Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 32

 XXXII. Un prodige le détermine à passer ce fleuve

(1) Il hésitait; un prodige le détermina.

(2) Un homme d'une taille et d'une beauté remarquables apparut tout à coup, assis à peu de distance et jouant du chalumeau. Des bergers et de très nombreux soldats des postes voisins, parmi lesquels il y avait des trompettes, accoururent pour l'entendre. Il saisit l'instrument d'un de ces derniers, s'élança vers le fleuve, et, tirant d'énergiques accents de cette trompette guerrière, il se dirigea vers l'autre rive.

(3) "Allons, dit alors César, allons où nous appellent les signes des dieux et l'injustice de nos ennemis: le sort en est jeté!"

(1) Cunctanti ostentum tale factum est.

(2) Quidam eximia magnitudine et forma in proximo sedens repente apparuit harundine canens; ad quem audiendum cum praeter pastores plurimi etiam ex stationibus milites concurrissent interque eos et aeneatores, rapta ab uno tuba prosiliuit ad flumen et ingenti spiritu classicum exorsus pertendit ad alteram ripam.

(3) Tunc Caesar: "Eatur," inquit, "quo deorum ostenta et inimicorum iniquitas uocat. Iacta alea est," inquit.


Commentaire

Prodige : cf. R. Bloch, Les prodiges dans l'antiquité classique (Grèce, Étrurie, Rome), Paris, 1963 (Coll. Mythes et religions). Suétone est le seul à rapporter cette apparition de l'homme au chalumeau qui s'empare d'une trompette et passe sur l'autre rive du fleuve : rien de cela ne se trouve chez Plutarque, pas plus que chez Appien, ce qui amène J. Gascou à faire ce commentaire : « On peut exclure que ce récit soit une invention pure et simple de Suétone : notre auteur est capable de combiner des sources multiples ou de faire un choix dans les différentes versions que lui livrent ses sources, mais il n'est pas dans ses habitudes de faire œuvre de faussaire et de puiser dans sa propre imagination pour embellir l'histoire. Nous serions tenté de supposer que ce prodige remonte à un ouvrage de propagande pro-césarienne dans la mesure où selon cette version, César se trouve absous de l'initiative du franchissement du Rubicon ; il se contente d'obéir au signal de la divinité… » (Suétone historien, Paris, 1984, Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, 152, p.22-23). Il faut signaler que J. Gascou consacre tout son premier chapitre (p.9-172) aux sources utilisées par Suétone dans son récit de la guerre civile.


[27 octobre 2005]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)