Bibliotheca Classica Selecta - Autres traductions françaises dans la BCS

Suétone (généralités)

Vie d'Auguste (généralités) - (latin 85 K) - (traduction 200 K)


  Suétone, Auguste, 70

 LXX. Le souper des douze divinités

(1) On parla aussi beaucoup d'un souper secret, qu'on appelait le repas des douze divinités, dans lequel les convives étaient habillés en dieux et en déesses, et où Auguste lui-même représentait Apollon. Des lettres d'Antoine énumèrent avec une sanglante ironie les personnes qui composaient ce festin, sur lequel un anonyme a fait ces vers si connus: 

Lorsque, au joyeux appel de leur hôtesse aimable,
Les douze déités eurent pris place à table,
Et qu'Apollon César, à la face des cieux,
À des crimes nouveaux eut convié les dieux,
L'Olympe détourna ses regards de la terre,
Et Jupiter quitta son trône avec colère.

 

(2) Ce qui augmenta encore le scandale de ce souper, c'est que Rome était alors en proie à la disette. Le lendemain on s'écriait "que les dieux avaient mangé tous les grains, et que César était vraiment Apollon, mais Apollon bourreau", surnom sous lequel ce dieu était révéré dans un quartier de la ville.

(3) On blâma aussi son goût pour les meubles précieux et les vases de Corinthe, ainsi que sa passion pour les jeux de hasard. À l'époque des proscriptions, on mit au bas de sa statue:

Mon père était banquier, et moi je suis bronzier.

 parce qu'on croyait qu'il avait porté quelques citoyens sur les listes de proscription pour s'approprier leurs vases de Corinthe. Pendant la guerre de Sicile, on répandit l'épigramme suivante:

Deux fois le malheureux s'est fait battre sur mer,
Et, pour se rattraper, il joue un jeu d'enfer.

(1) Cena quoque eius secretior in fabulis fuit, quae uulgo "dodekatheos" uocabatur; in qua deorum dearumque habitu discubuisse conuiuas et ipsum pro Apolline ornatum non Antoni modo epistulae singulorum nomina amarissime enumerantis exprobrant, sed et sine auctore notissimi uersus; 'Cum primum istorum conduxit mensa choragum, Sexque deos uidit Mallia sexque deas, Impia dum Phoebi Caesar mendacia ludit, Dum noua diuorum cenat adulteria: Omnia se a terris tunc numina declinarunt, Fugit et auratos Iuppiter ipse thronos."

(2) Auxit cenae rumorem summa tunc in ciuitate penuria ac fames, adclamatumque est postridie: Omne frumentum deos comedisse et Caesarem esse plane Apollinem, sed Tortorem, quo cognomine is deus quadam in parte urbis colebatur.

(3) Notatus est et ut pretiosae supellectilis Corinthiorumque praecupidus et aleae indulgens.

(4) Nam et proscriptionis tempore ad statuam eius ascriptum est: "Pater argentarius, ego Corinthiarius," cum existimaretur quosdam propter uasa Corinthia inter proscriptos curasse referendos; et deinde bello Siciliensi epigramma uulgatum est: "Postquam bis classe uictus naues perdidit, Aliquando ut uincat, ludit assidue aleam."


Commentaire

 


[28 février 2001]

Bibliotheca Classica Selecta - FUSL - UCL (FLTR)