Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 74

 LXXIV. Sa douceur, même dans la vengeance

(1) Il était fort doux de nature, même dans ses vengeances. Quand il eut pris, à son tour, les pirates dont il avait été le prisonnier, et auxquels il avait alors juré de les mettre en croix, il ne les fit attacher à cet instrument de supplice qu'après les avoir fait étrangler.

(2) Il ne voulut jamais se venger de Cornelius Phagita, qui lui avait tendu toutes sortes d'embûches, à l'époque où, pour échapper à Sylla, il était obligé, quoique malade, de changer toutes les nuits de retraite, et qui n'avait cessé de l'inquiéter qu'au prix d'une forte récompense.

(3) Il pouvait livrer à d'affreux tourments Philémon, son esclave et son secrétaire, qui avait promis à ses ennemis de l'empoisonner; il se contenta de le faire mourir.

(4) Appelé en témoignage contre Publius Clodius, qui était à la fois accusé de sacrilège et convaincu d'adultère avec Pompeia, sa femme, il affirma ne rien savoir, quoique sa mère Aurélia et sa soeur Julie eussent fidèlement déclaré aux mêmes juges toute la vérité; et comme on lui demandait pourquoi donc il avait répudié Pompeia: "C'est, dit-il, parce que je veux que les miens soient aussi exempts de soupçon que de crime."

(1) Sed et in ulciscendo natura lenissimus piratas, a quibus captus est, cum in dicionem redegisset, quoniam suffixurum se cruci ante iurauerat, iugulari prius iussit, deinde suffigi;

(2) Cornelio Phagitae, cuius quondam nocturnas insidias aeger ac latens, ne perduceretur ad Sullam, uix praemio dato euaserat, numquam nocere sustinuit;

(3) Philemonem a manu seruum, qui necem suam per uenenum inimicis promiserat, non grauius quam simplici morte puniit;

(4) in Publium Clodium Pompeiae uxoris suae adulterum atque eadem de causa pollutarum caerimoniarum reum testis citatus negauit se quicquam comperisse, quamuis et mater Aurelia et soror Iulia apud eosdem iudices omnia ex fide rettulissent; interrogatusque, cur igitur repudiasset uxorem: "Quoniam," inquit, "meos tam suspicione quam crimine iudico carere oportere."


Commentaire

Cornelius Phagita : chef des agents de Sylla qui traquaient les opposants au régime et ont réussi à s'emparer du jeune César, lequel a dû payer une rançon pour retrouver la liberté. Cf. ci-dessus, ch. 1, 2 et Plutarque, César, 1, 6-7.

Philémon : cet esclave-secrétaire de César n'est pas connu par ailleurs.

Il se contenta : Philémon a été exécuté mais a échappé à la crucifixion, peine normale pour un esclave.

Aurelia : personne fort sage, selon Plutarque (César, 9, 3), aussi bonne éducatrice que Cornélie, la mère des Gracques, selon Tacite (Dialogue des orateurs, 28, 6).

Julie : César avait deux sœurs portant ce nom ; il s'agit ici de la plus jeune, qui sera la grand-mère de l'empereur Auguste.


[29 mars 2006]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)