Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


Énéide - Livre VIII

©Marie-Cécile Deproost

Visions de la Rome future : Pallantée - Le bouclier d'Énée

 [8, 1-101] [8, 102-189] [8, 190-305] [8, 306-369] [8, 370-453] [8, 454-540] [8, 541-625] [8, 626-731]


Note liminaire : La présente traduction de Virgile fait partie de la Bibliotheca Classica Selecta (BCS) mais elle s'intègre aussi dans le vaste projet Du texte à l'hypertexte mis au point à la Faculté de Philosophie et Lettres de Louvain à l'initiative de Jean Schumacher. Les possibilités de cette dernière réalisation sont multiples ; non seulement elle permet une lecture de l'oeuvre avec le texte latin et la traduction française en regard, mais elle donne également accès à un riche ensemble d'outils lexicographiques et statistiques très performants.


Plan 

Recherche de renforts (8, 1-101)

  • Les alliés de Turnus et les conseils de Tibérinus à Énée (8, 1-67)
  • Énée en route vers Pallantée (8, 68-101)

Évandre accorde son aide à Énée et l'associe au culte d'Hercule (8, 102-189)

Le culte d'Hercule (8, 190-305)

  •  Origine : Hercule et Cacus (8, 190-267)
  •  La cérémonie - L'hymne à Hercule (8, 268-305)

La promenade dans Pallantée (8, 306-369)

  • Histoire du Latium avant Évandre (8, 306-336 )
  • Évocation de la future Rome (8, 337-369)

Vénus et Vulcain au secours d'Énée (8, 370-453)

  • Vénus chez Vulcain (8, 370-415)
  • Vulcain dans l'antre des Cyclopes (8, 416-453)

 Recours aux Étrusques - Soutien de Vénus  (8, 454-540)

  • Énée et ses alliés étrusques et arcadiens (8, 454-519)
  • Un prodige encourage Énée (8, 520-540)

 Énée décide d'agir (8, 541-625)

  • Énée quitte Pallantée (8, 541-584)
  • Énée au camp de Tarchon (8, 585-607)
  • La panoplie d'Énée (8, 608-625)

 Le bouclier d'Énée (8, 626-731)

  • Scènes de l'histoire romaine avant Auguste (8, 626-670)
  • Octave-Auguste - Conclusion (8, 671-731)

Résumé

 Recherche de renforts [8, 1-101]

 Les alliés de Turnus et les conseils de Tibérinus à Énée (8, 1-67)

À l'appel de Turnus, le Latium entier se soulève ; des alliés extérieurs se présentent spontanément, et les Latins recherchent l'alliance du héros grec Diomède, installé après la guerre de Troie dans le sud de l'Italie (8, 1-17).

Devant ces mouvements, Énée hésite sur le parti à prendre et tombe endormi près du Tibre. Le dieu Tibérinus apparaît en songe à Énée et le rassure sur sa destinée en lui annonçant l'imminence du présage de la truie blanche, qui préfigure notamment la fondation d'Albe par Ascagne (8, 18-48).

Il lui prodigue aussi deux conseils : contracter une alliance avec l'arcadien Évandre, installé à Pallantée, et honorer Junon, par des offrandes et des prières. Ensuite, il se présente avant de disparaître, et Énée se réveille (8, 49-67).

Énée en route vers Pallantée (8, 68-101)

À son réveil, Énée honore les divinités du fleuve et surtout Tibérinus, puis prépare son départ en équipant deux de ses navires (8, 68-80).

Apercevant le prodige annoncé de la truie blanche et de ses trente porcelets, le héros pieux s'empresse de les immoler à Junon ; puis, il confie ses deux navires au fleuve complice qu'il remonte joyeusement jusqu'au modeste royaume du roi  Évandre, à Pallantée, sur le site de la future Rome (8, 81-101).

 

Évandre accueille les Troyens [8, 102-189]

Évandre accorde son aide à Énée et l'associe au culte d'Hercule (8, 102-189)

Arrivés aux portes de la ville, les Troyens aperçoivent Évandre présidant à une cérémonie rituelle en l'honneur d'Hercule. Pallas, le fils d'Évandre, se porte à leur rencontre et, bientôt rassuré sur les intentions d'Énée, propose de l'introduire auprès d'Évandre (8, 102-125).

Énée rappelle d'abord les liens unissant leurs deux lignées et propose une alliance militaire contre les Dauniens (= les Rutules), leur adversaire commun (8, 126-151).

Évandre, se souvenant d'avoir admiré Anchise dans sa jeunesse, promet son aide à Énée. Ensuite, il invite les Troyens à s'associer au culte annuel qu'il est en train de célébrer en l'honneur d'Hercule (8, 152-189).

 

Le culte d'Hercule [8, 190-305

Origine : Hercule et Cacus (8, 190-267)

Évandre explique à ses hôtes la légende d'Hercule et Cacus. La contrée fut longtemps victime des brutalités de Cacus, monstre sauvage, qui terrifiait les habitants depuis sa caverne sur l'Aventin. Hercule, qui, après avoir repris son troupeau à Géryon, revenait justement d'Espagne en passant par l'Italie, se vit dérober plusieurs bêtes par Cacus, qui les cacha dans son antre (8, 190-218).

Le héros réussit à les reprendre, et après un combat épique, il étrangla le monstre, au grand soulagement des habitants de la région (219-267).

 La cérémonie. L'hymne à Hercule (8, 268-305)

Lorsqu'Hercule eut tué le monstre, on dressa un autel, l'ara maxima, devenu le centre du culte solennel rendu à Hercule (8, 268-272).

Vient ensuite la description de la cérémonie, l'accent étant mis sur l'hymne à Hercule, chanté par les Saliens et des choeurs rappelant les célèbres « Travaux  » du héros (8, 273-305).

La promenade dans Pallantée [8, 306-369]

Histoire du Latium avant Évandre  (8, 306-336)

Une fois la cérémonie accomplie, Évandre parcourt avec Énée le site de la future Rome, tout en retraçant l'histoire du Latium depuis les premiers temps : Aborigènes ; âge d'or sous Saturne ; âge de fer ; Ausoniens et Sicanes ; des rois dont Thybris ; Arcadiens d'Évandre (8, 306-336).

Évocation de la future Rome (8, 337-369)

Puis, Évandre fait admirer divers lieux évocateurs de l'avenir de la ville : la porte Carmentale, l'asile de Romulus, le Lupercal, l'Argilète, le Capitole et la roche tarpéienne, le Janicule et la citadelle de Saturne (8, 337-358).

Ils arrivent enfin à la demeure d'Évandre, qui y accueille ses hôtes très simplement, tout en recommandant à Énée de ne pas mépriser la pauvreté (8, 359-369).

 

Vénus et Vulcain au secours d'Énée [8, 370-453]

 Vénus chez Vulcain (8, 370-415)

Vénus, qu'inquiètent les préparatifs de guerre dans le Latium, use de ses charmes pour convaincre son époux Vulcain de forger une armure pour son fils Énée (8, 370-388).

Vulcain, attendri par ses arguments et surtout par la passion amoureuse, lui promet son aide complète (8, 389-415).

Vulcain dans l'antre des Cyclopes (8, 416-543)

Vulcain se rend aussitôt dans les forges des Cyclopes, qu'il trouve en pleine activité, en train de forger des armes pour différents dieux (8, 416-438).

Il leur donne l'ordre de fabriquer, toutes affaires cessantes, des armes pour Énée. C'est alors l'effervescence dans les forges (8, 439-453).

 

Recours aux Étrusques - Soutien de Vénus  [8, 454-540] 

Énée et ses alliés étrusques et arcadiens (8, 454-519)

Le lendemain, Évandre et Énée dicutent de la demande de secours. Évandre propose à Énée de prendre la tête d'une coalition d'Étrusques désireux de se débarrasser d 'un des leurs, Mézence, un abominable tyran, allié et protégé de Turnus (8, 454-495).

En effet, un oracle leur ayant intimé l'ordre de se choisir pour chef un étranger, les Étrusques s'étaient adressés à Évandre qui, se sentant trop vieux et voyant en Énée ce chef providentiel, lui propose ce rôle. Il lui assure aussi l'aide de son fils Pallas et d'un contingent de cavaliers arcadiens (8, 496-519).

Un prodige encourage Énée (8, 520-540)

Soudain un présage qu'Énée identifie très vite comme lui venant de sa mère Vénus le tire de son abattement et, dès lors, le héros accepte le rôle providentiel annoncé par les destins et se sent désormais prêt à la guerre.

 

Énée décide d'agir [8, 541-625

Énée quitte Pallantée (8, 541-584)

Énée, désormais résolu, procède à divers rites et sacrifices, puis renvoie auprès des Troyens ceux qui l'avaient accompagné, ne conservant avec lui que les plus vaillants. Équipés de montures, Énée et quelques hommes se préparent à partir chez les Étrusques, dans une atmosphère de guerre de plus en plus perceptible (8, 541-557).

Évandre en particulier, regrettant sa vigueur passée et son impuissance présente, prend congé avec beaucoup d'émotion, de son fils Pallas (8, 558-584).

Énée au camp de Tarchon (8, 585-607)

Magnifiquement équipés, Énée, Pallas et leur groupe de cavaliers prennent le chemin du camp de l'Étrusque Tarchon qu'ils rejoignent sans difficultés.

La panoplie d'Énée (8, 608-625)

Vénus apporte à Énée l'armure promise qu'elle fit forger par Vulcain.

 

Le bouclier d'Énée [8, 626-731]

Scènes de l'histoire romaine avant Auguste (8, 626-670)

Le bouclier est décoré sur ses contours de scènes évoquant l'histoire légendaire de Rome dès avant sa fondation et sous les rois (8, 626-645).

Les scènes suivantes évoquent l'instauration de la République, des héros, des personnages, des événements, des institutions de la période républicaine (8, 646-670).

Octave-Auguste - Conclusion (8, 671-731)

Au centre du bouclier est figurée la bataille d'Actium, où Octave triompha d'Antoine et de Cléopâtre, et où l'occident triompha de l'orient (8, 671-713).

Enfin, la description se termine par la scène du triomphe d'Auguste, évoquant ses conquêtes et son oeuvre de restaurateur de la religion (8, 714-728).

Quelques vers de conclusion montrent Énée admirant le bouclier et assumant le destin de sa descendance (8, 729-732).


Énéide - Page précédente - Page suivante 

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)