Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 89

 LXXXIX. Destinée commune à ses meurtriers

Presque aucun de ses meurtriers ne lui survécut plus de trois ans, et ne mourut de mort naturelle. Condamnés tous, ils périrent tous, chacun d'une manière différente; ceux-ci dans des naufrages, ceux-là dans les combats: il y en eut même qui se percèrent du même poignard dont ils avaient frappé César.

Percussorum autem fere neque triennio quisquam amplius superuixit neque sua morte defunctus est. damnati omnes alius alio casu periit, pars naufragio, pars proelio; nonnulli semet eodem illo pugione, quo Caesarem uiolauerant, interemerunt.


Commentaire

Presque aucun : on se limitera à donner quelques exemples. D. Brutus a été tué sur ordre d'Antoine quelque temps après la bataille de Modène (avril 43) ; Pontius Aquila a péri au cours de cette même bataille ; Tillius Cimber meurt à la bataille de Philippes (42) où Brutus et Cassius, battus, se donnent la mort.

Condamnés tous : « Qui parentem meum trucidaverunt, eos in exilium expuli iudiciis legitimis ultus eorum facinus » (Res gestae divi Augusti, § 2). En fait, la lex Pedia de 43 condamnait les tyrannicides à une peine plus lourde que l'exil, elle les mettait hors la loi (aquae et ignis interdictio) : cf. G. Rotondi, Leges publicae populi romani, op.cit., p.435.

Naufrages : pas d'exemple connu.

Même poignard : c'est ce qui est arrivé à Cassius ; cf. Plutarque, César, 69, 3.


[18 mai 2006]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)