Bibliotheca Classica Selecta - Énéide - Chant XII (Plan) - Hypertexte louvaniste - Page précédente - Page suivante


ÉNÉIDE, LIVRE XII

LE DÉNOUEMENT

Duel décisif (12, 697-790)

 

Premier affrontement et fuite de Turnus (12, 697-745)

Énée, exalté par cette nouvelle donne, cherche aussitôt à affronter Turnus dans la plaine, sous les regards de Latinus et des deux armées, muées en spectateurs. Le combat s'engage à coups de javelots lancés de loin, puis évolue en un corps à corps farouche mais équilibré. (12, 697-727)

Enfin, quand Turnus tente de frapper l'armure d'Énée, il voit voler en éclat l'épée de Métiscus, dont il se servait par mégarde et cherche à se sauver en fuyant, ce qui s'avère impossible. (12, 728-745)

At pater Aeneas audito nomine Turni

deserit et muros et summas deserit arces

praecipitatque moras omnis, opera omnia rumpit,

Mais le grand Énée, lorsqu'il entend le nom de Turnus,

quitte les remparts, quitte la haute citadelle,

active tout ce qui tardait, suspend toutes les travaux

 

laetitia exsultans, horrendumque intonat armis ;

quantus Athos aut quantus Eryx aut ipse coruscis

cum fremit ilicibus quantus gaudetque niuali

uertice se attollens pater Appenninus ad auras.

Iam uero et Rutuli certatim et Troes et omnes

et, exultant de joie, fait avec ses armes un horrible bruit de tonnerre :

aussi grand que l'Athos, que l'Éryx, que le vénérable Apennin,

quand il propage le grondement de ses yeuses mouvantes,

ou dresse avec fierté ses sommets enneigés vers les nues.

Déjà les regards des Rutules, des Troyens et de tous les Italiens

12, 700

conuertere oculos Itali, quique alta tenebant

moenia quique imos pulsabant ariete muros,

armaque deposuere umeris. Stupet ipse Latinus

ingentis, genitos diuersis partibus orbis,

inter se coiisse uiros et cernere ferro.

 

convergent à l'envi ; ceux qui occupaient le haut des remparts,

et ceux qui à coups de bélier frappaient la base des murailles,

ont déposé les armes de leurs épaules. Latinus lui-même, stupéfié,

regarde ces géants, nés en des lieux opposés du globe,

qui ont marché l'un vers l'autre et en décident entre eux par le fer.

 

12, 705

Atque illi, ut uacuo patuerunt aequore campi,

procursu rapido, coniectis eminus hastis,

inuadunt Martem clipeis atque aere sonoro.

Dat gemitum tellus ; tum crebros ensibus ictus

congeminant : fors et uirtus miscentur in unum.

Eux, dès que la plaine entièrement dégagée s'ouvre à eux,

en une course rapide,  lancent de loin des piques

et engagent le combat, au son de leurs boucliers de bronze.

La terre gémit ; à ce moment se multiplient  et redoublent 

les coups d'épée : la chance et la valeur se mêlent à parts égales.

12, 710

Ac uelut ingenti Sila summoue Taburno

cum duo conuersis inimica in proelia tauri

frontibus incurrunt ; pauidi cessere magistri,

stat pecus omne metu mutum mussantque iuuencae,

quis nemori imperitet, quem tota armenta sequantur ;

Et comme lorsque, dans l'immense Sila ou au sommet du Taburne,

deux taureaux courent l'un vers l'autre pour s'affronter

en un combat haineux, les maîtres effrayés se sont retirés,

tout le troupeau reste muet de crainte ; les génisses se demandent

qui sera le maître du bois, quel guide suivra tout le troupeau ;

12, 715

illi inter sese multa ui uolnera miscent

cornuaque obnixi infigunt et sanguine largo

colla armosque lauant ; gemitu nemus omne remugit :

non alitur Tros Aeneas et Daunius heros

concurrunt clipeis ; ingens fragor aethera complet.

les taureaux se heurtent violemment, s'infligent force blessures

et se déchirent à coups de cornes ; un sang abondant inonde

leurs cous et leurs épaules ; tout le bois retentit de leurs gémissements :

ainsi le Troyen Énée et le héros daunien courent l'un contre l'autre

avec leurs boucliers, et un fracas énorme emplit le ciel.

12, 720

Iuppiter ipse duas aequato examine lances

sustinet et fata imponit diuersa duorum,

quem damnet labor et quo uergat pondere letum ?

 

Emicat hic, impune putans, et corpore toto

alte sublatum consurgit Turnus in ensem

Jupiter même soutient en parfait équilibre les deux plateaux

de la balance et y place les destins contraires des deux héros :

lequel sera condamné par l'épreuve et où penchera le poids de la mort?

 

Turnus, se pensant invulnérable, bondit, se dresse

de tout son corps, brandit bien haut son épée, et frappe.

12, 725

et ferit : exclamant Troes trepidique Latini,

arrectaeque amborum acies. At perfidus ensis

frangitur in medioque ardentem deserit ictu,

ni fuga subsidio subeat. Fugit ocior euro,

ut capulum ignotum dextramque aspexit inermem.

Les Troyens et les Latins épouvantés poussent un cri,

et les deux armées se sont dressées. Mais l'épée traîtresse

se brise et abandonne en pleine action le bouillant héros,

si la fuite ne venait à son secours. Il fuit, plus rapide que l'Eurus,

dès qu'il a vu cette poignée inconnue et sa droite désarmée.

12, 730

Fama est praecipitem, cum prima in proelia iunctos

conscendebat equos, patrio mucrone relicto,

dum trepidat, ferrum aurigae rapuisse Metisci.

Idque diu, dum terga dabant palantia Teucri,

suffecit : postquam arma dei ad Volcania uentumst,

On raconte que, dans sa précipitation à monter sur son char

au début des combats, il n'était pas armé du glaive paternel,

mais avait dans sa hâte saisi l'arme de l'aurige Métiscus.

Celle-ci lui avait suffi longtemps, tant que les Troyens en fuite

se présentaient de dos ; mais confronté aux armes divines de Vulcain,

12, 735

mortalis mucro glacies ceu futilis ictu

dissiluit ; fulua resplendent fragmina harena.

Ergo amens diuersa fuga petit aequora Turnus

et nunc huc, inde huc incertos implicat orbes

undique enim densa Teucri inclusere corona,

ce glaive humain, fragile comme la glace, se brisa sous un choc

et ses  fragments scintillent  dans le sable jaune.

Dès lors Turnus, hors de lui, cherche à fuir de divers côtés de la plaine,

dessinant, dans un sens et dans l'autre, des tours confus ;

de tous côtés, les Teucères l'enferment, formant un cercle compact ;

12, 740

atque hinc uasta palus, hinc ardua moenia cingunt. et d'un côté, un vaste marais, de l'autre des murs abrupts forment barrière.

12, 745

 

Second affrontement (12, 746-790)

Énée se met aussitôt à poursuivre Turnus, comparé à un cerf aux abois ; en fuyant, le héros réclame son épée aux Rutules qui entourent le champ de bataille, tandis qu'Énée apparaît de plus en plus menaçant. (12, 746-765)

Énée à son tour est privé de sa lance, à cause d'un sacrilège inconsidéré des Troyens à l'égard de Faunus, lequel intervient un moment en faveur de Turnus. Les deux rivaux, ayant récupéré leurs armes respectives grâce à Juturne et à Vénus, sont prêts à reprendre leur duel. (12, 766-790)

Nec minus Aeneas, quamquam tardata sagitta

interdum genua impediunt cursumque recusant,

insequitur trepidique pedem pede feruidus urget :

inclusum ueluti siquando flumine nanctus

Néanmoins Énée, malgré ses genoux engourdis par la blessure

qui entravent parfois sa marche et l'empêchent de courir,

poursuit et avec ardeur serre pied à pied Turnus qui s'affole :

c'est comme lorsque un cerf enfermé dans  boucle d'une rivière,

 

ceruum aut puniceae saeptum formidine pinnae

uenator cursu canis et latratibus instat ;

ille autem, insidiis et ripa territus alta,

mille fugit refugitque uias ; at uiuidus Vmber

haeret hians, iam iamque tenet similisque tenenti

ou prisonnier d'un effrayant épouvantail de plumes rouges,

est pressé par un chien de chasse qui le poursuit de ses aboiements :

la bête donc, terrorisée par le piège et la rive abrupte,

fuit puis revient par mille chemins ; mais le vif limier d'Ombrie,

gueule béante, la suit de près, l'atteint presque, et comme s'il la tenait,

12, 750

increpuit malis morsuque elusus inani est.

Tum uero exoritur clamor, ripaeque lacusque

responsant circa et caelum tonat omne tumultu.

Ille simul fugiens Rutulos simul increpat omnis,

nomine quemque uocans, notumque efflagitat ensem.

fait claquer ses mâchoires, abusé par cette morsure dans le vide.

Alors s'élève une clameur, que les berges et les lacs répercutent

dans les alentours, et ce tumulte retentit dans le vaste ciel.

Cependant Turnus fuit, apostrophant tous les Rutules les appelant

chacun par leur nom, et réclamant son épée bien connue.

12, 755

Aeneas mortem contra praesensque minatur

exitium, si quisquam adeat, terretque trementis

excisurum urbem minitans et saucius instat.

Quinque orbis explent cursu totidemque retexunt

huc illuc ; neque enim leuia aut ludicra petuntur

Par contre, Énée promet la mort et une fin immédiate

à quiconque s'avancerait, les fait tous trembler de peur,

menaçant d'anéantir la ville et, malgré sa blessure serre Turnus de près.

En courant, tous deux dessinent cinq cercles et, cinq fois,

les refont en sens inverse ; car l'enjeu de leur combat n'est pas

12, 760

praemia, sed Turni de uita et sanguine certant.

 

Forte sacer Fauno foliis oleaster amaris

hic steterat, nautis olim uenerabile lignum,

seruati ex undis ubi figere dona solebant

Laurenti diuo et uotas suspendere uestes,

le simple prix d'un jeu, mais la vie et le sang de Turnus.

 

Précisément à cet endroit s'était dressé en l'honneur de Faunus

un olivier aux feuilles amères, vénéré jadis par les marins,

qui, une fois sauvés des eaux, y fixaient des offrandes et y suspendaient

leurs vêtements, pour  s'acquitter de leur voeu au dieu des Laurentes ;

12, 765

sed stirpem Teucri nullo discrimine sacrum

sustulerant, puro ut possent concurrere campo.

Hic hasta Aeneae stabat, huc impetus illam

detulerat fixam et lenta in radice tenebat.

Incubuit uoluitque manu conuellere ferrum

mais les Troyens, sans discernement pour son caractère sacré

avaient enlevé ce tronc, pour permettre un combat en terrain dégagé.

Là se dressait une lance d'Énée, là où  l'avait  portée et fixée

son jet impétueux et où la maintenait  par une racine tenace.

Le Dardanide se pencha et de la main voulut arracher cette arme

12, 770

Dardanides teloque sequi, quem prendere cursu

non poterat. Tum uero amens formidine Turnus

 « Faune, precor, miserere, » inquit,  « tuque optima ferrum

terra tene, colui uestros si semper honores,

quos contra Aeneadae bello fecere profanos. »

pour la lancer contre celui qu'il ne pouvait atteindre à la course.

C'est alors que Turnus, affolé d'épouvante, dit :

« Faunus, je t'en prie, aie pitié, et toi, Terre très bonne,

retenez cette arme, si vraiment je vous ai toujours rndu les honneurs,

que les Énéades, eux, ont profanés par la guerre ».

12, 775

Dixit opemque dei non cassa in uota uocauit.

Namque diu luctans lentoque in stirpe moratus

uiribus haud ullis ualuit discludere morsus

roboris Aeneas. Dum nititur acer et instat,

rursus in aurigae faciem mutata Metisci

Il parla et ses voeux invoquant l'aide divine ne furent pas vains.

Car Énée a essayé longtemps de s'acharner sur la souche souple,

mais aucune force n'a réussi à desserrer la morsure du bois.

Pendant qu'Énée fait d'âpres efforts et insiste,

prenant une nouvelle fois les traits de l'aurige Métiscus,

12, 780

procurrit fratrique ensem dea Daunia reddit.

Quod Venus audaci nymphae indignata licere

adcessit telumque alta ab radice reuellit.

Olli sublimes armis animisque refecti,

hic gladio fidens, hic acer et arduus hasta,

la divine Daunienne accourt rendre à son frère son épée.

Vénus, indignée de ce privilège accordé à l'audacieuse nymphe,

est arrivée et arrache le trait profondément enraciné.

Les deux guerriers, ayant recouvré armes et courage, relèvent la tête ;

l'un, sûr de son glaive, l'autre, âpre et ardent grâce à sa lance,

12, 785

adsistunt contra certamina Martis anheli.

sont prêts à affronter tout haletants les combats de Mars.

12, 790

Page suivante


Notes (12, 697-790)

aussi grand que (12, 701). La comparaison qui va suivre est peut-être partiellement inspirée d'Homère (Iliade, 13, 754), où Hector se lançant dans la bataille est comparé à un mont neigeux.

Athos (701). Le mont Athos, en Macédoine, à l'extrémité sud-est de la Chalcidique (1.935 m d'altitude), aujourd'hui nommé l'Agionore ou Montagne-Sainte, à cause de ses nombreux couvents de moines orthodoxes, riches en manuscrits précieux.

Éryx (701). Le mont Éryx (cfr 1, 570), en Sicile, aujourd'hui Monte San Giuliano (751 m d'altitude). Selon la légende, il portait le nom d'un roi de Sicile, fils de Vénus, tué par Hercule ; son sommet abritait un temple célèbre à Aphrodite / Vénus. Comme la divinité locale parut protéger les Romains lors des guerres puniques, elle fut plus tard introduite à Rome sous le nom de Vénus Érycine.

vénérable Apennin (701). La montagne et le dieu sont ici confondus, comme c'était le cas en 4, 247 pour l'Atlas. Le Gran Sasso, point culminant de l'Apennin, atteint 2.990 mètres d'altitude, et son sommet est couvert de neiges éternelles. De nombreux contreforts des Apennins sont couverts d'yeuses ou chênes verts.

ces géants (12, 708). Énée et Turnus.

Et comme lorsque (12, 715-722). La comparaison ici n'est pas empruntée à Homère. Dans la tradition homérique, le taureau ne semble pas perçu comme un animal noble ; aucun héros de l'Iliade ne lui est comparé. Virgile toutefois utilise cet animal, en 12, 103-106, pour le seul Turnus et ici pour Turnus et Énée. Peut-être se souvient-il dans le présent passage de la longue description de taureaux qu'il avait donnée en Géorgiques, 3, 219-241, mais l'optique est différente : Virgile ne dépeint que l'affrontement entre les animaux.

Sila (12, 715). Les vastes pacages du plateau de Sila, à l'extrémité sud de l'Apennin, étaient renommés pour l'excellente pâture qu'y trouvaient les troupeaux du Bruttium (cfr Géorgiques, 3, 219).

Taburne (12, 715). Le Taburne, montagne du Samnium, aujourd'hui Monte Taburno, était célèbre par ses pins et ses pacages (cfr Géorgiques, 2, 38).

héros daunien (12, 723). Turnus était le fils de Daunus (cfr par exemple 10, 616).

Jupiter(12, 725-727) Dans l'ensemble, la peinture virgilienne du combat entre Turnus et Énée doit beaucoup au chant 22 de l'Iliade, où Homère décrit le duel entre Achille et Hector. En l'occurrence, dans l'Iliade (22, 209-213), Jupiter pèse les destinées d'Achille et d'Hector ; plus haut (Iliade, 8, 68-72), il avait pesé les destinées des Achéens et des Troyens. Pour en revenir à l'Énéide, Macrobe (Saturnales, 5, 13) observe que Jupiter ne pouvait ignorer que les destins condamnaient Turnus, et que la « pesée » est donc ici déplacée.

Eurus (12, 733). L'Eurus (cfr 8, 223) ou Volturnus, vent du sud-est ; désigne ici le vent en général.

cette poignée inconnue (12, 734-737). Turnus vient seulement de remarquer qu'il se servait de l'épée de son cocher Métiscus, et non de celle de son père Daunus, façonnée par Vulcain (12, 90-91).

armes divines de Vulcain (12, 739). Les armes d'Énée, fabriquées par Vulcain (8, 416-453) et que Vénus était venue remettre à son fils (8, 608-625).

vaste marais (12, 745). Virgile avait signalé plus haut (10, 709) que la plaine des Laurentes était marécageuse.

blessure (12, 746). La flèche reçue (12, 319ss) et extraite miraculeusement de la plaie par Iapyx, grâce à l'intervention miraculeuse de Vénus et du dictame (12, 383ss).

c'est comme lorsque (12, 749-750). Comparaison peut-être partiellement inspirée d'Homère (Iliade, 10, 360-362, où Dolon est poursuivi par Diomède, et Iliade, 22, 188-192, où Achille poursuit Hector), mais elle intègre des habitudes romaines, les chasseurs utilisant des cordes garnies de plumes de couleur tendues devant les animaux pour les effrayer et les rabattre aux filets.

le vif Ombrien (12, 753). L'Ombrie était renommée pour sa race de chiens de chasse.

En courant (12, 763-765). Le récit virgilien est inspiré de la poursuite d'Hector par Achille (Iliade, 22, 158-161).

Faunus (11, 766-769). Sur le dieu Faunus, dont l'Énéide fait un ancien roi du Latium, cfr notamment 7, 47. L'oracle qu'il rendit à Latinus (cfr 7, 81-106) joue un grand rôle dans le récit.

une fois sauvés des eaux (12, 768). Les matelots sauvés d"un naufrage avaient coutume de suspendre aux branches d'un arbre consacré ou aux murailles d'un temple les vêtements qu'ils portaient pendant la tempête et qu'ils avaient fait voeu d'offrir au dieu protecteur (M. Rat). Comme l'observe J. Perret (Virgile. Énéide, III, 1980, p. 256-257), « Faunus est aussi peu marin qu'il est possible ; Servius [...] s'étonne des dédicaces que lui offrent les marins rescapés d'un naufrage. Mais précisément cette dédicace au dieu des bergers et des bûcherons a pour but de les libérer complètement de leurs attaches (vêtements) et de leurs dettes envers la mer. Faunus les réintègre alors dans sa communauté terrienne ».

lance d'Énée (12, 772). Les deux guerriers avaient utilisé leurs lances dès le début du combat (12, 711).

si je vous ai toujours rendu les honneurs (12, 778). Les Anciens vénéraient les arbres, en particulier les oliviers (comme ici), les chênes, les figuiers et les myrtes. On y accrochait en offrandes des bandelettes, des couronnes, des vêtements, des objets votifs. On leur offrait aussi des sacrifices, et des inscriptions les recommandaient à la piété des passants.

divine Daunienne (12, 785). C'est Juturne, soeur de Turnus et donc fille de Daunus.


Énéide - Chant XII (Plan) - Page précédente - Page suivante

 Bibliotheca Classica Selecta - UCL (FLTR)