Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 50

 L. Ses adultères à Rome

(1) Une opinion bien établie, c'est qu'il était très porté aux plaisirs de l'amour, et n'y épargnait pas la dépense. Il séduisit un très grand nombre de femmes du premier rang, telles que Postumia, femme de Servius Sulpicius; Lollia, femme d'Aulus Gabinius; et Tertulla, femme de Marcus Crassus. On cite aussi Mucia, femme de Cn. Pompée.

(2) Ce qu'il y a de certain, c'est que les Curions père et fils, et beaucoup d'autres, reprochèrent à Pompée "d'avoir, dans l'intérêt de son ambition, épousé la fille de celui pour qui il avait répudié une femme qui lui avait donné trois enfants; de celui que, dans l'amertume de ses regrets, il avait coutume d'appeler un autre Égisthe."

(3) Mais il n'aima aucune femme autant que Servilia, mère de Marcus Brutus. Il lui donna, pendant son premier consulat, une perle qui lui avait coûté six millions de sesterces; et, à l'époque des guerres civiles, outre les riches présents dont il la combla, il lui fit adjuger à vil prix d'immenses domaines, vendus alors aux enchères. Or, comme on s'étonnait de ce bon marché, Cicéron répondit fort plaisamment: "Il est d'autant meilleur qu'on a fait déduction du tiers." On soupçonnait en effet Servilia de favoriser elle-même un commerce d'amour entre sa fille Tertia et César.

(1) Pronum et sumptuosum in libidines fuisse constans opinio est, plurimasque et illustres feminas corrupisse, in quibus Postumiam Serui Sulpici, Lolliam Auli Gabini, Tertullam Marci Crassi, etiam Cn. Pompei Muciam.

(2) Nam certe Pompeio et a Curionibus patre et filio et a multis exprobratum est, quod cuius causa post tres liberos exegisset uxorem et quem gemens Aegisthum appellare consuesset, eius postea filiam potentiae cupiditate in matrimonium recepisset.

(3) Sed ante alias dilexit Marci Bruti matrem Seruiliam, cui et proximo suo consulatu sexagiens sestertium margaritam mercatus est et bello ciuili super alias donationes amplissima praedia ex auctionibus hastae minimo addixit; cum quidem plerisque uilitatem mirantibus facetissime Cicero: "quo melius," inquit, "emptum sciatis, tertia deducta"; existimabatur enim Seruilia etiam filiam suam Tertiam Caesari conciliare.


Commentaire

Lollia : pourrait être la fille de M. Lollius Palicanus, tribun de la plèbe en 71.

Gabinius : tribun de la plèbe en 67, il est l'auteur de la loi conférant des pouvoirs illimités à Pompée pour la lutte contre les pirates. Il devient consul en 58 puis passera dans le camp de César en 49. Il meurt au début de l'année 47.

Tertulla : dans une lettre de 54 adressée à Crassus (ad Fam., V, 8, 2), Cicéron la définit comme une femme supérieure à toutes les autres (praestantissima omnium feminarum).

Mucia : troisième épouse de Pompée, celle avec laquelle il a vécu le plus longtemps, de 79 à 62. Cf. Sh. P. Haley, The Five Wives of Pompey the Great, dans Greece and Rome, 32, 1985, p.49-59.

Curions, père et fils : pour le père, cf. ch.9; pour le fils, ch. 29.

Trois enfants : Mucia est la seule épouse de Pompée à lui avoir donné des enfants qui ont survécu, Gnaeus et Sextus Pompée et Pompeia.

Autre Égisthe : César, amant de Mucia, se comporte comme Égisthe qui réussit à séduire Clytemnestre en l'absence d'Agamemnon, parti pour Troie.

Servilia : née vers 100 a.C., fille de Q. Servilius Caepio. Elle épouse, vers 85, M. Iunius Brutus et donne naissance au futur meurtrier de César. Elle conclut un second mariage avec D. Iunius Silanus, consul en 62 et qui meurt peu de temps après.

Premier consulat : en 59 a.C.

Déduction du tiers : jeu de mot peu compréhensible à propos de Tertia, la fille de Servilia. Ce bon mot de Cicéron se retrouve également chez Macrobe, Saturnales, II, 2, 5.


[6 mars 2006]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)