipit ullum

mente nefas aliquemque tamen praesentit amorem ;
 
Qu'imaginer encore ? Assurément, ta fortune et ta famille

vont bien et tout est normal ; ta mère et ton père sont en vie. ”


Myrrha, entendant le nom de son père, poussa un profond soupir.

La nourrice ne soupçonne pas encore de sacrilège,

mais pressent cependant une sorte d'amour contrarié.
 
10, 405

propositique tenax, quodcumque est, orat, ut ipsi

indicet, et gremio lacrimantem tollit anili

atque ita conplectens infirmis membra lacertis

“Sensimus ”inquit “amas ! Et in hoc mea (pone timorem)

sedulitas erit apta tibi, nec sentiet umquam
 

Ferme dans son dessein, elle la prie de lui confier son souci,

quel qu'il soit, la prend en larmes sur ses vieux genoux,

et lui dit, en la serrant ainsi dans ses bras affaiblis :

 “ J'ai compris, tu es amoureuse ! Rassure-toi, même dans ce cas,

je te servirai avec zèle, et ton père n'en saura jamais rien. ”
 
10, 410 hoc pater. ” Exiluit gremio furibunda torumque

ore premens : “ discede, precor, miseroque pudori

parce ! ” ait ; instanti : “discede, aut desine ” dixit

“quaerere quid doleam ! Scelus est, quod scire laboras. ”

Horret anus tremulasque manus annisque metuque
 

Myrrha s'arracha furieuse à cette étreinte et, le visage sur son lit,

elle dit : “ Éloigne-toi, je t'en prie, et épargne ma misérable pudeur ! ”

Comme elle insistait, Myrrha dit : “ Va-t'en, ou cesse de demander

la cause de ma peine ! Ce que tu t'efforces de savoir, c'est un crime. ”

La vieille frémit, tend ses vieilles mains tremblantes de peur,

10, 415 tendit et ante pedes supplex procumbit alumnae

et modo blanditur, modo, si non conscia fiat,

terret et indicium laquei coeptaeque minatur

mortis et officium commisso spondet amori.

Extulit illa caput lacrimisque inpleuit obortis
 
puis, suppliante, tombe aux pieds de l'enfant qu'elle a nourrie.

Tantôt elle la caresse, tantôt l'effraie, si elle ne se confie pas à elle,

menace de parler du lacet et de la tentative de suicide,

promet son aide, si elle lui fait des confidences sur son amour.

La jeune fille releva la tête et, fondant en larmes, elle en inonda
 
10, 420 pectora nutricis conataque saepe fateri

saepe tenet uocem pudibundaque uestibus ora

texit et : “ O ” dixit “ felicem coniuge matrem ! ” 

hactenus et gemuit. Gelidos nutricis in artus

ossaque, sensit enim, penetrat tremor, albaque toto
 
la poitrine de sa nourrice ; souvent elle tente de passer aux aveux,

souvent elle se retient de parler et, de honte, se cache le visage

dans ses vêtements : “ Que ma mère est heureuse avec son époux ! ”

dit-elle, et, s'arrêtant, elle gémit. La nourrice, qui a compris en effet,

sent ses membres, glacés jusqu'aux os, pris de tremblement.
 
10, 425 uertice canities rigidis stetit hirta capillis

multaque, ut excuteret diros, si posset, amores,

addidit ; at uirgo scit se non falsa moneri ;

certa mori tamen est, si non potiatur amore.

“ Viue ” ait haec, “ potiere tuo ” et, non ausa “ parente ”
 

Ses cheveux blancs tout hérissés se dressent sur sa tête, et pour chasser,

si c'était possible, cet amour effroyable, elle accumule les arguments.

La jeune fille sait que ces conseils sont fondés ; pourtant,

elle est résolue à mourir si elle ne peut posséder son amour.

“ Vis ”, dit la nourrice, “tu posséderas ton ”, et, n'osant dire “ père”,
 

10, 430 dicere, conticuit promissaque numine firmat.
 
elle se tut et confirma ses promesses au nom de la volonté divine.
 

L'occasion et l'accomplissement de l'union incestuteuse (10, 431-475)

Tandis que lors des fêtes de Cérès à Chypre, les matrones, parmi lesquelles se trouve la reine Cenchréis, sont tenues durant neuf nuits à une abstinence totale de relations conjugales, la nourrice saisit cette occasion pour faire savoir à Cinyras qu'une très belle jeune fille, dont elle tait le nom, est éprise de lui. Le roi se laisse tenter et demande à la nourrice de lui amener sa conquête ; celle-ci croit la partie gagnée, tandis que Myrrha est habitée par des sentiments contradictoires. (10, 431-445)

Par une sombre nuit, guidée par sa nourrice, Myrrhra s'avance vers la chambre de son père, et, malgré ses hésitations et sa honte, malgré surtout les mauvais présages qui auraient dû la retenir, elle rejoint la couche de son père, lequel ignore qui elle est, et ainsi se consomme l'union incestueuse. (10, 446-468)

Myrrha enceinte se complaît à des rencontres répétées, jusqu'au moment où Cinyras, poussé par la curiosité, apporte un flambeau et découvre les traits de sa fille. Ce crime qu'il a commis sans le vouloir lui fait horreur et, armé d'une épée, il se met aussitôt à poursuivre Myrrha pour la tuer. (10, 469-475)

10, 431 Festa piae Cereris celebrabant annua matres

illa quibus niuea uelatae corpora ueste

primitias frugum dant spicea serta suarum

perque nouem noctes uenerem tactusque uiriles
 
Les pieuses matrones célébraient les fêtes annuelles de Cérès,

fêtes au cours desquelles, le corps couvert d'un voile blanc,

elles offrent des guirlandes d'épis, prémices de leurs récoltes.

Parmi leurs interdits, elles comptent tout contact amoureux
 
10, 435 in uetitis numerant ; turba Cenchreis in illa

regis adest coniunx arcanaque sacra frequentat.

Ergo legitima uacuus dum coniuge lectus,

nacta grauem uino Cinyran male sedula nutrix,

nomine mentito, ueros exponit amores
 
avec leur mari, durant neuf nuits ; Cenchréis, l'épouse du roi,

fait partie de cette foule et célèbre les mystères sacrés.

Donc, tandis que le lit du roi est déserté par son épouse légitime,

la nourrice rencontre Cinyras alourdi par le vin et lui parle,

dans son zèle malencontreux, des sentiments sincères d'une fille,
 
10, 440 et faciem laudat ; quaesitis uirginis annis :

“par” ait “est Myrrhae”. Quam postquam adducere iussa est
utque domum rediit : “ gaude, mea ” dixit “ alumna ; 

uicimus ! ” Infelix non toto pectore sentit

laetitiam uirgo, praesagaque pectora maerent,
 

dont elle cache le nom et loue la beauté ; il s'enquiert de l'âge de la fille :

 “elle est comme Myrrha”, dit la nourrice. Priée de la lui amener,

la vieille aussitôt rentre chez elle et dit : “ Sois contente, ma petite,

c'est gagné ! ” Malheureuse, la jeune fille ne sent pas la joie

emplir son coeur, de tristes pressentiments l'habitent,
 

10, 445 sed tamen et gaudet ; tanta est discordia mentis.


Tempus erat, quo cuncta silent, interque Triones

flexerat obliquo plaustrum temone Bootes ;

ad facinus uenit illa suum. Fugit aurea caelo

luna, tegunt nigrae latitantia sidera nubes ;
 
et pourtant elle se réjouit, tant ses idées sont contradictoires.


C'était l'heure où tout est silence, et, parmi les Trions

le Bouvier avait tourné son chariot inclinant son timon ;

Myrrha marche vers son crime. La lune d'or fuit le ciel,

de sombres nuages couvrent les astres qui se cachent ;
 
10, 450 nox caret igne suo ; primus tegis, Icare, uultus,

Erigoneque pio sacrata parentis amore.

Ter pedis offensi signo est reuocata, ter omen

funereus bubo letali carmine fecit ;

it tamen, et tenebrae minuunt noxque atra pudorem ;
 
la nuit est privée de ses feux : tu es le premier, Icarus, à te voiler la face,

ainsi qu'Érigoné, que son amour et sa piété filiale ont immortalisée.

Trois fois Myrrha fut retenue par un présage : son pied avait trébuché,

trois fois le funeste hibou avait fait entendre son cri lugubre.

Elle s'avance pourtant ; les ténèbres, la nuit noire atténuent sa honte ;
 
10, 455 nutricisque manum laeua tenet, altera motu

caecum iter explorat. Thalami iam limina tangit,

iamque fores aperit, iam ducitur intus ; at illi

poplite succiduo genua intremuere, fugitque

et color et sanguis animusque relinquit euntem.
de la main gauche, elle tient la main de sa nourrice, l'autre à tâtons

explore l'aveugle parcours. Déjà, elle touche le seuil de la chambre,

déjà elle ouvre la porte, déjà elle est à l'intérieur. Ses jambes

se dérobent, ses genoux se mettent à trembler, elle est livide, exsangue,

et tandis qu'elle s'avance son courage l'abandonne.
 
10, 460 Quoque suo propior sceleri est, magis horret, et ausi

paenitet et uellet non cognita posse reuerti.

Cunctantem longaeua manu deducit et alto

admotam lecto cum traderet “accipe ”, dixit,

“ ista tua est, Cinyra ”deuotaque corpora iunxit.
 
Et plus elle est près de commettre son crime, plus elle est horrifiée,

et regrette son audace ; elle voudrait s'en aller sans être reconnue.

La vieille la mène toute hésitante par la main, l'approche du lit surélevé

et, en la confiant à son père, elle dit : “ Accueille cette fille, Cinyras,

elle est à toi ”, et par son entremise s'unissent ces corps maudits.
 
10, 465 Accipit obsceno genitor sua uiscera lecto

uirgineosque metus leuat hortaturque timentem.

Forsitan aetatis quoque nomine “ filia  ” dixit ;

dixit et illa “ pater  ”, sceleri ne nomina desint.


Plena patris thalamis excedit et inpia diro
 
Le père reçoit dans sa couche immorale sa propre chair,

apaise les craintes de la jeune fille, l'engage à se rassurer.

Peut-être même, s'autorisant de son âge, a-t-il dit : “ ma fille ” ;

et elle : “ mon père ”, pour que ces noms ne manquent pas au forfait.


Elle sort fécondée de la couche paternelle et, en son ventre maudit,
 
10, 470 semina fert utero conceptaque crimina portat.

Postera nox facinus geminat, nec finis in illa est ;

cum tandem Cinyras, auidus cognoscere amantem

post tot concubitus, inlato lumine uidit

et scelus et natam ; uerbisque dolore retentis,
 
elle porte la semence impie et le fruit criminel qu'elle a conçu.

La nuit suivante le forfait se reproduit, et Myrrha n'y met pas fin.

Quand finalement Cinyras désira connaître sa maîtresse

après tant de rencontres, il apporta un flambeau

et connut son crime en voyant sa fille ; muet de douleur,
 
10, 475 pendenti nitidum uagina deripit ensem.
 
il tire d'un fourreau suspendu une épée étincelante.
 

Fuite et métamorphose de Myrrhra - Naissance d'Adonis (10, 476-518)

Myrrha échappe à la mort en fuyant en pleine nuit, à travers l'Arabie et la Panchaïe. Après neuf mois d'errances, lourde de l'enfant qu'elle porte, elle s'arrête épuisée en terre de Saba et, tout en reconnaissant qu'elle mérite la mort, elle demande aux dieux de subir une métamorphose pour éviter de souiller aussi bien les morts que les vivants. (10, 476-487)

Cette prière d'une coupable en aveu est entendue, et Myrrha est aussitôt métamorphosée en un arbre qui produit de la myrrhe, une résine très appréciée considérée comme étant les larmes de Myrrha. (10, 488-503)

Après cette métamorphose, l'arbre se mit à enfler en son centre, puis s'entrouvrit et, avec l'intervention de Lucine, donna le jour à un nourrisson d'une très grande beauté, comparable à Cupidon. Les Naïades en prirent soin, le parfumant avec de la myrrhe, les larmes de sa mère. (10, 504-518)

  Myrrha fugit tenebrisque et caecae munere noctis

intercepta neci est latosque uagata per agros

palmiferos Arabas Panchaeaque rura relinquit

perque nouem errauit redeuntis cornua lunae,
 
Myrrha s'enfuit et, à la faveur des ténèbres d'une nuit sombre,

échappe à la mort et, après avoir erré à travers les vastes campagnes

de l'Arabie aux beaux palmiers, elle quitte les champs de Panchaïe.

Elle erra, le temps que reparurent neuf fois les cornes de la lune,
 
10, 480 cum tandem terra requieuit fessa Sabaea,

uixque uteri portabat onus. Tum nescia uoti

atque inter mortisque metus et taedia uitae

est tales conplexa preces : “ O siqua patetis

numina confessis, merui nec triste recuso
 
puis enfin, épuisée, elle se reposa en terre de Saba, car elle peinait

à porter le fardeau dans ses flancs. Alors, ne sachant que souhaiter,

partagée entre la crainte de la mort et le dégoût de vivre,

elle fit cette prière : “ Si des dieux existent, ouverts aux aveux,

j'ai bien mérité le dernier supplice et je ne le refuse pas ;
 
10, 485 supplicium ; sed ne uiolem uiuosque superstes

mortuaque exstinctos, ambobus pellite regnis

mutataeque mihi uitamque necemque negate ! ”


Numen confessis aliquod patet ; ultima certe

uota suos habuere deos ; nam crura loquentis
 
mais je veux éviter de souiller les vivants, en restant en vie,

et les défunts, en mourant. Alors, excluez-moi des deux royaumes

et refusez-moi la vie et la mort, en me métamorphosant ! ”


Il est un dieu accessible aux coupables en aveux ; des dieux, c'est sûr, 

réalisèrent l'ultime voeu de Myrrha. En effet, tandis qu'elle parle,
 
10, 490

terra superuenit, ruptosque obliqua per ungues

porrigitur radix, longi firmamina trunci ;

ossaque robur agunt, mediaque manente medulla

sanguis it in sucos, in magnos bracchia ramos,

in paruos digiti, duratur cortice pellis.
 

la terre gagne le haut de ses jambes ; à travers ses ongles brisés

des racines s'avancent de côté, à la base d'un tronc élancé ;

ses os se changent en bois dur ; sa moëlle restée à l'intérieur,

son sang devient sève, ses bras deviennent de longues branches,

ses doigts des rameaux, et sa peau se transforme en dure écorce.
 
10, 495 Iamque grauem crescens uterum perstrinxerat arbor

pectoraque obruerat collumque operire parabat ;

non tulit illa moram uenientique obuia ligno

subsedit mersitque suos in cortice uultus.

Quae quamquam amisit ueteres cum corpore sensus,
 
Et déjà l'arbre en poussant avait enserré son ventre alourdi,

étouffé sa poitrine et s'apprêtait à recouvrir son cou ;

elle ne supporta pas l'attente et, prévenant la montée du bois,

elle s'affaissa et enfonça elle-même son visage sous l'écorce.

Bien qu'ayant perdu, avec la perte de son corps, ses sentiments d'antan,
 
10, 500 flet tamen, et tepidae manant ex arbore guttae.

Est honor et lacrimis, stillataque cortice myrrha

nomen erile tenet nulloque tacebitur aeuo.


'At male conceptus sub robore creuerat infans

quaerebatque uiam, qua se genetrice relicta
 

elle pleure pourtant, et des gouttes tièdes s'écoulent de l'arbre.

On prise grandement ce genre de larmes, et la myrrhe que distille l'écorce

tient son nom de celle qui la produit, nom qu'aucun siècle ne taira.


Par ailleurs l'enfant, fruit du mal, avait grandi sous le bois

et cherchait une voie par où se dégager du sein de sa mère.
 

10, 505 exsereret ; media grauidus tumet arbore uenter,

tendit onus matrem ; neque habent sua uerba dolores,

nec Lucina potest parientis uoce uocari.

Nitenti tamen est similis curuataque crebros

dat gemitus arbor lacrimisque cadentibus umet.
 

 Au milieu de l'arbre, le ventre pesant se met à enfler, et la charge distend

les flancs de la mère ; la douleur n'a pas de mots pour s'exprimer

et la voix de l'accouchée ne peut invoquer Lucine.

Cependant l'arbre semble faire des efforts ; courbé,

il gémit sans fin, tout humide des larmes qu'il laisse tomber.
 

10, 510 Constitit ad ramos mitis Lucina dolentes

admouitque manus et uerba puerpera dixit.

Arbor agit rimas et fissa cortice uiuum

reddit onus, uagitque puer ; quem mollibus herbis

Naides inpositum lacrimis unxere parentis.
Lucine, dans sa bonté, s'arrêta près des branches souffrantes,

approcha ses mains et prononça les mots de la délivrance.

L'arbre se fend et livre à travers l'écorce éclatée son fardeau vivant :

un bébé se met à vagir. Sur un lit d'herbes tendres,

les Naïades le déposent et le parfument avec les larmes de sa mère.
 
10, 515 Laudaret faciem Liuor quoque ; qualia namque

corpora nudorum tabula pinguntur Amorum,

talis erat, sed, ne faciat discrimina cultus,

aut huic adde leues, aut illis deme pharetras.
 

L'Envie même aurait loué sa beauté ; en effet, il ressemblait

aux corps des Amores dénudés peints sur un tableau,

mais, pour ne pas que son équipement l'en distingue,

ajoutez-lui un léger carquois, ou retirez-le aux Putti.

[Page suivante]


NOTES

Myrrha (10, 298-518). Les chants d'Orphée se poursuivent par la longue histoire de la mère d'Adonis, qui fut métamorphosée en arbre à myrrhe. Ovide situe à Chypre le récit de la métamorphose de cette Myrrhra (ou Smyrna, pour la plupart des autres sources), fille incestueuse de Cinyras, roi de Chypre. Les résumés des mythographes (par ex. : Hygin, Fab., 58 ; Apollodore, Bib., 3, 14, 4 [183-184 éd. P. Scarpi] ; Antoninus Liberalis, Métam., 34), mais aussi de Pindare (Pythiques, 2, 16ss.; Néméennes, 8, 18) et d'Homère (Iliade, 12, 20 et 11, 19-20), montrent que ces personnages appartiennent à des légendes très anciennes. En dépit de variantes concernant les lieux et les noms, il s'agit essentiellement de la passion incestueuse d'une fille pour son père, et de la métamorphose en arbre à myrrhe de la jeune femme de qui naîtra Adonis. Ovide met dans la bouche d'Orphée un récit qui rejoint les autres sources sur la plupart des points, mais à la manière d'Ovide, c'est-à-dire haute en couleurs et imaginative.

Cinyras (10, 298). Roi de Chypre, originaire du nord de la Syrie, Cinyras aurait fondé la ville de Smyrne. Les traditions diffèrent sur sa généalogie. Selon Ovide, il était né de Paphos, fille de Pygmalion (10, 270-297) ; il était roi de Chypre et, par sa fille Myrrha (ou Smyrna), il devint le père d'Adonis. C'est lui qui aurait introduit à Chypre le culte d'Aphrodite.

histoire terrible (10, 300-304). L'emphase de cette annonce (filles... pères) montre combien l'inceste était réprouvé dans le monde gréco-romain antique.

Ismarus (10, 305). Montagne de Thrace, qui désigne l'endroit où se trouve Orphée, dont Ovide rapporte le chant. En ajoutant à la Thrace, « le monde qui est le nôtre », on peut supposer qu'Ovide envisage le monde civilisé opposé à celui des Barbares.

amome (10, 307). Plante aromatique, dont les graines sont connues sous le nom de maniguette, graines de paradis. Les anciens utilisaient l'amome pour embaumer les corps, et les dames romaines pour parfumer leur chevelure (Larousse). Il en sera aussi question plus loin (Mét., 15, 394).

cinname (10, 308). Le terme cinname ou cinnamone désigne un groupe de plantes aromatiques, parmi lesquelles le camphrier ou le cannelier (Larousse).

costus (10, 308). Plante dont la racine était employée comme aromate (Larousse)

encens (10, 308). Substance résineuse aromatique, qui provient de différents arbres et qui brûle en répandant une odeur pénétrante.

Panchaïe (10, 309). Désignation d'une île, située dans l'Océan Indien, où le philosophe grec Évhémère (fin 4e-début 3e siècle a.C.) aurait fait un voyage fabuleux. Il en aurait ramené sa théorie rationnalisante concernant l'origine des dieux, appelée de son nom l'évhémérisme et qui eut beaucoup de succès à Rome à partir d'Ennius. Ce lieu éloigné et mythique qu'est la Panchaïe désigne ici le lointain Orient, réputé pour ses aromates et ses épices.

myrrhe (10, 310). Gomme résineuse aromatique fournie par le balsamier. L'énumération qui précède n'a d'autre but que d'introduire la légende étiologique de la myrrhe.

Cupidon (10, 311). Cupidon, le dieu de l'Amour, n'a pu inspirer la passion maudite et condamnable de Myrrha. Sur Cupidon, voir par exemple 1, 452-489 et 5, 362ss.

Styx (10, 313). Les Enfers, désignés ici par le Styx, fleuve du monde souterrain. Voir 1, 139-140 et surtout 1, 189 et note, etc. Virgile, Én., 6, 132-134, 252, 323.

une des soeurs (10, 314). Une des Érinyes, qui résident dans les Enfers. Cfr infra le vers 349.

tout l'Orient (10, 316). Ce détail, comme le passage concernant la Panchaïe (10, 307-310), montre que la légende de Myrrha est plus liée à l'Orient qu'à Chypre proprement dite.

Elle sent (10, 319). Ici commence un monologue intérieur, visiblement inspiré par les écoles de rhétorique, monologue de femme amoureuse, que l'on pourra comparer notamment à ceux de Médée (7, 11-73) ou de Byblis (9, 472-516).

des peuples (10, 331). Selon Minucius Felix (Octavius, 31, 3), les Perses toléraient les unions d'un fils avec sa mère. Certains philosophes grecs ont voulu justifier ces conceptions perses (G. Lafaye, p. 133), mais elles allaient à contre-courant des idées grecques ; que l'on pense à la légende d'Oedipe et de Jocaste.

les soeurs (10, 349). Les Érinyes (cfr supra le vers 314), Allecto, Mégère et Tisiphone, avec leurs serpents. Déesses de la vengeance, elles harcèlent les coupables, tel Oreste, après le meurtre de Clytemnestre. Voir aussi 1, 241, 4, 473-474, 6, 662, et 10, 313-314.

nourrice (10, 383). La nourrice est un personnage classique de la tragédie.

rite magique (10, 398). On sait l'importance de la magie dans l'Antiquité. On songera, entre autres, à l'exemple de Didon, à la fin du livre 4 de l'Énéide de Virgile, ainsi qu'à de très nombreux épisodes des Métamorphoses d'Apulée.

fêtes annuelles de Cérès (10, 431). Ovide (notamment 5, 438-508) a abondamment traité de Cérès et en particulier de sa quête de Proserpine. Quant aux fêtes en l'honneur de Cérès, célébrées annuellement à Chypre, on ne dispose pas à leur sujet d'informations précises. Visiblement, Ovide, désireux de rendre plausible le stratagème imaginé par la nourrice, était surtout intéressé par la règle de l'abstinence sexuelle imposée aux matrones. On sait en tout cas que « pour commémorer le jeûne de neuf jours de Déméter errant à la recherche de sa fille enlevée par Hadès, un jeûne de même durée était imposé aux initiés lors de la célébration des Mystères d'Eleusis » (J. Chamonard). Serait-ce là le modèle d'Ovide ?

Cenchréis (10, 435). Dans la version d'Ovide, c'est le nom de la reine de Chypre, épouse de Cinyras. Hygin (Fab., 58), qui situe plutôt le couple en Asie mineure, rapporte que Cenchréis avait mécontenté Vénus, en prétendant que sa fille Smyrna était plus belle que la déesse. C'est pour cette raison que Vénus aurait inspiré à Smyrna une passion monstrueuse pour son père.

Trions (10, 446). Les Trions sont les sept étoiles du Chariot ou Grande Ourse.

Bouvier (10, 447). La petite Ourse est aussi appelée « Gardien de l'Ourse » ou « Bouvier ». Ces deux vers sont un nouvel exemple d'une expression recherchée pour indiquer l'heure : c'est la pleine nuit. Sur ces constellations, voir 2, 171-176, avec divers liens vers les Fastes.

Icare... Érigoné (10, 450-451). Le poète insiste sur l'obscurité de la nuit, en évoquant deux étoiles, Icarius/Icarus et Érigoné, appartenant à la constellation du Bouvier. Pour cette légende, voir Fast., 4, 939. Voir aussi Mét., 2, 171-176, avec notes ; 6, 125. Apollodore (Bib., 3, 14, 7 [191-192 éd. P. Scarpi]) résume leur histoire de la manière suivante : « De Dionysos, Icarios reçut le germe de la vigne et apprit l'art de faire le vin. Désireux de faire part aux humains des dons du dieu, Icarius se rendit chez des bergers ; ceux-ci firent honneur au breuvage et en burent sans modération, sans le couper d'eau ; ils crurent qu'Icarius les avait empoisonnés et le tuèrent. À l'aube, ayant retrouvé leurs esprits, ils l'ensevelirent. Érigoné, la fille d'Icarius, partit à la recherche de son père ; une chienne fidèle, Maera, qui avait l'habitude de suivre Icarius, lui montra où était enseveli le cadavre. Après avoir pleuré son père, Érigoné se pendit. » Peut-être dans la pensée d'Ovide, ces deux astres symbolisaient-ils l'attachement filial.

Trois fois (10, 452). Biblys non plus n'avait pas tenu compte d'un mauvais présage (9, 571-572). Sur le hibou, oiseau de mauvais augure, voir par exemple 5, 543-550.

pour que ces noms (10, 468). « Pour que rien, même les noms, ne manque à leur coupable union » (J. Chamonard) - « ainsi rien ne manque à l'inceste, pas même les noms » (G. Lafaye).

Myrrha s'enfuit (10, 476). On pourra comparer la fuite de Myrrha à celle de Biblys (9, 635-665).

Arabie... Panchaïe...  (10, 478). La précision géographique n'est pas un objectif en soi pour Ovide, qui a situé l'histoire de Myrrha dans l'île de Chypre, pour la montrer maintenant parcourant les terres d'Arabie – désignation plutôt vague – et la Panchaïe (voir n. à 10, 309).

neuf fois les cornes de la lune (10, 479). Tournure signifiant une période de neuf mois lunaires, le temps de la gestation pour les humains. Voir Fast., 1, 33-34 et 2, 175-176 ; Mét., 2, 453 ; 8, 500.

Saba (10, 480). Ville ou région de l'Arabie Heureuse, terre d'où provenaient des aromates comme l'encens ou la myrrhe.

cette prière (10, 483. Comme Myrrha, Daphné (1, 545-547), Cadmus et Harmonie (4, 571-603) demandèrent aussi à être métamorphosés.

L'enfant, fruit du mal (10, 503-518). Ici commence le récit de la naissance d'Adonis (dont le nom n'apparaîtra qu'au vers 10, 532). Ce récit peut servir de transition entre le passage consacré à Myrrha, sa mère, et la fin du livre (10, 519-739), consacrée aux amours de Vénus et Adonis. Il existe des variantes concernant la naissance d'Adonis, présenté comme le fils de Myrrha et Cinyras (ou de Smyrna et Theias), après la métamorphose de sa mère en arbre (Ovide, Apollodore, Hygin), ou né prématurément, après la découverte de l'inceste (Antoninus Liberalis). Nous n'insisterons pas sur ces variantes.

Lucine (10, 507). Déesse présidant aux accouchements. À Rome, elle était assimilée tantôt à Junon, tantôt à Diane ou Hécate (5, 304 ; 9, 294, et aussi Fast., 2, 449-452).

Naïades (10, 514). Divinités des eaux, comparables aux Nymphes, Dryades, etc., qui peuplent la nature et interviennent très souvent. Voir par exemple les Naïades élevant Hermaphrodite, enfant né de Mercure et Vénus (4, 288-289), ou la Naïade Amalthée, qui nourrit Zeus-enfant (Fast., 5, 115-116) ; voir aussi Fast., 1, 405 et 512.

Envie (10, 515). Personnification ? On peut en discuter. En tout cas, les dieux pouvaient se montrer jaloux de la beauté des humains.

Amores ... Putti (10, 516-518). Adonis est comparé aux enfants ailés, armés de flèches et représentant Cupidon en personne. On se croirait devant une peinture pompéienne.


Métamorphoses d'Ovide : Avant-Propos - Notices - Livre X (Plan) - Hypertexte louvaniste - Iconographie ovidienne - Page précédente - Page suivante

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)