Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 35

 XXXV. Bataille de Pharsale. Guerre d'Alexandrie. Défaite de Pharnace. Guerre d'Afrique

(1) Il revint ensuite à Rome, passa en Macédoine, investit Pompée et le tint assiégé, pendant près de quatre mois, derrière de formidables retranchements. Enfin il le vainquit à Pharsale, et le poursuivit dans sa fuite jusqu'à Alexandrie, où, le trouvant assassiné, il fit lui-même au roi Ptolémée, qui lui tendit aussi des embûches, une guerre des plus difficiles et que rendaient pour lui bien périlleuse le désavantage du temps et du lieu, un rigoureux hiver, dans les murs d'un ennemi pourvu de tout et très rusé, alors que lui-même manquait de tout et n'avait rien préparé.

(2) Vainqueur, il donna le royaume d'Égypte à Cléopâtre et au plus jeune de ses frères. Il craignait, en faisant de ce pays une province romaine, qu'il ne devînt un jour, entre les mains d'un gouverneur turbulent, une cause d'entreprises séditieuses.

(3) D'Alexandrie, César passa en Syrie, et de là dans le Pont, où l'appelaient de pressants messages; car Pharnace, fils du grand Mithridate, profitait de ces troubles pour faire la guerre, et avait déjà remporté de nombreux avantages, qui l'avaient fort enorgueilli. Quatre heures de combat suffirent à César, le cinquième jour de son arrivée, pour détruire cet adversaire en une seule bataille. Aussi se récriait-il souvent sur le bonheur de Pompée, qui avait dû, en grande partie, sa gloire militaire à la faiblesse de pareils ennemis.

(4) Il vainquit ensuite Scipion et Juba, qui avaient recueilli en Afrique les restes de leur parti, et il défit en Espagne les fils de Pompée.

(1) Hinc urbe repetita in Macedoniam transgressus Pompeium, per quattuor paene menses maximis obsessum operibus, ad extremum Pharsalico proelio fudit et fugientem Alexandriam persecutus, ut occisum deprehendit, cum Ptolemaeo rege, a quo sibi quoque insidias tendi uidebat, bellum sane difficillimum gessit, neque loco neque tempore aequo, sed hieme anni et intra moenia copiosissimi ac sollertissimi hostis, inops ipse omnium rerum atque inparatus.

(2) Regnum Aegypti uictor Cleopatrae fratrique eius minori permisit, ueritus prouinciam facere, ne quandoque uiolentiorem praesidem nacta nouarum rerum materia esset.

(3) Ab Alexandria in Syriam et inde Pontum transiit urgentibus de Pharnace nuntiis, quem Mithridatis Magni filium ac tunc occasione temporum bellantem iamque multiplici successu praeferocem, intra quintum quam adfuerat diem, quattuor quibus in conspectum uenit horis, una profligauit acie; crebro commemorans Pompei felicitatem, cui praecipua militiae laus de tam inbelli genere hostium contigisset.

(4) Dehinc Scipionem ac Iubam reliquias partium in Africa refouentis deuicit, Pompei liberos in Hispania.


Commentaire

Rome : où César, bien qu'absent, a été nommé dictateur sur proposition du préteur M. Aemilius Lepidus, le futur triumvir (cf. Guerre civile, II, 21, 5). Entré dans Rome (fin de l'année 49), César, parmi d'autres mesures, se fait élire consul pour l'année 48, puis renonce à la dictature.

Assiégé : Pompée a établi son camp dans la baie de Dyrrachium (Durazzo) ; César l'enferme dans une énorme circonvallation (cf. J. Carcopino, Histoire romaine, II 2, César, carte 5) mais, au début de l'été 48, Pompée parvient à s'échapper.

Pharsale : en Thessalie. Victoire écrasante de César qui, dans sa Guerre civile (III, 99), dit avoir perdu environ 200 hommes et une trentaine de centurions tandis que, dans le camp adverse, il y aurait eu environ 15.000 tués et plus de 24.000 prisonniers. Pompée, lui, parvient à s'enfuir pour aboutir finalement en Égypte où il est assassiné dès qu'il touche le rivage.

Ptolémée XIII : fils aîné de Ptolémée XII, né en 61 ; malgré son jeune âge, co-régent d'Égypte avec sa sœur Cléopâtre depuis 51. Ce sont ses conseillers qui ont ordonné l'assassinat de Pompée. César débarque à Alexandrie quelques jours après le meurtre de son rival (octobre 48). Il est mal accueilli par les Égyptiens puis prend parti pour Cléopâtre dans le conflit qui l'oppose à son frère. Assiégé dans la palais, César sortira vainqueur du conflit, mais en mars 47 seulement.

Cléopâtre VII : la « grande Cléopâtre », amante de César, puis d'Antoine. Règne d'abord avec son frère Ptolémée XIII puis, après la mort accidentelle de celui-ci (47), avec son autre frère, Ptolémée XIV.

Plus jeune de ses frères : Ptolémée XIV.

Syrie : César n'a mis aucune hâte à quitter l'Égypte ; il passe les mois d'avril et de mai auprès de Cléopâtre.

Pont : région du sud de la mer Noire.

Pharnace II : règne de 63 à 47; Pharnace veut profiter de la guerre civile à Rome pour agrandir ses possessions en Asie. César le bat très facilement à Zéla (au sud d'Amisos), victoire qu'il annonce par la formule célèbre, veni, vidi, vici.

Q. Caecilius Metellus Scipio : consul en 52, père de la cinquième épouse de Pompée. Scipion participe à la bataille de Pharsale, puis s'enfuit en Afrique où il commande les restes de l'armée de Pompée. Battu à Thapsus (46), il se suicide peu après.

Juba : roi de Numidie qui a pris parti pour Pompée. Vaincu à Thapsus avec Scipion, Juba meurt peu après.

Fils de Pompée : Gnaeus Pompeius, fils aîné de Pompée et de sa troisième épouse, Mucia ; Sextus Pompeius, fils cadet de Pompée et de Mucia. Après la bataille de Thapsus, les deux frères se retrouvent en Espagne où ils parviennent à recruter treize légions. Gnaeus est battu par César à Munda (au sud de Cordoue) en 45, capturé et tué peu après ; Sextus, qui commande la garnison de Cordoue lors de la bataille de Munda, continuera une carrière politique et militaire jusqu'en 35 a.C.n.

 


[16 novembre 2005]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)