Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 31

 XXXI. Il s'avance la nuit jusqu'au Rubicon

(1) Donc, quand il apprit qu'on n'avait tenu aucun compte de l'opposition des tribuns, et qu'eux-mêmes étaient sortis de Rome, il fit prendre aussitôt les devants à quelques cohortes, et dans le plus grand secret, pour n'éveiller aucun soupçon. Puis, pour donner le change, il assista à un spectacle public, examina le plan d'une école de gladiateurs qu'il voulait faire construire, etdîna, comme de coutume, au milieu de nombreux convives.

(2) Mais, après le coucher du soleil, il fit atteler à un chariot les mulets d'une boulangerie voisine et, suivi de fort peu de monde, il prit les chemins les plus détournés. Les flambeaux s'éteignirent; il se trompa de route et erra longtemps au hasard. Enfin, au point du jour, ayant trouvé un guide, il poursuivit à pied par des sentiers étroits

(3) Ayant rejoint ses cohortes près du Rubicon, fleuve marquant la limite de sa province, il s'y arrêta quelques instants, et, réfléchissant aux conséquences de son entreprise: "Il est encore temps de retourner sur nos pas, dit-il à ceux qui l'entouraient; une fois ce petit pont franchi, ce sont les armes qui décideront de tout".

(1) Cum ergo sublatam tribunorum intercessionem ipsosque urbe cessisse nuntiatum esset, praemissis confestim clam cohortibus, ne qua suspicio moueretur, et spectaculo publico per dissimulationem interfuit et formam, qua ludum gladiatorium erat aedificaturus, considerauit et ex consuetudine conuiuio se frequenti dedit.

(2) Dein post solis occasum mulis e proximo pistrino ad uehiculum iunctis occultissimum iter modico comitatu ingressus est; et cum luminibus extinctis decessisset uia, diu errabundus tandem ad lucem duce reperto per angustissimos tramites pedibus euasit.

(3) Consecutusque cohortis ad Rubiconem flumen, qui prouinciae eius finis erat, paulum constitit, ac reputans quantum moliretur, conuersus ad proximos: "etiam nunc," inquit, "regredi possumus; quod si ponticulum transierimus, omnia armis agenda erunt."


Commentaire

Opposition des tribuns : cf. ch. 30, 1. Voir aussi le récit que César fait lui-même de ces événements au début de sa Guerre civile (sur le rôle des tribuns, voir, en particulier, Guerre civile, I, 2, 7 ; I, 5, 1-2).

Cohortes : subdivisions de la légion. En principe, une légion compte 6.000 hommes, répartis en 10 cohortes et 60 centuries. À Ravenne, César n'a à ses côtés que la XIIIe légion (cf. Guerre civile, I, 7, 8), 5.000 fantassins et 300 cavalier selon Plutarque (César, 32, 1) ; les huit autres légions dont disposait César sont restées en Gaule transalpine.

Rubicon : sans doute le moderne Pisciatello. On notera que César lui-même ne dit pas un mot du passage du Rubicon ; il note seulement (Guerre civile, I, 8, 1) qu'avec sa XIIIe légion, il gagne Ariminum (= Rimini).

 


[27 octobre 2005]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)