Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant VII (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE VII

 

 ARRIVÉE AU LATIUM - MENACE DE GUERRE

Intervention de Junon (5) : Junon reprend l'initiative [7, 540-622]

 

Junon somme Allecto de retourner aux enfers (7, 540-571)

 Allecto, fière de sa mission accomplie, demande à Junon de continuer à semer la guerre. Mais la reine des dieux, soucieuse de ne pas mécontenter Jupiter, renonce aux services de la Furie et la renvoie dans les enfers. (7, 540-560)

Allecto rejoint le monde d'en-bas par un gouffre qui passait pour être une bouche des enfers. (7, 552-571)

Atque ea per campos aequo dum Marte geruntur,

promissi dea facta potens, ubi sanguine bellum

imbuit et primae commisit funera pugnae,

deserit Hesperiam et caeli conuexa per auras

Iunonem uictrix adfatur uoce superba ;

Et pendant que dans la plaine Mars équilibre les combats,

la déesse, forte de sa promesse accomplie, maintenant qu'elle a baigné

la guerre dans le sang et  fourni des victimes aux premiers combats,

quitte l'Hespérie et, portée par les souffles célestes,

s'adresse triomphalement à Junon, d'une voix pleine d'orgueil :

7, 540

« En, perfecta tibi bello discordia tristi ;

dic in amicitiam coeant et foedera iungant.

Quando quidem Ausonio respersi sanguine Teucros,

hoc etiam his addam, tua si mihi certa uoluntas ;

finitimas in bella feram rumoribus urbes

« Voilà donc réalisée pour toi la discorde menant à  une guerre funeste ;

dis-leur donc de redevenir amis et de conclure des accords.

Maintenant que j'ai inondé les Teucères de sang ausonien,

je ferai davantage encore, si je suis assurée que telle est ta volonté ;

par des rumeurs, je pousserai  à la guerre les villes voisines ;

7, 545

accendamque animos insani Martis amore,

undique ut auxilio ueniunt ; spargam arma per agros. »

Tum contra Iuno : « Terrorum et fraudis abunde est ;

stant belli causae, pugnatur comminus armis,

quae fors prima dedit sanguis nouus imbuit arma.

j'embraserai les coeurs d'une insensée passion guerrière : ainsi  de partout

viendront des renforts ; je sèmerai des armes à travers les champs ».

Alors Junon lui répond : « C'en est assez des terreurs et de la ruse ;

les causes de la guerre sont là, on se bat au corps à corps,

un sang frais imprègne les armes fournies d'abord par le hasard .

7, 550

Talia coniugia et talis celebrent hymenaeos

egregium Veneris genus et rex ipse Latinus.

Te super aetherias errare licentius auras

haud pater ille uelit, summi regnator Olympi ;

cede locis ; ego, siqua super fortuna laborum est,

Voilà les noces, voilà l'Hyménée que doivent célébrer

l'illustre rejeton de Vénus et le roi Latinus en personne.

Mais de te voir errer trop librement dans les hauteurs éthérées,

Jupiter ne le voudrait pas, lui qui règne sur le très haut Olympe.

Quitte les lieux. Et si quelque effort de la fortune reste à fournir,

7, 555

ipsa regam. » Talis dederat Saturnia uoces.

 

Illa autem attollit stridentis anguibus alas

Cocytique petit sedem, supera ardua linquens.

Est locus Italiae medio sub montibus altis,

nobilis et fama multis memoratus in oris,

je m'en occuperai moi-même ». Ainsi avait parlé la Saturnienne.

 

Allecto alors déploie ses ailes où sifflent les serpents,

et se dirige vers le Cocyte, quittant les hauteurs célestes.

Il existe, au centre de l'Italie, au pied de hautes montagnes,

un endroit célèbre, au renom répandu dans maintes contrées,

7, 560

Amsancti ualles ; densis hunc frondibus atrum

urguet utrimque latus nemoris, medioque fragosus

dat sonitum saxis et torto uertice torrens.

Hic specus horrendum et saeui spiracula Ditis

monstrantur, ruptoque ingens Acheronte uorago

c'est la vallée d'Ampsanctus. Sur ses deux versants, la lisière d'un bois

aux frondaisons touffues enferme ce lieu sombre et, au milieu,

un torrent bruyant au tourbillon sinueux fait retentir les rochers.

On montre là un antre horrible et les soupiraux du cruel Dis ;

dans une faille de l'Achéron, un gouffre énorme découvre

7, 565

pestiferas aperit fauces, quis condita Erinys,

inuisum numen, terras caelumque leuabat.

des gorges pestilentielles, où  est allée se cacher l'Érinye,

divinité odieuse, qui soulageait ainsi la terre et le ciel de sa présence.

7, 570

 

Junon ouvre les portes de la guerre (7, 572-622)

Junon est arrivée à ses fins. Chez les Latins, tous, à l'exception du roi Latinus, veulent la guerre : les bergers veulent venger Almo et Galèse ; Turnus et les partisans d'Amata haïssent les Troyens. Latinus, malgré son désir et ses prédictions, se sent impuissant à lutter contre Junon et se retire dans son palais. (7, 572-600)

Devant le refus obstiné de Latinus d'ouvrir les portes de la guerre, Junon en personne se charge d'accomplir ce rite, devenu traditionnel à Rome lors de toute déclaration de guerre. (7, 601-622)

Nec minus interea extremam Saturnia bello

imponit regina manum. Ruit omnis in urbem

pastorum ex acie numerus caesosque reportant

Cependant  la reine, la Saturnienne, n'en met pas moins

la dernière main à la guerre. Tous les bergers quittent

la mêlée et se ruent vers la ville où ils portent leurs morts :

Almonem puerum foedatique ora Galaesi

implorantque deos obtestanturque Latinum.

Turnus adest medioque in crimine caedis et igni

terrorem ingeminat : Teucros in regna uocari,

stirpem admisceri Phrygiam, se limine pelli.

le jeune Almon et  Galèse, au visage tout défiguré ;

ils implorent les dieux et conjurent Latinus.

Turnus est là et, au milieu du feu des accusations de meurtre,

redouble la panique : on appelle les Troyens sur le trône ;

la race phrygienne se mêle aux Latins ; lui, il est rejeté du palais.

7, 575

Tum quorum attonitae Baccho nemora auia matres

insultant thiasis neque enim leue nomen Amatae,

undique collecti coeunt Martemque fatigant.

Ilicet infandum cuncti contra omina bellum,

contra fata deum peruerso numine poscunt,

Alors les hommes,  tandis que les matrones affolées par Bacchus

dansent dans les bois touffus – le nom d'Amata n'est pas sans effet – ,

affluent de partout et harcèlent Mars de leurs invocations.

Et aussitôt, tous exigent l'abominable guerre malgré les oracles,

malgré le destin, à cause d'une divinité fourvoyée.

7, 580

certatim regis circumstant tecta Latini.

Ille uelut pelagi rupes immota resistit,

ut pelagi rupes magno ueniente fragore,

quae sese multis circum latrantibus undis

mole tenet ; scopuli nequiquam et spumea circum

Ils se bousculent pour assiéger la demeure du roi Latinus.

Lui, il résiste, tel un roc immobile au milieu de la mer,

un roc qui, quand survient un fracas assourdissant,

se maintient de toute sa masse, au milieu des vagues grondantes ;

les récifs et les écueils écumants mugissent en vain autour de lui,

7, 585

saxa fremunt laterique inlisa refunditur alga.

Verum ubi nulla datur caecum exsuperare potestas

consilium et saeuae nutu Iunonis eunt res,

multa deos aurasque pater testatus inanis :

« Frangimur heu fatis » inquit,  « ferimurque procella !

et les algues qui viennent battre son flanc refluent vers la mer.

Mais, puisqu'il n'a aucun pouvoir de vaincre une décision aveugle ;

et que les choses obéissent à la volonté de la cruelle Junon,

le vieillard, prenant maintes fois à témoin les dieux et les vents impalpables :

« Hélas!», dit-il, « les destins nous brisent ! La tourmente nous emporte !

7, 590

Ipsi has sacrilego pendetis sanguine poenas,

O miseri. Te, Turne, nefas, te triste manebit

supplicium, uotisque deos uenerabere seris.

Nam mihi parta quies, omnisque in limine portus ;

funere felici spolior. » Nec plura locutus

Vous, malheureux, vous en paierez la peine de votre sang sacrilège,

Et toi, Turnus, ô malédiction !, un triste supplice t'attendra,

et tu feras aux dieux des voeux qui viendront trop tard.

Car, pour moi, est arrivé le repos ; et je suis tout à l'entrée du port ;

mais je suis privé d'une mort sereine ». Il ne dit rien de plus,

7, 595

saepsit se tectis rerumque reliquit habenas.

 

Mos erat Hesperio in Latio, quem protinus urbes

Albanae coluere sacrum nunc maxima rerum

Roma colit, cum prima mouent in proelia Martem,

siue Getis inferre manu lacrimabile bellum

s'enferma dans sa demeure et abandonna les rênes des affaires.

 

Dans le Latium d'Hespérie régnait une coutume qui devint aussitôt,

sacrée pour les cités albaines, et que Rome, puissante entre toutes,

respecte encore aujourd'hui, lorsqu'elle met Mars en branle pour combattre,

que l'on se prépare  à porter la guerre et ses larmes chez les Gètes,

7, 600

Hyrcanisue Arabisue parant seu tendere ad Indos

Auroramque sequi Parthosque reposcere signa.

Sunt geminae belli portae sic nomine dicunt

religione sacrae et saeui formidine Martis ;

centum aerei claudunt uectes aeternaque ferri

chez les Hyrcaniens et les Arabes, ou à partir pour les Indes,

ou à poursuivre l'Aurore ou à reprendre aux Parthes leurs enseignes.

Il existe deux portes de la Guerre – c'est leur nom – , consacrées

par la religion et par la crainte qu'inspire Mars le redoutable ;

cent barres d'airain et la solidité indestructible du fer les ferment

7, 605

robora, nec custos absistit limine Ianus ;

has, ubi certa sedet patribus sententia pugnae,

ipse Quirinali trabea cinctuque Gabino

insignis reserat stridentia limina consul,

ipse uocat pugnas ; sequitur tum cetera pubes,

et Janus, leur gardien, ne s'éloigne jamais de leur seuil.

Lorsque les Sénateurs ont décidé de la guerre,

 le consul en personne, remarquable dans sa trabée de Quirite,

ceinte à la Gabienne, ouvre les portes qui grincent sur leurs gonds ;

c'est lui qui appelle les combats, et tout le reste de l'armée suit,

7, 610

aereaque adsensu conspirant cornua rauco.

Hoc et tum Aeneadis indicere bella Latinus

more iubebatur tristisque recludere portas.

Abstinuit tactu pater auersusque refugit

foeda ministeria et caecis se condidit umbris.

tandis que les cornes d'airain approuvent de leur souffle rauque.

C'est conformément à cet usage que l'on invitait alors Latinus

à déclarer la guerre aux Énéades et à ouvrir les sinistres portes.

Le vénérable roi s'abstint de les toucher et, se détournant,

 il évita cet odieux office et alla se cacher dans l'ombre obscure.

7, 615

Tum regina deum caelo delapsa morantis

impulit ipsa manu portas, et cardine uerso

belli ferratos rumpit Saturnia postes.

Alors la Reine des dieux descend du ciel et, pousse de sa main,

les portes trop lentes à s'ouvrir et, faisant pivoter les gonds,

la Saturnienne rompt les battants de fer des portes de la Guerre.

7, 620

Page suivante


Notes (7, 540-622)

Un sang frais (7, 554). Au début (cfr 7, 506-508), chacun s'était emparé de ce qui lui tombait sous la main, tantôt « un tison durci au feu », tantôt « un lourd bâton noueux », des armes de fortune en quelque sorte. Puis les choses se sont vite transformées (cfr 7, 523-527). On s'est battu avec des armes véritables, et le sang a coulé.

Trop librement (7, 557). Allecto est une déesse infernale ; elle ne peut rester trop longtemps sur terre. Junon semble craindre de mécontenter Jupiter, en contrariant l'ordre établi.

Ampsanctus (7, 565). C'est le site actuel d'Ansanto, à 35 km au sud de Bénévent. On y a retrouvé un sanctuaire de Mefitis (la déesse des exhalaisons pestilentielles sulfureuses venant du sol), tout près d'un étang fangeux en constante ébullition. Comme on l'a vu à propos de l'Albunée (7, 83) et surtout à propos du livre 6, les Anciens voyaient dans des manifestations telluriques de ce genre la preuve de la communication de l'endroit avec les Enfers. Rien d'étonnant dès lors qu'Allecto emprunte ce passage pour retourner dans le royaume infernal, dont le chant 6 a présenté plus en détail la géographie.

Dis (568). Dis ou Dis Pater est l'équivalent italique de Pluton, le roi des Enfers. Virgile le cite neuf fois dans l'Énéide. En latin, Dis veut dire « le Riche », ce qui n'a rien d'étonnant, puisqu'il règne sur un très grand nombre de personnes. Cfr 6, 127.

Matrones affolées par Bacchus (7, 580). Cfr la description que Virgile a donnée plus haut (7, 385-405) de ce cortège bachique.

divinité fourvoyée (7, 584). Junon.

Tel un roc (7, 586). Comparaison imitée d'Homère (IIiade, 15, 618-621), où les Grecs qui attendent le choc des Troyens sont comparés à un roc bravant la fureur des vents et des flots.

Sacrilège (7, 595). Parce qu'ils n'ont pas obéi à l'oracle de Faunus.

Triste supplice (7, 596). Turnus mourra de la main d'Énée à la fin du chant douze.

Abandonna les rênes (7, 600). Il se retire du pouvoir, refusant donc d'approuver et d'entériner la guerre. Il appartiendra à Junon d'ouvrir elle-même les portes de la guerre (7, 620-622).

Coutume (7, 601-610). Virgile utilise ici un vieil usage romain, censé remonter au roi Numa Pompilius, celui de laisser ouvertes en temps de guerre et fermées en temps de paix les portes du temple de Janus sur le Forum. Il attribue cette coutume aux cités latines et à Albe en particulier. En réalité, on est ici dans la poésie et non dans l'histoire. Tite-Live raconte (1, 19, 3) que le temple romain de Janus n'avait été fermé que deux fois depuis Numa, une fois à la fin de la première guerre punique, une seconde fois sous Auguste, en 29 a.C.n., après Actium. Auguste le fermera encore en 25 a.C.n., puis, plus tard, en 8 a.C.n. Les deux premières fermetures ont manifestement inspiré ce développement à Virgile, car l'empereur était fier de ces signes de la paix qu'il faisait régner partout (Cfr 1, 294n).

Gètes (7, 604). Les Gètes étaient un peuple scythe, installé dans l'actuelle Bessarabie (partie de la Moldavie et de l'Ukraine). Tacite (Annales, 4, 44, 1) signale un triomphe obtenu par Cneius Cornelius Lentulus pour une expédition victorieuse contre les Gètes. Le personnage était gouverneur de la province des Balkans sous Auguste, et les événements doivent dater de 10 a.C.n.

Hyrcaniens ou Arabes (7, 605). Aelius Gallus, gouverneur d'Égypte, pénétra en 24 a.C.n. en Arabie Heureuse (Arabia Felix). Par contre, on ne possède aucune information sur d'éventuelles campagnes menées sous Auguste en Hyrcanie, une région située au sud-est de la mer Caspienne. Le passage virgilien peut être une réminiscence d'un vers de Catulle (11, 5) mentionnant conjointement Hyrcaniens et Arabes, dans une énumération de peuples destinée à évoquer l'Orient dans son ensemble. L'Hyrcanie est aussi mentionnée en 4, 367.

Indes (7, 605). Après Actium, pendant l'hiver de 30 à 29 a.C.n., Octave reçut une ambassade d'Indiens. Dans les Géorgiques, 3, 27 également, en évoquant les Gangarides, Virgile a utilisé cette donnée d'histoire.

Poursuivre l'Aurore (7, 606). Tournure imagée pour marquer la pénétration romaine dans le lointain Orient.

Les enseignes des Parthes (7, 606). En 53 avant J.-C., les Parthes avaient défait l'armée de Crassus et emporté ses étendards. La diplomatie romaine n'eut de cesse de les récupérer. En 23 avant J.-C., le roi parthe Phréate avait promis à Auguste de les rendre ; ils ne furent renvoyés qu'en 20 avant J.-C.

Sa trabée de Quirite, ceinte à la Gabienne (7, 612). La trabée était une variété de toge ornée d'une ou de plusieurs bandes horizontales de couleur (pour plus de détails, cfr 7, 187). Dans certaines circonstances, on se drapait « à la Gabienne » (cinctus Gabinus), c'est-à-dire qu'on rejetait un pan de la toge sur la tête et qu'on se passait l'autre autour de la taille, un peu comme une ceinture. Mais tout est loin d'être clair dans le drapé exact de cette « mode gabienne » ; de même, le rapport qu'il entretient avec la ville de Gabies est loin d'être sûr.

Il appelle aux combats (7, 614). Les paroles consacrées étaient : « Qui veut le salut de l'État me suive » (Qui rem publicam saluam esse uult me sequatur).

La Reine des dieux (7, 620). C'est Junon, épouse de Jupiter, le roi des dieux. Deux vers plus loin, elle est appelée « la Saturnienne », une autre de ses dénominations courantes.


Énéide - Chant VII (Plan) - Page précédente - Page suivante

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)