Jean d'Outremeuse, Myreur des histors, I, p. 35b-41a

Édition : A. Borgnet (1864) ‒ Présentation nouvelle, traduction et introductions de A.-M. Boxus et de J. Poucet (2017)

[BCS] [FEC] [Accueil JOM] [Fichiers JOM] [Pages JOM] [Table des Matières JOM]


Ce fichier contient deux parties :

Myreur, p. 35b-38a (A. Événements contemporains du règne de David)

Myreur, p. 38b-41a (B. Événements contemporains du règne de Salomon : Juifs, Gaulois, Latins, etc.)

 


 

  A. événements contemporains du règne de David [Myreur, p. 35b-38a]

 

Ans 1-40 de David = ans 4124-4164 de la création = 1075-1035 a.C.n.

 

Introduction [sommaire et texte]

Le récit des 40 premières années du quatrième âge du monde est centré sur le roi David : sa bataille contre le roi Saül, son accession au trône, la conquête de Jérusalem qui devient la capitale de son royaume, les prophètes officiant dans l'Israël de son époque, son amitié avec Hiram, le roi de Tyr, son amour pour Dieu, sa mort, son ensevelissement solennel et les richesses entreposées dans son sépulcre. Les Livres de Samuel ont manifestement inspiré Jean. Mais ils ne contiennent pas l'anecdote, assez amusante, mettant en scène David, son fils Salomon et des objets de verre, une matière nouvellement inventée. Ce micro-récit ‒ nous ne savons pas où Jean l'a trouvé ‒ s'écarte nettement des notices très brèves, si répandues dans le genre de la chronique.

D'autres régions qu'Israël interviennent dans cette section. On note ainsi la présence de Carthage, l'ancienne Didaine, fondée naguère par Didon (p. 12) et qui prend le nom de son roi Carthago. On note aussi d'autres affaires de successions : le duc Castor en Gaule, Silvius Albus chez les Latins, Ysron à Corinthe. Quant à la mention d'Éphèse, elle s'explique probablement par son importance dans l'histoire du christianisme primitif. Jean l'Évangéliste y fut évêque (p. 499) et y fut enseveli (p. 502). Le nom d'Éphèse était déjà apparu un peu plus haut (p. 26, p. 31-32), sous la plume du chroniqueur, comme fondation d'une Amazone nommée Éphisanie, mais à ce même endroit le chroniqueur avait précisé que cette Éphèse, « amazonienne » si l'on peut dire, n'était pas l'Éphèse de saint Jean d'Évangéliste, fondée, elle, par Éphésus, personnage évidemment créé « sur mesure » d'après le nom de la ville, comme cela avait été le cas pour Éphisanie. Le chroniqueur, qui a vraisemblablement utilisé deux sources différentes, prend soin d'éviter une incohérence.

Sur un plan plus large, le système de l'éponymat est très fréquemment utilisé par les auteurs antiques et médiévaux. Les exemples sont nombreux : Ninive est fondée par Ninus (p. 10) ; Didaine par Didon (p. 28) ; la ville de Sicambre prend le nom de l'épouse d'Anténor (p. 28) ; Trébéris donne le sien à la ville de Trèves (p. 13), etc. On voit ici un roi (p. 36) Carthago donner son nom à l'ancienne Didaine, et un duc nommé Castor fonder Castres (p. 36). Plus loin dans Ly Myreur, un duc de Gaule, Orlins, fonde Orléans (p. 93) et un roi romain, Numa, fonde Nimègue, une citeit en Alemangne (p. 87). Ces pseudo-étymologies sont parfois fort approximatives. Le système ne sert pas seulement à expliquer le nom des villes. Il est aussi utiisé pour des noms  de régions et de pays. Ainsi Alemaine, le fils d'un duc de Gaule, conquiert la Germanie qui s'appellera dorénavant l'Allemagne (p. 34), et Aquitin, le fils d'un autre duc de Gaule, fonde l'Aquitaine (p. 89). Ce système de l'éponymat serait-il une manière subtile pour le chroniqueur d'étendre l'influence territoriale d'un dirigeant et donc l'extension de son pays ?

****

Sommaire

David, second roi d'Israël, résidant à Hébron, remporte une bataille contre le fils de Saül, Isboseth/Esbaal - Il montre sa droiture en châtiant les meurtriers de ce dernier - Il s'empare ensuite de Jérusalem, occupée par des étrangers, et en fait sa capitale (1-7 de David = 1075-1068 a.C.n.)

Successions diverses : en Gaule, Castor succède à Alemaine et fonde Castre - Ysron devient roi de Corinthe - Chez les Latins, à Latinus succède Silvius Albus, sous le règne duquel Salomon succédera à David - Nathan et Gad prophétisent en Israël - Éphésus fonde Éphèse (11-28 de David = 1064-1047 a.C.n.)

Suite à une dispute avec son père David, Salomon est exilé à Corinthe - Digression : Carthago agrandit et munit de remparts la cité Didaine, rebaptisée Carthage - Salomon, à Corinthe, invente le verre et imagine un marchandage malicieux au détriment de son père (29-31 de David = 1046-1044 a.C.n.)

À Carthage, Ysbron succède à Carthago, et Hiram, ami de David et de Salomon, devient roi de Tyr - Le roi David meurt et est enseveli avec les honneurs et de considérables trésors par Salomon (34-40 de David = 1041-1035 a.C.n.)

 

****

 

David, second roi d'Israël, résidant à Hébron, remporte une bataille contre le fils de Saül, Isboseth/Esbaal - Il montre sa droiture en châtiant les meurtriers de ce dernier - Il s'empare ensuite de Jérusalem, occupée par des étrangers, et en fait sa capitale (ans 1-7 de David = 1075-1968 a.C.n.)

 

[Ly roy David fut coroneis com IIe roy d’Israel, qui oit mult de guerez - Coment David fist justiche de cheaux qui ochirent son annemis] Le promier an que David fut coronneis, oit grant batalhe entre luy et Hisboset, le fis Saul, qui encor estoit demoreis en vie ; mains ly poioir David cressoit toudis, et Hisboset decressoit et amerissoit ; si avient al dearain que Gerpho et Saligons, dois des sorjans Hisboset, se corocharent à luy I jour, si l'ochisent en dormant, et presentont son chief à roy David, dont ilh quidarent à luy acquerir grant serviche ; mains David, qui astoit loial, lez fist demembreir de piés et de mains, et puis les fist pendre à I arbre.

[Le roi David, couronné deuxième roi d’Israël, mène beaucoup de guerres - David fait justice de ceux qui tuèrent son ennemi] En l'an 1 de son couronnement [1075 a.C.n.], une grande bataille opposa le roi David à Isboseth1, fils de Saül, qui était toujours en vie. Le pouvoir de David s'accroissait toujours tandis que décroissait et diminuait celui d'Isboseth ; finalement, Gerpho et Saligons, deux des sergents d'Isboseth, se fâchèrent un jour avec lui, le tuèrent pendant son sommeil et présentèrent sa tête au roi David, de qui ils espéraient de grands avantages, mais David, qui était un homme droit, leur fit couper pieds et mains et les fit pendre à un arbre.

[Coment ly roy David conquist Jherusalem] A cel temps habitoient en Jherusalem diverses gens qui n'astoient pas des fis Israel. Si assemblat li roy David grans gens, et assit la citeit de Jherusalem, la Ve année de sa coronation ; et le prist asseis legierement, fours mys une fortereche qui estoit appellée Syon. Celle prist Joab, le fis de la soreur David, et por chu en fist li roy son seneschaus de sa chevalerie.

 [Le roi David s'empare de Jérusalem] À cette époque, Jérusalem était occupée par divers peuples qui n'étaient pas des fils d'Israël. En l'an 5 de son couronnement, le roi David rassembla de grandes forces et assiégea la ville de Jérusalem. Il s'en empara très facilement, à l'exception de la  forteresse de Sion. Joab, fils de la soeur de David, s'en empara  et, pour cet exploit, devint sénéchal de la cavalerie du roi.

[David fist Jherusalem chief de son rengne] L'an del coronation David VII, fist faire David en Jherusalem une edifisse, en laqueile ilh plaisoit à demoreir dedens, où ilh n'avoit oncques demoreit ; ains avoit demoreit devant en Ebron lesdis VII ans durans ; et fist de Jherusalem le chief de tot son regne.

 [David fait de Jérusalem la capitale de son royaume] En l'an 7 de son couronnement, David fit construire à Jérusalem un édifice, dans lequel il aimait demeurer. Il n'avait jamais habité en cette ville, mais durant les sept ans précédents, il était resté à Hébron. Il fit alors de Jérusalem la capitale de tout son royaume.

A cel temps que je dis avenoit asseis pou de choises qui soit par racompteir, et dont ons sache parleir es parties de cha, portant que ilh y avait encor pau de gens. Si [p. 36] passerons avant tout legierement de greit en greit, en teile manire que ilh avenoient.

À l'époque dont je parle, il se passait très peu de choses méritant d'être racontées et dont on puisse parler, parce la population n'était pas très nombreuse. [p. 36] Nous passerons donc rapidement en revue, pas à pas, les faits tels qu'ils se sont produits.

 

1 Cfr 2 Samuel II, 8 à IV, 12, où n'apparaissent toutefois pas les noms des deux sorjans d'Isboseth.

 

Successions diverses : en Gaule, Castor succède à Alemaine et fonde Castres - Ysron devient roi de Corinthe - Chez les Latins, à Latinus succède Silvius Albus, sous le règne duquel Salomon succédera à David - Nathan et Gad prophétisent en Israël - Éphésus fonde Éphèse (ans 11-28 de David = 1064-1047 a.C.n.)

 

[De duc de Galle] L'an le roy David XI, morut Alemaine, le dus de Galle, et puis regnat son fis Castor XXX ans. En chist année fut fais li roy de Corinthe Ysron, liqueis regnat XXXV ans.

 [p. 36] [Le duc de Gaule] En l'an 11 de David [1064 a.C.n.], mourut Alemaine, duc de Gaule. Son fils Castor lui succéda durant trente ans. Cette même année, Ysron devint roi de Corinthe et régna trente-cinq ans.

[Castor, duc de Galle fonda Castre] Item, l'an David XXIII, fondat Castor, li dus de Galle, I citeit qu'ilh nommat Castre.

[Castor, duc de Gaule, fonde Castres] L'an 23  de David [1052 a.C.n.], Castor, duc de Gaule, fonda une cité  nommée Castres.

L'an David XXV, morut Latinus, li roy des Latiens, qui avoit regneit L ans ; et apres luy regnat son fis Silvius li Blans XL ans. Chis roy Silvius fut mult bon justichier, et amat mult ses gens, et les tient bien en pais contre leurs annemis, si com valhant prinche.

En l'an 25 de David [1050 a.C.n.], Latinus, roi des Latins mourut, après un règne de cinquante ans ; après lui son fils Silvius Albus régna quarante ans. Ce roi Silvius fut un très bon justicier ; il aima beaucoup son peuple, le maintenant dans la paix contre les ennemis. Ce fut un prince vaillant.

[De prophetes Nathan et Gad] Item, XII ans devant, prophetisarent Natan et Gad, II prophetes de grant nom ; et al temps de chesti Silvius, vers la fin, morut David ; si regnat son fis Salomon, quant David fut mors, qui regnat XL ans.

 [Les prophètes Nathan et Gad] Douze ans plus tôt, Nathan et Gad, deux prophètes de grand renom, prophétisèrent. Et vers la fin du règne de ce Silvius, David mourut ; son fils Salomon devint roi, et il régna pendant quarante ans.

[La citeit d’Ephese fut fondée par le roy Ephesus] L'an David XXVIII ans, fut faite la citeit de Ephese, en laqueile sains Johan, ewangeliste, fut puis ensevelis ; et le fondat Ephesus, le roy de Balke.

[La cité d’Éphèse est fondée par le roi Éphésus] L'an 28 de David [1047 a.C.n.] fut fondée la cité d'Éphèse, où  plus tard saint Jean l'Évangéliste fut enseveli. Son fondateur fut Éphésus, roi de Balke.

 

 Suite à une dispute avec son père David, Salomon est exilé à Corinthe - Digression : Carthago agrandit et munit de remparts la cité Didaine, rebaptisée Carthage - Salomon, à Corinthe, invente le verre et imagine un marchandage malicieux au détriment de son père (ans 29-31 de David = 1046-1044 a.C.n.)

 

[Discors entre David et Salmon] Item, l'an David XXIX, oit grant discorde entre le roy David et Salmon, son fis, por lequeile discorde ilh le banist hors de sa terre. Si soy partit Salmon, et allat demoreir en la royalme de Corinthe ; là ilh fut bien venus, et y demorat III ans. Si fist son pere del paine asseis.

 [p. 36] [Dispute entre David et Salomon] En l'an 29 de David [1046 a.C.n.], une grande dispute naquit entre le roi David et Salomon, son fils. Suite à cette dispute, David bannit son fils de son pays. Salomon partit s'installer au royaume de Corinthe, où il fut bien accueilli et demeura trois ans. Il y causa à son père beaucoup de peine.

[De Dydanie - Carthago] ltem, l'an David XXX, astoit roy li prinche Cartago d'Affrique. Si demoroit et habitoit en la citeit de Dydanie, que Dydo, la femme Eneas, fondat à son temps, si com dit est. Si s'avisat le roy Cartago et le fermat de murs, et le regrandist, et le nommat Carthago, qui est maintenant le soveraine evesqueit d'Affrique.

[Didaine - Carthago] En l'an 30 de David [1045 a.C.n.], le prince Carthago était roi d'Afrique. Il habitait et résidait dans la ville de Didaine, fondée en son temps par Didon, la femme d'Énée, comme cela a été dit (p. 12 et p. 28). Le roi Carthago décida d'entourer la ville de murailles ; il l'agrandit et l'appela Carthage, devenue maintenant le principal évêché d'Afrique.

[De voile, coment ilhs furent promier fais par Salmon] Item, l'an David XXXI, s'avisat Salomon qu'ilh dechiveroit son pere. Si vat tant subtilisiier, qu'ilh trovat la maniere comment ons feroit voile ; car chu fut le promier qui fist voile ; et alat faire des hanas de voile IIII chereez, et les envoiat en Jherusalem pasieblement, par II garchons auxqueiles ilh dest chu qui li plaisoit qu'ilhs fesissent ; et les endoctrinat si bien, qu'ilh furent bien ensengniés de chu que leur maistre plaisoit à [p. 37] faire.

[Le verre est inventé par Salomon] En l'an 31 de David, Salomon envisagea de berner son père. Il y mit tant d'ingéniosité qu'il découvrit la manière de fabriquer du verre. Il fut en effet le premier à y parvenir. Il se mit à produire en quantité des vases à boire en verre, de quoi remplir quatre charrettes. Il les envoya à Jérusalem, sans attirer l'attention, par l'intermédiaire de deux valets, à qui il expliqua ce qu'il attendait d'eux. Il les informa pour qu'ils sachent parfaitement ce que leur maître souhaitait [p. 37] faire.

Ches vinrent en Jherusalem, se misent en leur hosteit leurs hanappes, et vinrent lendemain devant le temple David ; et misent là une table et I nape, et par-desus III de leurs hanaps de voile, en demonstrant qu'ilh n'en avoient plus. Les Juys regardoient mult ches hanaps, qui tant astoient beals et clers que ch'estoit mervelhe del veioir. Et David, qui astoit aux fenestres de sa thour, regardat chu ; si apellat I sien camberlain, qui astoit nommeit Josse, et l'envoiat veioir queile chouse les gens regardoient en la rue. Chis y alat et revient à David, et li dest que chu estoient III joweals, les plus beals qu'ilh veist oncques, que ons voloit vendre. Quant li roy David l'oyt, se li at dit qu'ilh les alast achateir, que qu'ilh costassent ; et chis s'en alat parleir aux marchans, et demandat le pris des III hanaps. Ilh dessent IIIc bessans d'or. Dest Josse : « Ch'est chascon cent besans. »

Ils arrivèrent à Jérusalem, déposèrent les verres à boire dans leur hôtel et se rendirent le lendemain devant le Temple de David. Ils installèrent là une table couverte d'une nappe, et y posèrent trois des vases en verre, en expliquant qu'ils n'en avaient pas plus. Les Juifs regardaient avec admiration ces vases, si beaux, si clairs, si merveilleux à voir. David, des fenêtres de sa tour, vit la scène. Il appela un de ses domestiques, nommé Jossé, et le chargea d'aller voir ce que les gens regardaient dans la rue. Jossé y alla et revint dire à David que c'étaient trois objets précieux, les plus beaux qu'il ait jamais vus, et qui étaient à vendre. En apprenant cela, le roi David lui dit d'aller les acheter, quel que soit leur prix. Le valet alla parler aux marchands et leur demanda ce que coûtaient les trois vases. Ils lui répondirent trois besants d'or. Jossé dit : « Chacun vaut donc cent besants. »

[Coment les II hanaps furent brisiiés] A cel point prent I des hanaps et le regardat mult, se le voit beal et cleir ; si dest : « Donneis-moy chesti por I besans ; c'est por le roy David. » Ly uns des garchons, qui astoit nommeis Jonas, prist le hanap que Josse tenoit et dest : « Par chis hanap ne blameroit jamais nos denrée de la motié de pris ; » et puis alat le hanap si roidement jetteir contre les pires, qui le brisat en pluseurs piches. Quant Josse le voit, si fut tous enbahis en disant : « Ne vos corochiés, amis, pour queile pris aura-ge l'autre ? » - « Vos aureis les dois por IIIc besans. » - « Vors, dest Josse, vos ne prisiés ors l'unc que cent besans, ors le presiés C et L, et je vos prie que l'unc moy donneis por cent besans. ». A tant mist le main al unc ; mains Joseph, li aultre garchon, li ostat des mains et le jettat à terre, enssi com l'autre fut debrisiés.

[Les deux vases à boire sont brisés] Alors, il prit un des vases, l'examina avec soin, le trouva beau et clair, et dit : « Donnez-moi celui-ci pour un besant ; c'est pour le roi David. » L'un des garçons, nommé Jonas, prit le vase que Jossé tenait en main et dit : « Par ce vase, je ne braderais jamais nos produits à moitié prix. » Ensuite il jeta si rudement le vase contre des pierres, qu'il le brisa en mille morceaux. Quand Jossé vit cela, il fut tout ébahi et dit : « Ne vous fâchez pas, mes amis ; quel prix pour l'autre ? » ‒ « Vous aurez les deux autres pour trois cents besants.» ‒ « Vraiment ? », dit Jossé, « tantôt vous estimiez un seul vase cent besants, et maintenant cent cinquante. Je vous prie de m'en donner un pour cent besants. » Il posa la main sur un vase ; mais l'autre garçon, Joseph, le lui ôta des mains et le jeta à terre. Comme le précédent, il fut brisé.

[Coment Josse achatat I hanaps de voile IIIc besans d’or] Adont dest Josse : « Por queile pris aurai-ge cel derain ? » Respont Jonas : « Por IIIc besans. » Adont li at Josse donneit IIIc besans, et enportat le hanap. Si racomptat à roy David comment les dois altres astoient brisiet, et tout chu que je ay compteit ; dont li roy David dest qu'ilh ne soy mervelhoit point s'ilh avoient mal tieste, car ilhs savoient faire trop subtilhe ovraige.

[Jossé achète un vase de verre pour trois cents besants d'or] Alors Jossé dit : « Pour quel prix aurai-je ce dernier vase ? » ‒ « Pour trois cents besants. » Alors Jossé lui donna trois cents besants et emporta le vase. Il raconta au roi David comment les deux autres vases avaient été brisés, et tout ce que je vous ai raconté. Le roi David dit alors qu'il ne s'étonnait pas de leur entêtement : ils savaient agir avec beaucoup de subtilité.

Et lendemain, al matin, ont lesdis marchans aporteit leurs IIII chareez de hanaps, et les ont vendut à tous commonement les XII unc besans d'or, et puis s'en sont raleis leurs voies. Enssi perdit li roy David IIIc besans, car lendemain li furent presenteis par son peuple plus de [p. 38] quattres dosaines ; se dest que ch'estoit des jeux Salomon son fis et de ses experienches.

Le lendemain matin, les marchands en question amenèrent leurs quatre charretées de vases, qu'ils vendirent à tout le monde, douze pièces pour un besant d'or. Puis ils reprirent leur route. Le roi David perdit ainsi trois cents besants d'or, car le lendemain, son peuple lui présenta plus de quatre douzaines de vases [p. 38]. Il se dit qu'il s'agissait là des jeux et des expériences de son fils Salomon.

 

À Carthage, Ysbron succède à Carthago - Hiram, ami de David et Salomon, devient roi de Tyr - Le roi David meurt et est enseveli par Salomon avec les honneurs et de considérables trésors (ans 34-40 de David = 1041-1035 a.C.n.)

 

[Le roi de Cartage] Apres, sor l'an David XXXIIII, morut Cartago, le roy d'Affrique, et regnat apres Ysbron, son fis, XL ans, et fut proidhons.

[Le roi de Carthage] Ensuite, en l'an 34 de David [1041 a.C.n.], mourut Carthago, le roi d'Afrique. Son fils Ysbron régna quarante ans après lui. Ce fut un homme sage.

[De roy Yram qui fut amis à roy David] Item, l'an David XXXVI, fut eslus à roy de Thir Yram : chis fut li grans amis à David et à Salomon, son fis. Chu fut chis qui li envoiat les cedres et les bois dont le temple Salmon fut fais.

[Le roi Hiram, ami du roi David] En l'an 36 de David [1039 a.C.n.], Hiram fut élu roi de Tyr. Il fut un grand ami de David et de son fils Salomon. Il envoya à Salomon les cèdres et les bois qui servirent à construire le Temple de Salomon.

[Coment ly roy David morut] Item, l'an XL, morut li roy David de Jherusalem, el XLe an qu'ilh avoit esteit coronneit. Chis fut I bons roy qui amat Dieu, et Dieu l'honorat, enssi que ses fais et ses ovres sont escripte en la bible, et en le somme des roys veritablement qui les veut savoir. Et fut ensevelis en Jherusalem par Salomon, son fis, mult noblement, et fist mettre en son sepulcre VIII tressors d'or et d'argent. Solonc chu que Josephus tesmongne, de la lignie le roy David issit le royal lignie dont la virgene Marie issit.

[Mort du roi David] En l'an 40 de David [1035 a.C.n.], mourut le roi David de Jérusalem, quarante ans après son couronnement. Il fut un bon roi, qui aima Dieu et fut honoré par lui, ainsi que le montrent ses actions et ses oeuvres décrites dans la Bible et le Livre des rois, pour qui veut vraiment les connaître. Il fut enseveli très solennellement à Jérusalem par Salomon, qui fit déposer dans son sépulcre huit trésors d'or et d'argent. Selon Josèphe, la lignée royale, dont descend la Vierge Marie, est issue de celle du roi David.

 


 

 

B. événements contemporains du règne de Salomon : juifs,  latins, Gaulois, ...  [Myreur, p. 38b-41a]

 

Ans 40-94 de David = 1035-981 a.C.n.

 

Introduction [sommaire] [texte]

Les quarante années suivantes sont essentiellement occupées par le règne de Salomon, fils de David, par la construction du Temple, par ses errements religieux dus à l'influence de ses épouses étrangères qui le poussent à l'idolâtrie, par les tensions politiques qui suivirent sa mort et qui provoquèrent la scission de son royaume. Les tribus du Nord, au nombre de dix, sous la direction de Jéroboam, font sécession et créent le royaume d'Israël au Nord, avec Samarie pour capitale. Seules deux tribus, celle de Benjamin et celle de Juda, restées fidèles à Roboam, forment au sud le royaume de Juda, avec Jérusalem comme capitale. Il y a donc Israël et ses dix tribus, d'une part, Juda et ses deux tribus de l'autre. On trouve aussi l'évocation du pillage du Temple de Jérusalem par Sésac, roi d'Egypte. Tous ces événements sont inspirés de la Bible.

Fidèle à l'esprit d'une chronique universelle et au procédé de la distribution annalistique des événements, Jean insère dans l'histoire de Salomon une série de faits contemporains. Ils concernent essentiellement la Gaule et les Latins (conflits, successions, fondations diverses), mais on y rencontre aussi une notice curieusement isolée concernant un roi d'Asie, Ango, et deux villes qu'il aurait fondées, Furine et Samas. Dans la suite du Myreur, il ne sera plus question ni de ce roi ni de ces deux villes (ici sans rapport pseudo-étymologique avec leur fondateur).

On relève avec intérêt la première mention de la Flandre dans Ly Myreur. Un duc de Gaule, Aliénor, édifie un château en l'honneur de son épouse Libiane, dans la région appelée li ysle de Brukanne, et par la suite Flandre (puis appelleis Flandre). Jean ajoute immédiatement qu'on y trouve encore de son temps la ville de Lille. Il sera plus explicite encore dans un passage ultérieur du Myreur (p. 128-129) où, après avoir parlé de la fondation de Gand, il expliquera que « beaucoup de châteaux et de cités, à savoir : Tournai, Cambrai, Douai, Bruges et le château de Lisle, [...] relevaient de la seigneurerie de Brukaine » et qu'après la fondation de Gand, cette seigneurerie de Bukraine fut érigée en comté de Flandre.

Une remarque sur les pseudo-généalogies royales. On a déjà fait allusion à l'intérêt manifesté par le chroniqueur pour les successions royales dans les pays dont il traite. Il est surtout question ici, on vient de le dire, des Gaulois et des Latins. Cet intérêt se marquait déjà au début de la Chronique (p. 9-10) dans la présentation de la série des descendants de Japhet, qui, après le déluge, gouvernèrent « l'Europe », un terme très large derrière lequel se dissimule en fait chez Jean la région de la future Rome. Cet intérêt sera sensible aussi plus loin pour d'autres peuples, comme les Grecs, les Égyptiens, les Hongrois, les Danois, comme si le chroniqueur avait sous les yeux, pour tous ces pays, des listes de rois légendaires.

Pour la liste des rois latino-albains et notamment pour les guerres entre Latins et Gaulois et leurs raisons, on se reportera à notre article sur Les « Primordia » de Rome selon Jean d'Outremeuse paru dans les FEC 34 (2017). Les noms royaux varient quelque peu dans les listes conservées, mais on relève chez Jean avec une certaine surprise  celui de Silvius li Polhus, où le dernier terme, difficile à traduire (peut-être « le Poilu »), correspond manifestement au Capis du Capis Silvius, nom du roi chez Martin et chez Jérôme (Capys chez Tite-Live). On ne voit pas clairement le rapport qui peut exister entre Capis et li Polhus.

La liste des rois chez Martin (p. 399, éd. Weiland) est explicitement basée sur le principe de la correspondance entre les rois latino-albains d'une part, les prophètes et les rois de Juda de l'autre. Ce système remonte à la vieille Chronique d'Eusèbe-Jérôme.

****

Sommaire

Avènement de Salomon - Construction du Temple en sept ans (an 44 de David = 1031 a.C.n.)

Prétendant tous deux à la suprématie, Castor, duc de Gaule et Silvius, roi des Latins, s'affrontent en Bourgogne - Silvius l'emporte et Castor meurt - Ilion, fils de Castor, devient duc de Gaule (an 49 de David = 1026 a.C.n.)

Salomon à Jérusalem construit le Temple et divers palais - Ilion, le duc de Gaule, assiège la ville d'Énéoch et s'en empare - Il tue le roi Silvius et épouse sa veuve, Gazet - Celle-ci obtient que son fils Égyptus succède à son père Silvius comme roi des Latins (ans 51-65 de David = 1024-1010 a.C.n.)

Mort d'Hiram de Tyr et suprématie maritime des Thraces (ans 67-74 de David = 1008-1001 a.C.n.)

Sous l'influence de ses femmes étrangères, Salomon verse dans l'idolâtrie, cause de la division de son royaume après sa mort (an 80 de David = 995 a.C.n.)

Dès la mort de Salomon, vu l'entêtement de son fils et successeur Roboam, le royaume juif se scinde en deux peuples : Israël au Nord, constitué de dix tribus, autour de Jéroboam, et Juda au Sud, constitué de deux tribus, autour de Roboam - Jérusalem et le Temple sont mis à sac par Sésac, le roi d'Égypte (ans 80-86 de David = 995-989 a.C.n.)

Successions et fondations diverses : Aliénor, époux de Libiane, devient duc de Gaule à la mort d'Ilion son père - Silvius li Polhus succède à son père Égyptus, chez les Latins - En Asie, le roi Ango fonde deux villes (ans 89-90 de David = 986-985 a.C.n.)

Aliénor de Gaule édifie le château Libiane, du nom de son épouse, dans la région de Brukaine (la future Flandre), où subsiste encore la ville de Lille (an 94 de David = 981 a.C.n.)

****

 

Avènement de Salomon - Construction du Temple en sept ans (an 44 de David = 1031 a.C.n.)

 

[p. 38] [De roy Salmon qui fist le temple dedens VII ans] Apres David, tient le regne Salomon, son fis, XL ans, à cuy Dieu donnat sens et scienches, pais et biens temporeis, plus que à nulle altre roy qui oncques fut devant luy ne apres.

[p. 38] [Le roi Salomon construit le Temple en sept ans] Après David, son fils Salomon occupa le trône durant quarante ans. Dieu lui accorda intelligence et connaissance, paix et biens temporels, plus qu'à aucun roi, avant ou après lui.

Item, l'an del coronation le roy David XLIIII, commenchat Salomon à faire le temple de Jherusalem, le XIX jour de mois de marche, liqueile temple fut mult mervelheusement deviseis et de trop grant riceche aourneis ; et mist-ons septes ans al parfaire.

 En l'an 44 du couronnement de David [1031 a.C.n.], le 19 mars, Salomon commença à construire le Temple de Jérusalem, qui fut merveilleusement conçu et orné d'immenses richesses. On mit sept ans à l'achever.

 

Prétendant tous deux à la suprématie, Castor, duc de Gaule, et Silvius, roi des Latins, s'affrontent en Bourgogne - Silvius l'emporte et Castor meurt - Ilion, fils de Castor, devient duc de Gaule (an 49 de David = 1026 a.C.n.)

 

[p. 38] [Guere entre duc de Galle et le roy des Latins] Item, l'an David XLIX, oit grant batalhe entre Castor, le duc de Galle, et Silvius, le roy des Latiens, por tant que Silvius voloit que Castor fust subgis à luy et li paiast tregut de sa terre ; et li dus Castor disoit que li roy Silvius devoit mies rendre à luy tregut, car ilh n'astoit pas desquendus de la droit royal lignie enssi que Castor astoit, qui estoit desquendus de roy Priant de Troie ; et Silvius estoit desquendus de Eneas, qui astoit unc duc et chevalier à roy Priant.

[p. 38] [Guerre entre le duc de Gaule et le roi des Latins] En l'an 49 de David [1026 a.C.n.], une grande bataille opposa Castor, duc de Gaule, et Silvius, roi des Latins. Silvius voulait que Castor lui soit soumis et lui paie un tribut pour sa terre ; le duc Castor par contre disait que le roi Silvius, n'étant pas un descendant direct de la lignée royale, devrait être son tributaire. Castor était un descendant du roi Priam de Troie, tandis que Silvius descendait d'Énée, lequel n'était qu'un duc et un chevalier du roi Priam.

[Ly roy des Latins oit la victoire] Celle batalhe fut en mois d'avrilh, et fut tout emmy Borgongne ; mains tout li mals retournat sor Castor, car ilh fut ochis et ses gens desconfis, et s'enfuirent les Gallyens en leur pays, en la citeit de Pygarie que Franco fondat jadis, et là esluirent à duc de Galle Ylion, le fis Castor, qui regnat XL ans, com valhans prinche.

[Le roi des Latins est victorieux] La bataille eut lieu au mois d'avril et se déroula au centre de la Bourgogne. Tout tourna mal pour Castor, car il fut tué et ses hommes vaincus. Les Gaulois s'enfuirent dans leur pays, dans la cité de Pygarie, fondée jadis par Franco. Ils y élurent duc de Gaule Ilion, le fils de Castor,  qui régna quarante ans en prince valeureux.

[p. 39] [De Ylion, duc de Galle] Chis Ylion defendit mult bien son pays ; ilh astoit grans de XV piés, ilh prendoit I homme à ses mains parmy les flans et le rompoit enssi que chu fuist paistre.

[p. 39] [Ilion, duc de Gaule] Cet Ilion défendit très bien son pays. Il mesurait quinze pieds de haut, saisissait un homme dans ses mains par les flancs et le brisait comme s'il était un moineau.

 

Salomon à Jérusalem construit le Temple et divers palais - Ilion, le duc de Gaule, assiège la ville d'Énéoch et s'en empare - Il tue le roi Silvius et épouse sa veuve, Gazet - Celle-ci obtient que son fils Égyptus succède à son père Silvius comme roi des Latins (ans 51-65 de David = 1024-1010 a.C.n.)

 

[p. 39] [La promier dicause de temple Salmon en Jerusalem] Item, l'an David LI, fut parfais li temple Salmon en Jherusalem, et fut le premier dicause celebrée le primier jour de marche, qui adont astoit le promier jour de l'an ; car adont ilh n'avoit en l'an que X mois. Item, l'an David LVIII, prophetisat le prophete Acayias que le regne Salomon seroit apres sa mort deviseis en II parchons.

[p. 39] [Première dédicace du Temple de Salomon à Jérusalem] En l'an 51 de David [1024 a.C.n.] fut achevé le Temple de Salomon à Jérusalem. Sa première dédicace fut célébrée le premier mars, qui était le premier jour de l'an. Alors, en effet, l'année ne comptait que dix mois. En l'an 58 de David [1017 a.C.n.], le prophète Acarias annonça que après sa mort le royaume de Salomon serait divisé en deux parties.

[Des trois nobles edifiches que ly roy Salmon fist faire] Item, l'an LXII, fist faire Salmon en Jherusalem trois edissses de grant saingnorie : la primier oit nom le maison Rurauz, en laqueile demoroit li roy ; la seconde fut faite por la filhe Pharaon, que Salomon avoit à femme, et fut cel maison apellée Prela ; et la tierche fut apellée la maison de Libain : en cesti astoient les armeures et les tressors le roy Salomon.

[Les trois célèbres édifices que fit construire le roi Salomon] En l'an 62 [1013 a.C.n.], Salomon fit construire à Jérusalem trois palais marquant sa souveraineté. Le premier fut appelé la maison Rurauz, qui devint la résidence du roi. Le second fut bâti pour la fille de Pharaon que Salomon avait épousée ; c'était la maison Prela. Le troisième palais fut appelé maison du Liban, abritant les armures et les trésors du roi Salomon.

[Guere entre le roy de Latin et le duc de Galle] A cel temps estoit moult grant la guere entre le roy des Latin Silvius et le duc de Galle Ylion ; et astoit Silvius moult appresseis de duc Ylion, qui l'avoit assis, en la citeit de Eneoch ; et tant se travelhat li dus Ylion et ses gens que ilh prisent la citeit l'an David LXV. Adont fut-el gastée et les gens desbareteez, et fut Silvius ochis.

[Guerre entre le roi des Latins et le duc de Gaule] À cette époque la guerre faisait rage entre le roi des Latins Silvius et Ilion, le duc de Gaule. Silvius subissait une forte pression de la part du duc Ilion qui l'avait assiégé dans la ville d'Énéoch. Le duc Ilion et ses troupes s'emparèrent finalement de la ville en l'an 65 de David [1010 a.C.n.]. La ville fut saccagée, les Latins défaits et Silvius tué.

Quant Ylion oit enssi vengiet son pere, se prist-ilh Gazet, la femme Silvius, et l'esposat solonc sa loi ; et la damme ly priat qu'ilh vousist à son fils Egyptus rendre son royalme, sique chis que en estoit drois heurs, et Ylion li otriat. Enssi fut Egyptus coroneis à roy, et regnat XXIIII ans. Apres chu s'en ralat Ylion en Galle et emenat sa femme awec li.

Quand Ilion eut ainsi vengé son père, il prit Gazet, la femme de Silvius, et l'épousa selon sa loi. La dame lui demanda alors de consentir à rendre le royaume latin à son fils Égyptus, puisqu'il en était l'héritier légal. Ilion le lui accorda. Ainsi Égyptus fut couronné roi, et régna vingt-quatre ans. Ensuite, Ilion retourna en Gaule emmenant sa femme avec lui.

 

Mort d'Hiram de Tyr et suprématie maritime des Thraces (ans 67-74 de David = 1008-1001 a.C.n.)

 

[p. 39] Item, l'an David LXVII, morut Yram, le roy de Thir, à cuy Salomon avoit donneit en la terre de Galilée IX casteals por l'amitié qu'ilh avoit entre eaux.

[p. 39] En l'an 67 de David [1008 a.C.n.] mourut le roi de Tyr, Hiram, à qui Salomon avait donné neuf châteaux en Galilée, en raison de l'amitié qui les unissait.

L'an David LXXIIII, conquisent cheaux de Trache le mere, si en furent saingnours XIX ans et maistres.

En l'an 74 de David [1001 a.C.n.], les habitants de Thrace s'imposèrent sur la mer dont ils furent les maîtres durant dix-neuf ans.

 

 Sous l'influence de ses femmes étrangères, Salomon verse dans l'idolâtrie, cause de la division de son royaume après sa mort (an 80 de David = 995 a.C.n.)

 

[p. 39] [De roy Salmon qui corochat Dieu par les ydols qu’ilh adorat por ses femmes] Salomon le roy avoit pluseurs femmes qui n'astoient mie de la lignie d'Ysrael, ains adoroient les faux dieux et ydollez ; si fisent tant à Salomon qu'elles li fisent faire temples et alteis en l'honeur de leurs faux dieux, de [p. 40] quoy Salomon corocha mult Dieu. Se li en fut son rengne tollut apres sa mort à ses heurs ; ains en oit la plus grant partie I sien servans. Item, l'an David IIIIxx, morut Salomon.

[p. 39] [Le roi Salomon irrite Dieu à cause des idoles qu’il adore sous l'influence de ses femmes] Le roi Salomon avait plusieurs femmes qui n'étaient pas de la lignée d'Israël, et adoratrices des faux dieux et des idoles. Elles influencèrent Salomon au point de lui faire élever des temples et des autels à leurs faux dieux, [p. 40] ce en quoi Salomon mécontenta gravement Dieu. Après sa mort, son royaume fut enlevé à ses héritiers ; un de ses serviteurs en obtint la plus grande partie. En l'an 80 de David [995 a.C.n.], Salomon mourut.

 

Dès la mort de Salomon, vu l'entêtement de son fils et successeur Roboam, le royaume juif se scinde en deux peuples : Israël au Nord, constitué de dix tribus, autour de Jéroboam, et Juda au Sud, constituée de deux tribus, autour de Roboam - Jérusalem et le Temple sont mis à sac par Sésac, le roi d'Égypte (ans 80-86 de David = 995-989 a.C.n.)

 

[p. 40] [Exemplum de roy Roboam qui creit le conselhe des jones] Si fut apres roy son fis Roboam ; mains, quant ilhs le durent sacreir solonc leur loy, se li priarent pluseurs grans prinches de sa terre que ilh les vousist alligier d'alcon servage, de quoy li roy Salomon son pere les avoit argueis. Et ilh respondit qu'ilh s'en conselheroit.

[p. 40] [Exemple du roi Roboam qui crée le conseil des jeunes] Son fils Roboam fut roi après lui. Mais quand ils durent le sacrer selon leur loi, plusieurs grands princes du royaume le prièrent de les soulager d'une servitude que le roi Salomon son père leur avait imposée. Il répondit qu'il prendrait conseil à ce sujet.

Puis se conselhat à ses barons anchiens de la terre, qui de conselhe son pere avoient esteit, lesqueiles li conselharent que ilh fesist la volenteit de son peuple. Roboam apres soy conselhat aux jovenes barons, qui awec li avoient esteit nouris ; et li conselhont que riens ne deportast ses gens, et ne fesist rien por eaux, anchois les aggrevast de plus griefs servage que devant. A cel conselhe se tient Roboam ly roy, de quoy ilh fist mal.

Il consulta d'abord les anciens barons du royaume, qui avaient fait partie du conseil de son père : ils lui conseillèrent de se comporter selon la volonté de son peuple. Il prit alors conseil des jeunes barons, avec qui il avait été élevé : ceux-ci lui conseillèrent de ne tenir aucun compte du peuple, et de ne rien faire en sa faveur, mais plutôt de lui imposer une plus lourde servitude qu'avant. C'est ce conseil que retint le roi, ce en quoi il eut tort.

[Les X linages soy departirent de roy Roboam] Et respondit à ses hommes mult fellement que jà ne les feroit avantaige, anchois les aserviroit plus que son pere n'avoit oncques fait. Et quant li peuple veit chu, si soy departirent de li les X lignie de Ysrael, et fisent roy uns poissant homme de la lignie Effraym, qui longement avoit servit Salomon, et estoit nommeis Jheroboam ; et remanit soilement à Roboam les lignies Juda et Benjamyn, et regnat XII ans. Adonc fut acomplie la prophetie Acarias.

[Les dix tribus se séparent du roi Roboam] Roboam répondit au peuple avec une grande rudesse qu'il ne lui ferait pas de faveurs, mais l'asservirait plus encore que ne l'avait fait son père. Quand le peuple vit cela, les dix tribus d'Israël se séparèrent de lui. Elles désignèrent comme roi un homme puissant de la tribu d'Éphraïm, qui avait longtemps servi Salomon et se nommait Jéroboam. Roboam, qui régna douze ans, conserva les seules tribus de Juda et de Benjamin. Ainsi fut accomplie la prophétie d'Acarias.

[Exemplum coment ly roy d’Egypte conquist Jherusalem et despoulhat le temple] L'an del coronation David IIIIxx et VI, amynat Zusac, li roy d'Egypte, grans oust, desus Robooam, le roy de Judée, et si assist Jherusalem ; se li fut tantost rendue sens cop à ferir ; et ch'estoit li principal citeit et li chief de tout le regne Roboam. Et fist li roy Zusac porteir awec luy en Egypte les prechieux vasseals d'or et d'argent, dont ons amministroit en temple, et IIc grans eskus jostereches de fin or, que Salmon avoit fait faire por nobleche et les avoit pendut, tout al thour de son palais, que ons nommoit le saut de Libain.

[Exemple du roi d'Égypte qui s'empare de Jérusalem et dépouille le Temple] En l'an 86 du couronnement de David [989 a.C.n.], Sésac, le roi d'Égypte mena une grande armée contre Roboam, roi de Juda, et il assiégea Jérusalem. La ville se rendit aussitôt, sans coup férir ; c'était la principale cité et la capitale de tout le royaume de Roboam. Le roi Sésac fit emporter avec lui en Égypte, les vases précieux d'or et d'argent, dont on se servait au Temple, et deux cents grands écus en or fin destinés aux joutes ; Salomon les avait fait faire pour soigner sa célébrité et les avait suspendus tout autour de son palais, qu'on appelait la maison du Liban (p. 39).

 

Successions et fondations diverses : Aliénor, époux de Libiane, devient duc de Gaule à la mort d'Ilion son père - Silvius li Polhus succède à son père Égyptus, chez les Latins - En Asie, le roi Ango fonde deux villes  (ans 89-90 de David = 986-985 a.C.n.)

 

[De duc de Galle] Item, l'an David IIIIxx et IX, Ylion, li dus de Galle, morut. Si regnat apres son fis Alienoir XXVIII ans. Chis oit I femme qui fut nommée Lyliane, qui fut la filhe Gaudo, le roy d'Angel.

[p. 40] [Le duc de Gaule] En l'an de David 89 [986 a.C.n.], le duc de Gaule, Ilion, mourut. Son fils Aliénor régna après lui pendant vingt-huit ans. Sa femme, nommée Libiane, était la fille de Gaudo, le roi d'Angel.

En chist an meisme morut Egyptus, li roy des Latiens ; si fut apres son fis Silvius li [p. 41] Polhus, qui regnat XXVIII ans, de temps Roboam et Ozie en Judée roys.

Cette même année mourut Égyptus, le roi des Latins ; après lui, Silvius le Poilu (?), son fils, [p. 41] régna vingt-huit ans, au temps des rois Roboam et Ozias en Juda.

L'an David XC, furent faites et edifyés II citeis en Asie, qui furent apelléez Furine et Samas ; se les fondat Ango, le roy de Asie.

 En l'an 90 de David [981 a.C.n.] furent créées et édifiées en Asie deux cités qui furent appelées Furine et Samas. Elles furent fondées par le roi d'Asie, Ango.

 

Aliénor de Gaule édifie le château Libiane, du nom de son épouse, dans la région de Brukaine (la future Flandre), où se trouve encore la ville de Lille (an 94 de David = 981 a.C.n.)

 

[p. 41] [Exemplum de Libiane] Item, l'an David XCIIII, fondat ly dus Alienoir de Galle I moult beal casteal, en I lieu qui fut nommeis l'isle de Brukanne. Si avient que ons faisoit le fondement, se vient là sa femme, la duchesse de Galle, al jetteir le promier piere ; et quant li dus veit sa femme, que ilh amoit mult fort, se dest : « Ma chier damme, vos soyés li tres-bien venue ; par nostre foid vos jettereis le promier pire del fondement, se n'en venrat se bien nom ». Et la damme prist le pire et le jettat ; et sor cel pire fut li casteal edifiiés, qui fut nommeis Libiane, solonc le nom de la damme.

[p. 41] [Exemplum de Libiane] En l'an 94 de David [981 a.C.n.], le duc Aliénor de Gaule édifia un très beau château, dans un endroit appelé Île de Brukaine. Lors des fondations, au moment de jeter la première pierre, sa femme, la duchesse de Gaule, vint à passer par là. Quand le duc vit sa femme, qu'il aimait beaucoup, il dit : « Ma chère épouse, soyez très bienvenue ; par notre foi, c'est vous qui jetterez la première pierre des fondations ; aucun nom ne conviendra aussi bien que le vôtre ». La dame prit la pierre et la jeta. Et sur cette pierre fut construit le château, qui fut dénommé Libiane, d'après le nom de la dame.

[Lisle en Flandre] Et est encor une bonne vilhe qui est nommée Lisle, en Flandre, car li ysle de Brukanne fut puis appelleis Flandre, enssi que vos oreis chi-apres.

[Lille en Flandre] Il existe encore en Flandre une bonne ville, nommée Lille, car l'île de Brukaine fut par la suite appelée Flandre, comme vous l'apprendrez ci-après (p. 128-129).

 

[Précédent]

[Suite]


[Bibliotheca Classica Selecta] [Folia Electronica Classica] [Accueil]

Accès vers Ly Myreur : [Par pages] [par fichiers] [par Table des Matières]