Jean d'Outremeuse, Myreur des histors, I, p. 49b-58a

Édition : A. Borgnet (1864) ‒ Présentation nouvelle, traduction et introductions de A.-M. Boxus et de J. Poucet (2017)

[BCS] [FEC] [Accueil JOM] [Fichiers JOM] [Pages JOM] [Table des Matières JOM]


Ce fichier contient trois parties :

Myreur, p. 49b-52a (A. Divers - Les débuts de Rome et les premières Olympiades)

Myreur, p. 52b-55a (B. Les jumeaux Romulus et Rémus - Les vrais et les substitués)

* Myreur, p. 55b-58a (C. Événements divers dont la naissance de Rome)

 


 

A. divers - les débuts de Rome et les premières olympiades [Myreur, p. 49b-52a]

 

Ans 258-305 de David = 817-770 a.C.n.

 

Introduction [sommaire]  [texte]

Dans les événements de ce nouveau demi-siècle, le chroniqueur liégeois ne néglige pas ceux de Juda et d'Israël (guerres, rois et prophètes), mais il accorde une place fort importante aux Gaulois et aux Latins. Ces derniers, sous Procas et Amulius, les ancêtres les plus proches de Romulus et de Rémus, se révèlent très puissants. Par leurs conquêtes territoriales, ils semblent s'imposer aux autres nations d'Europe. Même l'Allemagne et la Grande-Bretagne deviennent leurs tributaires. La Chronique avait commencé (p. 38-39) à faire intervenir la notion de tribut. Elle prendra beaucoup d'importance dans les récits ultérieurs, qui feront état de nombreux conflits causés par des demandes ou des refus de tribut.

Seuls en Europe, les Gaulois, appelés aussi Sicambres, échappent à cette domination des Latins. Amulius, leur roi, a bien tué au combat le duc Yborus, mais sans réussir à conquérir le pays ; la paix entre les deux peuples a toutefois été la conséquence du mariage du vainqueur latin avec Oderne, la veuve du Gaulois vaincu. Bref, on saisit ici, une fois de plus, l'importance que Jean accorde aux Gaulois et à la Gaule.

Rome toutefois n'est pas encore fondée, mais le récit de Jean s'achemine vers la fondation de la ville. Il rapporte en effet avec divers détails la version traditionnelle et bien connue de la naissance de Romulus et de Rémus, fils du dieu Mars et de Rhéa, abandonnés sur le Tibre, allaités par une louve et recueillis par Faustulus et Larentia. La suite sera pour plus tard.

Sur tous ces événements du monde latin (et bientôt) romain, on renverra ici encore à notre article sur Les « Primordia » de Rome selon Jean d'Outremeuse (paru dans les FEC 34 (2017).

En Orient, le chroniqueur liégeois ne retient que quelques événements : la fondation de la Macédoine (un des quatre grands royaumes dont il avait été question plus haut, p. 12) ; en Égypte, la suprématie maritime de ce pays et le prodige d'un agneau parlant ; en Grèce, l'invention des poids et mesures, la création des Olympiades (776 avant notre ère) et l'introduction du comput par Olympiades, que Jean ne fait qu'évoquer et qu'il n'utilisera guère dans la suite (p. 52).

Ces événements en Grèce ont évidemment plus d'importance historique que la notice sur l'ivresse du roi grec Gregus qui aurait fait arracher les vignes de son pays. Mais cette dernière intrigue. A. Borgnet (Myreur, I, p. 49, n. 5) pense que le nom Gregus pourrait dissimuler celui de Lycurgue. Si c'est le cas, il ne s'agirait pas du Lycurgue grand législateur spartiate, à propos duquel les récits antiques (notamment sa Vie chez Plutarque) ne livrent aucune information du genre, mais d'un autre Lycurgue, lié à la légende de Dionysos, le dieu grec du vin. Selon la version qu'en donne Hygin (Fables, 132), ce Lycurgue aurait chassé Dionysos de la Thrace, dont il était le roi. Suite à un excès de vin, Lycurgue aurait tenté de violer sa mère. Voulant empêcher que pareille chose ne se reproduise, il aurait voulu arracher les pieds de vigne de son pays. Pour se venger, Dionysos l'aurait frappé de folie et aurait tué la femme et le fils du roi (P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie, Paris, 1969, p. 269). La notice du chroniqueur liégeois conserverait donc la trace d'une fusion entre des motifs appartenant à deux Lycurgue différents, le législateur spartiate et le roi de Thrace. Ce n'est là qu'un détail anecdotique.

****

Sommaire

En Occident, les Latins des rois Procas et Amulius font des conquêtes importantes et imposent un tribut aux nations d'Europe, à l'exception des Gaulois/Sicambres qu'ils redoutent pour leur vaillance et leur puissance - En Grèce, le roi Grégus (Lycurgue ?) fait arracher les vignes du pays (ans 258-266 de David = 817-809 a.C.n.)

* Divers : Fondation de la Macédoine - Osée, Amos, Isaïe, Jonas et Nahum, prophètes en Juda et en Israël - En Gaule, Yborus remplace son père Priam comme duc - Invention en Grèce des premiers poids et mesures (ans 268-281 de David = 807-794 a.C.n.)

* Autour de la naissance de Romulus et Rémus : Rhéa, fille du roi des Latins Numitor évincé par Amulius, est engrossée par le dieu Mars et met au monde deux jumeaux, qui seront allaités par une louve, puis recueillis et élevés par Faustulus et Larentia (an 282 de David = 793 a.C.n.)

* En Israël, des successions sanglantes se produisent - Chez les Latins, Amulius fait de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne ses tributaires - Diverses fondations de cités par Amulius et Yborus (ans 283-291 de David = 792-784 a.C.n.)

* Des successions ont lieu en Israël et en Égypte - Le Latin Amulius tente en vain à cinq reprises de conquérir la Gaule - Il tue toutefois Yborus, puis fait la paix avec les Gaulois, en épousant Oderne, veuve d'Yborus et mère du duc Hector - Suprématie maritime de l'Égypte et prodige (ans 296-303 de David = 779-772 a.C.n.)

* Les premières Olympiades en Grèce (305 de David = 770 a.C.n.) - Le système du comput par Olympiades

 

****

 

En Occident, les Latins des rois Procas et Amulius font des conquêtes importantes et imposent un tribut aux nations d'Europe, à l'exception des Gaulois/Sicambres qu'ils redoutent pour leur vaillance et leur puissance - En Grèce, le roi Gregus (Lycurgue ?) fait arracher les vignes du pays (ans 258-266 de David = 817-809 a.C.n.)

 

[p. 49] [De roy de Latins] A cel temps conqueroit fortement par-decha ly roy des Latiens entour luy sor ses voisiens, car ilh astoit si combattans et si redobteis que les altres nations obeissoient toutes à luy, excepteit le roy de Galle.

[p. 49] [Le roi des Latins] À cette époque, le roi des Latins Procas faisait force conquêtes sur ses voisins, car il était combatif et redouté au point que les autres nations lui obéissaient, hormis le roi de Gaule.

[Del poissanche des Sycambiens] Chis n'y obeissoit de riens à li, anchois se defendoit sy bien, luy et ses gens, que li roy Procha mult le doubtoit ; car ilhs astoient si poissans et si vertueux, les Galliens et les Sycambiens, que chascons les dobtoit. Et regnarent en chesti gran vertu jusques al temps Constant Cesaire, le fis l'empereur Constantin le Gran, qui donnat Rome al pape et à Sainte-Engliese.

[La puissance des Sicambres] Celui-ci ne lui obéissait en rien ; lui et ses gens se défendaient si bien que le roi Procas les redoutait. Les Gaulois et les Sicambres étaient si puissants et si vaillants que tout le monde les craignait. Ils conservèrent d'ailleurs cette grande vaillance jusqu'au temps de Constant César, le fils de Constantin le Grand, qui donna Rome au pape et à la Sainte-Église.

[Ly roy Gregus fist destruire toutes les vingnes en son pays] Item, l'an David IIc LXIII, avoit en Gresce uns roy qui astoit nommeis Gregus, qui savoit mult de loys ; si en donnat pluseurs aux Grigois. Chis roy Gregus buit unc jour si grant planteit de vin, que ilh fut tous yvres. Et quant ilh quidat alleir parmy son palais, ilh chaiit si roidement que ilh soy blechat mult durement, si soy cuchat dormir ; et quant ilh oit dormit et ilh fut desivreit, si commandat que chascons copast toutes les vingnobles entour Gresche.

[Le roi Gregus fait détruire toutes les vignes de son pays] En l'an 263 de David [812 a.C.n.], régnait en Grèce un roi nommé Gregus (Lycurgue ?), un législateur très compétent, qui imposa beaucoup de lois aux Grecs. Un jour ce Gregus but du vin en telle quantité qu'il se trouva complètement ivre. Et en voulant rentrer dans son palais, il tomba si lourdement qu'il se blessa gravement et se mit au lit ; une fois réveillé et dessaoulé, il ordonna à chacun d'arracher toutes les vignes partout en Grèce.

Item, l'an David IIc et LXVI, morut Procha li roy des Latiens, qui avoit regneit XXV ans. Chis roy Procha fut mult poissans hons ; ilh conquist dedens les XXV ans qu'ilh regnat X liewes tout al tour de luy, et si en tenoit bien XX liewe, ch'estoit XXX liewes qu'ilh tenoit tout entour de luy.

En l'an 266 de David [809 a.C.n.], Procas, le roi des Latins, mourut après un règne de vingt-cinq ans. Ce Procas fut très puissant : durant ses vingt-cinq ans de règne, il conquit dix lieues de territoire autour du sien. Comme il en possédait déjà vingt, il avait ainsi un territoire de trente lieues.

[Ly roy Amelius de Latins conquist mult de pays] Apres Procha, le [p. 50] roy des Latiens, regnat son fis Amelius LX ans. Chis fist mult de mervelhes en son temps ; car se Procha, son pere, fut valhans, chis le fut asseis plus, et conquist tant de terre qu'ilh tenoit plus tot seul que toutes les altres nations ne fasoient ensemble ; et se n'avoit nation en tout Europ que ilh ne rendist tregu à luy, fours que les Gallyens et Sycambriens.

[Le roi Amulius des Latins conquiert beaucoup de pays] Après Procas le [p. 50] roi des Latins, son fils Amulius régna durant soixante ans. Il accomplit de nombreux exploits prodigieux de son vivant ; car, si son père Procas fut valeureux, lui le fut davantage et conquit plus de territoires à lui seul que toutes les autres nations réunies. Il n'y avait en Europe aucune nation qui ne lui devait pas le tribut, à l'exception des Gaulois et des Sicambres.

 

Divers : Fondation de la Macédoine - Osée, Amos, Isaïe, Jonas et Nahum prophètes en Juda et en Israël - Yborus remplace son père Priam comme duc - Invention en Grèce des premiers poids et mesures (ans 268-281 de David = 807-794 a.C.n.)

 

[p. 50] [Ly royalme de pays de Machedoine commenchat en chi temps] Item, l'an David IIc LXVIII, commenchat promier le royalme de Machedoine ; si en fut li promier roy nommeis Kereamus, et regnat XXVIII ans.

[p. 50] [Le royaume de Macédoine commence à cette époque-là] En l'an 268 de David [807 a.C.n.], ce fut le tout début du royaume de Macédoine ; son premier roi se nommait Kereamus et il régna durant vingt-huit ans.

[Des quattres prophetes Osée, Amos, Ysaie et Jonas et Naym] A cel temps astoient ches prophetes Ozie, Amos le peire Ysaie, Jonas et Nayum : si prophetizoit li uns en Judée, ly altre en Israel et les altres altre part.

[Les quatre prophètes Osée, Amos, Isaïe et Jonas et Nahum] En ce temps vécurent les prophètes Osée, Amos, père d'Isaïe, Jonas et Nahum : ils prophétisèrent, l'un en Juda, le second en Israël, et les autres ailleurs.

[De Galle - Les mesures et pesans furent promiers trouveis] Item, l'an David IIc et IIIIxx, morut Priant, li roy de Galle ; si regnat apres son fis Yborus XXXII ; et l'an apres furent promirs troveit en Gresche les mesures et les pesans.

[En Gaule - En Grèce, invention des poids et mesures] En l'an 280 de David [795 a.C.n.] mourut Priam, roi de Gaule ; son fils Yborus lui succéda et régna durant trente-deux ans. L'année suivante, on utilisa en Grèce pour la première fois les poids et les mesures.

 

Autour de la naissance de Romulus et Rémus : Rhéa, fille du roi des Latins Numitor évincé par Amulius, est engrossée par le dieu Mars et met au monde deux jumeaux, qui seront allaités par une louve, puis recueillis et élevés par Faustulus et Larentia (ans 282 de David = 793 a.C.n.)

 

[p. 50] [Coment Mars engrossat Rea, qui astoit virgue, de II enfans : Romulus et Remus] Item, l'an David IIc IIIIxx et II, cachat ly roy Amilius de Latiens son frere, qui fut nommeis Minitoir, de son regne. Portant que chis Minitoir avoit une tres-belle filhe virge, qui oit nom Rea, se le fist entreir en temple de Mars, leurs dieu, et toute nue devestire ; et Mars li dieu couvertement et sponsement ghut awec charnailement ; se l'engrossat de dois enfans marles, dont li promirs nasquans fut nommeis Romelus, et li derains fut nommeis Remus ; de ches II germeais parlerons chi-apres. Mains totvoie la mere fut enfoiie tout vive por cel inceste sorlonc la loy, et li pere Minitoir fut banis, car ons ne le pot tenir : ch'estoit gran clers ; si fist chu por chu qu'ilh savoit bien que elle conchiveroit enfans de grant valeur.

[p. 50] [Mars engrosse Rhéa, qui était vierge, et lui fait deux enfants : Romulus et Rémus] En l'an 282 de David [793 a.C.n.], Amulius, le roi des Latins, détrôna son frère nommé Numitor. Ce Numitor avait une fille, appelée Rhéa, une vierge très belle. Il l'avait fait entrer, entièrement dévêtue, dans le temple de Mars, leur dieu, et celui-ci, en secret et comme s'il était son époux, avait couché avec elle et l'avait connue charnellement. Il l'avait rendue enceinte de deux enfants mâles, dont l'aîné fut appelé Romulus et l'autre Rémus, deux jumeaux dont nous reparlerons. Pour cet inceste aux yeux de la loi1, la mère avait été enterrée vive et son père Numitor avait été banni, car on ne pouvait le maintenir (dans la cité). C'était un grand clerc. Il avait agi de la sorte, sachant bien que sa fille concevrait des enfants de grande importance.

[Mervelhe comment une leuve alaitat lesdit II enfans] Lesqueiles germeals, quant ilh furent neis, furent al commendement de roy jetteis en dois bussons qui astoient al entrée d'unc gran bois sor la riviere de Tyberis, et là les alaitat une leuve par VIII jour et plus. Adont les trovat unc pastureals, qui fut nommeis Faustulus, qui les portat en son maison à sa femme, qui avoit à nom Laurenche, qui les nourist et alevat.

[Prodige : une louve allaite les deux enfants] Dès leur naissance, ces jumeaux, sur ordre du roi Amulius, furent jetés dans des broussailles, à l'orée d'une grande forêt, le long du Tibre ; là, ils furent allaités durant plus de huit jours par une louve. Ensuite un berger, nommé Faustulus, les découvrit, les emporta dans sa maison et les confia à sa femme, qui avait pour nom Larentia. Celle-ci les nourrit et les éleva.

[De la belle Laurenche qui apres nourist les dis enfans] Ceste Laurenche estoit la plus belle femme de tout le pays ; mains elle estoit tout commune à tous hommes por argent gangnier ; [p. 51] et gangnat tant que ch'estoit mervelhe. Et por le raison qu'elle estoit si commune, se voisiens l'apellarent leuve, et sa maison lovetrie ; à laqueile prisent leur nom toutes les maisons où femme se laissent congnoistre commonnement por argent. Enssi furent Romulus et Remus aleitiés de dois leuves : promier de la beiste, et apres de Laurenche ; enssi que nos le vos avons deviseit, le dist Martin, le penitanchier del pape, en ses croniques, et Tytus Livus et pIuseurs altres ; et dient que ons le troive à Romme enssi en escript, en marbre et altres pires, que ons le truve là à perpetuel memoire.

[La belle Larentia nourrit ensuite les enfants] Cette Larentia était la plus belle femme de tout le pays ; mais elle s'offrait à tous les hommes pour gagner de l'argent [p. 51] et elle en gagna en quantité prodigieuse. C'est parce qu'elle donnait son corps à tous que ses voisins l'appelèrent 'louve' et sa maison 'lupanar'. D'où le nom de toutes les maisons où des femmes se laissent connaître à tout venant pour de l'argent. Ainsi Romulus et Rémus furent allaités par deux louves : d'abord par un animal et ensuite par Larentia. Martin, le pénitencier du pape, le dit dans ses chroniques, comme nous vous l'avons raconté. Tite-Live et beaucoup d'autres le disent aussi. Ils ajoutent que l'on trouve cette histoire écrite à Rome, sur le marbre et sur d'autres pierres, pour en perpétuer le souvenir.

 

1 Allusion probable au fait que Rhéa, une Vestale dans la tradition romaine, devait rester chaste sous peine d'être enterrée vive.

 

En Israël des successions sanglantes se produisent - Chez les Latins, Amulius fait de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne ses tributaires - Diverses fondations de cités par Amulius et Yborus (ans 283-291 de David = 792-784 a.C.n.)

 

[p. 51] Item, l'an David IIc IIIIxx et III, conquist li roy des Latiens Amilius tout Allemangne, et le metit en tregut, et demorat en tregut bien V ans.

[p. 51] En l'an 283 de David [792 a.C.n.], le roi des Latins Amulius conquit toute l'Allemagne et la soumit au tribut, durant cinq ans au moins.

Item, l'an David IIc IIIIxx et V, morut Jheroboam, le roy d'Ysrael ; si fut apres luy roy son fis Zacharie VI mois, puis fut ochis par unc prinche, qui fut nommeis Manachen ; si regnat apres Sellum, son fis, unc mois, qui fut oussi ochis par le prinche deseurdit qui se metit en la royalme d'Ysrael, et le tient X ans.

En l'an 285 de David [790 a.C.n.] mourut Jéroboam [II], le roi d'Israël ; après lui, son fils Zacharie régna pendant six mois, puis fut tué par un prince, nommé Menahem ; son fils Shallum régna après lui durant un mois, puis fut tué lui aussi par le prince précité, qui occupa le trône d'Israël et le conserva durant dix ans.

Item, l'an David IIc IIIIxx et VIII, fondat li dus de Galle Yborus I casteal en Galle, et l'apellat Flexis.

En l'an 288 de David [787 a.C.n.], le duc de Gaule Yborus fonda un château en Gaule, qu'il appela Flexis.

Item, l'an David IIc XCI, alat li roy Amilius en la Grant-Bretangne por conquesteir, et le conquist, se le mist en tregut. En cel an meisme, edifiat li roy des Latiens une citeit deleis les altres deseurdit, et l'apellat Romeck, et apres encor I altre.

En l'an 291 de David [784 a.C.n.], le roi Amulius partit à la conquête de la Grande-Bretagne, la conquit et lui imposa le tribut. Cette même année, le roi des Latins édifia, près des villes citées plus haut (p. 49) une ville appelée Romech, et en fonda encore une autre par la suite.

 

Des successions ont lieu en Israël et en Égypte - Le Latin Amulius tente en vain à cinq reprises de conquérir la Gaule - Il tue toutefois Yborus, puis fait la paix avec les Gaulois, en épousant Oderne, veuve d'Yborus et mère du duc Hector - Suprématie maritime de l'Égypte et prodige (ans 296-303 de David = 779-772 a.C.n.)

 

[p. 51] Item, l'an David IIc XCVI, alat li roy Amilius des Latiens en Galle por conquesteir ; mains ilh fut trois fois desconfis dedens I an.

[p. 51] En l'an 296 de David [779 a.C.n.], le roi Amulius partit à la reconquête de la Gaule ; mais il fut défait à trois reprises en une année.

En cel an meisme, conquisent cheaz de Egypte la mere. En cel an morut ly roy Manahen d'Ysrael ; si fut roy apres luy Facheas, son fis, qui regnat X ans. Item, l'an David IIIc fut eslus à roy d'Egypte I prinche, qui oit nom Bochoris, qui instablit les lois en son regne.

Cette même année, les habitants d'Égypte conquirent la suprématie sur la mer. La même année mourut Menahem d'Israël, à qui succéda son fils Peqahya, qui régna dix ans. En l'an 300 de David [775 a.C.n.] un prince nommé Bocchoris, qui établit des lois dans son royaume. fut élu roi d'Égypte.

Et II ans apres, morut Yborus, ly dus de Galle, en une batalhe. Se le tuat Amilius, li roy des Latins, qui astoit l'an devant raleit la seconde fois en Galle por conquerre : si fut V fois desconfis, et à la Ve fois, combien qu'ilh fust desconfis, fut ochis li noble dus Yborus, et Amilius en son pays soy retrahit ; si jurat que jamais ne rentroit en Galle, car chu estoient gens esprovées.

Deux ans après au cours d'une bataille, mourut Yborus, le duc de Gaule. C'est Amulius, le roi des Latins qui le tua ; il était retourné en Gaule une deuxième fois pour la conquérir. Il y fut vaincu à cinq reprises, et la cinquième fois, bien que battu, il tua le noble duc Yborus. Amulius se retira alors dans son pays, jurant qu'il ne retournerait plus en Gaule, car c'était un peuple qui avait fait preuve de sa force.

[De dus de Galle] Apres la mort Yborus, fut dus de Galle son fis Ector, qui regnat L ans. En cel an meisme esposat li roy de Latins [p. 52] Amilius Oderne, le femme li dus de Galle Yborus, et mere à duc Ector de Galle, en confirmant la pais entre le roy et le duc.

[Le duc de Gaule] Après la mort d'Yborus, son fils Hector devint duc de Gaule et régna durant cinquante ans. La même année, le roi des Latins [p. 52] Amulius épousa Oderne, femme du duc Yborus et mère d'Hector de Gaule, renforçant la paix entre le roi et le duc.

[Del agneal qui parlat] Item, l'an David IIIc et III, le IIIe jour de may, oit en Egypte I angnel qui parlat tout le jour jusqu'à le nuit, et disoit chu que ons li demandoit ; et puis à la vesprée ilh morut, dont ilh en orent par toute Egypte grant mervelhe, et altre part.

[L'agneau qui parle] L'an 303 de David [772 a.C.n.], le 3 mai, en Égypte un agneau parla tout un jour jusqu'à la nuit, répondant à tout ce qu'on lui demandait ; puis, dans la soirée, il mourut. Dans toute l'Égypte et ailleurs, ce fut considéré comme un grand prodige.

 

Les premières Olympiades en Grèce (an 305 de David = 770 a.C.n.) - Le système du comput par Olympiades

 

[p. 52] [Olimpiade - queile daute c’est] Item, l'an David IIIc et V fut promirs faite et instaublie en Gresche la promier olimpiade : ch'est une daute qui contient IIII ans de l'oune à l'autre ; et estoit cel olimpiade extrait d'onne fieste qui fut là meisme instablie que toutes les gens del regne de Gresche alloient joweir de diverses jous en I citeit qui astoit nommée Helide. Si fut à cel temps en Gresche lassié la daute de la destruction de Troie, dont ilh en Gresche usoient por leur victoir, et prisent dedont en avant aux olimpiades leurs dautes, enssi que nos prendons en Franche aux indiction, dont ilh est XV.

[p. 52] [Olympiade - Les dates] En l'an 305 de David [770 a.C.n.] fut instaurée et célébrée en Grèce la première Olympiade. Cet événement revient tous les quatre ans. Il trouve son origine en Grèce dans une fête établie à l'endroit où tous les habitants du royaume vont s'affronter dans diverses joutes, dans une cité qui s'appelle Élide. À cette époque en Grèce, les Grecs abandonnèrent la date de la destruction de Troie, dont ils se servaient pour commémorer leurs victoires. Ils se basèrent dorénavant sur les Olympiades, comme en France nous recourons aux indictions, dont l'actuelle est la quinzième.

Item, cel fieste fut appellée partout olimpiade, portant que ly temple seoit où ons oroit Jupiter en la hault montangne de Olimpe, deleis la citeit de Helide deseurdit.

Cette fête fut appelée partout Olympiade, parce que le temple où on adorait Jupiter était situé sur la haute montagne de l'Olympe, près de la cité d'Élide, mentionnée ci-dessus.

Et fut chasconne de IIII ans, enssi com nos avons dit ; et ches IIII ans se ne font qu'une seul olimpiade. Et deveis savoir que ons compte les olimpiade en telle maniere le promier an de la promier olimpiade, le seconde an de la promier olimpiade, le thier an de la promier olimpiade, le quart an de la promier olimpiade ; et enssi sont-el comptée toutes les olimpiade l'une apres l'autre jusqu'à chi.

Chaque Olympiade compte quatre années, comme nous l'avons dit, et quatre ans constituent une seule Olympiade. Il faut savoir qu'on compte en Olympiades de la manière suivante : première année de la première Olympiade, deuxième année de la première Olympiade, troisième et quatrième année de la première Olympiade. Et ainsi de suite jusqu'à celle-ci.

 


 

B. les jumeaux Romulus et Rémus, les vrais et les substitués [Myreur, p. 52b-55a]

 

Ans 306-330 de David = 769-745 a.C.n.

 

Introduction  [sommaire texte]

Dans cette section, qui ne couvre que quelque 25 années, sont mentionnés divers rois de Juda et d'Isräel, souvent rivaux et impies, ainsi que des prophètes, mais l'essentiel du récit est consacré aux jumeaux fondateurs de Rome, notamment dans une version inconnue de la tradition antique, ce qui fait son intérêt. Pour plus d'informations sur ce sujet, on pourra, ici encore, consulter notre article sur Les « Primordia » de Rome selon Jean d'Outremeuse paru dans les FEC 34 (2017). Disons simplement que l'originalité majeure du chroniqueur liégeois réside dans le récit, inconnu par ailleurs, de l'existence de deux couples de jumeaux, les uns divins (nés de Mars et de Rhéa) et les autres humains (nés d'Amulius et d'Oderne), qui seront substitués l'un à l'autre. Ce récit semble être lui aussi une invention de Jean.

Le motif de la fondation de la ville de Reims par Rémus (sur ce détail, cfr aussi J.W. Spargo, Virgil the Necromancer : Studies in Virgilian Legends, Cambridge, 1934, p. 244-246 ; et p. 238ss, pour la version des Faictz merveilleux) qui repose sur une pseudo-étymologie, est tardive, mais assez répandue. Ainsi au Xe siècle de notre ère, Flodoard, dans son Historia Remensis Ecclesiae (p. 412-414), la considérait déjà comme une opinion commune (vulgata opinio), mais totalement inacceptable (non omnimodis a nobis approbanda). Ici encore Jean innove en mettant ce motif de la fondation de Reims par Rémus en rapport avec celui de la parenté de Rémus avec son demi-frère gaulois Hector. On se souviendra que le chroniqueur venait de raconter (p. 51-52) que le roi latin Amulius avait épousé Oderne, la veuve du duc de Gaule Yborus, tué au combat. Comme, après la mort d'Yborus, son fils Hector était devenu duc de Gaule, Hector et Rémus étaient donc des demi-frères. C'est là un exemple de la cohérence que Jean cherche assez souvent à introduire dans ses récits.

Hector n'autorise pas seulement son demi-frère latin à fonder Reims, il lui accorde aussi tout un territoire. C'est un détail relevant de la mentalité médiévale. Appartient probablement aussi à cette même mentalité le motif selon lequel Romulus, censé être le roi le plus puissant du monde, monte en dignité en recevant le titre d'empereur. Il sera le premier empereur des Latins, et cela avant même qu'il ne fonde Rome. On retrouve ici encore la valorisation de la puissance des Latins, qui, selon les mots de Jean, « s'avisèrent un jour que presque toutes les nations du monde leur étaient soumises ». Le mot presque dans le texte renvoie naturellement aux Gaulois. Quant au motif des deux villes nommées Remech et Romech (p. 52), il est totalement étranger aussi à la tradition historiographique antique.

 

****

Sommaire

Romulus et Rémus, fils d'Amulius et d'Oderne, veuve d'Yborus, et leurs homonymes, fils de Mars et de Rhéa (an 306 de David = 769 a.C.n.)

Divers rois, souvent impies ou rivaux (Peqahya, Ozias, Joachim, Achaz), règnent en Israël et en Juda au temps des prophètes Isaïe et Joël (ans 307-324 de David = 768-751 a.C.n.)

Le dieu Mars, sachant Amulius près de mourir, substitue ses propres fils Romulus et Rémus à leurs homonymes, fils d'Amulius et d'Oderne (ans 325-326 de David = 750-749 a.C.n.)

Rémus, chassé par Romulus désireux de régner seul, obtient de son demi-frère Hector le territoire de Champagne, où il fonde Reims, terminée en l'an 328 de David = 747 a.C.n.) - De retour au pays latin, Rémus est finalement tué sur ordre de Romulus

Variante plus conforme à la tradition annalistique romaine : Romulus et Rémus, chefs de bande, tuent Amulius et remettent Numitor sur le trône

Romulus, premier empereur des Latins (an 330 de David = 745 a.C.n.)

 

****

 

Romulus et Rémus, fils d'Amulius et d'Oderne, veuve d'Yborus, et leurs homonymes, fils de Mars et de Rhéa (an 306 de David = 769 a.C.n.)

 

[p. 52] Item, l'an David IIIc et VI, astoit aleis joweir li roy Amilius des Latins en la citeit de Remech, et là engenrat-ilh en corps de sa femme, le XV jour de may, à une fois II enfans, lesqueiles furent al chief del terme neis en une altre citeit qui oit nom Romech ; et, quant li roy veit que sa femme Oderne estoit delivrée de dois enfans marles, se nommat le promier qui nasquit, solonc la citeit de Romech en laqueile ilh astoit neis, Romelus ; et l'autre ilh nommat Remus, solonc le nom de la citeit de Remeche, où ilh furent engenreis. Ches dois enfans, Romelus et Remus, furent freres à dus Ector, le duc de Galle, de part leur mere ; si furent nouris et alleveis sique fils de roy.

[p. 52] En l'an 306 de David, le roi des Latins, Amulius, était allé jouter dans la ville de Remech (p. 51), et là, le 15 mai, avec sa femme, il engendra deux enfants en même temps. Ces enfants, au terme de la gestation, naquirent dans une autre cité, qui s'appelait Romech. Quand le roi vit que sa femme Oderne avait mis au monde deux enfants mâles, il donna au premier le nom de Romulus, d'après celui de la ville de Romech, où il était né. Il appela l'autre Rémus, d'après le nom de la ville de Remech, où ils avaient été conçus. Par leur mère, ces deux enfants Romulus et Rémus étaient les frères du duc Hector de Gaule. Ils furent nourris et élevés en fils de roi.

Item, les altres Romelus et Remus, qui furent enfans de Mars leur dieu engenreis, si com nos avons [p. 53] dit, en corps de Rea, la filhe Minitoir, frere à roy Amilius, sont ens en bois nouris de Laurenche, le femme al pastour, dont nos parlerons quant temps iist.

Les autres Romulus et Rémus, les enfants du dieu Mars, avaient été, comme nous l'avons [p. 53] dit, conçus avec Rhéa, fille du frère du roi Amulius Numitor, et nourris dans les bois, par Larentia, la femme du berger. Nous reparlerons d'eux le temps venu.

 

Divers rois, souvent impies ou rivaux (Peqahya, Ozias, Joachim, Achaz), règnent en Israël et en Juda au temps des prophètes Isaïe et Joël (ans 307-324 de David = 768-751 a.C.n.)

 

[p. 53] Sor l'an David IIIc et VII, fut ochis Fachias, le roy d'Ysrael ; si regnat I altre apres, qui enssi astoit nommeis Fachias, qui estoit fis Romelie, I prinche de Judée, liqueis regnat XXIII ans. Chis roy Fachias ne fut pais hardis, ne bien gardant son pays : car à son temps conquist li roy de Surie Obesa une grant partie d'Ysrael, et menat la lignie Gad en chativison, et la lignie Ruben ensi, et presque la motié de la lignie Manasses, qui habitoient oultre le flum Jordan.

[p. 53] En l'an 307 de David [768 a.C.n.], Peqahya, le roi d'Israël, fut tué ; un autre personnage, nommé Peqah, lui succéda. Fils de Romélias, un prince de Juda, il régna vingt-trois ans. Il ne se montra pas vaillant et dirigea mal son pays : de son vivant, le roi Obesa d'Assyrie conquit une grande partie d'Israël et emmena en captivité la tribu de Gad et la tribu de Ruben, ainsi que presque la moitié des membres de la tribu de Manassès, qui vivaient au-delà du Jourdain.

[Exemplum comment Osias morut de la lepre] Item, l'an David IIIc et VIII, morut Ozias, li roy de Judée, par maladie de la lepre, c'on dist altrement meselerie ; et fut si batus de cel maladie, por tant qu'ilh voloit à Dieu faire oblation, qui partenoit del faire al prestre de la loy ; et Dieu, por sa presumption qu'ilh vit en li, le batit de chesti maladie, voiant le peuple qui presens astoit à faire le oblation al temple Salmon ; et por cel meffait ne fut mie ensevelis awec les altres roys ; ains fut ensevelis d'altre costeit, et apres sa mort, fut fais roy son fis Joachim, liqueis regnat XVI ans : chis edifiat à temple Salmon une belle porte.

[Exemplum : Ozias meurt de la lèpre] L'an 308 de David [767 a.C.n.] mourut le roi de Juda Ozias, atteint de la lèpre, dite aussi mésellerie. Il fut frappé de cette maladie, pour avoir voulu faire à Dieu une offrande, ce qui était une prérogative du prêtre de la loi. Devant pareille arrogance, Dieu le frappa de cette maladie, quand il lui vit faire, en présence du peuple, cette offrande dans le temple de Salomon. Pour ce méfait, il ne fut pas enseveli avec les autres rois, mais dans un autre endroit. Après sa mort, son fils Joachim fut désigné comme roi et régna durant seize ans. Il construisit une belle porte pour le temple de Salomon, .

[De Ysaias et Joel] A cel temps astoient en grant auctoriteit II prophetes : Ysaias et Joiel. Item, l'an David IIIc et XIIII, oit grant batalhe entre le roy Joachim de Judée et Facheas, le roy d'Ysrael ; si fut Facheas desconfis et ses gens ochise pres de la motié.

[Isaïe et Joël] À cette époque deux prophètes faisaient autorité : Isaïe et Joël. En l'an 314 de David [761 a.C.n.] se déroula une grande bataille entre Joachim, roi de Juda, et Peqahya, roi d'Israël ; Peqahya fut vaincu et près de la moitié de ses hommes perdirent la vie.

Item, l'an David IIIc et XIX, fondat Joiachim I citeit que ilh nomat Joac.

En l'an 319 de David [756 a.C.n.], Joachim fonda une viille qu'il nomma Joac.

[De roy de Judée Achas qui fist mult de mals] ltem, l'an David IIIc XXIIII, morut Joachim, li roy de Judée ; si regnat apres son fis Achaz XVI ans : chis Achaz fut mult malvais et ydolatres sor tous les roys qui devant luy avoient esteit en Jherusalem, car ilh fist cloire le temple Salmon, et defendit que nuls n'y fesist oblation ne sacrifische à Dieu.

[Le roi de Juda Achaz fait beaucoup de mal] L'an 324 de David [751 a.C.n.] mourut Joachim, roi de Juda ; son fils Achaz lui succéda et régna seize ans. Achaz fut pire et plus idolâtre que tous les rois qui avaient régné à Jérusalem. Car il fit fermer le temple de Salomon et interdit d'y faire des offrandes ou des sacrifices à Dieu.

 

Le dieu Mars, sachant Amulius près de mourir, substitue ses propres fils Romulus et Rémus à leurs homonymes, fils d'Amulius et d'Oderne (ans 325-326 de David = 750-749 a.C.n.)

 

[p. 53] [Grant mervelhe comment Mars soy transmuat] Item, l'an David IIIc et XXV, transmuat Mars, le dieu des batailhes et li dies des Latins, les figures Romelius et Remus en la semblanche des figures de Romelus et de Remus, les enfans le roy Amilius, tout entirement de corps, de vestimens, de parolles, de sens et de tout ; et se les fist demoreir awec le roy une nuit en dormant, si que le matinée ilh furent ansi adeistre à la court que doncque fussent [p. 54] les altres. Et les aultres, qui astoient drois fis de roy, ilh mist demoreir awec Laurenche, en le maison le pastour, ensyment transmueis. Et chu fist-ilh portant que li roy Amilius devoit morir, qui morut l'an del coronation le roy David IIIc et XXVI.

[p. 53] [Grande merveille : la transformation opérée par Mars] En l'an 325 de David [750 a.C.n.], Mars, dieu des batailles et dieu des Latins, métamorphosa ses propres fils Romulus et Rémus, en leur donnant intégralement l'apparence de Romulus et Rémus, les fils du roi Amulius : corps, vêtements, parole, intelligence. Il les fit demeurer auprès du roi pendant une nuit de sommeil, et le matin ils furent aussi à l'aise à la cour [p. 54] que s'ils avaient été les vrais fils du roi. Mars installa ces derniers à demeure chez Larentia, dans la maison du berger, métamorphosés de la même façon. Il avait agi ainsi, car il savait que le roi Amulius était près de mourir, ce qui arriva en l'an 326 du couronnement de David.

 

Rémus, chassé par Romulus désireux de régner seul, obtient de son 'demi-frère' Hector le territoire de Champagne, où il fonde Reims, terminée en l'an 328 de David (747 a.C.n.) - De retour au pays latin, Rémus y est finalement tué par un berger

 

[p. 54] [Romelus encachat son freire Remus] Apres Amilius furent fais roys les dois germeais Romelus et Remus ; mains Romelus, por tant qu'ilh nasquit devant, voloit eistre roy tot seul. Si encachat son frere, et fist crier I bam par tout son rengne, qui poroit Remus son frere ochire, ilh le feroit riche home. Quant Remus entendit teiles noveles, si s'enfuit en la terre le duc de Galle portant qu'ilh n'astoit point en la subjettion le roy des Latins, et vient à Lutesse ; si trovat Ector, le duc son frere, car ilh quidoit estre le fis al roy Amilius de Oderne, la mere Ector, et li comptat comment son frere Romelus l'avoit decachiet por tant qu'ilh voloit avoir la terre tout seuls. Et Ector li respondit : « Beais frere, ne vos esmayés pas, car je vos donne tout la terre de Champangne, qui est uns beais pays. » De chu le remerchiat mult Remus.

[p. 54] [Romulus chasse son frère Rémus] Après Amulius, les deux jumeaux Romulus et Rémus devinrent rois ; mais Romulus, parce qu'il était né le premier, voulait régner seul. Il chassa son frère et fit proclamer dans tout le royaume qu'il rendrait riche l'homme qui réussirait à tuer son frère. En apprenant cela, Rémus s'enfuit dans les terres du duc de Gaule, qui n'était pas soumis au roi des Latins. Arrivé à Lutèce, il y trouva le duc Hector, son frère, car il croyait être le fils d'Amulius et d'Oderne, mère d'Hector. Il lui raconta comment son frère Romulus l'avait chassé, parce qu'il voulait tout le royaume pour lui seul. Hector lui répondit : « Beau frère, ne vous inquiétez pas, car je vous donne toute la terre de Champagne, qui est un beau pays ». Rémus l'en remercia beaucoup.

[Coment Remus, le frere Romulus, fondat Rains en Campangne] Si habitat en Champangne, où ilh avoit des vilhes asseis ; mains Remus fondat I noble citeit qu'ilh apellat Rains solonc son nom, et c'est Rains en Champangne, qui fut parfaite l'an David IIIc et XXVIII, le quart jour de marche, qui fut ly an del origination de monde IIIIm IIIIc et LII ans.

[Rémus, le frère de Romulus, fonde Reims en Champagne] Il habita en Champagne, où il y avait déjà beaucoup de villes. Il y fonda une cité célèbre, qu'il appela Reims, d'après son nom. C'est Reims en Champagne, qui fut achevée le 4 mars de l'an 328 de David, ce qui correspond à l'an 4452 de l'origine du monde.

Et quant elle fut parfaite, si s'en alat vers Romulus, son frere, proyer et requerir qu'ilh li vosist delivreir peuple por puepleir sa citeit ; mains, enssi qu'ilh venoit al entrée de Eneoch, le recognuit I pastureal qui là gardoit les beistes, se prist I rosteais, se le ferit et le tuat. En teile maniere fut Remus mors ; mains, quant Romelus le soit, se le fist ensevelir, et puis alat contre son commant, car ilh fist le pastureal pendre.

Quand Reims fut achevée, Rémus alla trouver Romulus son frère pour le prier et lui demander de consentir à libérer des gens qui viendraient peupler sa cité. Mais, alors qu'il se trouvait à l'entrée d'Énéoch, un berger, qui gardait des animaux, prit un râteau, le frappa et le tua. Ainsi mourut Rémus ; mais, quand Romulus apprit cela, il le fit ensevelir, et par la suite, il ne se conforma pas à son ordre, car il fit pendre le berger.

 

 Variante plus conforme à la tradition annalistique romaine : Romulus et Rémus tuent Amulius et remettent Numitor sur le trône

 

[p. 54] Ors vous avons deviseit tout le faite et l'engenrement de Romelus et de Remus, et leur nascenche et leur estat, tant que Romelus fut roy, enssi que Tytus Livus et Martin, le penitanchier le pape, le devisent en leurs croniques. Mains Orosius dist ensi, excepteit qu'ilh ne parolle nient de dois germeais que ly roy Amilius oit de Oderne, sa femme ; ains conclut à chu que, sor l'an David IIIc et XXVI deseurdit, Romelus et Remus, qui, del heure qu'ilhs furent percrus grans, devinrent laurons et robeurs de bois, assembleit se sont, I jour qu'ilh seurent que li roy Amilius [p. 55] devoit aleir cachier en bois où ilhs habitoient, tous les pastureis et larons qu'ilh porent avoir ; si assalhirent le roy Amilius, qui avoit leur ayon, le pere de leur mere, qui fut nommeis Minitoir, banit, et Rea leur mere enfoye tot vive et jetteir el rivaige del Tyberis, enssi que dit est ; se l'ochirent, et se soy fisent roy, et remandont leur ayon et le remisent en regne.

[p. 54] Nous venons de vous raconter tout ce qui concerne la conception de Romulus et Rémus, leur naissance et leur situation, la royauté de Romulus, d'après les chroniques de Tite-Live et de Martin, le pénitencier du pape. Orose dit la même chose, sauf qu'il ne parle pas des deux jumeaux qu'Amulius avait eus de sa femme Oderne ; il conclut que, en l'an 326 de David, Romulus et Rémus, devenus adultes, devinrent des brigands et des maraudeurs dans les bois. (Il dit aussi) qu'un jour où ils savaient que le roi Amulius [p. 55] devait aller chasser dans le bois où ils habitaient, ils rassemblèrent tous les bergers et les brigands qu'ils purent réunir. Ils attaquèrent alors le roi Amulius, qui avait banni leur aïeul, Numitor, le père de leur mère Rhéa. Amulius avait enterré leur mère Rhéa vivante et les avait jetés, eux, sur la rive du Tibre, comme cela a été dit. lls le tuèrent et devinrent rois. Ils firent revenir leur aïeul, qu'ils remirent sur le trône.

 

Romulus, premier empereur des Latins (an 330 de David = 745 a.C.n.)

 

[p. 55] [Li promier emperreir que les Latins firent] A cel temps astoit li peuple des Latins si grans et si poissans et si orgulheux, qu'ilh ne soy poioit recognostre ; et s'avisarent I jour que presque toutes les nations de monde astoient en leur subjection, et que Romelus astoit li soverain roy de monde et li plus poissans, et par la nobleche de ly ilh devoit bien monteir en honneur.

[p. 55] [Le premier empereur que se donnent les Latins] À cette époque, le peuple des Latins était devenu si grand, si puissant et si fier qu'on ne pouvait le reconnaître. Les Latins s'avisèrent un jour que presque toutes les nations du monde leur étaient soumises, que Romulus était le roi suprême et le plus puissant du monde, et que, vu sa célébrité, il devait bien monter en dignité.

 Adont de common assent et acorde de tous, ilhs fisent uns empereur de leur roy, qui avoient esteit simples roys des le temps Saturnus, devant la destruction de la grant Troie et jusques à Romulus ; mains Eneas n'astoit mie de cel nation, ains astoit Troians, si que Romelus astoit dequendus de Eneas, et partant tous les empereurs de Romme nommat-ons Eneade ; et fut Romelus li promier empereur fais de part ses gens, enssi que dit est, et IIII ans apres chu qu'ilh oit esteit roy, assavoir l'an David IIIc et XXX, et regnat com empereur XXXVI ans.

 Alors de l'avis général et de commun accord, ils nommèrent leur roi empereur. Jadis, ils avaient eu de simples rois, depuis le temps de Saturne, avant la destruction de la Grande Troie et jusqu'à Romulus. Cependant Énée n'était pas de cette nation, mais était Troyen, et comme Romulus était un descendant d'Énée, tous les empereurs de Rome furent nommés Énéades (Aeneades). Bref, Romulus fut le premier empereur désigné par son peuple, comme on l'a dit, après avoir été roi quatre ans, en l'an 330 de David. Il fut empereur des Latins pendant trente-six ans.

 

 


 

C. Événements divers dont la naissance de Rome [Myreur, p. 55b-58a]

 

Ans 330-358 de David = 745-717 a.C.n.

 

Introduction  [sommaire et texte]

Le développement qui suit accorde moins d'importance à Rome. Il contient nombre de détails sur Israël et Juda : des rois (Ozée, Achaz, Ézéchias, Manassé), un prophète (Isaïe), une guerre (des Assyriens). En Gaule, le duc Hector (le demi-frère de Rémus) est remplacé par son fils aîné Ylion. Il a cependant d'autres fils, le cadet, nommé lui aussi Hector, et le second nommé Nay. Ce sont des fondateurs de villes, comme le sont généralement chez Jean les rois et les fils de rois. Hector fonde Limoges et Nay construit une tour. On pourra constater une nouvelle fois le rôle joué par les pseudo-étymologies : Hector donne à sa fondation le nom de l'oiseau qui s'était manifesté d'une manière très particulière lors des travaux ; Nay construisit une tour très belle et très grosse, appelée la Tour Nay, d'où le nom de Tournai porté par la ville qu'un autre prince construira au même endroit.

À propos des origines légendaires de Tournai, la lecture de travaux spécialisés comme ceux de P. Rolland, Les origines légendaires de Tournai (Étude critique), dans Revue Belge de Philologie et d'Histoire, t. 25, 1946-1947, p. 555-581, ou de I. Glorieux, Tournai, une ville fondée par un soldat de Tullus Hostilius ? À propos des origines légendaires de la cité des Cinq clochers, dans Folia Electronica Classica (FEC), t. 8, 2004, permet de constater l'originalité des vues présentées ici par Jean.

Le chroniqueur signale que Romulus entoure d'une enceinte unique les bourgades qu'il avait trouvées sur le site et qu'il donne à l'ensemble un nom tiré du sien Rome. Toujours le système de l'éponymat et les pseudo-étymologies. Cela avait été le cas par exemple pour Reims, censée porter le nom de Rémus (p. 54), ainsi que pour Énéoch, fondation d'Énée (p. 29). La notice mentionne également la nomination par Romulus d'un sénat de cent membres. C'est un motif solidement attesté dans la tradition romaine classique, tandis que celui du « synécisme » (la formation de Rome par regroupement d'établissements plus anciens) l'est beaucoup moins. Dans la tradition romaine classique, Romulus fonde généralement Rome ex nihilo. Pour plus de détails sur ces questions concernant les Latins et les Romains, on verra ici encorenotre article sur Les « Primordia » de Rome selon Jean d'Outremeuse paru dans les FEC 34 (2017).

Le reste du développement se limite à quelques informations liées à la guerre des Grecs contre les Messéniens.

 

****

Sommaire

Événements divers, surtout en Israël et en Juda : Au temps du roi Ozée, des membres de sept tribus sont emmenés en captivité en Assyrie à cause de leur impiété - Tobie - Guerre entre Grecs et Messéniens - Pluie de sang - Ézéchias le pieux succède à l'impie roi de Juda Achaz (ans 330-340 de David = 745-735 a.C.n.)

Naissance de Rome : Romulus, ayant échoué à conquérir la Grèce, commence à construire une cité, qu'il appela Rome, en entourant d'une enceinte les bourgades préexistantes - Nomination de cent sénateurs (ans 344-348 de David = 731-727 a.C.n.)

Les Grecs s'emparent de Messène - Ézéchias, roi de Juda, conseillé par Isaïe, tient tête aux attaques des Assyriens et assure la paix à son peuple (ans 349-351 de David = 726-724 a.C.n.)

Le duc Hector de Gaule meurt après un long règne insignifiant - Son fils aîné Ylion lui succède - Son fils cadet, nommé Hector, fonde la cité de Limoges, à cause d'un oiseau, et son second fils, Nay, fonde la tour Nay, qui deviendra Tournai (vers l'an 342 de David = 733 a.C.n.)

Ézéchias malade obtient de Dieu quinze ans de vie supplémentaire, au cours desquels lui naît un fils, Manassé (ans 354-358 de David = 721-717 a.C.n.)

 

****

 

Événements divers, surtout en Israël et au royaume de Juda : Au temps du roi Ozée, des membres de sept tribus sont emmenés en captivité, en Assyrie à cause de leur impiété - Tobie - Guerre entre Grecs et Messéniens - Pluie de sang - Ézéchias le pieux succède à l'impie roi de Juda Achaz (ans 330-340 de David = 745-735 a.C.n.)

 

[p. 55] En cel an meisme morut Fachaeas, ly roy d'Ysrael, et fut fais roy apres son fis Ozée qui regnat VI ans.

[p. 55] Cette même année [330 de David = 745 a.C.n.], mourut Phacée, le roi d'Israël. Son fils Ozée lui succéda et régna durant six ans.

Item, l'an David IIIc et XXXIIII, fut li peuple de VII lignie d'Ysrael, qui demoreis estoit de X lignies, mis en chaptivison en estrangnes terres ; si leur tollit leur terre de promission, que Dieu les avoit donneit, ly roy de Surie Salmanazar, por tant qu'ilh n'avoient mie bien tenus ne wardeis les commans de la loy que Dieu les envoiat par Moyse.

En l'an 334 de David [741 a.C.n.], les membres des sept tribus subsistant des dix tribus d'Israël, furent emmenés en captivité en terres étrangères. Le roi d'Assyrie Salmanazar les avait privés de la terre promise que Dieu leur avait donnée : ils n'avaient pas respecté les commandements de la loi que Dieu leur avait transmise par Moïse.

[De Thobie] A cel temps astoit Thobie, qui astoit de la lignie Neptalim ; et avinrent adont toutes les histoires qui sont trovées en ses libres, qui bien sont à croire.

[Tobie] À cette époque vivait Tobie, de la tribu de Nephthali ; il lui arriva toutes les histoires que l'on trouve dans ses livres et qui sont dignes de foi.

A cel temps commenchat une grant guerre entres les Grigois et les Mesines qui durant longtemps.

Une grande guerre commença à cette époque entre les Grecs et les Messéniens et elle dura très longtemps.

Item, l'an David IIIc et XXXVII, plovit sanc en Ysrael III jours.

En l'an 337 de David [738 a.C.n.], il plut du sang en Israël pendant trois jours.

Apres, l'an David IIIc et XL, morut Achas, li roy de Judée ; si regnat apres son fis Ezechias XXVIII ans : chis roy Ezechias fut bons et justes et religieux, et fist rovrir le temple que son peire avoit fait cloire, et commenchat à faire les sollempniteis qui astoient contenues en la loy.

 Ensuite, en l'an 340 de David [735 a.C.n.], Achaz, le roi de Juda, mourut. Son fils Ézéchias régna ensuite durant vingt-huit ans. Ce fut un roi bon, juste et religieux ; il fit rouvrir le temple que son père avait fait fermer et il se mit à célébrer les solennités prescrites dans la loi.

 

Naissance de Rome : Romulus, ayant échoué à conquérir la Grèce, commence à construire une cité, qu'il appella Rome, en entourant d' une enceinte les bourgades préexistantes - Nomination de cent sénateurs (ans 344-348 de David = 731-727 a.C.n.)

 

Item, l'an David IIIc et XLIIII, fut [p. 56] Romelus en la terre de Gresche, et le volt conquerre, mains ilh ne pot à cest fois.

En l'an 344 de David [731 a.C.n.], [p. 56] Romulus alla en Grèce et voulut la conquérir, mais il ne réussit pas à le faire cette fois-là.

[Le commenchement de Romme par Romulus] Sor l'an del coronation le roy David IIIc et XLVII, commenchat Romelus à edifier la grant citeit de Romme ; si mandat ouvrirs par tout Europ, et assemblat toute la mateire que ilh besongnoit à son ouvraige ; se fist encloire de murs toutes les citeis que ses devantrains avoient fondeit, dont la plus grant astoit Eneoch, que Eneas fondat ; et toutes les altres qui là altour astoient fondées, por tant qu'ilh gisoient toutes en unc reon à une liewe ou demy pres, et si en estoit par compte XXXVI citeis, encloyt ou fist encloire Romelus ; et en fist une seul citeit, et leurs tollit leurs noms, quant elle fut parfaite, et appellat solonc son nom celle citeit Rome, et encor at-ilh à nom Romme. Mains nos en parlerons plus plainement à la perfection, quant ilh serat parfaite, mist XII ans al faire ; si revenrons chi-apres à la mateire.

[Romulus commence la ville de Rome] En l'an 347 du couronnement de David [728 a.C.n.], Romulus se mit à construire la grande cité de Rome, rassemblant tous les matériaux dont il avait besoin. Il fit entourer de murailles toutes les cités fondées par ses prédécesseurs. La plus grande était Énéoch, une construction d'Énée, mais il y avait aussi les autres, installées tout autour, à une lieue et demie à la ronde. On en comptait 36. Il supprima leurs anciens noms et fit avec le tout une seule ville, à laquelle, au terme de son oeuvre, il donna le nom de Rome, tiré du sien. Ce nom, elle le porte encore aujourd'hui. Mais nous en parlerons plus longuement lorsque elle sera complètement achevée, ce qui prit douze ans. Revenons maintenant à notre matière.

[Les promirs senateurs] Item, l'an David IIIc XLVIII instablit Romelus des senateurs, cent chevaliers des plus saiges et plus souffissans qui fussent à Romme. Ches senateurs astoient al maniere de juges, enssi que les hommes l'empereur et de son conselhe : si en fut cent à cest fois.

[Les premiers sénateurs] En l'an 348 de David [727 a.C.n.], Romulus institua des sénateurs, cent chevaliers, parmi les plus sages et les plus compétents des habitants de Rome. C'étaient des sortes de juges, ainsi que les hommes de l'empereur et ses conseillers. Cette fois-là, il y en eut cent.

 

Les Grecs s'emparent de Messène - Ézéchias, roi de Juda, conseillé par Isaïe, tient tête aux attaques des Assyriens et assure la paix à son peuple (ans 349-351 de David = 726-724 a.C.n.)

 

[p. 56] Item, l'an David, IIIc XLIX, prisent les Grigois la citeit de Mesine par leur forche ; et, l'an David IIIc et LI, amennat li roy de Surie Salmanazar une gran oust sor le roy de Judée.

[p. 56] En l'an 349 de David [726 a.C.n.], les Grecs prirent de force la cité de Messène et, en l'an de David 351 [724 a.C.n.], le roi d'Assyrie Salmanazar mena une grande armée contre le roi de Juda.

 Se li envoiat ly roy de Judée Ezechias, quant ilh le soit venant, IIIc besans d'argent et XXX besans de fin or, et, parmy chu, ly jurat li roy Salmanazar à tenir pais à tous jours ; mains ilh avient qu'ilh morut en l'an meismes ; si regnat apres son fis Sennacherib qui ne vot point tenir la pais que son peire avoit faite et jurée al roy de Judée Ezecias, anchois envoiat sour luy II de ses princbes à grant gens.

Quand il apprit l'arrivée de Salmanazar, le roi de Juda Ézéchias lui envoya trois cents besants d'argent et trente besants d'or fin, en lui jurant en outre de rester toujours en paix avec lui. Mais Salmanazar mourut la même année. Son fils et successeur Sénnacherib ne respecta pas la paix conclue et jurée entre son père et Ézéchias de Juda. Il envoya contre Ézéchias ses princes avec de nombreuses forces.

Quant ly roy de Judée soit que li roy de Surie le voloit guerroier, si soy esmaat (= esmayat) mult, et awist à luy envoiit unc gran tressoir, si ne fuist Ysaias le prophete, qui mult le reconfortat, et li dest que li roy de Surie seroit ochis en brief temps, et ilh fut enssi par ses II fis, por quen li oust se partit de Jherusalem et s'en ralat en Surie : enssi fut en pais li roy Ezechie de Judée et delivreis de ses annemis.

Quand le roi de Juda apprit que le roi d'Assyrie voulait la guerre, il s'inquiéta beaucoup. Il lui aurait envoyé un important trésor, si Isaïe le prophète ne s'était trouvé là, le réconfortant beaucoup et lui assurant que le roi d'Assyrie serait tué très bientôt. Ce qui arriva et amena ses deux fils à quitter Jérusalem et à retourner en Assyrie avec l'armée. Ainsi le roi Ézéchias de Juda vécut en paix, délivré de ses ennemis.

 

Le duc Hector de Gaule meurt après un long règne insignifiant - Son fils aîné Ylion lui succède - Son fils cadet, nommé Hector, fonde la cité de Limoges, à cause d'un oiseau, et son second fils, Nay, fonde la tour Nay, qui deviendra Tournai (vers an 342 de David = 733 a.C.n.)

 

[De duc de Galle] Item, l'an David IIIc et LII en [p. 57] marche, morut li dus Ector de Galle, que ons nomme ors Franche, liqueis avoit regneit par l'espause de L ans, et n'avoit faite riens dont ons pusse parleir, fours que boire et mangier. Apres Ector regnat son fis li anneis qui oit nom Ylion, qui regnat XL ans. Chis Ector oit III fis : li anneis fis oit (nom) Ylions, li secons Nay, li thirs Ector, et oit II filhes mult belles qui furent nommeis Oderne et Sybile, qui morut sens marier, et Oderne oit le roy Gaffre d'Affrique. Et Ector et Nay priont à leur frere Ylion, le duc, que ilh leur donast terre, et ilh leur donnat.

[Le duc de Gaule] En mars de l'an 342 de David [733 a.C.n.] [p. 57] mourut Hector de Gaule, Gaule nommée maintenant France. Il avait régné pendant cinquante ans et n'avait rien fait qui soit digne de mention, si ce n'est boire et manger. Après Hector, son fils aîné, nommé Ylion, régna pendant quarante ans. Cet Hector avait eu trois fils : l'aîné s'appelait Ylion, le second Nay, le troisième Hector ; il eut aussi trois filles très belles, nommées Oderne et Sybile ; Sybile mourut célibataire, et Oderne épousa le roi Gaffre d'Afrique. Hector et Nay prièrent leur frère le duc Ylion, de leur donner une terre, ce qu'il fit.

[Ector de Galle fondat la citeit de Lymoge] Quant les II freres orent terre, ilh y alarent, et fondat Ector en son promier an une noble citeit ; et, quant elle fut fondée, si soy avisat comment ilh l'appelleroit. Enssi que ilh se conselhoit à ses hommes de donneir nom la citeit, atant est venus unc oyseal vollant qui soy assist sor une des toretes des murs, et y demorat par l'espasse que uns hons poiroit aleir unc bonier de terre, puis soy levat et vollat III tours entour la citeit, et apres soy remist sor la torete. Quant Ector le veit, se dest que sa citeit seroit nommée solonc le nom del oysel qui là astoit venus, car ilh avoit aporteit le droit nom à la citeit. Adont demandat Ector comment ly oyseal astoit nommeis ; et son fakeniers li dest que chu estoit unc lymoge, et dest Ector : « Je velhe que la citeit soit nommée Lymoge. » Enssi fut Lymoge fondée, et par le rason deseurdit nommée Lymoge, et encor ly nom-ons.

[Hector de Gaule fonde la cité de Limoges] Quand les deux frères eurent une terre, ils s'y rendirent, et, dans sa première année de règne, Hector fonda une cité célèbre ; après la fondation, il réfléchit à la façon de l'appeler. Tandis qu'il consultait ses conseillers sur le nom à donner, un oiseau arriva en volant. Il se posa sur une des tourelles des murailles et y resta le temps nécessaire à un homme pour travailler un bonnier de terre. Alors il s'envola et fit trois fois le tour de la cité, avant de venir se poser à nouvau sur la tourelle. Quand Hector vit cela, il décida que la cité serait appelée du nom de cet oiseau, car il avait apporté à la cité son véritable nom. Hector demanda alors le nom de l'oiseau ; son fauconnier lui dit que c'était un 'lymoge'. Hector dit alors : « Je veux que la cité soit dénommée 'lymoge''» Ainsi fut fondée Limoges, ainsi nommée pour la raison précitée. Et on l'appelle encore ainsi.

[Turnay] Item, li altre frere, Nay, fondat unc castel qui avoit une mult belle grosse tour, et le nomme-on le tour Nay ; mains puisdit fondat là uns altre prinche une citeit qui fut nommée la citeit de Tornay, et encor le nom-ons Tournay, jasoiche que pluseurs gens vuelent dire que Tournay at oyut pluseurs nommes, anchois que ly nom de Tournay, sauf le grasce de tous cheaux qui chu voroient dire, car chu fut le promir nom que ilh oit, et ne li fut oncques oisteis ne cangiés.

[Tournai] L'autre frère, Nay, fonda un château qui possédait une tour très belle et très grosse, appelée la Tour Nay. Mais dans la suite, au même endroit, un autre prince fonda une cité qui fut nommée la cité de Tornay, qu'on appelle encore Tournai, bien que plusieurs personnes prétendent que Tournai eut plusieurs noms, avant de porter celui de Tournai. Mais n'en déplaise à tous ceux qui voudraient dire cela, ce fut bien là son premier nom, et il ne lui fut jamais ôté ni changé.

 

Au royaume de Juda : Ézéchias malade obtient de Dieu quinze ans de vie supplémentaire, au cours desquels lui naît un fils, Manassé (ans 354-358 de David = 721-717 a.C.n.)

 

[Exemplum coment Dieu relongat la vie à Ezechias XV ans por sa sainttiteit] Item, l'an David IIIc et LIIII, oit li roy Ezechias de Judée une grant maladie dont ilh quidat bien morir ; si fist à Dieu son orison que Dieu li vosist encor sa vie relongier, car ilh n'avoit nulle heure de son corps por [p. 58] tenir son regne apres luy ; et Dieu, portant qu'ilh estoit plains de grant loialteit et de grant religion, li mandat par le boche de prophete Ysaias que sa vie serait relongié XV ans. Et portant qu'ilh en fuist plus segure, ilh fist retourneir arier le soleal XV heures, car ilz astoit heure de none ; si retournat li soleal en Orient. Item, le IIIIe an apres, assavoir l'an David III cens et LVIII, oit li roy Ezechias unc fis qui oit nom Manasses.

[Exemplum : Dieu rallonge de quinze années la vie d'Ézéchias à cause de sa sainteté] En l'an 354 de David [721 a.C.n.], le roi Ézéchias de Juda fut frappé d'une maladie grave, dont il croyait mourir ; il fit à Dieu une oraison lui demandant de bien vouloir prolonger sa vie, car il n'avait aucun héritier direct [p. 58] pour occuper le trône après lui. Alors Dieu, parce que Ézéchias était très loyal et très religieux, lui fit savoir par la bouche du prophète Isaïe que sa vie serait prolongée de quinze ans. Et pour l'en assurer totalement, il fit reculer le soleil de quinze heures, car c'était none ; et le soleil retourna en Orient [2 Rois, XX, 4-11]. Quatre ans après, soit en l'an 358 de David [717 a.C.n.], le roi Ézéchias eut un fils, Manassé [2 Rois, XX, 21].

 

[Précédent]

[Suite]


[Bibliotheca Classica Selecta] [Folia Electronica Classica] [Accueil]

Accès vers Ly Myreur : [Par pages] [par fichiers] [par Table des Matières]