Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie de César (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Jules César, 25

 XXV. Ses expéditions militaires

(1) Voici, en peu de mots, ce qu'il fit pendant les neuf années que dura son commandement.

(2) Toute la Gaule comprise entre les Pyrénées, les Alpes, les Cévennes, le Rhône et le Rhin, c'est-à-dire dans un périmètre de quelque trois millions deux cent mille pas, il la réduisit en province romaine, à l'exception des villes alliées et de celles qui avaient bien mérité de Rome, et il imposa au pays conquis un tribut annuel de quarante millions de sesterces.

(3) Il est le premier des Romains qui, après avoir jeté un pont sur le Rhin, ait attaqué les Germains au-delà de ce fleuve, et qui leur ait infligé de lourdes défaites.

(4) Il attaqua aussi les Bretons, jusqu'alors inconnus, les vainquit, et en exigea des contributions et des otages. Au milieu de tant de succès, il n'éprouva que trois revers: l'un en Bretagne, où une violente tempête faillit détruire sa flotte; un autre en Gaule, devant Gergovie, où une légion fut mise en déroute; et le troisième sur le territoire des Germains, où ses lieutenants Titurius et Aurunculeius périrent dans une embuscade.

(1) Gessit autem nouem annis, quibus in imperio fuit, haec fere.

(2) Omnem Galliam, quae saltu Pyrenaeo Alpibusque et monte Cebenna, fluminibus Rheno ac Rhodano continetur patetque circuitu ad bis et tricies centum milia passuum, praeter socias ac bene meritas ciuitates in prouinciae formam redegit, eique [[CCCC]] in singulos annos stipendii nomine inposuit.

(3) Germanos, qui trans Rhenum incolunt, primus Romanorum ponte fabricato adgressus maximis adfecit cladibus.

(4) Adgressus est et Britannos ignotos antea superatisque pecunias et obsides imperauit; per tot successus ter nec amplius aduersum casum expertus: in Britannia classe ui tempestatis prope absumpta et in Gallia ad Gergouiam legione fusa et in Germanorum finibus Titurio et Aurunculeio legatis per insidias caesis.


Commentaire

Neuf années : de 58 à 50 a.C.

Trois millions deux cent mille pas : environ 4730 km.

Réduisit en province : cela signifie concrètement que le territoire conquis est soumis au tribut. La Gaule semble être devenue province romaine en 51 a.C. selon Salluste (Histoires, fr. I, 11 : « Ser. Sulpicio et M. Marcello consulibus omni Gallia cis Rhenum atque inter mare nostrum et Oceanum, nisi qua paludibus invia fuit, perdomita ». Dans un premier temps, les régions conquises par César ont été rattachées à la Narbonnaise.

Villes alliées et … qui avaient bien mérité : il s'agit des Rèmes, des Éduens et probablement des Lingons (cf. C. Jullian, Histoire de la Gaule, III. La conquête romaine et les premières invasions germaniques, 5e éd. Paris, 1931, p.570, n.5).

Pont sur le Rhin : construit en 55. César décrit avec précision la manière dont ce pont a été construit dans sa Guerre des Gaules, IV, 17.

Bretons : César a mené deux expéditions contre les Bretons, en 55 et en 54, sans grand succès. « La brève expérience de César, si défectueuse qu'elle ait été, avait eu du moins le mérite d'inscrire la Bretagne parmi les objectifs immédiats de la politique romaine, de la faire entrer officiellement dans la pensée impériale, et de perfectionner les notions encore élémentaires et souvent erronées (comme la rigueur excessive attribuée à son climat) relatives à ce pays. Surtout il avait démontré que cette île était aaccessible à des vaisseaux romains » (L. Harmand, L'Occident romain. Gaule - Espagne - Bretagne - Afrique du Nord (31 av. J.C. à 255 ap. J.C.), Paris, 1970, p.152). Récit des deux expéditions : Guerre des Gaules, IV, 20 - 36 ; V, 8 - 23.

Tempête : César a essuyé deux tempêtes en Bretagne (cf. Guerre des Gaules, IV, 28 ; V, 10). C'est lors de la seconde, en 54, que sa flotte a le plus souffert.

Gergovie : oppidum des Arvernes, non loin de Clermont-Ferrand. Vercingétorix défend victorieusement sa forteresse contre César en 52. Cf. Guerre des Gaules, VII, 34 - 52.

Q. Titurius Sabinus, L. Aurunculeius Cotta : légats commandant les troupes placées pour leurs quartiers d'hiver chez les Éburons, en 54, après la seconde invasion de la Bretagne (Guerre des Gaules, V, 24). Les troupes sont à peine installées que les Éburons, sous la conduite d'Ambiorix se révoltent. Titurius Sabinus est tué par traîtrise alors qu'il discute avec Ambiorix ; Aurunculeius, déjà blessé, meurt peu après (Guerre des Gaules, V, 37).


[18 mai 2005]

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)