Bibliotheca Classica Selecta - Traductions françaises : Sur la BCS - Ailleurs sur la Toile

Métamorphoses d'Ovide : Avant-Propos - Notices - Livre I (Plan) - Hypertexte louvaniste - Iconographie ovidienne - Page précédente - Page suivante


OVIDE, MÉTAMORPHOSES, LIVRE I

[Trad. et notes de A.-M. Boxus et J. Poucet, Bruxelles, 2005]

 

Autour d'Apollon(vers 416-567)

 

 

Apparition de créatures, dont Python terrassé par Apollon (1, 416-451) 

Après le déluge, apparurent ou réapparurent divers animaux, nés spontanément de la terre et de la combinaison de l'humide et du chaud, êtres plus ou moins aboutis d'ailleurs. (1, 416-437)

Au nombre de ces « monstres » figure le serpent Python, qu'Apollon tua de ses flèches, instituant les Jeux Pythiques pour perpétuer le souvenir de son exploit. (1, 438-451)

1, 416 Cetera diuersis tellus animalia formis

sponte sua peperit, postquam uetus umor ab igne

percaluit solis, caenumque udaeque paludes

intumuere aestu, fecundaque semina rerum
 
Spontanément la terre engendra d'autres animaux de formes diverses,

lorsque l'humidité ancienne se fut évaporée sous le feu du soleil,

lorsque la chaleur eut soulevé la boue des marais humides

et lorsque les
semences fécondes des choses, nourries
 
1, 420 uiuaci nutrita solo ceu matris in aluo

creuerunt faciemque aliquam cepere morando.

Sic ubi deseruit madidos septemfluus agros

Nilus et antiquo sua flumina reddidit alueo

aetherioque recens exarsit sidere limus,
 
dans le sol vivifiant, comme dans le sein d'une mère,

eurent grandi et pris avec le temps leur aspect défini.

Ainsi, quand le
Nil aux sept bouches a quitté

les champs détrempés et rendu ses flots à leur ancien lit,

quand le limon récent est devenu brûlant sous l'astre céleste,
 
1, 425 plurima cultores uersis animalia glaebis

inueniunt et in his quaedam modo coepta per ipsum

nascendi spatium, quaedam inperfecta suisque

trunca uident numeris, et eodem in corpore saepe

altera pars uiuit, rudis est pars altera tellus.
 
les cultivateurs découvrent une foule d'animaux en retournant la terre ;

certains, à peine ébauchés, leur apparaissent dès leur naissance ;

d'autres, inachevés, sont privés d'une partie de leurs organes ;

souvent, dans le même corps, une partie est vivante,

tandis que l'autre est toujours de la terre informe.
 
1, 430 Quippe ubi temperiem sumpsere umorque calorque,

concipiunt, et ab his oriuntur cuncta duobus,

cumque sit ignis aquae pugnax, uapor umidus omnes

res creat, et discors concordia fetibus apta est.

Ergo ubi diluuio tellus lutulenta recenti
 
En effet, dès qu'humidité et chaleur se sont mélangées,

il y a conception : tout naît de ces deux éléments,

et bien que feu et eau soient ennemis, la chaleur humide crée tout,

et la
concorde en désaccord avec elle-même est apte à procréer.

Ainsi donc, lorsque la terre fangeuse, suite au récent déluge,
 
1, 435 solibus aetheriis altoque recanduit aestu,

edidit innumeras species ; partimque figuras

rettulit antiquas, partim noua monstra creauit.


Illa quidem nollet, sed te quoque, maxime Python,

tum genuit, populisque nouis, incognita serpens,
 
redevint brûlante sous l'intense chaleur du soleil rayonnant de l'éther,

elle produisit d'innombrables espèces : tantôt, elle leur rendit

leur figure première, tantôt elle créa des monstres nouveaux.


La Terre, sans le vouloir sans doute, te procréa aussi à cette époque,

énorme
Python, ô serpent inconnu, terreur pour ces jeunes peuples,
 
1, 440 terror eras : tantum spatii de monte tenebas.

Hunc deus arquitenens et
numquam talibus armis

ante nisi in dammis capreisque fugacibus usus,

mille grauem telis exhausta paene pharetra

perdidit effuso per uulnera nigra ueneno.
 
tant était vaste l'espace que tu occupais sur la montagne.

Le
dieu archer, qui jamais auparavant n'avait usé de telles armes,

si ce n'est contre les daims et les chevreuils en fuite,

accabla le monstre de mille traits, vidant presque son carquois,

et le tua : un noir venin s'écoula de ses blessures.
 
1, 445 Neue operis famam posset delere uetustas,

instituit sacros celebri certamine ludos,

Pythia de domitae serpentis nomine dictos.

Hic iuuenum quicumque manu pedibusue rotaue

uicerat, aesculeae capiebat frondis honorem.
 
Et pour que le souvenir de son acte ne disparût pas avec le temps,

il institua des Jeux sacrés, des concours très fréquentés,

appelés
Pythiques, du nom du serpent qu'il avait terrassé.

Là, les jeunes vainqueurs, à la lutte, à la course ou en char,

étaient honorés d'une couronne de
feuilles de chêne ;
 
1, 450 Nondum laurus erat, longoque decentia crine

tempora cingebat de qualibet arbore Phoebus.
 
le laurier n'existait pas encore, et Phébus ceignait ses belles tempes

et sa longue chevelure de feuillages d'arbres de toutes sortes.
 

 

Apollon et Daphné, métamorphosée en laurier (1, 452-567) 

Apollon dénie à Cupidon le droit de se servir d'armes qui lui sont plus appropriées, à lui, vainqueur du serpent Python ; Cupidon réplique en décochant deux flèches, l'une à Apollon, aussitôt saisi d'un amour irrésistible pour la nymphe Daphné (Daphné est la première passion du dieu !;) la seconde flèche, celle qui fait fuir l'amour, atteint Daphné, laquelle désormais vit dans les bois, telle Diane, souhaitant sauvegarder sa virginité, en dépit des souhaits de son père Pénée. (1, 452-489)

Le dieu éperdument épris poursuit la nymphe qui toujours le fuit. Il se montre tour à tour pressant, prévenant, enjoué, suppliant, lui révélant son identité et l'étendue de ses pouvoirs, mais en vain. La nymphe fuit de plus belle, attisant le désir du dieu de plus en plus déterminé à la saisir. (1, 490-542)

Daphné, à bout de souffle, presque rejointe, supplie le dieu du fleuve Pénée, son père, de lui enlever sa beauté, cause de son malheur, et aussitôt elle est métamorphosée en laurier. Apollon étreint amoureusement l'arbuste et décide qu'il sera désormais son arbre. Ovide énumère les diverses fonctions symboliques dévolues à Rome au laurier, lié au culte d'Apollon. (1, 543-567)

1, 452

Primus amor Phoebi Daphne Peneia, quem non

fors ignara dedit, sed saeua Cupidinis ira,

Delius hunc nuper, uicta serpente superbus,
 

Le premier amour de Phébus fut Daphné, fille de Pénée, amour inspiré

non par un sort aveugle, mais par la colère du cruel
Cupidon.

Le dieu de Délos, fier de sa récente victoire sur le serpent,
 
1, 455 uiderat adducto flectentem cornua neruo

« Quid » que « tibi, lasciue puer, cum fortibus armis ? »

dixerat : « Ista decent umeros gestamina nostros,

qui dare certa ferae, dare uulnera possumus hosti,

qui modo pestifero tot iugera uentre prementem
 
avait vu Cupidon tendre et resserrer les cordes de son arc :

« Que fais-tu, enfant délicat, avec ces armes puissantes ? » avait-il dit ;

« Cette charge convient à mes épaules, à moi qui suis capable

de frapper à coup sûr une bête féroce ou un ennemi ;

je viens en effet de percer d'innombrables traits l'énorme Python
 
1, 460 strauimus innumeris tumidum Pythona sagittis.

Tu face nescio quos esto contentus amores

inritare tua, nec laudes adsere nostras ! »

filius huic Veneris  : « Figat tuus omnia, Phoebe,

te meus arcus » ait ; « quantoque animalia cedunt
 
qui de son ventre venimeux pressait d'innombrables arpents de terre.

Toi, borne-toi à provoquer avec ta torche je ne sais quels amours

et ne tire pas à toi des éloges qui me reviennent. »

Le fils de Vénus lui répond : « Ton arc a beau tout transpercer, Phébus,

mais le mien peut te transpercer, toi ; en gloire je l'emporte sur toi
 
1, 465 cuncta deo, tanto minor est tua gloria nostra. »

Dixit et eliso percussis aere pennis

inpiger umbrosa Parnasi constitit arce

eque sagittifera prompsit duo tela pharetra

diuersorum operum : fugat hoc, facit illud amorem ;
 
autant qu'un dieu l'emporte sur tous les vivants. »

Il dit et, fendant l'air du battement de ses ailes,

se posa sans tarder sur la cime ombragée du Parnasse.

De son carquois plein de flèches, il tira deux traits

aux effets opposés : l'un chasse l'amour, l'autre le fait naître.
 
1, 470 quod facit, auratum est et cuspide fulget acuta,

quod fugat, obtusum est et habet sub harundine plumbum.

Hoc deus in nympha Peneide fixit, at illo

laesit Apollineas traiecta per ossa medullas ;

protinus alter amat, fugit altera nomen amantis,
 
Celui qui le fait naître est doré, muni d'une pointe acérée et brillante ;

celui qui le chasse est émoussé et cache du plomb sous son roseau.

C'est le premier que le dieu lança sur la nymphe, fille de Pénée ;

mais, avec l'autre, il blessa Apollon, perçant ses os jusqu'à la moëlle.

Lui aussitôt se met à aimer ; elle, elle fuit jusqu'au nom d'amante.
 
1, 475 siluarum latebris captiuarumque ferarum

exuuiis gaudens innuptaeque aemula Phoebes :

uitta coercebat positos sine lege capillos.

Multi illam petiere, illa auersata petentes

inpatiens expersque uiri nemora auia lustrat
 
Retirée dans les cachettes des forêts, en émule de la vierge Phébé,

elle aimait se parer de peaux de bêtes sauvages ;

un bandeau retenait ses cheveux disposés sans ordre.

Bien des prétendants l'ont courtisée ; mais, sourde à leurs prières,

ne supportant pas de connaître un époux, elle parcourt les bois profonds,
 
1, 480 nec, quid Hymen, quid Amor, quid sint conubia curat.

Saepe pater dixit : « generum mihi, filia, debes »,

saepe pater dixit : « debes mihi, nata, nepotes ».

Illa uelut crimen taedas exosa iugales

pulchra uerecundo suffuderat ora rubore
et ne se soucie ni d'Hymen, ni d'Amour, ni d'union conjugale.

Souvent son père lui dit : « Ma fille, tu dois me donner un gendre ».

Souvent son père lui dit : « Mon enfant, tu me dois des petits-enfants ».

Elle, qui détestait les torches nuptiales comme une infâmie,

avait senti son beau visage rougir de honte, et, caressante,
 
1, 485 inque patris blandis haerens ceruice lacertis :

« Da mihi perpetua, genitor carissime, » dixit

« uirginitate frui ! dedit hoc pater ante Dianae ».

Ille quidem obsequitur, sed te decor iste quod optas

esse uetat, uotoque tuo tua forma repugnat.

 
posant ses bras autour du cou de son père, elle lui dit :

« Accorde-moi, père très aimé, de jouir à jamais de ma virginité ;

Diane, autrefois, a obtenu cette faveur de son père. »

Pénée cède, bien sûr ; mais ton charme, Daphné, interdit

la réalisation de ton souhait et ta beauté fait obstacle à ton voeu.

 
1, 490 Phoebus amat uisaeque cupit conubia Daphnes,

quodque cupit, sperat, suaque illum oracula fallunt,

utque leues stipulae demptis adolentur aristis,

ut facibus saepes ardent, quas forte uiator

uel nimis admouit uel iam sub luce reliquit,
 
Phébus aime et désire s'unir à Daphné qu'il a aperçue,

il espère ce qu'il désire, abusé par ses propres oracles.

Comme les chaumes légers brûlent, une fois les épis coupés,

comme une haie s'embrase sous le feu qu'un voyageur par mégarde

a placé trop près d'elle ou qu'il a abandonné au lever du jour,
 
1, 495

sic deus in flammas abiit, sic pectore toto

uritur et sterilem sperando nutrit amorem.

Spectat inornatos collo pendere capillos

et « quid, si comantur ? » ait. Videt igne micantes

sideribus similes oculos, uidet oscula, quae non
 

ainsi le dieu s'est enflammé ; totalement embrasé,

il espère et entretient dans son coeur un amour stérile.

Il regarde les cheveux sans apprêts flottants sur la nuque de Daphné

et dit : « Que serait-ce, s'ils étaient coiffés ! » Il voit ses yeux

étinceler, semblables à des astres, il voit sa bouche mignonne,
 
1, 500 est uidisse satis ; laudat digitosque manusque

bracchiaque et nudos media plus parte lacertos ;

si qua latent, meliora putat. Fugit ocior aura

illa leui neque ad haec reuocantis uerba resistit :

« Nympha, precor, Penei, mane ! Non insequor hostis ;
 
mais voir ne lui suffit pas ; il louange ses doigts, ses mains,

ses poignets et ses bras plus qu'à moitié dénudés ;

ce qui est caché, il l'idéalise. Elle s'enfuit, plus rapide que le vent léger,

et ne s'arrête pas malgré les propos de l'amoureux qui la rappelle :

« Nymphe, fille de Pénée, je t'en prie, reste ; ce n'est pas un ennemi
 
1, 505 nympha, mane ! Sic agna lupum, sic cerua leonem,

sic aquilam penna fugiunt trepidante columbae,

hostes quaeque suos : amor est mihi causa sequendi !

Me miserum ! Ne prona cadas indignaue laedi

crura notent sentes et sim tibi causa doloris !
 
qui te poursuit. Nymphe, attends. Ainsi l'agnelle fuit le loup,

la biche le lion, ainsi les colombes, d'une aile tremblante, fuient l'aigle ;

chacune a son ennemi. Moi, je te suis par amour. Ô malheur !

Ne tombe pas tête en avant, que les ronces ne griffent pas des jambes

qui ne le méritent pas, je ne veux pas être pour toi cause de douleur.
 
1, 510 Aspera, qua properas, loca sunt : moderatius, oro,

curre fugamque inhibe, moderatius insequar ipse.

Cui placeas, inquire tamen : non incola montis,

non ego sum pastor, non hic armenta gregesque

horridus obseruo. Nescis, temeraria, nescis,
 
Les endroits où tu passes sont difficiles ; cours moins vite,

je t'en prie, refrène ta fuite ; moi-même, je suivrai plus lentement.

Sache pourtant qui tu as séduit ; moi, je ne suis ni un montagnard

ni un berger, ni un vulgaire gardien de bétail et de moutons.

Inconsciente, tu ignores, tu ignores qui tu fuis
 
1, 515 quem fugias, ideoque fugis : mihi Delphica tellus

et Claros et Tenedos Patareaque regia seruit ;

Iuppiter est genitor ; per me, quod eritque fuitque

estque, patet ; per me concordant carmina neruis.

Certa quidem nostra est, nostra tamen una sagitta
 
et c'est pourquoi tu me fuis. J'ai pour me servir

le pays de Delphes, Claros et Ténédos, et le palais royal de Patara ;

Jupiter est mon père ; je révèle l'avenir, le passé et le présent ;

je fais s'accorder les poèmes aux sons de la lyre.

Certes, ma flèche est sûre ; il en est une pourtant plus sûre encore,
 
1, 520 certior, in uacuo quae uulnera pectore fecit !

Inuentum medicina meum est, opiferque per orbem

dicor, et herbarum subiecta potentia nobis.

Ei mihi, quod nullis amor est sanabilis herbis

nec prosunt domino, quae prosunt omnibus, artes ! »
 
celle qui a blessé mon coeur resté indemme jusqu'ici.

Je suis l'inventeur de la médecine et, dans le monde entier,

je suis réputé secourable ; je possède la maîtrise des plantes.

Hélas pour moi, puisqu'aucune herbe ne guérit l'amour,

mon art, utile à tous, est inutile à son maître. »
 
1, 525 Plura locuturum timido Peneia cursu

fugit cumque ipso uerba inperfecta reliquit,

tum quoque uisa decens ; nudabant corpora uenti,

obuiaque aduersas uibrabant flamina uestes,

et leuis inpulsos retro dabat aura capillos,
 
Il allait parler encore mais, dans une course éperdue

la fille de Pénée a fui et l'a planté là, lui et ses paroles inachevées.

À ce moment aussi, elle lui parut belle ; les vents la dénudaient

et, soufflant de face, agitaient les vêtements qui leur résistaient,

tandis qu'une brise légère gonflait ses cheveux rejetés en arrière.
 
1, 530 auctaque forma fuga est. sed enim non sustinet ultra

perdere blanditias iuuenis deus, utque monebat

ipse Amor, admisso sequitur uestigia passu.

Vt canis in uacuo leporem cum Gallicus aruo

uidit, et hic praedam pedibus petit, ille salutem ;
 
La fuite accentuait encore sa beauté. Mais le jeune dieu, en fait,

ne supporte pas de se perdre plus longtemps en propos caressants ;

inspiré par son amour même, d'un pas vif, il suit la nymphe à la trace.

Ainsi, quand un chien
gaulois a vu un lièvre dans un champ dégagé,

les deux courent, l'un pour saisir sa proie, l'autre pour assurer son salut ;
 
1, 535

alter inhaesuro similis iam iamque tenere

sperat et extento stringit uestigia rostro,

alter in ambiguo est, an sit conprensus, et ipsis

morsibus eripitur tangentiaque ora relinquit :

sic deus et uirgo est hic spe celer, illa timore.
 

le premier, sur le point de toucher le lièvre, croit déjà le tenir,

et, museau tendu , il serre de près ses traces ;

le lièvre, ne sachant s'il va être pris, s'arrache aux crocs

et échappe à la gueule qui le frôle. Ainsi le dieu et la vierge,

poussés, l'un par l'espoir, l'autre par la crainte, accélèrent l'allure.
 
1, 540 Qui tamen insequitur pennis adiutus Amoris,

ocior est requiemque negat tergoque fugacis

inminet et crinem sparsum ceruicibus adflat.


Viribus absumptis expalluit illa citaeque

uicta labore fugae spectans Peneidas undas :
 
Lui cependant, porté par les ailes de l'amour, continue sa poursuite ;

plus rapide, il renonce au repos, talonne le dos de la fugitive,

et de son haleine effleure les cheveux épars sur sa nuque.


Elle est à bout de forces, livide et, dans sa fuite éperdue,

vaincue par l'effort, elle dit en regardant les eaux du Pénée :
 
1, 545

1, 546

1, 547

« Fer, pater, inquit, opem ! Si flumina numen habetis,

[...]

qua nimium placui, mutando perde figuram ! ».

Vix prece finita torpor grauis occupat artus,

mollia cinguntur tenui praecordia libro,
 
« Ô père, aide-moi, si vous les fleuves, avez un pouvoir divin ;

[...]

en me transformant, détruis la beauté qui m'a faite trop séduisante. »

La prière à peine finie, une lourde torpeur saisit ses membres,

sa poitrine délicate s'entoure d'une écorce ténue,
 
1, 550 in frondem crines, in ramos bracchia crescunt,

pes modo tam uelox pigris radicibus haeret,

ora cacumen habet : remanet nitor unus in illa.

Hanc quoque Phoebus amat positaque in stipite dextra

sentit adhuc trepidare nouo sub cortice pectus
 
ses cheveux poussent en feuillage, ses bras en branches,

des racines immobiles collent au sol son pied, naguère si agile,

une cime d'arbre lui sert de tête ; ne subsiste que
son seul éclat.

Phébus l'aime toujours et, lorsqu'il pose la main sur son tronc,

il sent encore battre un coeur sous une nouvelle écorce ;
 
1, 555 conplexusque suis ramos ut membra lacertis

oscula dat ligno ; refugit tamen oscula lignum.


Cui deus : « At, quoniam coniunx mea non potes esse,

arbor eris certe » dixit « mea ! Semper habebunt

te coma, te citharae, te nostrae, laure, pharetrae ;
 
serrant dans ses bras les branches, comme des membres,

il couvre le bois de baisers ; mais le bois refuse les baisers.


Le dieu lui dit : « Eh bien, puisque tu ne peux être mon épouse,

au moins
tu seras mon arbre ; toujours, tu serviras d'ornement,

ô laurier, à mes cheveux, à mes cithares, à mes carquois.
 
1, 560 tu ducibus Latiis aderis, cum laeta Triumphum

uox canet et uisent longas Capitolia pompas ;

postibus Augustis eadem fidissima custos

ante fores stabis mediamque tuebere quercum,

utque meum intonsis caput est iuuenale capillis,
 
Tu accompagneras les généraux du Latium, quand une voix joyeuse

chantera leur triomphe, quand le Capitole verra leurs longs cortèges.

Tu te dresseras aussi, gardien fidèle, à l'entrée du palais d'Auguste,

protégeant le portail orné en son milieu d'une couronne de chêne.

De même que ma tête reste jeune avec sa chevelure intacte,
 
1, 565 tu quoque perpetuos semper gere frondis honores ! »

Finierat Paean : factis modo laurea ramis

adnuit utque caput uisa est agitasse cacumen.
 
toi aussi, laurier, porte comme un honneur un feuillage toujours vert. »

Péan en avait terminé ; le laurier approuva de ses branches

à peine formées et on le vit agiter sa cime comme un signe de tête.
 

[Page suivante]


NOTES

semences fécondes des choses (1, 419). Semina rerum est l'expression de Lucrèce, pour désigner les atomes. Cfr la note à 1, 9. Bien qu'on ne soit pas dans une perspective épicurienne, le texte d'Ovide doit beaucoup à Lucrèce, 5, 795-800.

Nil aux sept bouches (1, 422). Ovide évoque momentanément l'Égypte, où il transportera la scène à la fin de l'histoire d'Io (1, 747-750). Pour les Romains, le Nil avait sept embouchures (cfr Virgile, Én., 6, 800). Elles seront asséchées lors de la catastrophe déclenchée par Phaéton (2, 256). - Il est intéressant de comparer les vers 424-429 (sur la génération spontanée et l'apparition de monstres) avec Lucrèce, 2, 871-2 et 5, 797-848, ainsi qu'avec avec Diodore de Sicile, 1, 10, 4-7. On pourra voir aussi dans Mét., 15, 375-378, comment le limon est susceptible d'engendrer des grenouilles.

humidité et chaleur (1, 430-433). Réminiscence philosophique. L'origine de ce lieu commun sur la génération semble être Anaximandre, qui postulait à la source de toute vie l'interaction du chaud et de l'humide, en l'occurrence du soleil sur de la vase. Ce sont aussi les vues d'Aristote.

concorde en désaccord avec elle-même (1, 433). Ici encore, on est probablement dans le registre des réminiscences philosophiques. On songe notamment à Empédocle (cfr 1, 24) et à sa théorie du jeu très productif des deux forces cosmiques de sens contraire (l'Amour et la Haine), qui ne cessent de former et de détruire les êtres pour en composer d'autres.

Python (1, 438-9). Le combat d'Apollon contre Python est très célèbre dans la mythologie grecque, et comme c'est souvent le cas, il connaît diverses variantes. En voici une, d'après Hygin, Fab., 140, un peu différente de celle suivie - ou inventée ? - par Ovide, dans ce passage : Python, fils de la terre, rendait des oracles dans la région du Parnasse, avant qu'Apollon ne s'y installe. Ayant appris qu'il périrait de la main d'un fils de Latone, Python chercha à supprimer celle-ci quand il apprit qu'elle était enceinte des oeuvres de Jupiter. Quand Latone, avec le secours de Neptune, eut mis au monde Apollon (et Diane) à Délos, Apollon voulut venger sa mère. Il tua de ses flèches le serpent Python, et instaura des jeux funèbres, qui devinrent les jeux Pythiques. Cela explique l'origine de son nom « Pythien » et son rôle de dieu-devin de Delphes.

Au Louvre, la galerie d'Apollon, récemment restaurée [commencée sous Louis XIV, elle était restée inachevée au profit de Versailles], comporte un plafond orné d'une peinture de Delacroix montrant le triomphe d'Apollon sur le monstre Python. Elle symbolise le triomphe du bien (le pouvoir républicain) sur le mal (le pouvoir absolu !).

dieu archer (1, 441). Périphrase désignant Apollon qui, dès sa naissance à Délos, avait, tout comme sa soeur Diane, reçu des flèches de la part de Vulcain.

Jeux Pythiques (1, 447). Les Jeux Pythiques auraient consisté à l'origine en un concours musical (des hymnes à Apollon, accompagnés à la cithare). En 582 a.C., la fête fut réorganisée et célébrée tous les quatre ans, dans la troisième année de chaque olympiade. Les compétitions musicales y tenaient toujours une large place, mais on y ajouta des épreuves athlétiques et des courses de chevaux, qui ressemblaient, en moins important, aux jeux olympiques. Ovide envisage ici la boxe ou la lutte (le latin dit les « mains »), la course à pied et les courses de chars.

feuilles de chêne (1, 449-451). Simple invention d'Ovide, pour introduire le sujet suivant, l'origine du laurier, dédié à Apollon. Aux Jeux Pythiques en effet, le prix était une couronne de laurier coupée dans la vallée de Tempé (1, 569).

Daphné (1, 452-567). Après la présentation « philosophique » de l'origine du monde et des êtres, Ovide introduit un récit plus léger, où l'on retrouve le poète des amours, puisant son inspiration dans la mythologie. - La légende de Daphné connaît plusieurs attestations différentes. Selon Parthénios de Nicée (Erotica, XV), un auteur du 1er s. av. J.-C., Daphné (dont le nom en grec signifie « laurier »), fille d'Amyclas, est passionnée de chasse et favorite d'Artémis. Elle est aimée de Leucippe, le fils d'Oenomaos, qui, pour s'introduire auprès d'elle, se déguise en fille, sur le conseil d'Apollon. Mais le dieu est lui aussi épris de Daphné, et lorsqu'il voit que Leucippe est près de se faire aimer de la jeune fille, il en conçoit de la jalousie et s'arrange pour obliger Leucippe à dévoiler sa supercherie. Selon les versions, le jeune homme est massacré par les compagnes de Daphné, ou bien il réussit à s'enfuir et il est sauvé par les dieux, tandis qu'Apollon poursuit Daphné, qui supplie Zeus de la sauver. Le dieu souverain la transforme alors en laurier. Hygin (Fabulae, 203) fait de Daphné une fille du fleuve Ladon et de la Terre, qui sauve sa fille d'Apollon en la recevant dans son sein et en la métamorphosant en laurier.

On trouvera d'autres récits dans Mythographe du Vatican (II, 15, 2) ; Pausanias (8, 20, 2-4) ; Palaiphatos, Histoires incroyables (49) ; Philostrate, Vie d'Apollonius de Tyane (1, 16) ; Plutarque, Agis (IX, 3) ; Diodore, (IV, 66, 5-6). - La version d'Ovide situe la scène en Thessalie et fait de Daphné la fille du Pénée, le principal cours d'eau de Thessalie. Pénée est considéré par Hésiode (Théogonie, 343) comme le fils d'Océan et de Téthys.

premier amour de Phébus (1, 452). Phébus est une épithète d'Apollon. Elle convient bien à celui qui est, entre autres choses, le dieu de la Lumière ; Phoibos signifie en effet en grec « brillant ». Apollon connaîtra bien d'autres amours, dont certaines seront racontées dans les Métamorphoses : Clymène (1, 756ss) ; Coronis (2, 543ss) ; Leucothoé (4, 196ss) ; Isse (6, 122) ; Dryope (9, 331 ss) ; Hyacinthe (10, 162ss) ; Chione (11, 31 ss) ; la Sibylle (14, 130 ss).

Cupidon (1, 453). Cupidon, fils de Vénus et de Jupiter, est chez les Romains le dieu de l'amour et du désir, souvent représenté comme un jeune garçon impertinent et farceur, armé de flèches qu'il décoche pour faire naître l'amour chez ses victimes. Le mot latin cupido veut dire « désir ». Le Cupidon latin est un équivalent très partiel de l'Éros grec, à la signification beaucoup plus large. Chez Hésiode par exemple (Théogonie, 120-122), Éros grec est un dieu primordial, « le plus beau des dieux immortels », présent avec Terre aux origines du monde.

Phébé (1, 475). Artémis en Grèce, Diane chez les Romains ; soeur d'Apollon, déesse de la chasse et de la virginité. Cfr une autre allusion à Diane en 1, 487. Il sera longuement question plus loin (3, 155-252) de Diane dans l'épisode d'Actéon déchiré par ses chiens.

pour me servir (1, 515). Énumération de lieux consacrés à Apollon, le dieu devin : outre Delphes, réputé pour son oracle et les Jeux Pythiques, Ovide cite Claros, en Ionie, et Patara, en Asie mineure, tous deux célèbres pour leur oracle d'Apollon ; Ténédos, île de la mer Égée, possédait un temple en l'honneur d'Apollon Sminthée. Les vers suivants (517-522) évoquent divers aspects de Phébus-Apollon : fils de Jupiter, il est le dieu de la divination, de la musique, le dieu-archer, l'inventeur de la médecine.

gaulois (1, 533). « La Gaule avait plusieurs espèces de chiens particulières, entre autres des lévriers dont les Romains faisaient grand cas. » (G. Lafaye)

un pouvoir divin (1, 545). On n'oubliera pas que dans la pensée antique, les fleuves sont des divinités. Après le vers 545, certains manuscrits proposent un vers généralement considéré comme de seconde main et rejeté par la plupart des éditeurs. Nous ne le traduisons pas ici.

son seul éclat (1, 552). Le laurier a des feuilles brillantes.

tu seras mon arbre... (1, 557-565). Après avoir signalé que le laurier était « l'arbre d'Apollon », Ovide rappelle la couronne de laurier des généraux triomphants, ainsi que les deux lauriers qui flanquaient la porte du palais d'Auguste sur le Palatin, porte elle-même décorée de la « couronne civique », une couronne de chêne qui récompensait ceux qui avaient sauvé la vie de citoyens romains (cfr Res gestae, 34, 2).

toujours vert (1, 565). « Le laurier ne perd point ses feuilles pendant l'hiver. » (G. Lafaye)

Péan (1, 566). Chez Homère (Iliade, 5, 41), Péan était le médecin des dieux. C'est une épithète classique d'Apollon, dieu-médecin et père d'Esculape. Cfr Mét., 14, 720/


Métamorphoses d'Ovide : Avant-Propos - Notices - Livre I (Plan) - Hypertexte louvaniste - Iconographie ovidienne - Page précédente - Page suivante

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)