Jean d'Outremeuse, Myreur des histors, I, p. 306b-308a

Édition : A. Borgnet (1864) ‒ Présentation nouvelle, traduction et introductions de A.-M. Boxus et de J. Poucet (2017)

[BCS] [FEC] [Accueil JOM] [Fichiers JOM] [Pages JOM] [Table des Matières JOM]


 

la famille d'Hérode et celle de la vierge marie [Myreur, p. 306-308a]

Ans de la transmigration = 17-15 a.C.n.

Introduction

Jean revient maintenant à une présentation annalistique des faits, en consacrant un exposé aux intrigues et aux violences au sein même de la famille d'Hérode. Interviennent ici Hérode, sa soeur Salomé, dont le nom n'avait fait qu'apparaître plus haut (p. 208), Doris, la première épouse d'Hérode (p. 260-261), et Antipater, leur fils, mais c'est surtout la seconde épouse d'Hérode, Mariamne l'Hasmonéenne (p. 263 et p. 272), qui joue le rôle le plus important. Elle réussit à faire exiler Doris et Antipater, et voit Jonathas, son frère, exécuté à l'intigation de Salomé. Cette même Mariamne est tuée un peu plus tard par Hérode, suite à d'autres manoeuvres de Salomé qui entraînent également la mort de son propre mari. Belle famille, on le voit, que la famille d'Hérode !

L'autre famille, celle de la Vierge Marie, contraste très fortement avec celle d'Hérode, tout en étant presque aussi compliquée. En effet, sainte Anne, sa mère, eut trois maris successifs : Joachim, Cléophas et Salomé, qui chacun lui donnèrent une fille portant le nom de Marie. La Vierge Marie naquit du premier, Joachim, et elle fut engendrée, précise Jean d'Outremeuse qui adore les dates, exactement le 8 décembre de l'an 15 a.C.n. Ce Joachim, précise aussi le chroniqueur liégeois, « était issu de la lignée royale du roi David, qui descendait de la lignée de Judas, fils de Jacob. »

Nous avons longuement commenté ce texte sur la parenté de Marie dans les (FEC, t. 28, 2014). Nous avons montré que le long développement de la p. 307, en ce compris le rattachement de saint Servais à la généalogie de Marie, a été recopié presque textuellement par Jean sur le Livres dou Tresor de Brunetto Latini (I, II, ch. LXIV, intitulé Dou parenté Nostre Dame). Nous avons également commenté, dans le même article des FEC, la date de la conception de Marie.

Évoquant les antiques lignées qui conduisent à Jésus, Jean écrit : « comme bien des gens ne connaissent pas l'origine de ces lignées et ce qu’il y a à en dire, je voudrais vous faire un résumé (recapitulation) de ce qu'il en est » (p. 308). Le mot recapitulation se réfère aux quelque vingt pages du Myreur qui suivent. Elles racontent l'histoire du monde, depuis sa création jusqu'aux patriarches et jusqu'à Judas, ancêtre de Marie et de son époux Joseph. Nouvelle digression donc, et nouvelle rupture dans la présentation chronologique de l'histoire du monde.

****

Sommaire

En Judée avant la Nativité de Jésus : Intrigues de famlle chez Hérode - La famille de la Vierge Marie (17 a.C.n.)

Règlements de compte à la cour d'Hérode le Grand : Hérode, influencé par sa soeur Salomé, tue Jonathas, le frère de Mariamne - Il fait exécuter Mariamne, puis regrette son acte (16-15 a.C.n.)

La conception de Notre-Dame - Transition vers la digression sur Adam et Ève (15 a.C.n.)

****

En Judée avant la Nativité de Jésus - Intrigues de famille chez Hérode - La famille de la Vierge Marie (17 a.C.n.)

 

[p. 306] [De discorde entre Mariane et Salomé] Item, l'an del transmigration de Babylone Vc et LXXII deseurdit, esmut grant discorde entre Mariane, le femme Herode et Salomé la soreur Herode, et tant que I jour elles soiy contenchont ensemble ; et dest Salomé à Mariane qu'elle estoit fille de vilain, et Mariane appelat Salomé orde putain. Si s'avisat Salomé por plus grant despit faire à Mariane ; si fist evesque de la loy de son frere qui astoit nomeis Jonatas. Et tout chu faisoit Salomé par le conselhe Doliside, le premiere femme à Herode qui le haioit.

[p. 306] [Discorde entre Mariamne et Salomé] En l'an 572 de la transmigration de Babylone [17 a.C.n.], signalé plus haut, surgit un grand désaccord entre Mariamne, l'épouse d'Hérode et Salomé, sa soeur ; elles en vinrent un jour à se disputer. Salomé traita Mariamne de fille de vilain, et Mariamne traita Salomé de sale putain. Salomé décida d'humilier Mariamne davantage encore : elle fit nommer grand-prêtre Jonathas, le frère de Mariamne. Elle agissait ainsi sur le conseil de Doris, la première épouse de Hérode, qui le haïssait.

[De Herode qui cachat sa femme Doliside] Atant vient Mariane à Herode, et dest que jamais el n'auroit joie s'ilh ne cachoit Dolside en sus de lui et son fis Antypater. Et quant Herode oiit chu, se les jettat de son rengne, assavoir fours de Jherusalem ; et se les fist jureir que ilhs ne entroierent en la citeit fours que [p. 307] trois fois l'an, assavoir aux trois fiestes de la loy por oreir.

[Hérode chasse sa femme Doris] Alors Mariamne vint vers Hérode et lui dit que jamais elle ne serait heureuse s'il ne chassait loin de lui Doris et son fils Antipater. Quand Hérode entendit cela, il les exila de son royaume, c'est-à-dire de Jérusalem, et leur fit jurer qu'ils ne rentreraient dans la ville que [p. 307] trois fois par an, c'est-à-dire pour prier lors des trois fêtes prescrites par la loi.

La famille de la Vierge Marie

 

[p. 307] [La generation de sains Servais] En cel an meismes, le XIe jour de june, soy mariat Anne qui fut soreur à Esmarie charnel, filhe à Achar, de la lignie Juda, la mère Elizabeth et Eliud ; de Eliud, qui fut frere à Elizabeth, Emyb nasquit, et de Emyb nasquit sains Servais, qui fut evesque de Tongre ; le siege astoit seant à Treit sour Mouse.

[p. 307] [La naissance de saint Servais] Le 11 juin de cette année-là [17 a.C.n.], Anne se maria. C’était la sœur de sang d’Émérie, fille d’Achar, de la lignée de Judas. Émérie avait eu pour enfants Élisabeth et Éliud. D’Éliud, frère d’Élisabeth, naquit Émyb, et d’Émyb naquit saint Servais, qui fut évêque de Tongres, dont le siège était installé à Maestricht.

[De saint Johans Baptiste] Item Elisabeth, la filhe Esmarie, oit Zacharie le prestre de la loy à marit, dont naquit saint Johan-Baptiste en Jherusalem.

[Saint Jean-Baptiste] Élisabeth, la fille d’Émérie, eut pour époux Zacharie, prêtre de la loi, de qui naquit saint Jean-Baptiste à Jérusalem.

[Des parens la virge Marie et de sa naschence] Et l’autre soreur ch’est sainte Anne, qui à jour deseurdit se mariat, et prist son promier marit Joachim, desqueis nasquit la benoite virgue Marie. Et quant Joachim fut trespasseis, si soy remariat Anne à Cleophas, et Marie sa fille esposat Joseph, frere à Cleophas. De cheli Cleophas et Anne, nasquit l’autre Marie, qui fut la femme Alphei, de quoy nasquit saint Jacque le Petis et Joseph ; et sa mere fut nommee Marie-Jaqueline, portant qu’elle fut mere à sains Jaque le Petit, et fut enssi appelée Marie-Joseph. Et porchu je le devise enssi por la diversiteit des ewangelistes, car enssi est-ilh nommée en l’ewangile de la messe de Nostre-Dame : Marie Cleophe. Et quant Cleophas fut deviés, si se remariat Anne à Salomé, de cuy naquit l’autre Marie, le femme Zebedei, le mere sains Johans ewangeliste et sains Jaque le Gran, qui gyst en Compostel. Et por chu est-ilh appelée Marie-Salomé et Marie Zebedei.

[Les parents de la vierge Marie et sa naissance] L’autre sœur, sainte Anne, se maria au jour précisé ci-dessus, et eut pour premier mari Joachim, père de Marie, la Vierge bénie. Quand Joachim fut mort, Anne se remaria avec Cléophas, et sa fille Marie épousa Joseph, le frère de Cléophas. De Cléophas et Anne, naquit l’autre Marie, qui épousa Alphée, de qui naquirent saint Jacques le Mineur et Joseph ; leur mère fut nommée Marie Jacques, parce qu’elle fut la mère de Jacques le Mineur, mais elle fut aussi appelée Marie Joseph. Et je dis cela à cause des divergences entre les évangélistes, car elle est nommée Marie Cléophas dans l’évangile de la messe de Notre-Dame. Après la mort de Cléophas, Anne se remaria avec Salomé, de qui naquit l’autre Marie, l’épouse de Zébédée, mère de saint Jean l’Évangéliste et de saint Jacques le Majeur, qui repose à Compostelle. C’est pourquoi on l'appelle Marie Salomé et Marie Zébédée.

Enssi oit sainte Anne III barons, et de cascon oit une Marie et enssi furent trois Marie, dont la promiere fut la mere Jhesu-Crist, le salveur de tout le monde et les autres vos ay dit desus.

Ainsi sainte Anne eut trois maris, et de chacun elle eut une Marie. Ainsi, de ces trois Maries, la première fut la mère de Jésus-Christ, le sauveur du monde entier. Des deux autres Maries, je viens de vous parler.

 

Règlements de compte à la cour d'Hérode le Grand : Hérode, influencé par sa soeur Salomé, tue Jonathas, le frère de Mariamne - Il fait exécuter Mariamne, puis regrette son acte (16-15 a.C.n.)

 

[p. 307] [De Herode qui fist ochire Jonatas par la trahison Salome] Sour l'an Vc et LXXIII, le XVe jour de mois d'avrilh, vient Salomé à Hérode son frere et fist tant à ly que ilh ly fist ochire Jonatas le frere Mariane sa femme, de quoy ilh avoit fait evesque de la loy, portant qu'elle ly fist entendant qu'ilh ly voloit tollir son rengne ; et dest encor à Herode que Mariane sa femme avait escripte à Anthone, et l'avait assegureit de sa mort.

[p. 307] [Hérode fait tuer Jonathas suite à la dénonciation de Salomé] En l'an 573 [16 a.C.n.], le 15 avril, Salomé vient trouver Hérode son frère et parvient à le pousser à faire mourir le frère de son épouse Mariamne, Jonathas, qu'il avait nommé grand-prêtre. Salomé fit croire à Hérode que Jonathas voulait s'emparer de son trône. Elle lui dit encore que Mariamne avait écrit à Antoine, et l'avait assuré de sa mort à lui, Hérode.

Quant Herode entendit chu, se dest qu'ilh yrat veioir se chu est voirs ; se livrat sa femme Mariane, qui astoit ly miez amée de toutes, al marit Salomé sa soreur por lée à gardeir, et li donnat une certaine ensengne, et li commendat que quant ilh li commanderoit chel ensengne que Mariane fut tantoist ochise ; et chil li otriat. Puis s'en partit Herode et alat à Anthone, et [p. 308] y demorat grant pieche que onques ne se pot aporchivoir de chu que ilh queroit. En chi terme que Herode estoit à Athenne deleis Anthone, avient que li maris Salomé descovrit à Mariane chu que li avait commandeit de lée ochire.

Quand il apprit cela, Hérode se dit qu'il irait voir si c'était vrai. Il confia Mariamne, qu'il aimait plus que toutes ses autres épouses, à la garde du mari de Salomé. Il convint avec lui d'un signal, en lui ordonnant de tuer Mariamne aussitôt qu'il lui enverrait ce signal ; et celui-ci fut d'accord. Hérode s'en alla alors auprès d'Antoine, où [p. 308] il demeura longtemps, sans que personne ne puisse réaliser ce qu'il cherchait. Et pendant qu'Hérode se trouvait à Athènes, auprès d'Antoine, le mari de Salomé révéla à Mariamne qu'Hérode avait ordonné de la mettre à mort.

[p. 308] [Herode fist ochire sa femme Mariane et son seroge] Puis avient que Herode revient sor l'an Vc et LXXIIII ; si avient qu'ilh gisoit une nuit awec sa femme Mariane, et elle commenchat à ploreir, et ly demandat qu'ilh li falloit. Adont dest-elle que elle ploroit, portant que ilh avoit commandeit sens cause à marit Salomé que ilh l'ochesist, et se li nommat les ensengnes. Adont fut Herode mult yreis, et salhit jus de son lit. Et vient à Salomé sa soreur, et li commandat que elle ly desist veriteit, coment sa femme Marianne s'astoit contenue en temps que ilh avoit esteit hours. Et Salomé ly jurat que son maris avoit jeut awec lée en temps que ilh l'avoit oiiut en sa garde, enssi apertement que ch'estoit sa femme. Quant Herode oiit chu, si le creist ; adont les fist ambdois ochire.Mains quant sa femme fut morte, si en prist-ilh si grand duehle, que sovent avenoit que ilh en issoit de son sens et durement en follioit par li misons, car ilh n'avoit nulle riens tant ameit. Et durat longtemps chest dierverie, mais en la fin l'en garist I juys ; mains nonporquant ilh en fut mult empiriés et laidis toute sa vie, envers chu que ilh soloit eistre devant.

[p. 308] [Hérode fait tuer sa femme Mariamne et son beau-frère] Hérode revint en l'an 574 [15 a.C.n.]. Il se fit qu'une nuit où il couchait avec elle, sa femme Mariamne se mit à pleurer. Hérode lui demanda ce qu'il lui manquait. Elle lui dit alors qu'elle pleurait parce que, sans raison, il avait ordonné au mari de Salomé de la tuer. Et elle précisa le signal convenu. Très en colère, Hérode se leva, se rendit chez sa sœur Salomé et lui ordonna de dire toute la vérité sur le comportement de sa femme Mariamne durant son absence. Salomé jura que son propre mari avait couché avec Mariamne, quand elle était sous sa garde, aussi ouvertement que si elle était sa femme. Hérode crut à ce qu'il entendit et les fit mettre tous deux à mort. Mais après la mort de Mariamne, Hérode en éprouva un si grand chagrin qu'il lui arrivait souvent de perdre la tête et d'errer comme un fou dans sa demeure ; jamais en effet il n'avait tant aimé une femme. Cette folie dura longtemps, jusqu'à ce que enfin un Juif l'en guérisse. Le roi en resta néanmoins très accablé et assombri durant toute sa vie, contrairement à ses anciennes habitudes.

 

La conception de Notre-Dame - Transition vers la digression sur Adam et Ève (15 a.C.n.)

 

[p. 308] [La conception Notre Damme] En cel an meismes, le VIIIe jour de decembre, engenrat Joachim dedens le corps de sa femme sainte Anne la benoit virge Marie, mere à Jhesu-Crist, sicom vos oreis. Chis proidhons Joachim issit de la royal lignie le roy David, qui desquendit de la lignie Judas le fis Jacob ; et portant que pluseurs gens ne sevent mie dont ches lignies vinent, et que chu est à dire, si en voray I pau declareir par recapitulation que chu est.

[p. 308] [Conception de Notre-Dame] La même année [15 a.C.n.], le 8 décembre, Joachim engendra, dans le corps de sa femme sainte Anne, Marie la vierge bénie, mère de Jésus-Christ, comme vous l’entendrez. Joachim était un sage, issu de la lignée royale du roi David, issu de la lignée de Judas, fils de Jacob. Mais comme bien des gens ne connaissent pas l'origine de ces lignées et ce qu’il y a à en dire, je voudrais vous faire un résumé de ce qu'il en est.

 

[Précédent]

 

[Suite]

 


[Bibliotheca Classica Selecta] [Folia Electronica Classica] [Accueil]

Accès vers Ly Myreur : [Par pages] [par fichiers] [par Table des Matières]