Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant XI (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE XI

 

DEUILS - POURPARLERS - GESTE DE CAMILLE

Geste de Camille (2) (11, 725-867)

Le vent tourne (11, 725-767)

Jupiter pousse l'Étrusque Tarchon à réagir. Celui-ci fustige sévèrement ses troupes pour leur indolence. (11, 725-740).

Se lançant ensuite dans la mêlée, il saisit Vénulus, qu'il arrache de son cheval et emmène avec lui pour le tuer, entraînant ainsi les Étrusques à l'assaut. Arruns guette et poursuit Camille, dont le destin est de mourir de sa main. (11, 741-767)

At non haec nullis hominum sator atque deorum

obseruans oculis summo sedet altus Olympo :

Tyrrhenum genitor Tarchonem in proelia saeua

suscitat et stimulis haud mollibus incitat iras.

Ergo inter caedes cedentiaque agmina Tarchon

Cependant le créateur des dieux et des hommes, de son trône altier

en haut de l'Olympe, observe ces événements d'un oeil attentif.

Le père souverain pousse le Tyrrhénien Tarchon

aux cruels combats et excite sa colère de ses durs aiguillons.

Donc, au coeur des massacres, parmi les troupes en déroute,

11, 725

fertur equo uariisque instigat uocibus alas,

nomine quemque uocans, reficitque in proelia pulsos.

« Quis metus, O numquam dolituri, O semper inertes

Tyrrheni, quae tanta animis ignauia uenit ?

Femina palantis agit atque haec agmina uertit !

Tarchon de sa monture stimule les escadrons, parle à chacun,

les appelant par leur nom, et fait de refoulés des combattants.

« Ô vous qui jamais n'aurez honte, qui toujours restez indolents,

 ô Tyrrhéniens, quelle crainte, quelle  lâcheté a gagné vos coeurs ?

Une femme mène nos troupes en déroute et nous fait tourner bride !

11, 730

Quo ferrum quidue haec gerimus tela inrita dextris ?

At non in Venerem segnes nocturnaque bella

aut ubi curua choros indixit tibia Bacchi,

exspectate dapes et plenae pocula mensae,

hic amor, hoc studium, dum sacra secundus haruspex

À quoi bon ces armes, pourquoi en nos mains ces traits inutiles ?

Pourtant vous n'êtes pas indolents pour Vénus et ses ébats nocturnes,

ni  lorsque  la flûte courbe annonce les danses de Bacchus.

Vous attendez les festins et les coupes sur une table chargée !

Ce que vous aimez et désirez, c'est qu'un haruspice inspiré annonce

11, 735

nuntiet ac lucos uocet hostia pinguis in altos ! »

 

Haec effatus equum in medios, moriturus et ipse,

concitat et Venulo aduersum se turbidus infert

dereptumque ab equo dextra complectitur hostem

et gremium ante suum multa ui concitus aufert.

un sacrifice et qu' une grasse victime vous invite au fond des bois »

 

Sur ces mots, il pousse son cheval dans la mêlée, résolu aussi à mourir,

et comme une trombe va se porter au-devant de Vénulus,

le fait tomber de cheval, saisit son ennemi dans ses bras

et rapide, avec une force sans bornes, l'emporte serré contre lui.

11, 740

Tollitur in caelum clamor, cunctique Latini

conuertere oculos. Volat igneus aequore Tarchon

arma uirumque ferens ; tum summa ipsius ab hasta

defringit ferrum et partis rimatur apertas,

qua uulnus letale ferat ; contra ille repugnans

Un cri s'élève vers le ciel et tous les Latins ont tourné les yeux.

Tarchon, vif comme le feu, vole dans la plaine

emportant l'homme et ses armes ; alors il brise la pointe de fer

du javelot de son adversaire, scrute les défauts de sa cuirasse,

pour y porter un coup mortel ; mais Vénulus se défend, écarte

11, 745

sustinet a iugulo dextram et uim uiribus exit.

Vtque uolans alte raptum cum fulua draconem

fert aquila implicuitque pedes atque unguibus haesit,

saucius at serpens sinuosa uolumina uersat

adrectisque horret squamis et sibilat ore,

la main ennemie de sa gorge, de toutes ses forces résiste à la force.

Ainsi lorsqu'un aigle fauve, dans son vol, emporte bien haut

le serpent qu'il a saisi, il l'enveloppe de ses pattes et y enfonce

ses griffes, mais le serpent blessé s'agite en orbes sinueux,

ses écailles dressées se hérissent, et tandis qu'il lève la tête,

11, 750

arduus insurgens ; illa haud minus urget obunco

luctantem rostro, simul aethera uerberat alis :

haud aliter praedam Tiburtum ex agmine Tarchon

portat ouans. Ducis exemplum euentumque secuti

Maeonidae incurrunt. Tum fatis debitus Arruns

des sifflements s'échappent de sa gueule ; l'aigle, de son bec crochu,

en presse davantage l'animal qui lutte, tout en frappant l'air de ses ailes :

de même, Tarchon triomphant emporte la proie qu'il a enlevée

à la troupe des Tiburtins. Suivant l'exploit exemplaire de leur chef,

les Méonides se jettent dans le combat. Alors intervient

11, 755

uelocem iaculo et multa prior arte Camillam

circuit et quae sit fortuna facillima, temptat.

Qua se cumque furens medio tulit agmine uirgo,

hac Arruns subit et tacitus uestigia lustrat ;

qua uictrix redit illa pedemque ex hoste reportat,

Arruns, l'homme du destin ; supérieur à la rapide Camille

dans l'art du javelot, il tourne autour d'elle, cherchant l'occasion

la plus favorable. Où que se porte dans la mêlée la vierge déchaînée,

Arruns l'y suit et, en silence, met ses pas dans ses pas ;

rentre-t-elle victorieuse en s'éloignant de l'ennemi, aussitôt,

11, 760

hac iuuenis furtim celeris detorquet habenas.

Hos aditus iamque hos aditus omnemque pererrat

undique circuitum et certam quatit improbus hastam.

l' homme détourne furtivement son cheval de ce côté.

Ces allées et venues, tous ces circuits, il les parcourt

dans tous les sens et, plein de fougue, brandit une lance sûre.

11, 765

 

Mort de Camille (11, 768-835)

Obnubilée par l'éclat des armes et des vêtements de Chlorée, un prêtre troyen, Camille n'a plus d'autre but que de s'en emparer. Arruns profite de cet aveuglement pour attaquer la jeune fille, non sans avoir d'abord invoqué l'aide d'Apollon. (11, 768-798)

Arruns la blesse mortellement d'un trait, puis s'enfuit, tandis que Camille s'éteint doucement, chargeant sa compagne Acca de recommandations pour Turnus. L'annonce de la mort de Camille ravive l'ardeur des combats, surtout dans les rangs des Troyens et de leurs alliés. (11, 799-835)

Forte sacer Cybelo Chloreus olimque sacerdos

insignis longe Phrygiis fulgebat in armis

Alors justement, Chlorée, depuis longtemps prêtre de Cybèle,

attirait de loin les regards par l'éclat de ses armes phrygiennes.

spumantemque agitabat equum, quem pellis aenis

in plumam squamis auro conserta tegebat.

Ipse, peregrina ferrugine clarus et ostro,

spicula torquebat Lycio Gortynia cornu ;

aureus ex umeris erat arcus et aurea uati

Il montait un cheval écumant, recouvert, comme d'un plumage,

d'une peau ornée de mailles de bronze cousues de fil d'or.

Éblouissant sous la sombre pourpre étrangère,

il lançait de son arc lycien des flèches de Gortyne ; à ses épaules

de devin pendait un arc d'or, et son casque aussi était d'or.

11, 770

cassida ; tum croceam chlamydemque sinusque crepantis

carbaseos fuluo in nodum collegerat auro

pictus acu tunicas et barbara tegmina crurum.

Hunc uirgo, siue ut templis praefigeret arma

Troia, captiuo siue ut se ferret in auro

Une broche d'or fauve serrait alors dans un noeud

sa chlamyde couleur safran et les plis bruissants de sa robe de lin ;

sa tunique et ses braies barbares étaient ornées de broderies à l'aiguille.

La vierge voulait-elle accrocher dans un temple ces armes troyennes,

ou désirait-elle parader à la chasse couverte de l'or qu'elle aurait pris ?

11, 775

uenatrix, unum ex omni certamine pugnae

caeca sequebatur totumque incauta per agmen

femineo praedae et spoliorum ardebat amore,

telum ex insidiis cum tandem tempore capto

concitat et superos Arruns sic uoce precatur :

En tout cas, dans tous ses combats, elle poursuivait le seul Chlorée ;

aveuglément, sans prudence, à travers toute la ligne de bataille,

elle brûlait d'un désir bien féminin pour la proie et le butin,

quand soudain, après avoir pris son temps, tapi en embuscade,

Arruns lance enfin son trait, invoquant à haute voix les dieux d'en haut :

11, 780

« Summe deum, sancti custos Soractis Apollo,

quem primi colimus, cui pineus ardor aceruo

pascitur et medium freti pietate per ignem

cultores multa premimus uestigia pruna,

da, pater, hoc nostris aboleri dedecus armis,

« Ô toi, le plus élevé des dieux, gardien du Soracte sacré, Apollon,

que nous sommes les premiers à honorer par des monceaux de pins

qui nourrissent des brasiers ; forts de notre piété, nous, tes dévots,

posons nos pieds parmi les flammes, dans la braise épaisse ;

accorde-moi, père, de laver par nos armes ce déshonneur,

11, 785

omnipotens. Non exuuias pulsaeue tropaeum

uirginis aut spolia ulla peto mihi cetera laudem

facta ferent : haec dira meo dum uulnere pestis

pulsa cadat, patrias remeabo inglorius urbes. »

Audiit et uoti Phoebus succedere partem

ô tout-puissant. Je ne demande ni butin ni trophée ni les dépouilles

de la jeune fille que je frapperai ; mes autres exploits m'apporteront

 la gloire ; pourvu que cette peste terrible, vaincue tombe de ma main,

j'accepte de rentrer sans gloire dans la ville de mes pères ».

Phébus l'entendit et décida de réaliser une partie de son voeu,

11, 790

mente dedit, partem uolucris dispersit in auras :

sterneret ut subita turbatam morte Camillam,

adnuit oranti ; reducem ut patria alta uideret,

non dedit, inque Notos uocem uertere procellae.

 

Ergo ut missa manu sonitum dedit hasta per auras,

laissant se disperser l'autre partie au gré des brises légères :

il accorda à celui qui le priait d'abattre d'une mort soudaine Camille,

dont l'esprit était troublé ; à sa fière patrie il n'a pas donné de voir

son retour, et à la tempête il donna de faire du vent de ses paroles.

 

Donc, dès la main d'Arruns eut lancé en l'air un javelot retentissant,

11, 795

conuertere animos acris oculosque tulere

cuncti ad reginam Volsci. Nihil ipsa nec aurae

nec sonitus memor aut uenientis ab aethere teli,

hasta sub exsertam donec perlata papillam

haesit uirgineumque alte bibit acta cruorem.

tous les Volsques, l'âme inquiète, pensèrent à leur reine

et portèrent sur elle des regards aigus. Elle ne remarque rien,

ni le souffle, ni le bruit de ce trait arrivant du ciel,

avant qu'il n'atteigne la base de son sein nu,

et ne s'y fixe profondément, buvant son sang virginal.

11, 800

Concurrunt trepidae comites dominamque ruentem

suscipiunt. Fugit ante omnis exterritus Arruns,

laetitia mixtoque metu, nec iam amplius hastae

credere nec telis occurrere uirginis audet.

Ac uelut ille, prius quam tela inimica sequantur,

Ses suivantes accourent affairées et soutiennent leur maîtresse

qui s'écroule. Terrorisé plus que tous les autres, Arruns s'enfuit,

partagé entre la joie et la crainte ; désormais sans confiance

dans sa lance, il n'ose pas non plus affronter les traits de la vierge.

Il est comme un loup qui, sans attendre d'être poursuivi,

11, 805

continuo in montis sese auius abdidit altos

occiso pastore lupus magnoue iuuenco,

conscius audacis facti, caudamque remulcens

subiecit pauitantem utero siluasque petiuit :

haud secus ex oculis se turbidus abstulit Arruns

après avoir tué un berger ou un puissant taureau,

va immédiatement se cacher et errer en haut des montagnes,

conscient de l'audace de son acte ; épouvanté,

queue rentrée entre les pattes, il a gagné les forêts ;

ainsi Arruns, dans son trouble, se dérobe aux regards,

11, 810

contentusque fuga mediis se immiscuit armis.

Illa manu moriens telum trahit, ossa sed inter

ferreus ad costas alto stat uulnere mucro :

labitur exsanguis, labuntur frigida leto

lumina, purpureus quondam color ora reliquit.

et content d'avoir fui, se perd au milieu des troupes.

Camille mourante veut de la main extraire l'arme, mais la pointe de fer

s'est plantée entre les os, près des côtes, au fond de la blessure.

Elle défaille exsangue, ses yeux se figent sous le froid de la mort

et le teint naguère pourpre de son visage l'a abandonnée.

11, 815

Tum sic exspirans Accam ex aequalibus unam

adloquitur fidam ante alias, quae sola Camillae,

quicum partiri curas ; atque haec ita fatur :

« Hactenus, Acca soror, potui : nunc uulnus acerbum

conficit, et tenebris nigrescunt omnia circum.

Alors en expirant, elle s'adresse à Acca, celle de ses compagnes,

qui avait toute sa confiance et avec qui elle partageait ses soucis.

Elle lui parle : « Jusqu'ici, Acca, ma soeur, j'ai pu me battre :

une blessure cruelle maintenant m'achève ;

autour de moi tout devient noir, se couvre de ténèbres.

11, 820

Effuge et haec Turno mandata nouissima perfer :

succedat pugnae Troianosque arceat urbe.

Iamque uale. » Simul his dictis linquebat habenas,

ad terram non sponte fluens. Tum frigida toto

paulatim exsoluit se corpore lentaque colla

Sauve-toi et va porter à Turnus cet ultime message :

qu'il me remplace au combat et écarte les Troyens de la ville.

Et maintenant, adieu. » Tout en parlant, elle lâchait les rênes

glissant à terre, malgré ses efforts. Alors, froide déjà, elle se détache

 de tout son corps ; elle a posé sa nuque sans vigueur

11, 825

et captum leto posuit caput arma relinquens,

uitaque cum gemitu fugit indignata sub umbras.

Tum uero immensus surgens ferit aurea clamor

sidera : deiecta crudescit pugna Camilla,

incurrunt densi simul omnis copia Teucrum

et sa tête gagnée par la mort, et a abandonné ses armes ;

puis, dans un gémissement indigné, sa vie s'enfuit chez les ombres.

Alors une immense clameur s'élève, frappant les astres d'or :

Une fois Camille terrassée, le combat se fait plus sanglant ;

tous en même temps accourent en rangs serrés : la foule des Troyens,

11, 830

Tyrrhenique duces Euandrique Arcades alae.

les chefs Tyrrhéniens et les escadrons arcadiens d'Évandre.

11, 835

 

Camille vengée (11, 836-867)

Opis, se conformant aux ordres de Diane, s'apprête à venger Camille qui, dit-elle, sera honorée après sa mort. Ensuite, elle décoche une flèche à Arruns qui meurt seul, oublié de tous. (11, 836-867)

At Triuiae custos iamdudum in montibus Opis

alta sedet summis spectatque interrita pugnas.

Vtque procul medio iuuenum in clamore furentum

prospexit tristi multatam morte Camillam,

Mais depuis un moment, installée bien haut dans la montagne,

Opis, la gardienne postée par Trivia, observe impassible

les combats. Dès que de loin, parmi les cris de la jeunesse excitée,

elle eut aperçu Camille douloureusement frappée à mort,

ingemuitque deditque has imo pectore uoces :

« Heu nimium, uirgo, nimium crudele luisti

supplicium, Teucros conata lacessere bello !

Nec tibi desertae in dumis coluisse Dianam

profuit aut nostras umero gessisse sagittas.

elle poussa un gémissement et du fond de son coeur parla ainsi ::

« Hélas, ô vierge, tu as payé d'un supplice trop cruel, oui, trop cruel,

le fait d'avoir voulu harceler les Troyens à la guerre !

Et cela ne t'a pas servi d'avoir honoré Diane dans les bois, en solitaire,

ni non plus d'avoir porté comme nous le carquois à l'épaule.

11, 840

Non tamen indecorem tua te regina reliquit

extrema iam in morte, neque hoc sine nomine letum

per gentis erit aut famam patieris inultae.

Nam quicumque tuum uiolauit uulnere corpus,

morte luet merita. » Fuit ingens monte sub alto

Pourtant ta reine ne t'a pas laissée sans honneur, toi qui désormais

es parvenue à l'instant suprême ;  ta mort ne restera pas ignorée

parmi les nations et tu ne subiras pas l'affront d''être invengée.

Car quel que soit l'homme qui profana ton corps d'une blessure,

il l'expiera par une mort méritée » Au pied d'un mont élevé,

11, 845

regis Dercenni terreno ex aggere bustum

antiqui Laurentis opacaque ilice tectum :

hic dea se primum rapido pulcherrima nisu

sistit et Arruntem tumulo speculatur ab alto.

Vt uidit laetantem animis ac uana tumentem,

se trouvait le vaste tombeau de l'antique roi des Laurentes,

Dercennus, fait d'un amas de terre à l'ombre d'une yeuse sombre.

C'est là que la déesse toute belle, d'un vol rapide,

s'arrête d'abord, guettant Arruns du haut du tertre.

Dès qu'elle le vit brillant sous ses armes, gonflé d'un vain orgueil,

11, 850

«Cur» inquit, «diuersus abis? Huc dirige gressum,

huc periture ueni, capias ut digna Camillae

praemia. Tune etiam telis moriere Dianae ? »

dixit, et aurata uolucrem Threissa sagittam

deprompsit pharetra cornuque infensa tetendit

« Pourquoi t'éloignes-tu ? », dit-elle. « Dirige tes pas de ce côté ;

viens ici, toi qui vas mourir, pour recevoir un prix digne de Camille.

Toi, ne vas-tu  pas même périr par un trait de Diane ? » Elle dit

 et, de son carquois d'or, la Thrace tira une flèche ailée ;

dans sa colère elle tendit son arc, loin en arrière,

11, 855

et duxit longe, donec curuata coirent

inter se capita et manibus iam tangeret aequis,

laeua aciem ferri, dextra neruoque papillam.

Extemplo teli stridorem aurasque sonantis

audiit una Arruns, haesitque in corpore ferrum.

jusqu'à ce que ses extrémités recourbées se rejoignent

et que de ses mains désormais à égale distance, la gauche

touche la pointe du fer, et la droite tienne la corde sur son sein.

Aussitôt Arruns a perçu en même temps le sifflement du trait,

les vibrations de l'air et le fer qui se plantait dans son corps.

11, 860

Illum exspirantem socii atque extrema gementem

obliti ignoto camporum in puluere linquunt,

Opis ad aetherium pennis aufertur Olympum.

Tandis qu'il expire, poussant ses ultimes soupirs, ses compagnons

l'ont oublié et l'abandonnent dans la poussière anonyme de la plaine ;

Opis s'envole à tire-d'aile vers l'Olympe éthéré.

11, 865

 Page suivante


 Notes (11, 725-915)

le créateur des dieux et des hommes etc. (11,725-728). « Cette intervention personnelle de Jupiter, écrit J. Perret (Virgile. Énéide, III, 1980, p. 237-238), rappelle un peu celle qui introduisit Mézence au cœur de la bataille (10, 689) ; pas plus ici que là, Virgile ne nous a dit les raisons de Jupiter. Ici, il convient peut-être de se souvenir de la peinture qui si souvent nous est faite de la médiocre efficacité militaire des Étrusques, cf. v. 732-740 : de fait, lorsque l'un d'eux – hormis Tarchon précisément, et Arruns qui agit par ruse – paraît nommément dans la bataille, c'est toujours pour y être tué (11, 612, 642, 677 ; 12, 290, 460). Peut-être ici Virgile veut-il nous suggérer que dans le cas des Étrusques se réalise en vérité ce que Junon, très injustement, semblait avoir pensé des Troyens (10, 608-610) : de tels hommes ne font rien de bon à moins qu'un dieu ne les pousse en avant ».

Tarchon (11, 727). Le tyrrhénien Tarchon est cité pour la première fois en 8, 505. Il avait pris le commandement des Étrusques après la fuite de Mézence. Il apparaît à plusieurs reprises au chant 10 (153, 290, 299, 302) et au chant 11 (184 [première mention], 727, 729, 746, 757).

appelant chacun par leur nom (11, 731). Selon Macrobe (Saturnales, 6, 1, 34), Virgile suivrait ici un certain Furius (frg 13 Morel) : « Il appelle chacun par son nom et dispose les fuyards au combat ». K. W. Gransden renvoie aussi à Homère, Iliade, 10, 68 (ce serait là un conseil donné par Agamemnon à Ménélas pour regrouper les Achéens), mais la référence semble inexacte.

Quelle crainte etc. (11, 730-740). En 10, 369-378, Pallas avait dû lui aussi intervenir vigoureusement pour rallumer le courage de ses Arcadiens. Tarchon doit faire de même, mais sa critique est différente. Ses reproches aux Étrusques semblent inspirés de ceux qu'Agamemnon adresse à Mnesthée et Ulysse dans l'Iliade (4, 338-348). On les a parfois interprétés comme une satire indirecte de Virgile à l'égard des Étrusques de son temps.

la flûte courbe (11, 737). C'est la tibia curua. Elle avait deux branches, comme toutes les flûtes, mais l'une d'elles, « plus longue que l'autre, se recourbait en forme de corne et se terminait par un pavillon évasé » (M. Rat). Ce type de flûte servait surtout – mais pas exclusivement semble-t-il – dans le culte de Cybèle. « Les Étrusques, et en particulier les joueurs de flûte étrusques qui préludaient aux sacrifices, avaient à Rome une réputation solide de goinfrerie et d'ivrognerie. Tite-Live (9, 30) et Ovide (Fastes, 6, 651-710) ont délicieusement raconté la grève et la sécession à Tibur des joueurs de flûte de Rome, à qui le Sénat avait refusé le droit d'être nourris dans le temple de Jupiter. Virgile ailleurs (Géorgiques, 2, 193) a peint 'l'Étrusque gras, pinguis Tyrrhenus, soufflant dans sa flûte d'ivoire près des autels, et Catulle (39, 11), avant lui, avait parlé de l'Étrusque obèse, obesus Etruscus » (M. Rat). « Cette sévérité à l'égard des Étrusques, qui constituèrent pourtant un puissant empire aux VIIe [et VIe] siècles a.C.n., n'étonnera pas le lecteur, s'il veut bien observer que les Romains n'ont connu les Étrusques qu'à leur époque de décadence, et surtout qu'ils n'en voyaient dans leur ville que des représentants de condition subalterne : joueurs de flûte, haruspices, acteurs, cfr Liv., 7, 2, 4 » (M. Rat).

haruspice inspiré (11, 739-740). L'examen favorable des entrailles par l'haruspice autorisait la continuation du sacrifice. Le banquet qui l'accompagnait pouvait alors avoir lieu : on y mangeait la chair de l'animal. Les bois sacrés (luci) servaient éventuellement de cadre à ces cérémonies. On se souviendra que Virgile avait localisé « dans un bois sacré, aux portes de la ville » le sacrifice solennel rendu à Hercule par les Arcadiens d'Évandre et interrompu par Énée (8, 104).

Vénulus (11, 742). Cfr plus haut 11, 242.

vif comme le feu (11, 746). En 11, 718, la même comparaison avec le feu est appliquée à Camille.

ainsi lorsqu'un aigle fauve (11, 751-754). Nouvelle comparaison, cette fois avec un aigle et un serpent, inspirée de l'Iliade, 12, 200-209. Un peu plus haut, en 11, 721-724, il a été question d'un épervier et d'une colombe.

à la troupe des Tiburtins (11, 757). Cfr 11, 242n pour les origines tiburtines de Vénulus.

les Méonides (11, 759). C'est-à-dire les Étrusques. La Méonie, c'est la Lydie, une région considérée dans certaines traditions comme le berceau des Étrusques. En 9, 11, l'adjectif « lydiens » était utilisé par Virgile pour désigner les Étrusques.

Arruns, l'homme du destin (11, 760). Première mention de ce personnage prédestiné, au nom typiquement étrusque, qui va jouer un rôle important dans la fin du livre 11. Il sera le meurtrier de Camille mais, victime de la malédiction de Diane (11, 590-592), il mourra sous les traits d'Opis (11, !65-867).

Chlorée (11, 768). Ce Troyen, dont le nom apparaît ici pour la première fois, sera tué par Turnus en 12, 363. La présence de prêtres parmi les combattants n'est pas rarissime (cfr 7, 750 pour Umbro ; 10, 537 pour le fils d'Hémon). Chlorée était consacré au Cybèle, nom d'une montagne de Phrygie (cfr aussi 3, 111), où la déesse Cybèle (10, 220) avait un sanctuaire illustre. Le nom de la montagne est utilisé ici pour celui de la déesse.

comme d'un plumage (11, 770-771). « Justin (41, 2) dit que les Parthes se servaient d'armures pareilles pour eux et leurs chevaux [...], et Servius cite un passage [des Histoires] de Salluste où il est question de ces armures » (M. Rat).

pourpre étrangère (11, 772). Fabriquée surtout avec le murex, la pourpre est qualifiée ici d'étrangère. C'est que la plus célèbre provenait de Tyr et de Sidon, mais d'autres ateliers en produisaient.

arc lycien... flèches de Gortyne (11, 773). La Lycie étant une région d'Asie Mineure, l'adjectif «  lycien» peut avoir simplement le sens de « troyen », mais il se fait que la Lycie était réputée pour ses archers, tout comme d'ailleurs la Crète, dont Gortyne était une ville importante. Le vers peut donc insister sur l'habileté de Chlorée à manier cette arme.

pendait un arc d'or (11, 774). On croit souvent discerner une contradiction entre ce vers et le vers précédent, où Chlorée tendait son arc pour décocher des flèches. Mais peut-être l'éminent archer possédait-il deux arcs, dont l'un était au repos.

chlamyde (11, 775). Il a déjà été question plus haut de ce type de vêtement, un manteau de dessus, court et léger, jeté sur l'épaule et agrafé (cfr notamment 8, 167n). La chlamyde de Chlorée est particulièrement ornée et soigneusement décrite. Comme l'écrit A. Bellesort, « Virgile ne décrit si longuement le costume de Chlorée que pour expliquer le désir qui s'empare de Camille : cet étalage de pourpre et d'or avait de quoi séduire des yeux de femme ».

braies barbares (11, 777). Des pantalons collants que portaient les Phrygiens et autres Asiatiques (par exemple sur les peintures de vases) et qui sont considérés ici comme une mode barbare.

broderies à l'aiguille (11, 777). Si l'on en croit Pline l'Ancien (Histoire naturelle, 8, 74, 196), les Phrygiens auraient inventé la broderie. En tout cas, le nom phrygiones désignait en latin des « brodeurs d'or », et on caractérisait la broderie par l'expression opus Phyrgium.

accrocher dans un temple (11, 778). Comme c'était l'usage, cfr 7, 183-186 et 8, 721.

un désir bien féminin (11, 782). « Le poète a fait de Camille l'égale des hommes pour le courage. Mais c'est une jeune fille : elle a ses faiblesses et, par ces faiblesses, elle donne prise sur elle. Nous l'avons vue, avec le fils d'Aunus, se laisser tromper par une ruse grossière ; la convoitise féminine d'une belle proie, en détournant son attention de toute autre chose, va lui faire perdre la vie. Déjà, au livre 9, le casque de Messapus a trahi l'imprudent Euryale et causé sa mort : le même motif des dépouilles homicides souligne ici la ressemblance de la psychologie de la jeune fille avec celle de l'adolescent » (A. Bellessort).

les dieux d'en-haut (11, 784). En réalité, il s'adresse uniquement à Apollon, avec une prière qui rappelle la célèbre prière d'Achille à Zeus (Iliade, 16, 233-256) pour le succès et l'heureux retour de Patrocle. Des deux côtés, une partie seulement de la prière sera exaucée.

gardien du Soracte sacré, Apollon etc. (11, 785-788). Le mont Soracte, aujourd'hui Soratte (cfr 7, 695), était une montagne isolée (691 m) dominant la ville de Faléries dans le pays des Falisques, à quelque 35 km au nord de Rome, d'où elle est parfois visible. Le dieu qui y était adoré et qui pourrait avoir été désigné à l'origine par le nom de Soranus pater fut plus tard identifié à Apollon. On a retrouvé une inscription au Sancto Sorano Apollini. « Ses prêtres portaient le nom de hirpi Sorani, les loups du Soracte, et une de leurs pratiques consistait à marcher pieds nus sur des charbons ardents. C'était un rite de purification » (A. Bellesort). « L'incrédule Varron (cité par Servius) affirme que les Hirpins n'étaient pas protégés du feu par leur piété [...], mais par les sucs d'une certaine herbe dont ils s'enduisaient la plante des pieds. » (M. Rat).

nous sommes,... nous posons nos pieds (11, 786-788). Comme en 7, 695, les gens du Soracte sont rangés parmi les alliés de Turnus, les Anciens se posaient des questions (cfr Servius, 11, 592 et 762) sur le rôle de Turnus et sur sa nationalité. Ils trouvaient surprenant qu'un habitant du Soracte cherchât à tuer Camille, et s'étonnaient aussi du nom du meurtrier. Celui d'Arruns en effet n'est jamais porté que par des Étrusques.

ni trophée (11, 790). Il a déjà été question dans ce chant de la coutume du trophée (cfr par exemple 11, 5).

la base de son sein nu (11, 803). Dans l'Iliade, 5, 393, Héra est blessée au même endroit ; dans Quintus de Smyrne (1, 594), c'est également le cas de Penthésilée.

Arruns s'enfuit etc. (11, 806-808). Cette fuite d'Arruns rappelle celle d'Euphorbe (Homère, Iliade, 16, 812-815), qui se perd dans la foule, ne supportant pas de se trouver face à Patrocle, à qui il avait porté un premier coup. Arruns ne sait pas encore s'il a atteint gravement Camille.

Il est comme un loup etc. (11, 809-815). La comparaison est inspirée d'Homère (Iliade, 15, 585-588), où Antiloque, qui vient de frapper Ménalippe, a peur d'Hector : « Antiloque ne lui tient pas tête, pour ardent guerrier qu'il soit. Il prend peur comme une bête qui a commis quelque méfait – tué un chien, ou un bouvier près de ses boeufs – et qui s'enfuit, sans attendre qu'une troupe d'hommes se soit réunie ».

le teint naguère pourpre de son visage (11, 819). Certains traits de la description rappellent la mort d'Euryale (9, 435).

Acca (11, 820). Une des compagnes de prédilection de Camille, mentionnée ici pour la première fois, et à laquelle Virgile a donné un nom qui rappelle celui d'Acca Larentia, la mère nourricière de Romulus.

Sauve-toi et va porter à Turnus (11, 825-827). « Comme un chef, elle transmet, avant d'expirer, le commandement qu'elle ne peut plus exercer » (A. Bellessort).

son corps (11, 829). Une formule du même type avait été utilisée par Virgile dans le récit de la mort de Didon (4, 703), où Iris dit à la reine : « Je te délie de ton corps ».

puis dans un gémissement etc. (11, 831). Virgile reprendra textuellement ce vers à la fin de l'Énéide pour décrire la mort de Turnus (12, 952). Assez proche aussi, le passage de la mort de Lausus en 10, 819-820. Le vers est imité d'Homère (Iliade, 22, 362), où il concerne la mort d'Hector. Racine s'en est inspiré (Thébaïde, 5, 3) : « Et son âme en courroux s'enfuit dans les Enfers ».

dans la montagne (11, 835). En 12, 134 aussi, Junon, du haut d'une montagne (le mont Albain), considérait les deux armées ainsi que le champ clos où devait se dérouler le duel entre Turnus et Énée.

Opis, la gardienne postée par Trivia (11, 836-837). Cfr 11, 532, et surtout 11, 590-592, où Diane-Trivia charge sa suivante Opis de frapper d'une flèche le meurtrier de Camille.

avoir voulu harceler (11, 842). Opis reprend les paroles que lui avait adressées Diane au vers 585.

en solitaire (11, 843). L'adjectif latin desertae, appliqué à Camille, peut être compris de plusieurs manières. La traduction que nous avons adoptée renverrait à la vie solitaire, entièrement consacrée à Diane, vie qu'avait menée la jeune fille dans les forêts avec son père (cfr 11, 567-572). Mais on peut songer aussi, avec Servius, à une autre interprétation : Camille serait maintenant abandonnée (deserta) par Diane. Il n'est pas rare en effet que chez Homère les guerriers soient abandonnés par leur protecteur au moment de leur mort (c'est le cas d'Apollon et d'Hector en Iliade, 22, 213).

comme nous le carquois (11, 844). Les carquois propres aux compagnes de Diane, s'adonnant à la chasse plus qu'à la guerre.

sans honneur (11, 845). À supposer que Diane ait abandonné Camille (cfr note 11, 843), elle veille toutefois à ce que sa protégée ne meure pas « sans honneur », l'expression visant moins, semble-t-il, l'absence de gloire militaire que la disgrâce de ne pas être vengée. On comparera avec le sort lamentable d'Arruns, qui périra oublié de tous.

Car quel que soit l'homme (11, 848-849). Ici encore les paroles d'Opis reprennent presque mot pour mot celles de Diane, aux vers 11, 591-592.

Dercennus (11, 849-851). Cet ancien roi des Laurentes (dont d'autres légendes faisaient un roi des Aborigènes) n'est signalé qu'ici. Peut-être Virgile connaissait-il dans la zone un tumulus que les indigènes attribuaient à un certain Dercennus.

la déesse toute belle, etc. (11, 852-853). L'adjectif latin pulcherrima, pour qualifier une déesse, est une sorte d'épithète dite homérique, purement ornementale et sans portée particulière. On aura noté qu'Opis, qui a assisté de loin à la mort de Camille, se rapproche, un peu comme si sa flèche ne pouvait pas atteindre son but à distance (les flèches divines ont pourtant ce pouvoir).

Pourquoi t'éloignes-tu ? etc. (11, 855-856). Ces vers peuvent être rapprochés des paroles d'Hector à Achille (Iliade, 20, 429) : « Viens donc plus près, et tu arriveras plus vite au terme fixé pour ta perte ».

Toi, ne vas-tu pas même périr (11, 857). Opis veut dire qu'Arruns ne mérite pas une telle distinction. C'était déjà un honneur d'être tué par un grand guerrier (cfr le 11, 689, dans l'épisode d'Ornytus, et surtout 10, 829-830, où Énée s'adresse à Lausus) ; à fortiori de périr par les armes d'une déesse ; et cela, en plus (etiam) quand on est un médiocre et un couard comme Arruns.

ses extrémités recourbées se rejoignirent etc. (11, 861). « Il nous paraît douteux, écrit J. Perret (Virgile. Énéide, III, 1980, p. 239), que les cornes d'un arc puissent jamais se rejoindre [...]. Nous croirions plutôt que [Virgile] a voulu pour notre imagination prolonger idéalement et jusqu'à la limite ce mouvement de courbure qui traduit si bien l'effort de l'archer ».

Arruns perçut (11, 863). Contrairement à Camille, en 11, 801-802, qui n'avait remarqué ni la vibration de l'air, ni le bruit fait par la flèche d'Arruns.

Tandis qu'il expire... (11, 865-866). Arruns meurt, complètement oublié, à la différence de Camille, qui est ainsi vengée.

l'Olympe éthéré (11, 867). L'éther, comme on le sait, est l'air subtil des régions supérieures.


Énéide - Chant XI (Plan) - Page précédente - Page suivante

 Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)