Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant X (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE X

 

COMBATS - MORTS DE PALLAS,  LAUSUS ET MÉZENCE

Morts de Lausus et de Mézence (10, 789-908)

 

Sacrifice de Lausus (10, 789-832)

Aussitôt Lausus se précipite au combat pour protéger son père blessé, qu'il sauvera en s'exposant lui-même aux coups d'Énée. (10, 789-820)

Ce dévouement filial provoque l'attendrissement et l'admiration d'Énée, qui fait rendre son cadavre à Mézence. (10, 821-832)

Ingemuit cari grauiter genitoris amore,

À cette vue, à cause de son amour pour un père qu'il chérit,

ut uidit, Lausus, lacrimaeque per ora uolutae.

Hic mortis durae casum tuaque optima facta,

siqua fidem tanto est operi latura uetustas,

non equidem nec te, iuuenis memorande, silebo.

Ille pedem referens et inutilis inque ligatus

Lausus gémit douloureusement, et les larmes coulent sur son visage.

Non, le drame d'une mort cruelle et ton remarquable exploit,

si l'antiquité d'un acte si grandiose doit l'accréditer –,

je ne les tairai pas, ni ton souvenir, enfant digne d'être célébré !

Mézence lâchant pied, impuissant, gêné dans ses gestes,

10, 790

cedebat clipeoque inimicum hastile trahebat :

prorupit iuuenis seseque immiscuit armis

iamque adsurgentis dextra plagamque ferentis

Aeneae subiit mucronem ipsumque morando

sustinuit. Socii magno clamore sequuntur,

cédait et emportait fiché sur son bouclier la pique de son ennemi.

Le jeune Lausus se précipita et se mêla au combat,

et déjà, comme Énée surgissait et assénait de la main un coup,

Lausus s'exposa  à l'épée d'Énée et lui résista, le retardant.

Ses compagnons suivent  Lausus  en poussant des cris

10, 795

dum genitor nati parma protectus abiret,

telaque coniciunt proturbantque eminus hostem

missilibus. Furit Aeneas tectusque tenet se.

Ac uelut effusa siquando grandine nimbi

praecipitant, omnis campis diffugit arator

et, tandis que le père se retirait à l'abri du bouclier de son fils,

ils lancent des piques et de loin harcèlent leur ennemi

avec leurs projectiles. Énée est furieux, et se tient à couvert.

Lorsque parfois les nuages se précipitent, se répandant en grêle,

tous, le laboureur et le cultivateur, se sauvent et quittent les champs ;

10, 800

omnis et agricola et tuta latet arce uiator,

aut amnis ripis aut alti fornice saxi,

dum pluit in terris, ut possint sole reducto

exercere diem : sic obrutus undique telis

Aeneas nubem belli, dum detonet omnis,

le voyageur aussi se réfugie dans un abri sûr,

près des rives d'un fleuve, ou au creux d'un haut rocher,

tant que sur la terre tombe la pluie, pour pouvoir finir leur journée,

une fois le soleil revenu. Ainsi,  accablé de traits de toutes parts,

Énée résiste à la tempête de la guerre, attendant qu'elle s'apaise.

10, 805

sustinet et Lausum increpitat Lausoque minatur :

« Quo moriture ruis maioraque uiribus audes ?

Fallit te incautum pietas tua. » Nec minus ille

exsultat demens ; saeuae iamque altius irae

Dardanio surgunt ductori, extremaque Lauso

Puis il interpelle Lausus, en lui adressant des menaces :

« Toi qui vas mourir, où cours-tu ? Pourquoi ces exploits audacieux

qui outrepassent tes forces ? Ta piété t'abuse et te rend imprudent ! ».

Pourtant Lausus, affolé, fonce d'un bond ; et bientôt une colère terrible

naît au coeur du Dardanien, tandis que les Parques rassemblent

10, 810

Parcae fila legunt : ualidum namque exigit ensem

per medium Aeneas iuuenem totumque recondit.

Transiit et parmam mucro, leuia arma minacis,

et tunicam, molli mater quam neuerat auro,

impleuitque sinum sanguis ; tum uita per auras

les derniers fils de la vie de Lausus. Car Énée, de sa puissante épée,

qu'il enfonce jusqu'à la garde, pourfend le jeune homme par le milieu.

La lame pointue a percé le bouclier, faible défense devant la menace,

et la tunique, entrelacée de fils d'or souple par sa mère,.

et aux plis tout inondés de sang ; alors, sa vie douloureusement

10, 815

concessit maesta ad manis corpusque reliquit.

 

At uero ut uoltum uidit morientis et ora,

ora modis Anchisiades pallentia miris,

ingemuit miserans grauiter dextramque tetendit,

et mentem patriae subiit pietatis imago.

à travers les airs s'est retirée  chez les Mânes et a quitté son corps.

 

Mais en vérité, dès que le fils d'Anchise vit le visage du mourant,

quand il vit ses traits, ses traits devenus étrangement pâles,

il gémit profondément, pris de pitié, et il lui tendit la main,

tandis que cette image de piété filiale envahit son esprit.

10, 820

« Quid tibi nunc, miserande puer, pro laudibus istis,

quid pius Aeneas tanta dabit indole dignum ?

Arma, quibus laetatus, habe tua, teque parentum

manibus et cineri, siqua est ea cura, remitto.

Hoc tamen infelix miseram solabere mortem :

« Et maintenant, malheureux enfant, en échange de tes mérites,

quelle récompense digne d'un si grand coeur te donnera le pieux Énée ?

Conserve ces armes, qui faisaient ta joie ; de plus, je te rends,

si cette faveur a quelque prix, aux mânes et à la cendre de tes pères.

Du moins une chose te consolera de ta mort misérable, ô infortuné :

10, 825

Aeneae magni dextra cadis. » Increpat ultro

cunctantis socios et terra subleuat ipsum,

sanguine turpantem comptos de more capillos.

tu succombes de la main du grand Énée ». Et  aussitôt

il interpelle ses compagnons hésitants et soulève de terre

le jeune homme à la belle chevelure qui se souillait de sang.

10, 830

 

Désespoir et réaction de Mézence (10, 833-869)

Consterné quand il apprend la mort de Lausus, Mézence, en dépit de ses blessures, est résolu à vaincre Énée ou à mourir. (10, 833-869).

Interea genitor Tiberini ad fluminis undam

uolnera siccabat lymphis corpusque leuabat

Pendant ce temps, son père Mézence près du cours du Tibre

séchait ses blessures dans l'eau et, adossé au tronc d'un arbre,

arboris adclinis trunco. Procul aerea ramis

dependet galea et prato grauia arma quiescunt.

Stant lecti circum iuuenes : ipse aeger anhelans

colla fouet, fusus propexam in pectore barbam ;

multa super Lauso rogitat multumque remittit

reprenait des forces. Il  suspend  son casque de bronze

aux branches et, dans la prairie, laisse reposer ses armes pesantes.

Debout, de jeunes guerriers d'élite l'entourent ; lui, souffrant et haletant,

rentre son cou, tandis que sa longue barbe pend sur sa poitrine ;

sans cesse il s'informe de Lausus, sans cesse lui dépêche des messagers

10, 835

qui reuocent maestique ferant mandata parentis.

At Lausum socii exanimem super arma ferebant

flentes, ingentem atque ingenti uolnere uictum.

Agnouit longe gemitum praesaga mali mens :

canitiem multo deformat puluere et ambas

pour le rappeler et lui porter les ordres de son  père affligé.

Mais c'est un Lausus sans vie, couché sur ses armes, que ramènent

ses compagnons en pleurs, le grand Lausus, victime d'une large blessure.

De loin Mézence, présageant ce malheur, a reconnu les lamentations.

Il souille alors ses cheveux blancs d'une abondante poussière,

10, 840

ad caelum tendit palmas et corpore inhaeret.

« Tantane me tenuit uiuendi, nate, uoluptas,

ut pro me hostili paterer succedere dextrae,

quem genui ? Tuane haec genitor per uolnera seruor,

morte tua uiuens ? Heu, nunc misero mihi demum

tend les deux mains vers le ciel et son corps reste cloué sur place :

« Mon fils, ai-je donc été tenu par un si grand plaisir de vivre,

au point de supporter que celui que j'ai mis au monde s'offre

à ma place à la main ennemie ? Tes blessures ont sauvé ton père,

qui est vivant par ta mort ! Hélas, maintenant je connais mon malheur,

10, 845

exitium infelix, nunc alte uolnus adactum !

Idem ego, nate, tuum maculaui crimine nomen,

pulsus ob inuidiam solio sceptrisque paternis.

Debueram patriae poenas odiisque meorum :

omnis per mortis animam sontem ipse dedissem !

acculé à un pénible exil, atteint par une profonde blessure !

C'est moi aussi, mon enfant, qui ai entaché ton nom d'infamie,

moi que la haine écarta du trône et du sceptre de mes pères.

J'aurais dû payer ma dette à ma patrie et à la haine des miens :

Ah ! Que n'ai-je payé de mille morts ma vie criminelle !

10, 850

Nunc uiuo neque adhuc homines lucemque relinquo.

Sed linquam. » Simul hoc dicens attollit in aegrum

se femur et, quamuis dolor alto uolnere tardet,

haud deiectus equum duci iubet. Hoc decus illi,

hoc solamen erat ; bellis hoc uictor abibat

Maintenant vivant, je suis encore parmi les hommes et la lumière,

mais je les quitterai ». Et disant cela, il se soulève sur sa jambe malade

et, malgré sa force défaillante à cause sa profonde blessure,

sans se laisser abattre, il fait amener son cheval. Ce cheval

c'était sa fierté, sa consolation ; avec lui, il était revenu victorieux

10, 855

omnibus. Adloquitur maerentem et talibus infit :

« Rhaebe, diu, res siqua diu mortalibus ulla est,

uiximus. Aut hodie uictor spolia illa cruenti

et caput Aeneae referes Lausique dolorum

ultor eris mecum aut, aperit si nulla uiam uis,

de toutes les guerres. Il s'adresse à l'animal affligé :

« Rhèbe, si il est une chose durable pour les humains,

nous avons vécu longtemps. Aujourd'hui, tu rapporteras, vainqueur,

les dépouilles et la tête sanglante d'Énée, et avec moi tu vengeras

les souffrances de Lausus, ou, si aucune force ne nous ouvre la route,

10, 860

occumbes pariter ; neque enim, fortissime, credo,

iussa aliena pati et dominos dignabere Teucros. »

Dixit et exceptus tergo consueta locauit

membra manusque ambas iaculis onerauit acutis,

aere caput fulgens cristaque hirsutus equina.

tu mourras comme moi ; je ne crois pas en effet, ô vaillantissime,

que tu accepteras de subir des ordres d'étrangers et de maîtres troyens. »

Il parla, et accepté par sa monture, il prit sa position habituelle,

les deux mains chargées de traits acérés,  la tête couverte

d'un bronze éclatant, hérissé d'un panache de crins.

10, 865

 

Ultime combat (10, 870-908)

Les deux ennemis, Mézence à cheval, Énée à pied, vont se défier en un combat singulier, duquel Énée sortira vainqueur. (10, 833-905)

Sic cursum in medios rapidus dedit : aestuat ingens

uno in corde pudor mixtoque insania luctu,

et furiis agitatus amor et conscia uirtus.

Atque hic Aenean magna ter uoce uocauit.

Aeneas agnouit enim laetusque precatur :

Ainsi Mézence galopa, rapide, au fort du combat. En son coeur

bouillonnent une immense honte et la déraison mêlée à la douleur,

son amour agité par les Furies, et la conscience de sa valeur.

Alors, par trois fois, d'une voix forte il provoqua Énée.

Énée le reconnut et, tout joyeux, se mit à prier :

10, 870

« Sic pater ille deum faciat, sic altus Apollo,

incipias conferre manum. »

Tantum effatus et infesta subit obuius hasta.

Ille autem : « Quid me erepto, saeuissime, nato

terres ? Haec uia sola fuit, qua perdere posses.

« Puissent l'illustre père des dieux, et aussi le fier Apollon

faire en sorte que tu  engages le combat ! »

Sur ces simples mots, il s'avança à sa rencontre, pique brandie.

Alors lui : « En quoi peux-tu m'effrayer, ô cruel entre tous, 

 mon fils m'étant arraché ? C'était ton seul moyen de me perdre :

10, 875

Nec mortem horremus nec diuom parcimus ulli.

Desine : nam uenio moriturus et haec tibi porto

dona prius. » Dixit telumque intorsit in hostem ;

inde aliud super atque aliud figitque uolatque

ingenti gyro, sed sustinet aureus umbo.

nous ne craignons pas la mort et ne ménageons aucun dieu.

Arrête, car je viens pour mourir, mais auparavant,

je t'apporte ces présents ». Il dit et lance un javelot contre son ennemi ;

puis il en envoie un autre, et un autre encore ; il vole, dessinant

autour d'Énée un large cercle, mais le bouclier d'or résiste.

10, 880

Ter circum adstantem laeuos equitauit in orbes

tela manu iaciens, ter secum Troius heros

immanem aerato circumfert tegmine siluam.

Inde ubi tot traxisse moras, tot spicula taedet

uellere et urgetur pugna congressus iniqua,

Sur son cheval, il contourne par la gauche son adversaire à pied,

trois fois, en lançant des traits ; par trois fois, le héros troyen

emporte autour de lui  la terrifiante forêt sur son bouclier de bronze.

Alors, Énée est excédé de tant de délais, las d'arracher

tant de piques et il se sent acculé à un combat inégal ;

10, 885

multa mouens animo iam tandem erumpit et inter

bellatoris equi caua tempora conicit hastam.

Tollit se arrectum quadrupes et calcibus auras

uerberat effusumque equitem super ipse secutus

implicat eiectoque incumbit cernuus armo.

les idées se bousculent dans sa tête ; finalement il fonce

et lance une pique au creux des tempes du cheval de Mézence.

L'animal se cabre, tout droit, frappe l'air de ses sabots,

éjecte son cavalier, l'embarrasse et tombe ensuite au-dessus de lui ;

le cheval, tête en avant et épaule démise, le couvre de sa masse.

10, 890

Clamore incendunt caelum Troesque Latinique.

Aduolat Aeneas uaginaque eripit ensem

et super haec : « Vbi nunc Mezentius acer et illa

effera uis animi ? » Contra Tyrrhenus, ut auras

suspiciens hausit caelum mentemque recepit :

Troyens et Latins poussent des clameurs qui enflamment le ciel.

Énée vole, tire son épée du fourreau, et ajoute :

« Où donc est maintenant le cruel Mézence et la violence

 sauvage de son âme ? » En face de lui, le Tyrrhénien,

levant les yeux, regarda avidement le ciel et reprit ses esprits :

10, 895

« Hostis amare, quid increpitas mortemque minaris ?

Nullum in caede nefas, nec sic ad proelia ueni,

nec tecum meus haec pepigit mihi foedera Lausus.

Vnum hoc per siqua est uictis uenia hostibus oro :

corpus humo patiare tegi. Scio acerba meorum

« Ennemi plein de morgue, pourquoi m'insulter, me menacer de mort ?

Le meurtre n'est point un sacrilège, et je ne suis point venu au combat

dans cet état d'esprit ; et mon Lausus n'a pas conclu ce pacte avec toi.

Si des ennemis ont pitié des vaincus, je te demande cette seule chose :

Permets que mon corps soit inhumé. Je sais les haines acerbes

10, 900

circumstare odia : hunc, oro, defende furorem

et me consortem nati concede sepulchro. »'

Haec loquitur iuguloque haud inscius accipit ensem

undantique animam diffundit in arua cruore.

dont les miens m'entourent : empêche, je t'en prie, leur fureur,

et laisse-moi partager le sort de mon fils dans un tombeau ».

Il dit ces mots et, sans surprise, il reçoit le glaive dans la gorge

et rend l'âme, baignant ses armes de son sang.

10, 905

Page suivante


Notes (10, 789-908)

si  l'antiquité d'un acte si grandiose doit l'accréditer (10, 792). « La uetustas peut confirmer la réalité d'un fait par l'assentiment qu'y ont donné les générations ou, à l'inverse, justifier le scepticisme, expliquer l'oubli : c'est l'ambivalence de la mémoire » (J. Perret, Virgile. Énéide, III, 1980, p. 211).

les Parques (10, 814-815). Allusion au rôle des Parques, les divinités romaines du destin, qui sont ici identifiées aux Moires grecques. Ces dernières sont trois soeurs (Atropos, Clotho et Lachésis) qui gèrent la destinée de chaque homme et sont représentées comme des fileuses. L'une filait le fil, la seconde l'enroulait, et la troisième le coupait, lorsque la vie correspondante était achevée.

le fils d'Anchise (10, 821). Dans ce passage relatant l'émotion que ressent Énée devant la mort de Lausus, le héros est désigné par une périphrase appropriée.

Conserve ces armes, qui faisaient ta joie (10, 827). Une histoire parallèle se trouve dans l'Iliade, 6, 416-417, où Achille avait tué Éétion, sans toutefois le dépouiller de ses armes.

si cette faveur a du prix (10, 828). Chez Sophocle, Électre, 355-356, l'héroïne parle d'un hommage qu'elle rend à son père Agamemnon mort, « si du moins il est quelque chose qui lui agrée encore là-bas ».

aux mânes et à la cendre de tes pères (10, 826-827). Énée veut dire, semble-t-il, qu'il ne touchera pas au cadavre de Lausus qui sera remis aux siens.

tu succombes de la main (10, 829-830). Grandiloquence épique.

Il souille alors ses cheveux blancs (10, 844-845). Les manifestations de deuil chez les anciens étaient souvent spectaculaires et démonstratives. On verra par exemple chez Homère, Iliade, 18, 23-147 (Thétis doit venir consoler Achille à la mort de Patrocle) et Odyssée, 24, 315-317 (Laerte croyant Ulysse mort). On verra aussi, chez Virgile (12, 604-613) les manifestations de deuil lors du suicide d'Amata, l'épouse de Turnus.

la haine écarta du trône et du sceptre de mes pères (10, 852). Allusion aux événements qui ont amené les sujets de Mézence à se dresser contre lui et à le chasser. Ils ont été racontés par Virgile en 8, 478-494.

Il s'adresse à l'animal affligé (10, 860). Chez Homère aussi, nous voyons Hector et Achille s'adresser à leurs chevaux (Iliade, 8, 184-197 ; 19, 400-403).

En son coeur bouillonnent (10, 870-872). Ces vers se retrouvent identiques en 12, 666-668, où il s'appliquent à Turnus.

ne ménageons aucun dieu (10, 880). Toujours le motif d'un Mézence impie, contemptor deorum.

dans cet état d'esprit (10, 902). « Tu peux me tuer, dit Mézence à Énée, sans commettre la moindre impiété. C'est chose normale à la guerre, et je ne suis pas venu en espérant être épargné si cela tournait mal. »

conclu ce pacte (10, 902). « Lausus, quand il t'a attaqué, n'a pas supposé que tu m'épargnerais et n'avait pas l'intention de t'épargner » ou bien « Lausus, en mourant, n'a pas conclu d'accord selon lequel tu m'épargnerais ». Le sens n'est pas très clair.

Permets que mon corps soit inhumé (10, 904). C'était une chose importante dans la pensée des Anciens. On se souviendra des explications que la Sibylle donne à Énée à ce sujet au livre 6, 317-330, et du dialogue entre la Sibylle et Palinure au même livre (6, 337-381). 


Énéide - Chant X (Plan) - Page précédente - Page suivante

 Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)