Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 44

 XLIV. Ses projets. Il médite la guerre contre les Parthes

(1) Il avait conçu pour l'embellissement et l'équipement de Rome, pour la sûreté et l'agrandissement de l'empire, des projets de jour en jour plus vastes et plus nombreux.

(2) Il voulait, avant tout, construire un temple de Mars plus grand qu'aucun temple du monde, en comblant jusqu'au niveau du sol le lac où il avait donné le spectacle d'un combat naval. Il voulait aussi bâtir un immense théâtre au pied de la roche Tarpéienne.

(3) Il voulait condenser le droit civil, et renfermer en un très petit nombre de livres ce qu'il y avait de meilleur et d'indispensable dans l'immense et diffuse quantité des lois existantes.

(4) Il voulait ouvrir au public des bibliothèques grecques et latines aussi riches que possible, et confier à Marcus Varron le soin d'acquérir et de classer les livres.

(5) Il voulait dessécher les marais Pontins, ouvrir une issue aux eaux du lac Fucin, construire une route allant de la mer Supérieure au Tibre, en franchissant la crête des Apennins. Il voulait percer l'Isthme de Corinthe.

(6) Il voulait contenir les Daces, qui s'étaient répandus dans la Thrace et dans le Pont; porter ensuite la guerre chez les Parthes, en passant par l'Arménie mineure, et ne les attaquer en bataille rangée qu'après avoir éprouvé leurs forces.

(7) C'est au milieu de ces travaux et de ces projets que la mort le surprit.

(8) Mais, avant de parler de sa mort, il ne sera pas inutile de donner une idée succincte de sa figure, de son extérieur, de son habillement et de ses moeurs, ainsi que de ses travaux civils et militaires.

(1) Nam de ornanda instruendaque urbe, item de tuendo ampliandoque imperio plura ac maiora in dies destinabat:

(2) in primis Martis templum, quantum nusquam esset, extruere repleto et conplanato lacu, in quo naumachiae spectaculum ediderat, theatrumque summae magnitudinis Tarpeio monti accubans;

(3) ius ciuile ad certum modum redigere atque ex immensa diffusaque legum copia optima quaeque et necessaria in paucissimos conferre libros;

(4) bibliothecas Graecas Latinasque quas maximas posset publicare data Marco Varroni cura comparandarum ac digerendarum;

(5) siccare Pomptinas paludes; emittere Fucinum lacum; uiam munire a mari Supero per Appennini dorsum ad Tiberim usque; perfodere Isthmum;

(6) Dacos, qui se in Pontum et Thraciam effuderant, coercere; mox Parthis inferre bellum per Armeniam minorem nec nisi ante expertos adgredi proelio.

(7) Talia agentem atque meditantem mors praeuenit.

(8) De qua prius quam dicam, ea quae ad formam et habitum et cultum et mores, nec minus quae ad ciuilia et bellica eius studia pertineant, non alienum erit summatim exponere.


Commentaire

Temple de Mars : il existait déjà deux temples de Mars à Rome et celui voulu par César ne sera pas construit. Mais Auguste fera édifier sur son forum un temple de Mars Ultor (Vengeur) après avoir battu Brutus et Cassius, les meurtriers de César.

Théâtre : commencé par César en 44 et achevé par Auguste en 13 (ou en 11) a.C.n., dédié à Marcellus, neveu de l'empereur et héritier présomptif, mort en 23 a.C.n. Cf. F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p.191-192.

Roche Tarpéienne : rocher abrupt sur la face S.O. du Capitole du haut duquel certains condamnés à mort étaient précipités. Le site doit son nom à Tarpeia, jeune femme qui, aux origines de Rome, aurait permis aux Sabins de s'emparer du Capitole mais que ceux-ci auraient ensuite tuée en l'écrasant sous leurs armes. Cf. J. Poucet, Recherches sur la légende sabine des origines de Rome, Kinshasa, 1967, p.75-135.

Droit civil : ius civile, droit applicable aux citoyens romains, par opposition au ius gentium, droit romain applicable aux citoyens et aux étrangers. Une première codification eut lieu au milieu du Ve siècle a.C.n. (Loi des XII Tables) mais la législation a évidemment continué à se développer, d'où le souhait de César d'une mise en ordre qui ne se réalisera qu'au Bas-Empire (Code de Théodose) et à l'époque byzantine (Corpus iuris civilis, de Justinien).

Bibliothèques : quelques bibliothèques privées existaient à Rome au 1er siècle a.C.n. mais pas d'institutions publiques et le projet de César ne s'est pas réalisé ; la première bibliothèque publique a été ouverte par Asinius Pollion grâce au butin fait en Illyrie en 39 a.C.n. (cf. J. André, La vie et l'œuvre d'Asinius Pollion, Paris, 1949, p. 116-119). Sous l'Empire, ces établissements se multiplient, parfois même à l'initiative de particuliers (cf. Pline le Jeune, Lettres, I, 8, 2).

Marais Pontins : zone humide et malsaine au S.E. de Rome qu'on avait déjà tenté d'assécher avant César (en 160, p. ex., à l'initiative du consul M. Cornelius Cethegus : cf. Tite-Live, XLVI, 15) mais qui ne sera complètement assainie qu'au XXe siècle.

Lac Fucin : à l'E. de Rome, an plein centre de la péninsule. Ce vaste lac, selon Strabon (Géographie, V, 3, 13), débordait parfois, parfois s'asséchait, mais, quoi qu'il en soit, pouvait offrir de bonnes terres de culture si l'on réussissait à faire baisser le niveau des eaux. Le projet de César fut repris par Claude au prix d'énormes efforts, onze ans de travaux, avec trente mille hommes à l'ouvrage, sans aboutir à un résultat définitif. Trajan et Hadrien reprendront les opérations d'assèchement mais ce n'est qu'au XIXe siècle que le lac disparaîtra pour laisser la place à des champs cultivés.

Isthme de Corinthe : le creusement d'un canal reliant la mer Ionienne à la mer Égée avait déjà été envisagé par Démétrius Poliorcète ; après César, Caligula et Néron reprendront cette idée (cf. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, IV, 10). Mais le canal ne sera creusé qu'à la fin du XIXe siècle.

Daces : population occupant la rive gauche du Bas-Danube qui, à l'époque de César, avait fait mouvement vers le Sud (Thrace) et vers le Sud-Est (Pont). La Dacie sera conquise et intégrée à l'empire romain par Trajan, puis abandonnée par Aurélien.

Parthes : peuple occupant un vaste territoire à l'est de l'Euphrate et qui avait infligé une sévère défaite aux légions romaines commandées par Crassus, en 53, à Carrhae. Cf. N.C. Debevoise, A Political History of Parthia, New York, 1968 (pour les plans de César, cf. p.106-107).

Arménie Mineure : à l'ouest du Haut-Euphrate (cf. H. Bengtson, Grosser historischer Weltatlas, I. Vorgeschichte und Altertum, 5e éd., Munich, 1972, 43b, D 2/3).

Avant de parler de sa mort : Suétone commence à parler de la conjuration menant à l'assassinat de César au ch. 80 ; il va donc consacrer une bonne trentaine de chapitres à évoquer la personnalité du dictateur : portrait physique, comportement de l'homme privé, qualités de l'homme de lettres, du chef militaire… Suétone adopte un curieux plan dans cette biographie : les trente-cinq premiers chapitres respectent, en gros, un ordre chronologique ; les chapitres 36-44 traitent le sujet neque per tempora, sed per species, selon l'expression qu'il utilise dans la vie d'Auguste (9, 1) et, après avoir annoncé la mort de César (44, 7), l'auteur poursuit son exposé, per species, jusqu'au chapitre 80, où commence le récit de la fin du dictateur.

 


[13 février 2006]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)