Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 88

 LXXXVIII. Son apothéose

(1) Il périt dans la cinquante-sixième année de son âge, et fut mis au nombre des dieux, non seulement par le décret qui ordonna son apothéose, mais aussi par la foule, persuadée de sa divinité.

(2) Pendant les premiers jeux que donna pour lui, après son apothéose, son héritier Auguste, une comète, qui se levait vers la onzième heure, brilla durant sept jours de suite, et l'on crut que c'était l'âme de César reçue dans le ciel. C'est pour cette raison qu'il est représenté avec une étoile au-dessus de la tête.

(2) On fit murer la curie [de Pompée] où il avait été tué; les ides de mars furent appelées jour parricide, et il fut défendu pour jamais d'assembler les sénateurs ce jour-là.

(1) Periit sexto et quinquagensimo aetatis anno atque in deorum numerum relatus est, non ore modo decernentium, sed et persuasione uolgi.

(2) Siquidem ludis, quos primos consecrato ei heres Augustus edebat, stella crinita per septem continuos dies fulsit exoriens circa undecimam horam, creditumque est animam esse Caesaris in caelum recepti; et hac de causa simulacro eius in uertice additur stella.

(3) Curiam, in qua occisus est, obstrui placuit Idusque Martias Parricidium nominari, ac ne umquam eo die senatus ageretur.


Commentaire

Cinquante-sixième année : d'après ce comput, César aurait eu 55 ans en juillet 45 et serait donc né en l'an 100, ce qui est confirmé par d'autres sources. Mais cette date est discutée par certains modernes qui, se fondant sur le cursus honorum de César, voudraient le faire naître un peu plus tôt, en 102 (cf. H. Gesche, Caesar, Darmstadt, 1976, p.11-13).

Décret : le Sénat s'est réuni dès le 17 mars (cf. Cicéron, II Phil., § 89-90) pour voter l'amnistie des tyrannicides, accorder des honneurs divins à César et valider toutes ses décisions (cf. Plutarque, César, 67, 8). Sur les problèmes délicats que soulève la divinisation de César, voir, entre autres, A. Alföldi, La divinisation de César dans la politique d'Antoine et d'Octavien entre 44 et 40 avant J.-C., dans Revue numismatique, 6e sér. 15, 1973, p.99-128 (repris dans Caesariana. Gesammelte Aufsätze zur Geschichte Caesars und seiner Zeit, Bonn, 1984, p.229-268).

Apothéose : cette « mise au nombre des dieux » (in deorum numerum relatus est), qui faisait de César le Divus Iulius, sera accordée dans la suite à tous les « bons » empereurs ; cf. J. Prieur, La mort dans l'antiquité romaine, op.cit., p.142-143).

Comète : les jeux dont parle Suétone ont été organisés par Octave (il ne portera le titre d'Auguste qu'en 27) en juillet 44. Sur les diverses interprétations que les contemporains ont données de cette comète, voir J. Bayet, Croyances et rites dans la Rome antique, Paris, 1971, p.311-312.

Représenté : sur certaines monnaies ; voir, par ex., D. Sear, The History and Coinage of the Roman Imperators 49-27 BC, Londres, 1998, p.73, fig. 106, 106a ; p.187, fig.305.


[18 mai 2006]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)