Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 56

 LVI. Jugements sur ses Commentaires. Ses autres ouvrages

(1) César a laissé aussi des mémoires sur ses campagnes dans les Gaules et sur la guerre civile contre Pompée. Pour l'histoire des guerres d'Alexandrie, d'Afrique et d'Espagne, on ne sait pas quel en est l'auteur. Les uns nomment Oppius, et les autres Hirtius, qui aurait même complété le dernier livre de la guerre des Gaules, laissé inachevé par César.

(2) Voici le jugement que Cicéron a porté des Commentaires de César, dans le traité à Brutus: "Ses commentaires sont un livre excellent; le style en est simple, sans détours et plein de grâce, dépouillé de toute pompe de langage: c'est une beauté sans parure. En voulant fournir aux futurs historiens des matériaux tout prêts, il a peut-être fait plaisir à des sots, qui ne manqueront pas de charger d'ornements frivoles ces grâces naturelles; mais il a ôté aux gens de goût jusqu'à l'envie de traiter le même sujet."

(3) Hirtius dit aussi, en parlant du même ouvrage: "La supériorité en est si généralement reconnue, que l'auteur semble plutôt avoir ravi que donné aux historiens la faculté d'écrire après lui. Mais nous avons plus de motifs que personne d'admirer ce livre: les autres savent avec quel talent et quelle pureté il est écrit; nous savons, de plus, avec quelle vitesse et quelle facilité il le fut."

(4) Asinius Pollion prétend que ces commentaires ne sont pas toujours exacts, ni fidèles, César ayant, pour les actions des autres, ajouté une foi trop entière à leurs récits, et, pour les siennes mêmes, ayant altéré, sciemment ou faute de mémoire, la vérité des faits. Aussi Pollion est-il persuadé qu'il devait les récrire et les corriger.

(5) César a laissé encore un traité en deux livres Sur l'Analogie, un autre, en autant de livres, appelé Anti-Catons, et un poème intitulé Le Voyage.

(6) Il composa le premier de ces écrits en passant les Alpes, pour aller rejoindre son armée, après avoir présidé les assemblées de la Gaule Citérieure; le second, vers le temps de la bataille de Munda; le dernier, dans les vingt-quatre jours qu'il mit à se rendre de Rome dans l'Espagne Ultérieure.

(7) On a aussi ses lettres au sénat; et il paraît être le premier qui ait écrit ses rapports en divisant les pages à la façon d'un mémoire, tandis qu'auparavant les consuls et les généraux écrivaient les leurs dans toute l'étendue des feuilles.

(8) On possède enfin de César des lettres à Cicéron, et sa correspondance avec ses amis sur ses affaires domestiques. Il y employait, pour les choses tout à fait secrètes, une espèce de chiffre qui en rendait le sens inintelligible (les lettres étant disposées de manière à ne pouvoir jamais former un mot), et qui consistait, je le dis pour ceux qui voudront les déchiffrer, à changer le rang des lettres dans l'alphabet, en écrivant la quatrième pour la première, c'est-à-dire le d pour l'a, et ainsi de suite.

(9) On cite même quelques essais de sa prime jeunesse, par exemple un Éloge d'Hercule, une tragédie d'Oedipe, un Recueil de mots remarquables. Mais Auguste défendit de publier aucun de ces écrits, par une lettre, aussi courte que simple, adressée à Pompeius Macer, à qui il avait confié le soin de ses bibliothèques.

(1) Reliquit et rerum suarum commentarios Gallici ciuilisque belli Pompeiani.

(2) Nam Alexandrini Africique et Hispaniensis incertus auctor est: alii Oppium putant, alii Hirtium, qui etiam Gallici belli nouissimum imperfectumque librum suppleuerit.

(2) De commentariis Caesaris Cicero in eodem Bruto sic refert: "Commentarios scripsit ualde quidem probandos: nudi sunt, recti et uenusti, omni ornatu orationis tamquam ueste detracta; sed dum uoluit alios habere parata, unde sumerent qui uellent scribere historiam, ineptis gratum fortasse fecit, qui illa uolent calamistris inurere, sanos quidem homines a scribendo deterruit."

(3) De isdem commentariis Hirtius ita praedicat: "Adeo probantur omnium iudicio, ut praerepta, non praebita facultas scriptoribus uideatur. [Cuius tamen rei maior nostra quam reliquorum est admiratio; ceteri enim, quam bene atque emendate,] nos etiam, quam facile atque celeriter eos perscripserit, scimus."

(4) Pollio Asinius parum diligenter parumque integra ueritate compositos putat, cum Caesar pleraque et quae per alios erant gesta temere crediderit et quae per se, uel consulto uel etiam memoria lapsus perperam ediderit; existimatque rescripturum et correcturum fuisse.

(5) Reliquit et "De analogia" duos libros et "Anticatones" totidem ac praeterea poema quod inscribitur "Iter."

(6) Quorum librorum primos in transitu Alpium, cum ex citeriore Gallia conuentibus peractis ad exercitum rediret, sequentes sub tempus Mundensis proelii fecit; nouissimum, dum ab urbe in Hispaniam ulteriorem quarto et uicensimo die peruenit.

(7) Epistulae quoque eius ad senatum extant, quas primum uidetur ad paginas et formam memorialis libelli conuertisse, cum antea consules et duces non nisi transuersa charta scriptas mitterent.

(8) Extant et ad Ciceronem, item ad familiares domesticis de rebus, in quibus, si qua occultius perferenda erant, per notas scripsit, id est sic structo litterarum ordine, ut nullum uerbum effici posset: quae si qui inuestigare et persequi uelit, quartam elementorum litteram, id est D pro A et perinde reliquas commutet.

(9) Feruntur [a puero et] ab adulescentulo quaedam scripta, ut "Laudes Herculis," tragoedia "Oedipus," item "Dicta collectanea": quos omnis libellos uetuit Augustus publicari in epistula, quam breuem admodum ac simplicem ad Pompeium Macrum, cui ordinandas bibliothecas delegauerat, misit.


Commentaire

Mémoires : en latin, commentarii. Stricto sensu, il ne s'agit pas d'histoire mais, comme dit Cicéron au § 2, de matériaux pour servir à l'histoire (parata unde sumeret qui vellent scribere historiam). On a beaucoup discuté de la date de composition de la Guerre des Gaules, année par année, après chaque campagne, ou d'une traite, la guerre terminée ? Cf. T.P. Wiseman, The Publication of De Bello Gallico, dans K. Welch - A. Powell (eds), Julius Caesar as Artful Reporter : The War Commentaries as Political Instruments, Londres, 1998, p.1-9. La question se pose différemment pour la Guerre civile que César déclare avoir composée bello perfecto (III, 18, 5 ; cf. aussi III, 57, 5), même si on ne sait pas très bien de quelle guerre il s'agit, de la guerre qui s'est achevée avec la mort de Pompée ? de la totalité du conflit ?

Guerre d'Alexandrie, d'Afrique et d'Espagne : le récit de César, dans sa Guerre civile, s'arrête au début de la guerre d'Alexandrie ; la suite, le Bellum Alexandrinum proprement dit, pourrait être d'Hirtius. La Guerre d'Afrique et la Guerre d'Espagne sont d'auteur inconnu.

Aulus Hirtius : d'origine obscure, Hirtius doit sa carrière à César qu'il rejoint pendant la guerre des Gaules. Il est peut-être tribun de la plèbe en 48 ; il accède à la préture en 46 ; en 44, il est nommé gouverneur de la Gaule transalpine. Consul en 43, il mène, avec son collègue Pansa les troupes sénatoriales contre Antoine (guerre de Modène). Antoine est battu mais Hirtius meurt au combat.

Dernier livre : Hirtius est l'auteur du huitième livre du De Bello Gallico auquel il donne une préface adressée à L. Cornelius Balbus.

Brutus : § 262.

Hirtius dit aussi : Guerre des Gaules, VIII, Préface, 5-6.

Altéré sciemment : Cf. M. Rambaud, L'art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris, 1966.

Sur l'Analogie : ouvrage dédié à Cicéron (cf. Brutus, § 253). Sur le sujet de ce livre, perdu, voir P. Grimal, La littérature latine, Paris, 1994, p.208-209.

Anti-Caton : pamphlet écrit en 45, après la mort de Caton à Utique, en réponse à une laudatio Catonis de Cicéron ; ne subsiste qu'une dizaine de fragments. Cf. Plutarque, César, 54, 3-6.

Voyage : ouvrage perdu, dont on ne sait rien.

En passant les Alpes : César a traversé les Alpes à plusieurs reprises. Le De Analogia pourrait dater de 54, ou de 52.

Assemblées : en latin, conventus. Les provinces étaient divisées en circonscriptions judiciaires où le gouverneur se rendait régulièrement pour présider le tribunal.

Bataille de Munda : au S.-E. de Cordoue, en mars 45.

Vingt-quatre jours : qui se situent à la fin de l'année 46 - début de 45.

Lettres : la correspondance de César est perdue à l'exception de quelques pièces que l'on retrouve dans les Lettres à Atticus de Cicéron (pour les références, voir ci-dessous : Lettres à Cicéron)

Divisant les pages : on a proposé diverses interprétations de ce passage, aucune n'étant vraiment convaincante. Pour Carcopino, César, op.cit., p.1015-1016, l'originalité de César aurait été d'écrire ses lettres, non sur un rouleau de papyrus (volumen), mais sur des feuilles séparées, annonçant ainsi l'apparition du codex.

Lettres à Cicéron : on retrouve quelques lettres de César à Cicéron et à Oppius dans les Lettres à Atticus, IX, 6a, 7c, 13a, 14, 16 ; X, 8b.

Chiffre : voir B. Collard, Les langages secrets dans l'Antiquité gréco-romaine, dans Folia electronica classica, 7, 2004.

Éloge d'Hercule - Œdipe - Recueil de mots remarquables : œuvres perdues, probablement écrites en grec (P. Grimal, La littérature latine, p.183).

Pompeius Macer : fils de Théophane de Mytilène, le conseiller de Pompée et son historien; ami d'Ovide. Sur les problèmes que soulève l'identification de ce pesonnage, voir R. Syme, History in Ovid, Oxford, 1978, p.73-74. Sur la lettre d'Auguste à son bibliothécaire, voir L. Spahlinger, Sueton-Studien I : Sueton, Divus Julius 55-56, dans Philologus, 147, 2003, p.114-128 [Abstract, p.128 : In Div.Jul. 55-56, in the context of his treatment of Caesar's literary remains, Suetonius reports a letter of Augustus to his librarian Pompeius Macer, with the advice to suppress the further distribution of three writings, the Laudes Herculis, the tragoedia Oedipus and the Dicta collectanea. This testimony is of high credibility, which is proofed by the loss of tradition of these writings in the next generation in contrast to the other of Caesar's works…].


[16 mars 2006]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)