Bibliotheca Classica Selecta - Traductions françaises : Sur la BCS - Ailleurs sur la Toile

Métamorphoses d'Ovide : Avant-Propos - Notices - Hypertexte louvaniste - Iconographie ovidienne - Page précédente - Page suivante


 OVIDE - MÉTAMORPHOSES

Livre III

Traduction nouvelle annotée

par

Anne-Marie Boxus et Jacques Poucet (2006)

 

 

 Waterhouse, John William, Echo et Narcisse (1903), Walker Art Galleryn Liverpool
Source :
http://www.ibiblio.org/wm/paint/auth/waterhouse/echo-narcissus.jpg


Plan

Légendes thébaines (1) : Fondation de Thèbes - Actéon (3, 1-252)

  • Cadmus et la fondation de Thèbes (métamorphose des dents d'un dragon) (3, 1-137)
  • Actéon (3, 138-252)

Légendes thébaines (2) : Sémélè - Tirésias (3, 253-338)

  • Sémélè, mère du futur Bacchus (3, 253-315)
  • Tirésias (3, 316-338)

Légendes thébaines (3) : Narcisse et Écho (3, 339-510)

  • Narcisse et Écho, métamorphosée en voix (3, 339-401)
  • Métamorphose de Narcisse (3, 402-510)

Légendes thébaines (4) : Penthée et Bacchus (3, 511-733)

  • Penthée veut capturer Bacchus (3, 511-571)
  • Acétès raconte à Penthée le sauvetage de Bacchus et la métamorphose des marins tyrrhéniens (3, 572-691)
  • Supplice de Penthée et instauration des mystères bacchiques (3, 692-733)

Résumé

 

Légendes thébaines (1) : Fondation de Thèbes - Actéon (3, 1-252)

Cadmus et la fondation de Thèbes (métamorphose des dents d'un dragon) (3, 1-137)

Agénor, roi de Phénicie, charge son fils Cadmos de rechercher sa fille Europe, lui interdisant de rentrer avant de l'avoir retrouvée. Après des pérégrinations nombreuses et vaines, Cadmos renonce et cherche une nouvelle patrie. Un oracle de Phébus lui conseille de suivre une génisse qui le guidera vers la terre qui lui est destinée, la Béotie. (3, 1-25)

Cadmos décide de s'installer sur cette terre promise, et envoie certains de ses compagnons tyriens chercher de l'eau pour des libations en l'honneur de Jupiter, mais les serviteurs sont exterminés par un dragon monstrueux surgi de la source. Partis à leur recherche, Cadmos découvre l'animal et jure de venger ses hommes. Au cours d'un combat épique, aux multiples rebondissements, le héros parvient à terrasser le monstre, mais un oracle lui prédit sa métamorphose en serpent. (3, 26-100)

Sur le conseil de Pallas-Athéna, le héros sème les dents du dragon, d'où émerge bientôt toute une armée équipée. Resté à l'écart, Cadmos voit s'engager un combat, suivi d'un carnage général. Ne survivront que cinq jeunes gens, qu'on appellera les Spartoi (littéralement « les semés »), parmi lesquels Échion. Poussé par Pallas-Athéna, Échion propose de faire la paix, et les cinq survivants seront les compagnons de Cadmos lors de la fondation de Thèbes. Cadmos épouse Harmonie, fille de Mars et Vénus. Père d'une importante postérité, il semble - provisoirement, du moins - au comble de la félicité. (3, 101-137)

Actéon (3, 138-252)

Actéon, victime d'une erreur de la Fortune, fut le premier malheur qui frappa son grand-père Cadmos. (3, 138-142)

Le jeune Actéon, au soir d'une fructeuse journée de chasse, propose à ses compagnons d'interrompre leurs ébats, et, se promenant seul dans les fourrés, il s'égare involontairement dans une vallée consacrée à Diane, la déesse de la chasse. Au fond de la vallée, une grotte naturelle alimentée par une source vive sert de lieu de détente à la déesse et à ses compagnes, après la chasse. C'est là que l'infortuné Actéon surprend la déesse en train de se baigner. Sans attendre, la déesse furieuse punit Actéon, involontairement indiscret, en le métamorphosant en cerf. (3, 143-199)

Actéon, conscient, mais incapable de parler, meurt lacéré par la meute de ses propres chiens, qui s'acharnent sauvagement sur lui, en présence de ses compagnons de chasse, qui ignorent tout de son identité. Cette cruelle punition aurait enfin apaisé la colère de Diane. (3, 200-252)

 

Légendes thébaines (2) : Sémélè - Tirésias (3, 253-338)

Sémélè, mère du futur Bacchus (3, 253-315)

Après Actéon, le petit-fils, c'est au tour de la fille de Cadmos, Sémélè, de subir la vindicte d'une déesse, Junon. Pleine de rancune à l'égard d'Europe et de sa famille, Junon, suite à une nouvelle liaison de Jupiter avec Sémélè, recourt à un stratagème pour perdre sa rivale. Insinuant le doute dans l'esprit de la naïve Sémélè, elle lui suggère de vérifier l'identité de son amant, en obtenant qu'il se présente à elle revêtu de ses attributs divins, comme lors de ses rencontres avec Junon. (3, 253-286)

Jupiter, engagé par un serment qu'il ne peut esquiver, se présente à contre-coeur à Sémélè, entouré d'un éclat insoutenable pour une simple mortelle, qui périt aussitôt foudroyée. (3, 287-309)

Toutefois, Jupiter fait coudre dans sa cuisse le fétus (le futur Bacchus) que portait Sémélè, pour lui permettre d'atteindre la fin de la gestation. À sa naissance, l'enfant fut élevé par Ino, puis par les nymphes de Nysa. (3, 310-315)

Tirésias (3, 316-338)

Le récit suivant est centré sur le personnage de Tirésias, illustre devin de Thèbes, qui subit, lui aussi, la vindicte de Junon, pour avoir pris parti contre elle dans une discussion galante qu'elle avait avec Jupiter. Ce dernier prétendant que les femmes éprouvaient plus de jouissance que les hommes dans l'union amoureuse, le couple décida de recourir à l'arbitrage de Tirésias, expert en la matière, puisqu'il avait été transformé en femme durant sept ans. Tirésias donna raison à Jupiter, et la déesse furieuse le frappa de cécité, mais le roi des dieux compensa cette infirmité en lui accordant de connaître l'avenir.

 

Légendes thébaines (3) : Narcisse et Écho (3, 339-510)

Narcisse et Écho métamorphosée en voix (3, 339-401)

Tirésias, devin devenu très prisé en Aonie, fit à propos de Narcisse, né de la nymphe Liriopé et du Céphise, une prédiction restée longtemps mystérieuse : « il atteindra la vieillesse s'il ne se connaît pas ».

À l'âge de seize ans, le beau Narcisse, plein de superbe, restait indifférent à l'amour qu'il inspirait tant aux filles qu'aux garçons. Écho notamment était follement éprise de lui. Junon l'avait punie pour avoir favorisé les frasques de Jupiter avec ses compagnes nymphes et l'avait réduite à n'être qu'une voix répétant seulement les derniers mots d'une phrase entendue. Narcisse qu'Écho poursuivait de ses assiduités, la rejeta brutalement et, désormais son invisible, elle vit humble et cachée de tous.

Métamorphose de Narcisse (3, 402-510)

Narcisse, à qui un amoureux dédaigné souhaite de connaître un malheur analogue au sien, sera un jour puni par Némésis. Un jour, après la chasse, le jeune homme veut se désaltérer à une source d'eau pure, et s'éprend de son propre reflet dans l'eau. Éperdument amoureux de l'être qu'il aperçoit, il tente désespérément de saisir sa propre image, incapable de s'arracher à sa propre contemplation. 

Quand il comprend enfin qu'il s'aime lui-même, atteint d'une folie inguérissable, il dépérit peu à peu, pleuré par Écho, puis il rejoint les enfers où il continue à chercher dans le Styx les traits aimés. Les Naïades et les Dryades ne trouvent, en guise de cadavre, que sa métamorphose, la fleur qui porte son nom.

 

Légendes thébaines (4) : Penthée et Bacchus (3, 511-733)

Penthée veut capturer Bacchus (3, 511-571)

Le devin Tirésias jouit désormais d'une grande renommée en Achaïe. Seul, l'impie Penthée, à Thèbes, se moque du devin, qui lui prédit une mort prochaine, parce qu'il refusera d'honorer Bacchus comme un dieu. (511-527)

En effet, lorsque arrive à Thèbes un personnage (Liber-Bacchus) entouré de la foule bruyante de ses adeptes, Penthée décrie publiquement ces rites débridés et persuade les Thébains que cet étranger aux goûts efféminés n'est pas un vrai dieu ; il excite les Thébains contre cet intrus, leur rappelle leur origine - les dents du Dragon, issu de Mars - et leur vaillance passée, puis il leur ordonne de capturer ce prétendu dieu, malgré les tentatives de ses proches pour le dissuader. (528-571)

Acétès raconte à Penthée le sauvetage de Bacchus et la métamorphose des marins tyrrhéniens (3, 572-691)

Les serviteurs ramènent à Penthée un personnage, qui se présente comme un des compagnons de Bacchus, adepte des rites nouveaux. Très calme devant Penthée prêt à le tuer, il dit se prénommer Acétès, fils d'un pauvre pêcheur tyrrhénien, qui s'est initié seul à l'art de la navigation et qui, devenu marin, aborda un jour dans l'île de Chios. Au moment de quitter cette île, l'équipage découvre dans un champ un très bel enfant, apparemment ivre, en qui Acétès voit aussitôt l'incarnation d'un dieu, tandis que les matelots peu scrupuleux et avides voient en lui un butin intéressant. (3, 572-628)

L'enfant, qui n'est autre que le jeune Bacchus (Liber), sort de sa torpeur et, cachant toujours son jeu, demande aux matelots de le débarquer à Naxos. Les matelots apparemment consentent mais projettent de prendre une autre route, malgré les protestations de leur pilote Acétès, aussitôt remplacé à la barre par un autre matelot. Le jeune dieu alors reproche leur fourberie aux marins, qui néanmoins poursuivent leur route. (3, 629-657)

Acétès poursuit son récit : bientôt, les marins sentent leurs rames entravées par des tiges de lierre, et le dieu se montre enfin entouré de nombreux attributs bacchiques (lierre, raisins, simulacres de tigres et de panthères). Affolés ou effrayés, les marins sautent dans la mer où ils sont métamorphosés en dauphins. Acétès, seul rescapé de vingt personnes, est réconforté par le dieu, qui l'engage à se rendre dans l'île de Dia (Naxos), où il devient un adepte du culte de Bacchus. (3, 658-691)

Supplice de Penthée et instauration des mystères bacchiques (3, 692-733)

Penthée qui n'accorde aucun crédit au récit d'Acétès ordonne de l'emprisonner et de préparer son exécution, mais le prisonnier est miraculeusement délivré de ses chaînes. Penthée, de plus en plus irrité, se rend dans la montagne, où sont célébrés les rites qu'il interdit. (3, 692-707)

Il voit les adeptes de Bacchus célèbrer ses mystères. Agavé, sa mère et ses tantes (Ino et Autonoé) et la foule des Bacchantes, en proie à une sorte de délire, le poursuivent, le mutilent, malgré ses supplications et ses aveux, et le mettent à mort. Ainsi fut instauré le culte de Bacchus dans la région de Thèbes. (3, 708-733)


Métamorphoses d'Ovide : Avant-Propos - Notices - Hypertexte louvaniste - Iconographie ovidienne - Page précédente - Page suivante

 

Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)