Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant XI (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE XI

 

DEUILS - POURPARLERS - GESTE DE CAMILLE

Reprise des hostilités (11, 445-531)

 

Turnus prend la direction de la guerre (11, 445-497)

L'annonce du mouvement des Troyens et des Étrusques vers la ville pousse Turnus à interrompre les débats du Conseil et à s'imposer comme chef des opérations militaires. (11, 445-468)

Latinus se retire, se reprochant son manque d'autorité. Une agitation fébrile règne dans la ville, où on prépare la guerre. La reine Amata, Lavinia et toute une troupe de matrones se rendent au temple de Pallas, où elles prient pour obtenir la défaite et la mort d'Énée. Pendant ce temps, Turnus plein d'ardeur guerrière s'arme pour le combat. (11, 469-497)

Illi haec inter se dubiis de rebus agebant

certantes ; castra Aeneas aciemque mouebat :

nuntius ingenti per regia tecta tumultu

ecce ruit magnisque urbem terroribus implet,

instructos acie Tiberino a flumine Teucros

Les Latins discutaient ainsi entre eux de cette situation critique,

et se disputaient ; Énée, lui, déplaçait son camp et son armée.

Et voilà qu'un messager se précipite dans la demeure royale,

emplissant la ville d' un immense tumulte et d'une grande terreur :

les Troyens, en ordre de bataille, et l'armée tyrrhénienne

11, 445

Tyrrhenamque manum totis descendere campis.

Extemplo turbati animi concussaque uulgi

pectora et adrectae stimulis haud mollibus irae.

Arma manu trepidi poscunt, fremit arma iuuentus,

flent maesti mussantque patres. Hic undique clamor

 progressent depuis le Tibre partout dans les plaines.

Aussitôt, les coeurs se troublent, les passions gagnent la foule,

les colères excitées par d'âpres aiguillons se lèvent.

Agités, tous tendent les mains réclamant des armes ; la jeunesse

crie qu'elle veut des armes ; les pères abattus murmurent et pleurent.

11, 450

 dissensu uario magnus se tollit in auras

haud secus atque alto in luco cum forte cateruae

consedere auium piscosoue amne Padusae

dant sonitum rauci per stagna loquacia cycni.

« Immo », ait, « O ciues » adrepto tempore Turnus,

De partout, dans la confusion générale, un grand cri s'élève,

qui évoque  les nuées d'oiseaux qui se posent dans un bois

au sommet des arbres ou les cygnes sur la poissonneuse Paduse,

qui font retentir leurs cris rauques sur les marais bruissants.

« Très bien, citoyens », dit Turnus, saisissant l'occasion,

11, 455

« cogite concilium et pacem laudate sedentes :

illi armis in regna ruunt. » Nec plura locutus

corripuit sese et tectis citus extulit altis.

« Tu, Voluse, armari Volscorum edice maniplos,

duc » ait, « et Rutulos. Equitem Messapus in armis

« réunissez le conseil et, assis sur vos sièges, faites l'éloge de la paix,

tandis qu'ils se ruent armés sur notre royaume ». Et sans en dire plus,

il s'est levé brusquement et en hâte est sorti de la haute demeure. Il dit :

« Toi, Volusus, ordonne aux manipules des Volsques de s'armer,

et commande les Rutules ; Messapus, et toi, Coras, avec ton frère,

11, 460

et cum fratre Coras latis diffundite campis.

Pars aditus urbis firmet turrisque capessat,

cetera, qua iusso, mecum manus inferat arma. »'

Ilicet in muros tota discurritur urbe.

 

Consilium ipse pater et magna incepta Latinus

déployez la cavalerie en armes dans toute l'étendue de la plaine.

Que certains défendent les accès de la ville et occupent les tours ;

le reste de la troupe me suivra et portera les armes où je l'ordonnerai ».

Aussitôt, de partout dans la ville, on court vers les murailles.

 

Le vénérable Latinus quitte le conseil et renonce à ses grands projets ;

11, 465

deserit ac tristi turbatus tempore differt

multaque se incusat, qui non adceperit ultro

Dardanium Aenean generumque adsciuerit urbi.

Praefodiunt alii portas aut saxa sudesque

subuectant. Bello dat signum rauca cruentum

ébranlé par ces tristes événements, il remet tout à plus tard,

et se reproche vivement de n'avoir pas adopté d'emblée

le Dardanien Énée ni de l'avoir introduit comme son gendredans la ville.

Les uns font des tranchées devant les portes, y transportent

blocs de pierre et pieux. La rauque trompette donne le signal

11, 470

bucina. Tum muros uaria cinxere corona

matronae puerique : uocat labor ultimus omnis.

Nec non ad templum summasque ad Palladis arces

subuehitur magna matrum regina caterua

dona ferens, iuxtaque comes Lauinia uirgo,

d'une guerre sanglante. Alors des mères et des enfants autour des murs

forment une couronne bigarrée ; l'ultime épreuve appelle tout le monde.

Et sur son char, escortée d'une importante foule de matrones,

la reine arrive au temple de Pallas, au sommet de la citadelle,

elle apporte des offrandes, accompagnée de la jeune Lavinia,

11, 475

causa mali tanti, oculos deiecta decoros.

Succedunt matres et templum ture uaporant

et maestas alto fundunt de limine uoces :

« Armipotens, praeses belli, Tritonia uirgo,

frange manu telum Phrygii praedonis et ipsum

qui baisse ses beaux yeux, elle, la cause d'un si grand malheur.

Les matrones suivent, emplissent le temple d'une fumée d'encens

et, du haut des marches, se répandent en paroles douloureuses :

« Ô puissante par les armes, maîtresse de la guerre, vierge tritonienne,

brise de ton bras l'arme du voleur phrygien, terrasse-le

11, 480

pronum sterne solo portisque effunde sub altis. »

 

Cingitur ipse furens certatim in proelia Turnus.

Iamque adeo rutilum thoraca indutus aenis

horrebat squamis surasque incluserat auro,

tempora nudus adhuc, laterique adcinxerat ensem

et fais-le s'effondrer tête en avant, au pied de nos hautes portes. »

 

Turnus, saisi de fureur, s'arme fiévreusement prêt à combattre.

Et déjà, il était revêtu d'une cuirasse étincelante, tout hérissé

de mailles de bronze et il avait bouclé ses jambières d'or ;

les tempes nues encore, il avait fixé à son flanc son épée,

11, 485

fulgebatque alta decurrens aureus arce,

exsultatque animis et spe iam praecipit hostem :

qualis ubi abruptis fugit praesaepia uinclis

tandem liber equus campoque potitus aperto

aut ille in pastus armentaque tendit equarum

et resplendissait sous l'or en dévalant de la haute citadelle.

Il bondit plein de fougue et déjà, en pensée, il est devant l'ennemi.

Il est comme un cheval qui, après avoir rompu ses liens,

a fui son enclos, libre enfin, et maître de la plaine sans limites ;

ou il se dirige vers les pâtures et les troupeaux de cavales,

11, 490

aut adsuetus aquae perfundi flumine noto

emicat adrectisque fremit ceruicibus alte

luxurians, luduntque iubae per colla, per armos.

ou, habitué à se plonger dans l'eau d'un fleuve familier,

il en ressort, tête haut dressée, hennissant fougueusement,

tandis que sur son encolure et ses épaules flotte sa crinière.

11, 495

 

Turnus accepte l'aide de Camille (11, 498-531)

Camille, la reine des Volsques, propose à Turnus d'aller elle-même affronter les ennemis dans la plaine, pendant que lui protégera la ville. Impressionné, Turnus accepte cette collaboration. Sachant qu'Énée en réalité prépare un mouvement tournant par les montagnes, il suggère un autre plan : Camille, à la tête de plusieurs escadrons de troupes légères, se chargera d'arrêter les cavaliers ennemis, tandis que Turnus ira surprendre l'infanterie d'Énée en un terrain propice aux embuscades. (11, 511-531)

Obuia cui Volscorum acie comitante Camilla

occurrit portisque ab equo regina sub ipsis

Camille, avec son escorte de Volsques, a couru à sa rencontre

et, sous les portes mêmes, la reine a sauté de cheval ;

desiluit, quam tota cohors imitata relictis

ad terram defluxit equis ; tum talia fatur :

« Turne, sui merito siqua est fiducia forti,

audeo et Aeneadum promitto occurrere turmae

solaque Tyrrhenos equites ire obuia contra.

toute la cohorte l'imite, on abandonne les chevaux,

on met pied à terre ; alors la reine parle en ces termes :

« Turnus, si  le courage peut à juste titre  inspirer de la confiance,

j'ai de l'audace et m'engage à affronter l'escadron des Énéades,

prête à aller, seule, affronter les cavaliers tyrrhènes.

11, 500

Me sine prima manu temptare pericula belli

tu pedes ad muros subsiste et moenia serua. »

Turnus ad haec, oculos horrenda in uirgine fixus :

« O decus Italiae uirgo, quas dicere grates

quasue referre parem ? Sed nunc, est omnia quando

Laisse-moi éprouver  mon bras dès les premiers périls ;

toi, tiens-toi sous les murs avec l'infanterie, et surveille les remparts. »

Sur ce, fixant des yeux la jeune fille qui inspire un frisson sacré,

Turnus dit : « Ô jeune fille, honneur de l'Italie, comment te remercier ?

Comment m'acquitter ? Mais, maintenant, puisque ce courage

11, 505

iste animus supra, mecum partire laborem.

Aeneas, ut fama fidem missique reportant

exploratores, equitum leuia improbus arma

praemisit, quaterent campos ; ipse ardua montis

per deserta iugo superans aduentat ad urbem.

qui t'anime est plus fort que tout, partage avec moi la tâche.

Énée a, selon la rumeur et le rapport fidèle de nos éclaireurs,

envoyé en avant, l'imprudent, des cavaliers armés légèrement,

chargés de battre la plaine ; lui-même franchit par un col

les sommets déserts de la montagne et s'approche de la ville.

11, 510

Furta paro belli conuexo in tramite siluae ?

ut biuias armato obsidam milite fauces.

Tu Tyrrhenum equitem conlatis excipe signis ;

tecum acer Messapus erit turmaeque Latinae

Tiburtique manus, ducis et tu concipe curam. »

Je prépare une embuscade dans un chemin creux de la forêt,

et vais occuper avec des hommes en armes les deux issues du défilé.

Toi, rassemble tes enseignes, et surprends la cavalerie tyrrhénienne ;

l'impétueux Messapus t'accompagnera, avec les escadrons latins,

et la troupe de Tibur ; et charge-toi aussi du commandement ».

11, 515

Sic ait, et paribus Messapum in proelia dictis

hortatur sociosque duces et pergit in hostem.

Est curuo anfractu ualles, adcommoda fraudi

armorumque dolis, quam densis frondibus atrum

urget utrimque latus, tenuis quo semita ducit

Ainsi parla-t-il et, leur tenant le même discours, il pousse au combat

Messapus et les chefs alliés ; puis il marche à l'ennemi.

Il est une vallée aux courbes sinueuses, propice aux embuscades

et aux ruses des armes ; des bords sombres aux épais feuillages

l'enserrent de deux côtés, et l'on y pénètre par un petit sentier

11, 520

angustaeque ferunt fauces aditusque maligni.

Hanc super in speculis summoque in uertice montis

planities ignota iacet tutique receptus,

seu dextra laeuaque uelis occurrere pugnae,

siue instare iugis et grandia uoluere saxa.

qui traverse des gorges étroites et des accès dangereux.

Au-dessus, en haut de la montagne, lieu d'observation propice,

s'étend un plateau invisible, offrant une retraite sûre,

que l'on veuille engager le combat par la gauche ou la droite

ou rester sur les sommets et faire dévaler d'énormes pierres.

11, 525

Huc iuuenis nota fertur regione uiarum

arripuitque locum et siluis insedit iniquis.

Connaissant bien les chemins de la région, le jeune homme s'y rend,

occupe promptement la position et s'installe dans la forêt trompeuse.

11, 530

Page suivante


Notes  (11, 445-531)

la poisonneuse Paduse (11, 457). Dans l'antiquité, la Paduse était un bras du Pô qui passait à Ravenne. Certains l'identifient aujourd'hui avec le Po di Argenta.

Volusus (11, 463). C'est la première mention de ce personnage, un Rutule, une sorte de second de Turnus, qu'il suppléera durant son absence. Turnus lui confie ici le commandement des Rutules, après l'avoir chargé de transmettre ses ordres aux Volsques. Ce passage montre Turnus dans le rôle de généralissime des forces d'Italie coalisées contre Énée.

manipules (11, 463). Le mot désigne une subdivision de la légion classique : trois manipules formaient une cohorte, et on trouvait dix cohortes dans une légion. Il s'agit donc ici de l'infanterie volsque.

Messapus (11, 464). Messapus a sa place dans le Catalogue des Italiens (7, 691-705). C'est le chef des Falériens et des Capénates, populations fort liées historiquement au monde étrusque. Présenté dans le Catalogue comme « dompteur de chevaux », il s'occupe donc de la cavalerie (cfr aussi 11, 518).

Coras avec ton frère (11, 464). Coras et son frère Catillus (cité au vers 640) figurent, eux aussi, dans le Catalogue (7, 670-677). Ils commandent les troupes venues de Tibur (aujourd'hui Tivoli).

le vénérable Latinus (11, 469-472). Traduction de l'expression pater Latinus, pater étant un terme de respect, qui peut s'appliquer tant à des dieux qu'à des hommes. Latinus est resté au fond de lui-même attaché à la paix et à son projet d'alliance avec les Troyens. On sait qu'en 7, 268-273, il avait pris l'initiative de faire d'Énée son gendre. On comprend donc qu'il soit ici très mal à l'aise. En 7, 594-600, un peu avant l'ouverture des Portes de la Guerre, il s'était trouvé dans les mêmes sentiments d'impuissance.

blocs de pierre et pieux (11, 473-474). Comme le précise M. Rat, « des pierres, pour former un retranchement ; des pieux, pour couvrir le retranchement d'une palissade ».

la reine (11, 478). Il s'agit d'Amata, que le livre 7 (372-405) avait dépeinte en bacchante, sous l'influence d'Allecto. Elle est toujours du parti de Turnus.

au temple de Pallas etc. (11, 477-485). Cette scène est imitée d'Homère (Iliade, 6, 263-311), où une procession de femmes conduites par la reine Hécube va porter des offrandes au temple de Pallas Athéna (= Minerve en latin). Virgile suppose donc qu'il y avait dans la ville de Latinus, tout comme à Troie, un sanctuaire de Pallas sur la citadelle.

cause d'un si grand malheur (11, 480). L'enjeu actuel de la guerre est en effet son mariage avec Turnus ou avec Énée, mais les raisons profondes de l'affrontement dépassent, et de beaucoup, la personne de la princesse.

se répandent en paroles douloureuses (11, 482-485). La prière des matrones est partiellement inspirée d'Homère (Iliade, 6, 305-307) : « Puissante Athéné, protectrice de notre ville, ô toute divine ! ah ! brise donc la pique de Diomède ; fais qu'il tombe lui-même, front en avant, devant les portes Scées ; et aussitôt, dans ton temple, nous t'offrirons douze génisses d'un an, ignorant encore l'aiguillon, si tu daignes prendre en pitié notre ville, et les épouses des Troyens, et leurs fils encore tout enfants ! » (trad. P. Mazon). Mais à la différence d'Homère, Virgile ne fait pas mention d'une quelconque promesse, si la prière est exaucée.

vierge tritonienne (11, 483). Comme on l'a dit plus haut (2, 171), «  Tritonienne» est le décalque du grec « Tritogénie », une épiclèse de Pallas Athéna, dont l'origine est relativement osbcure.

du voleur phrygien (11, 484). Il s'agit bien sûr d'Énée, avec sans doute une allusion tacite à Pâris, le ravisseur d'Hélène, qui fut la cause de la guerre de Troie, tout comme il est suggéré ici que l'enlèvement de Lavinia par Énée est la cause de la guerre.

resplendissait sous l'or (11, 487-489). Turnus étincelle aussi sous l'or en 9, 269-270 et en 12, 87-88.

comme un cheval (11, 492-497). La comparaison avec le cheval est imitée de l'lliade (6, 506-511, et 15, 263-268), où elle s'applique dans le premier cas à Pâris et dans le second à Hector : « Tel un étalon, trop longtemps retenu en face de la crèche où on l'a gavé d'orge, soudain rompt son attache et bruyamment galope dans la plaine, accoutumé qu'il est à se baigner aux belles eaux d'un fleuve. Il se pavane, il porte haut la tête ; et, sûr de sa force éclatante, ses jarrets promptement l'emportent vers les lieux familiers où paissent les cavales » (trad. P. Mazon). La comparaison a été imitée, avant Virgile, par Apollonius de Rhodes (Argonautiques, 3, 1529ss) et par Ennius (cfr Macrobe, Saturnales, 6, 3, 8).

Camille (11, 498-506). Le vers 463 parlait de l'infanterie volsque, que Volusus était chargé d'armer. Camille apparaît ici à la tête de la cavalerie volsque. Elle semble arriver tout droit de chez elle, et n'entrait pas, apparemment, dans les projets de Turnus (11, 463-467). J. Perret (Virgile. Énéide, III, 1980, p. 236) met son arrivée imprévue en rapport avec celle de Penthésilée et de ses Amazones au lendemain de la mort d'Hector.

inspirer confiance (11, 502). À soi-même et aux autres.

lui inspire un frisson sacré (11, 507). L'adjectif latin qui caractérise la jeune fille est horrenda, qui sert aussi dans l'Énéide à qualifier la Sibylle (6, 10) et Junon (7, 323). Camille inspire à Turnus une sorte de frisson d'horreur ou de crainte sacrée.

Messapus... la troupe de Tibur (11, 517). Cfr plus haut les vers 11, 464-465.

Il est une vallée etc. (11, 522-529). Il serait vain de vouloir retrouver sur le terrain l'emplacement exact de l'embuscade de Turnus. Rien ne dit d'ailleurs que Virgile vise un endroit particulier, ses descriptions étant souvent plus génériques que spécifiques.


Énéide - Chant XI (Plan) - Page précédente - Page suivante

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)